Articles tagués : ignorer

Nonsense covidé

Il semble que le Covid ait des conséquences neurologiques chez les asymptomatiques en plus des conséquences physiologiques chez les vraiment malades. Comment considérer en effet les délires de gens sensés sur le nombre de morts et les mesures sanitaires de confinement ? Personne ne sait comment le virus se propage et quelle est sa contagion, notamment depuis que ses mutations accélérées (anglaise, sud-africaine, brésilienne)  le rendent plus transmissible. Mais le quidam, œuvrant sur Internet, se prend pour le savant qui sait tout, affirmant de façon péremptoire que le masque ne sert à rien, que le confinement est imbécile, que le gouvernement cherche à contrôler les gens. Ces délires complotistes porteraient à rire s’ils n’étaient aussi graves.

Nous parlons quand même, au 1er février encore, de 76 000 morts du Covid en France (soit l’équivalent d’une ville comme Antibes ou La Rochelle !) et de 453 000 aux États-Unis (soit la population d’Atlanta et presque celle de Washington !). Nous n’évoquons ici que des pays aux statistiques relativement fiables, car celles qui paraissent en Chine, en Russie ou en Inde sont sujettes à caution. Ce pourquoi raisonner sur les chiffres bruts, sans aucun sens critique, ne peut qu’aboutir à des absurdités. Ainsi lit-on sur les réseaux sociaux, où je rappelle que la parole d’un imbécile vaut autant que celle d’un savant, que « les pays qui confinent n’ont pas plus de morts que les pays qui refusent de confiner ». Sauf que c’est faux, comme en témoignent les chiffres des États-Unis, du Brésil et du Royaume-Uni qui n’ont confiné que tardivement ou pas du tout, comparés aux pays plus soucieux de leur population qui ont pris des mesures à temps comme l’Allemagne, la France ou l’Espagne.

La lecture des statistiques semble n’être pas à la portée du premier ignorant venu, puisqu’il faut non seulement considérer la source (qui publie ?) mais aussi la fiabilité de l’administration du calcul (forte en France où elle est le fait d’un organisme indépendant, faible en Chine où elle est politique), et enfin la relativité des morts en fonction de la population. C’est ainsi que les pays densément peuplés connaissent des décès par Covid plus importants que les pays plus dispersés. Les contaminations ne se font en effet pas aussi facilement lorsque les territoires sont grands et que les contacts sont limités. C’est pourquoi des pays comme les États-Unis ou la France, aux territoires vastes, concentrent les contaminations dans les métropoles tandis que la moyenne nationale apparaît faible. Mais l’Italie du Nord ou la Belgique, où le réseau des villes est dense, se voient plus facilement contaminés.

Pourquoi donc véhiculer des absurdités comme si elles étaient des vérités scientifiques ? C’est qu’il s’agit de se faire mousser sur les réseaux sociaux, d’avoir son petit quart d’heure de célébrité éphémère, et surtout de tenter de prouver son opinion en ignorant tous les faits qui vont contre. C’est ce que l’on appelle le « biais de confirmation », un effet psychologique qui tend à ignorer tout ce qui ne va pas dans le sens que l’on veut. C’est ainsi que les vérités deviennent « alternatives » et que certains faits gênants sont considérés comme « faux » (fake), à l’imitation servile des ignares américains qui donnent le ton aux soi-disant avancés de toute la planète.

Il est vrai qu’hier être « avancé » signifiait être en faveur du progrès, voir progressiste, tandis qu’aujourd’hui être avancé signifie devenir rétrograde, contester toute technique et toute science considérée comme de « la domination mâle blanche » en faveur d’une élite minoritaire qui vise à la domination mondiale. Élite évidemment pédophile et nazie, ces deux mantras de l’insulte ultime des ignares qui ne connaissent même pas le sens des mots.

Catégories : Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Elliot Perlman, Ambiguïtés

Simon enlève à la sortie de l’école un petit garçon de six ans. Il le ramène chez lui, lui donne à boire du chocolat et le gamin s’endort en confiance car il l’a déjà sauvé d’une noyade dans sa piscine. La maîtresse de Simon trouve les deux très sages en rentrant et appelle la police. Rien de plus, il ne s’est rien passé. Pourquoi cet enlèvement ? Pourquoi ce petit garçon ? Pourquoi appeler la police plutôt que les parents ?

C’est toute l’histoire – ambigüe – de ce happening qu’on peut appeler crime ou dérapage, c’est selon. Sept personnages vont raconter leur version de l’histoire, successivement. Sept personnages en quête de sens, car ce fait divers interpelle leur propre vie. Qui sont-ils pour juger en bloc ? Existe-t-il une frontière nette entre le Bien et le Mal ? N’y aurait-il pas plutôt une marge grise entre le bon et le mauvais de chacun ?

La justice passera, elle se fraiera un chemin pas si mauvais au fond, mais qui prendra du temps. Le lecteur s’attachera à chacun des personnages car chacun reste ambigu, avec sa part de bon et de mauvais, ses forces et ses faiblesses. Il tirera de tout cela une leçon de sagesse sur le monde et les gens, en ce début du XXIème siècle. Car la société a changé, elle est sans cesse en mouvement, obsédée de réussite, de consommation ostentatoire et d’argent. Chacun est insatisfait car il se compare moins à un idéal qu’au beau-frère ou au collègue plus adapté. L’auteur nous donne à voir successivement l’univers d’un intellectuel instituteur, d’une petite-bourgeoise dans une société de service à l’emploi, d’un parvenu courtier en bourse, d’un analyste financier, d’un psychanalyste, d’une étudiante paumée devenue putain puis escort girl, enfin d’une étudiante fille de l’un des protagonistes qui revit – mais à l’envers et une génération plus tard – la saga de Simon.

En fait, ce qui est écrit dans ce roman dense, un peu bavard parfois, est une immense histoire d’amour. Simon ne supporte pas que son amour de jeunesse l’ait quitté il y a dix ans. Le petit garçon qu’elle a eu d’un autre lui ressemble et il en est amoureux comme un père peut l’être d’un enfant de cet âge. Il n’y a rien de sexuel, rien de pervers, seulement l’admiration pour un être neuf, empli de hardiesse et de curiosité, mais fragile car en devenir. C’est pour Sam, le gamin, que Simon va provoquer l’événement. Pour que sa mère stoppe son adultère naissant, pour que son courtier de père arrête de préférer son Audi Quattro à son fils, pour que les gens aient enfin une vie plus saine en regardant les autres et pas leur nombril, en songeant aux conséquences de leurs actes plutôt qu’à leur aura sociale narcissique. Vaste programme ! aurait dit De Gaulle (il parlait de la connerie).

L’auteur, juif australien, fait partie de cette littérature mondiale marquée par la Shoah, la communauté juive et l’esprit torturé des intellectuels de gauche dans un monde qui rejette les idéaux d’après-guerre. Moins cérébral de Jonathan Littel, moins clownesque et nettement plus empathique, il livre dans le pavé de presque 900 pages une analyse critique aiguë de la société contemporaine. La démolition systématique et jubilatoire du déconstructionnisme de Derrida (fort à la mode dans le monde anglo-saxon) et le week-end de « formation personnelle » payée aux cadres d’une entreprise financière valent à eux seuls leur pesant d’or !

« Les Lumières sont achevées. Il n’est pas besoin d’être un génie pour s’en apercevoir. (…) Le fondamentalisme est partout, qu’il soit religieux ou économique, et partout on constate une réaction face à la complexité, une tentative d’ignorer les contradictions et les énigmes de notre existence. Les gens ont un besoin maladif de la simplicité, de ces paradigmes en noir et blanc faciles à assimiler. Le moindre flou, la moindre ambiguïté sont perçus avec hostilité » p.852. Il suffit de quitter une seconde son petit moi pour écouter les autres et s’en apercevoir.

Un grand livre, passionnant à lire à longues goulées pour ne pas perdre le fil.

Elliot Perlman, Ambiguïtés (Seven Types of Ambiguity), 2003, 10-18, 2006, 857 pages, €11.40 

Catégories : Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,