Articles tagués : freddie francis

Meurtre par procuration de Freddie Francis

Psycho-thriller en noir et blanc de la Hammer sur une scénario de Jimmy Sangster, le film part d’une première moitié assez conventionnelle pour trouver son originalité dans la seconde. Janet (Jennie Linden) est une jeune orpheline en pensionnat pour ses études et qui fait d’horribles cauchemars presque toutes les nuits. Au point d’indisposer ses copines de dortoir. Sa surveillante Mary Lewis (Brenda Bruce) en rend compte à la direction qui contacte son tuteur, l’avocat Henry Baxter (David Knight). Celui-ci la fait revenir à la maison, un château aux nombreuses pièces dans un labyrinthe d’escaliers, héritage de la jeune fille.

Car son père a été poignardé par sa mère dans un instant de folie lorsque Janet a eu ses 11 ans ; c’était le jour de son anniversaire. Jusque-là fillette enjouée et facile, Janet s’est précipitée dans la chambre de sa mère au retour d’une promenade pour lui donner des fleurs qu’elle venait de cueillir avant de déguster le gâteau d’anniversaire pour le thé. Elle la voit le couteau à découper le gâteau à la main au-dessus de son père sanglant, la poitrine crevée. Elle hurle en continu, immobile, jusqu’à ce que la gouvernante Madame Gibbs (Irene Richmond) ne la prenne dans ses bras. Depuis, Janet a ces cauchemars récurrents dans lesquels sa mère l’attire dans une pièce pour la faire enfermer, la convaincant qu’elle aussi deviendra folle car « c’est dans les gènes ». Cette hantise va enfiévrer l’imagination de la jeune fille et la persuader que les abimes de la folie la guettent.

Son tuteur Henry, qui a bien envie de profiter de la fortune de Janet, sa mère étant enfermée à l’asile, engage une infirmière, Grace Maddox (Moira Redmond), comme dame de compagnie pour Janet. Mary, qui l’a accompagnée depuis l’école parce qu’elle s’est attachée à elle, est rassurée. Lorsque John (George A. Cooper), le chauffeur et homme à tout faire du château la remmène au train, elle croit que tout va bien se passer pour Janet, revenue à la maison avec des gens attentifs qui l’aiment.

Mais c’est faux, c’est là que tout se dérègle. Janet poursuit ses cauchemars, plus forts depuis que les innombrables pièces, les couloirs et les recoins d’ombre augmentent les occasions d’imaginer. Elle croit voir une femme vêtue de blanc qui la regarde, sa poignée de porte tourner ; elle se retrouve au réveil sans son pantin fétiche, sa porte déverrouillée (le coup de la clé est une performance) et un couteau à découper tourné vers elle. Le médecin de famille, convoqué, demande son internement pour qu’elle soit traité en psychiatrie mais Henry le tuteur refuse. Il a ses raisons pour cela. Mais il promet de faire venir un expert psychiatre de la faculté pour examiner Janet.

Le spectateur se rend compte de ces raisons manipulatrices lors de la fête d’anniversaire de Janet où tout le monde est convoqué, le médecin, l’expert, la dame de compagnie-infirmière, la gouvernante et le chauffeur – et bien entendu Henry et sa femme. Un couteau à découper est posé à côté du gâteau, le même que celui de ses 11 ans. Lorsque son tuteur appelle sa femme pour lui présenter, Janet se rend compte avec horreur que c’est la même personne que le fantôme qui hante ses cauchemars depuis son retour au château. Son esprit malade disjoncte, sa main s’empare du couteau à découper et elle poignarde la femme comme sa mère a poignardé son père. Fin du drame : elle est enfermée comme sa mère à l’asile.

Henry Baxter peut enfin jouir de la fortune de sa pupille et se marie avec la dame de compagnie-infirmière – dont on se rend compte très vite qu’elle l’a aidée dans son projet. Mais voilà que le complot rebondit. Une mystérieuse femme vient se mettre entre eux dans le couple à peine marié depuis quatre jours. Ce sont des coups de téléphone sibyllins d’une correspondante qui ne veut pas dire son nom, puis le barman de l’hôtel de leur lune de miel qui « reconnait » Baxter et veut servir un verre comme à « l’autre femme ». Même si Henry jure à Grace n’être jamais venu ici avant, cela fait désordre. Grace est jalouse mais elle est femme de tête, elle jure à son mari que « cette fois elle ne se laissera pas faire ». Elle réussit à se persuader en effet qu’il veut rejouer avec elle ce qu’il a joué avec Janet.

Dès lors, tout va se précipiter dans un huis-clos au retour au château qui se résoudra par un final en complet retournement où Mary ressurgit, le bien triomphe du mal, la réalité des apparences, Janet restant la victime de son histoire familiale mais, cette fois, traitée en hôpital par les psychiatres. Tout en ombres épaisses et en bruits suspects, ce film distille une atmosphère oppressante où les hallucinations prennent l’air de la réalité et inversement, saisissant le spectateur aux tripes.

DVD Meurtre par procuration (Nightmare), Freddie Francis, 1964, avec David Knight, Moira Redmond, Jennie Linden, Elephant Films 2017, 1h18, €16.99 blu-ray €19.99

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Paranoïaque de Freddie Francis

Sur les traces d’Hitchcock, le réalisateur anglais Freddie Francis expose la profonde psychose de la campagne anglaise. Une famille unie et riche habite un manoir de Cornouailles. Les parents décèdent tous les deux dans un accident d’avion lorsqu’ils se rendent à New York en 1950. Ils laissent trois enfants, deux garçons et une fille, dont le plus jeune a 12 ans. Ce dernier est réputé s’être suicidé trois ans plus tard à 15 ans en se jetant de la falaise. Leur tante Harriet (Sheila Burrell), qui les a élevés après la mort de leurs parents, fait célébrer chaque année une messe pour les chers disparus.

Mais cette apparence dévote et bourgeoise cache de lourds secrets. La tante, vieille fille aigrie, est amoureuse du fils aîné, Simon (Oliver Reed), qui a toujours été son préféré. Elle considère Eleanor (Janette Scott), la cadette, comme folle car celle-ci, qui était très proche de son petit frère Tony, ne s’est jamais remise de sa disparition. Simon est tourmenté, boit en excès et scandalise le bon peuple dans les pubs où il sévit. Il mène grand train et roule en Jaguar décapotable de type E, accumulant les dettes que le comptable successoral doit à grand peine éponger. Mais, tant que le dernier enfant n’est pas majeur, l’héritage ne peut être partagé.

Simon, qui est un psychotique profond capable de se mettre dans des colères noires et de menacer de meurtre quiconque se met en travers de ses volontés, a engagé une fausse infirmière (Liliane Brousse) pour s’occuper d’Eleanor qui a des visions : elle croit apercevoir en effet Tony, revenu d’entre les morts. La lettre de suicide qu’il a laissé serait-elle une diversion ? Se serait-il enfui pour échapper à l’atmosphère étouffante de la famille, menée par cette tante rigide et névrosée qui refoule l’amour incestueux qu’elle a pour l’aîné ?

Lors de la messe, Eleanor aperçoit le fantôme de Tony dans la tribune, mais elle est seule à le voir ; un peu plus tard, dans le jardin du manoir, elle aperçoit à nouveau Tony et se précipite en robe légère pour le voir. Mais sa tante et l’infirmière la poursuivent et Tony disparaît. Simon pense qu’elle doit être internée : ainsi touchera-t-il l’héritage en son entier, 600 000 livres sterling du début des années soixante – une belle somme. Mais Eleanor, désespérée, se jette du haut de la falaise comme elle croit que son petit frère l’a fait, huit ans auparavant. Tony (Alexander Davion) reparaît : il la voit, plonge et la sauve. Il a 23 ans désormais et, lorsqu’il ramène Eleanor mouillée évanouie au manoir, tout le monde voit bien la ressemblance. Mais est-il le vrai Tony ? Simon, déstabilisé, en doute ; sa tante Harriet aussi, mais Eleanor y croit et se réfugie en lui pour compenser sa solitude. Dans cette famille psychologiquement malade, tous sont atteints – sauf Tony.

Car Tony est un imposteur, payé par le fils du notaire comptable de la succession qui a détourné des fonds de l’héritage. Simon le sait et le menace ; la seule parade est d’inventer un faux frère revenu réclamer sa part. Il va chercher à tuer sa sœur et son nouvel amour en sabotant les freins de la MG ; il va tuer la fausse infirmière qui trouvait que cela allait trop loin et voulait partir et le dénoncer. Car rien ne doit aller contre son désir tout-puissant.

Sauf que l’imposteur Tony n’est pas cupide ; il est touché de l’amour inconditionnel d’Eleanor, incestueuse dans sa névrose. Jeune et athlétique, il est psychologiquement sain. Il n’est pas son vrai frère et lui avoue, tandis que Simon le sait bien, lui qui tué son petit frère lorsqu’il est devenu pubère ; il en était obscurément amoureux. Désormais, Simon célèbre rituellement chaque soir le chant de chorale que travaillait Tony, joué sur disque, tandis qu’il l’accompagne à l’orgue. Sa tante l’assiste, masquée, pour soulager sa souffrance psychique. L’imposteur le découvre et le fait découvrir à Eleanor.

Mais la tante les a vu regarder par la fenêtre et Simon piège le faux Tony dans la remise. La momie desséchée du petit frère est murée derrière l’orgue comme un nounours pour Simon ou la mère dans Psychose d’Hitchcock. Il envisage d’emmurer le faux Tony avec le vrai, le maîtrise et l’attache, mais sa tante le convainc qu’elle va s’en occuper. Pour tout faire disparaître, elle jette la lanterne à terre, ce qui provoque un incendie et emmène Simon, vidé comme après un acte sexuel. Eleanor, qui suit Tony autant qu’elle le peut, ouvre la porte et le délivre. Un peu plus tard Simon, désespéré de perdre à nouveau son petit frère trop chéri, brave les flammes pour étreindre le squelette – et s’unit à lui dans la mort.

Pendant ce temps, les deux amants s’enfuient de ce lieu délétère et quittent cette famille maudite.

Le début des années soixante manifestait cette contrainte psychologique forte que la religion au secours de la bourgeoisie victorienne encadrait avec vigueur. Les pulsions n’avaient aucun dérivatif et engendraient névroses ou psychoses graves. Dans ce film, tout le monde est amoureux incestueux : la tante, Simon, Eleanor. Il faut un élément extérieur sain (le faux Tony) pour briser la boucle névrotique et pousser la psychose de l’aîné au bout. Simon est toujours cravaté serré ; le faux Tony, à l’inverse, ouvre son col et parfois largement sa chemise : il est plus lui-même que ce que veulent les convenances. Le spectateur, malgré les maladresses du scénario, comprend avec le jeu réussi des acteurs (un Simon halluciné, une Eleanor hystérique, une tante crispée, un faux Tony libre), combien le mouvement de 1968 était attendu comme la lave sous la surface et fut pour toute la société une délivrance !

DVD Paranoïaque (Paranoiac), Freddie Francis, 1962, avec Janette Scott, Oliver Reed, Sheila Burrell, Maurice Denham, Alexander Davion, Elephant Films 2017 les collections de la Hammer, 1h20, standard €16.99 blu-ray €18.99

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,