Articles tagués : monaco

Peter Mayle, Le diamant noir

Le diamant noir est la truffe, qui pousse où il lui plaît et dont l’auteur imagine qu’un savant agronome a su la maîtriser. Ce savoir vaut de l’or et suscite la convoitise d’affairistes et de mafieux venus d’un peu partout.

Un jeune Anglais de 30 ans installé dans un village provençal, Bennett, vaguement agent immobilier pour ses compatriotes dans la région, voit ses économies fondre au soleil (vif) du pays et cherche un emploi. Il a l’idée (évidemment lumineuse, climat oblige) de passer dans l’International Herald Tribune, quotidien fort lu par les internationaux, une petite annonce sollicitant un « poste intéressant même si inhabituel (…) sauf mariage ». Non qu’il soit gay, bien qu’élevé en pension depuis l’âge de 7 ans et connaissant à peine son père, mais ne voulant pas s’installer avec mémère, maison et mômes.

Le destin va décider pour lui. Convoqué par un riche homme d’affaire du nom de Poe, il va habiter dans un grand appartement ouvert sur la baie à Monaco et jouir de 20 000 francs par mois pour seulement se laisser vivre là-bas. Pourquoi cette générosité ? Pour éviter le fisc qui taxe les non-résidents comme résidents lorsqu’ils ne vivent pas au moins six mois et un jour sur le territoire français. Bennett va devenir Poe et signer des notes de restaurant, payer des contraventions, en bref produire du papier pour les dévoreurs de paperasse de l’administration fiscale.

Cette vie facile est occasion d’inviter une ex-copine de la pub. Sauf qu’une mallette doit être livrée un soir et que le sbire personnel de Poe doit venir la prendre un peu plus tard. Et que la copine sortant de sa douche la donne bien volontiers aux deux Italiens bien aimables qui se présentent à la porte de l’appartement, alors qu’elle a envoyé Bennett l’approvisionner en clopes. Erreur fatale ! La mallette, d’un prix inestimable car elle contient les formules et les documents permettant de cultiver la truffe noire, a été volée !

Poe n’est pas content et exige de Bennett qu’il se rachète en allant participer aux enchères du mafioso italien qui a fait main basse sur la came et veut la vendre au plus offrant. Sous le couvert d’une société d’investissement suisse et flanqué d’une acolyte juive américaine experte en close-combat, Bennett va connaître sur le yacht l’adrénaline de toute une vie. La fille séduit le vieux, l’assomme et le ligote, et s’enfuit à poil de sa cabine avec pour tout bagage la précieuse mallette. Le couple fuit à la nage et vole une voiture, elle en chemise mouillée sur ses formes érotiques et lui torse nu sous son blazer.

Mission accomplie ? Pas vraiment. Car la fille en veut plus que les dérisoires 50 000 $ promis, dont elle n’est d’ailleurs pas sûre que lui donne son ex-amant Poe, lui qui l’a jetée pour une plus jeune Chou-chou. Elle en saurait trop, tout comme le savant agronome qui a été tué par « accident de voiture ». Elle décide Bennett à la suivre et à demander 1 million.

Commence alors une course-poursuite mettant en scène des flics corses mafieux, des moines amateurs de vin et la Présidence de la République. C’est truculent, empli de rebondissements, parsemé de drôleries. Bennett est un rien benêt mais d’un humour acide ; Anna décidée mais timorée seule.

Peter Mayle, mort début 2018, connait bien la Provence pour y avoir vécu et écrit ; Bennett est un peu son double, célibataire, et Georgette la villageoise sa femme de ménage. Une année en Provence racontant son existence d’expatrié au soleil fut un best-seller qui fit monter à l’époque les prix de l’immobilier dans la région sans le vouloir.

Le roman est extrêmement agréable à lire, truffé de pointes d’humour à l’égard des Français de Provence et de l’Administration en général. Sa fin est merveilleuse, profondément satisfaisante au lecteur. Vous avez dans ce Diamant un peu plus de deux heures d’un vrai bonheur de lecture.

Peter Mayle, Le diamant noir, 1996, Points Seuil 2001, 293 pages, occasion €1.35

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Croisière en Floride et fin du périple

En mer, gymnastique, salsa, tennis de table, ventes de sacs à main, bingo, guitare et voix ; au théâtre ce soir Les Pampas Devils qui proposent du tango d’Argentine, un spectacle gaucho, découverte du porto (il doit encore rester des bouteilles !) – et casino. Pour le restaurant, on est prié de se vêtir en tenue de gala ou d’aller finir les restes au buffet !

Aujourd’hui on vend des t-shirts BCRF pour la recherche du cancer du sein, le Norovirus est toujours présent à bord de l’Infinity, casino, préparer vos valises, encore du vin (français cette fois) à tester, encore des émeraudes à vendre… Des achats à faire encore et toujours à partir de 1$ et jusqu’à 75% de rabais sur certaines marchandises. Profitez, profitez, demain débarquement à Fort Lauderdale.
Fort Lauderdale, Floride, arrivée 7h, débarquement régimenté.

La distance totale que nous avons parcourue est de 4 523 milles nautiques (1 mille nautique = 1,85 km)

Pour rejoindre la sortie, il faudra patienter plus de deux heures pour accéder aux guichets de la police américaine, pour se faire prendre les empreintes des deux mains et photographier. Grâce à S. de Monaco nous pourrons prendre un taxi, à nos frais, et rejoindre notre hôtel à Miami. M. et moi ne sommes pas en forme du tout, V. qui était malade durant toute la croisière semble aller un peu mieux mais elle demeure très faible. Nous avions prévu de faire plus ample connaissance avec Miami, nous n’oserons qu’un petit tour le long du port avant de regagner notre chambre. Demain il faudra prendre l’avion pour Los Angeles. Le fenua nous manque.

miami sapin de noel

L’avion est surbooké, en retard, il n’y a pas même de place pour le bagage à main de 3 kilos… une vraie pétaudière. Heureusement nous retrouvons J. et le chien Freddy. Le beau temps nous a quitté, il fait froid, quoi de mieux pour se réchauffer que d’aller dans un centre commercial ? C’est bientôt Noël, les gens font la queue pour manger, pour se faire prendre en photo, pour acheter. Alors les crèmes glacées, tout en couleurs, sont les bienvenues pour les faire patienter !

Pour terminer le voyage avec Air Tahiti Nui, le repas spécial que j’avais commandé n’était pas dans l’avion ! Pour le prochain voyage sur ATN, je me munirai d’un panier-repas avec poisson cru au lait de coco, riz chaud, quart de vin blanc (les boissons sont-elles à nouveau autorisées à apporter au-dessus de 100 ml ?), au moins je pourrai me restaurer normalement.

sculpture de fruit

Nos commentaires ne seront pas trop élogieux :

L’agence de voyages de Monaco de S. n’est pas absolument pas capable de faire un travail correct, puisqu’elle propose un San Diego-Miami elle est à notre avis indigne de représenter la compagnie de navigation Celebrity.

Le bateau est très confortable mais nous conseillons d’éviter sur le pont 8 les cabines près de la bibliothèque comme les n°8123 et suivants car il y règne un froid sibérien. L’ingénieur requis avoue que cela a toujours été ainsi, que le froid vient du pont 10. OK, mais le pont 9 ne souffre pas de cet air glacial et il est bien entre le 8 et le 10, non ? Nous avions pensé qu’un tupapau avait investi les lieux.

La nourriture est insipide, au restaurant Treillis, on sert un cocktail de crevettes, crevettes dont on a omis d’enlever le filament noir donc retour en cuisine, je commande une salade de roquette on me sert de la salade iceberg, le menu indique un poisson de profondeur, ici en Polynésie on le nomme paru, c’est délicieux, très fin, ce poisson arrivé dans l’assiette de V. est servi sur des pois chiches et ce n’est pas du tout celui annoncé, les noms ronflants du menu en français sont sensés embellir les assiettes mais rien n’a de goût, ni les entrées, ni le plat, ni le dessert – rien n’a de goût. Certes, on peut commander toute la carte mais le premier plat, le troisième ou le dernier ont tous le même goût, plutôt la même absence de goût… Pour un bateau qui se voulait à la pointe de la cuisine…

 sculpture de fruit b

Mais j’y pense : ne serait-ce pas un problème de carte de paiement ? Au self, un jour lentilles à la nage, le lendemain lentilles essorées, le surlendemain lentilles séchées, il n’y a pas eu de quatrième jour sinon cela aurait été certainement lentilles amidonnées ou tas de lentilles lessivées. J’ai commandé un ceviche, il y avait du poisson… mais pas une goutte de citron ! Pour les desserts, c’était la pavlova… un truc collant loin des entrechats de la danseuse, une autre fois avec toujours un nom pompeux on aurait dit du fromage blanc, non, non, un carré de Kiri, posé dessus du vernis rouge et encore au-dessus une feuille de menthe, de la vraie menthe ! Nos estomacs se sont refermés et plus rien ne passait sinon un thé…

sculpture de fruit c

Si V et moi-même additionnions les croisières effectuées sous des cieux différents, jamais au grand jamais nous n’avons aussi mal mangé sur l’une d’elle. Même sur la felouque du Nil où notre accompagnateur nous a servi du kitkat. Quand nous dialoguons avec Tahiti par mail, on nous apprend qu’un grand nombre de personnes ont été malades sur un des Princess, le Crown, je crois. C’est grâce certainement aux prières de mes amies adventistes que nous n’avons pas été malades comme ceux du Princess. Merci Seigneur comme disent les Polynésiens.

Pour celles et ceux qui seraient tentés par une croisière, choisissez bien, ayez aussi beaucoup de chance… ou un compte carte bleue bien approvisionné !

Hiata de Tahiti

Catégories : Etats-Unis, Mer et marins, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Croisière tiroir-caisse

Hiata quitte Tahiti pour quelque temps. Péripéties…

Une envie de croisière pour la fin de l’année avec un grand nombre de jours en mer, ce serait bon pour la santé de V. Des heures à respirer l’air du large, quelques excursions mais pas trop, un départ de la côte pacifique des USA, cela devrait nous satisfaire. L’Internet nous fournit des exemples de croisières, trop courte, trop chère, pas assez de jours à passer dans les fauteuils du pont. Enfin un miracle, nous tombons d’accord sur une croisière qui pourrait convenir. Nous sommes trois, H.M. et V., femmes « célibataires », fin octobre. C’est bon pour toutes ? Bien. Renseignons-nous plus en détails maintenant.

Mais voilà qu’un invité surprise se propose de venir envahir la maison de M. pour assister à un championnat de pétanque. Oh ! Il ne pourrait pas se trouver un autre gîte ? L’individu, un citoyen français vivant chez les Kiwis ça insiste, ça grogne, ça menace… M. cède et nous devons reporter notre croisière. Le représentant du croisiériste est domicilié à Monaco (hum !) : les sociétés paient moins d’impôts au pays du Prince ? Ce sera San Diego-Miami avec passage du Canal de Panama.

bateau celebrity infinity

Monaco qui vit sous régime princier ne sait pas qu’à 18 000 km de la principauté il y a un décalage horaire de 12 heures. On nous appelle en pleine nuit pour demander quand nous paierons… mais nous ne sommes pas encore inscrites ! On nous vend la croisière, les hôtels, les avions, enfin tout, il faut se décider tout de suite car « il n’y en aura pas pour tout le monde », c’est Carrefour qui dit cela ! La croisière ? On en veut bien mais pour le reste nous ferons les réservations nous-mêmes. A l’autre bout c’est déjà nettement moins aimable ! S. est notre « Conseillère », si nous avons besoin de… et de… elle est « à notre disposition ». En février 2014, nous lui envoyons un mail pour avoir des précisions sur telle et telle chose. Nous sommes en janvier 2015 et toujours pas de réponse. Allo Monaco ? vous êtes là Monaco ? Ben non, ils ont dû déménager. Seulement après avoir payé la somme demandée, Monaco nous envoie, toujours par courriel confirmation de notre réservation de croisière San Diego-Miami sur l’Infinity avec obligation de payer le reste avant telle date. Comme dit le Hollandais « Eerst betalen, dan kijken » : casque d’abord, on verra ensuite…

 bateau celebrity infinity grand escalier

Nous nous mettons en quête d’avions pour aller de Tahiti aux USA (ce n’est pas tous les jours !) pour ensuite voir si un ami américain peut nous mener en voiture un week-end à San Diego. Nous y dégotons un petit hôtel sympa afin d’y demeurer quelques jours avant l’embarquement. Et pour le retour, un hôtel à Miami et un vol pour nous ramener chez J. où nous attendrons l’avion de retour pour le fenua. Cela ne se déroule pas trop mal. Le solde réglé, nous attendons les instructions pour envahir les États-Unis. Allo S. de Monaco, y-a quelqu’un ? Mince alors, ils ont rayé Monaco de la liste des pays à décoloniser comme au fenua ? J’apprends en lisant les news que la Princesse attend des jumeaux. Félicitations au jeune couple. Au moins des bébés qui auront de quoi se nourrir et vivre décemment. Mais toujours aucune nouvelle de S. Aurait-elle déménagé, serait-elle malade, aurait-elle quitté cette société pour une meilleure place ? Que de questions demeurées sans réponse ? Nous sommes en octobre 2014 maintenant…

bateau celebrity infinity pont 10 piscine et spa

Après avoir soldé la croisière, j’ose de nouveau écrire à S. pour recevoir dans les meilleurs délais les documents pour accéder au bateau. Je réceptionne par mail, 14 pages à imprimer ! Ouf, S. est vivante ! Première surprise, la croisière va de San Diego à… Port Lauderdale : ce n’est pas Miami ! Mes amies qui sont branchées Internet et consorts tentent de joindre S., par mail, par téléphone. Tenez-vous bien : une fois elle n’est pas arrivée, une fois elle est arrivée mais n’a pas encore branché son ordinateur, une autre fois elle est occupée par d’autres appels, on nous refile alors de faux numéros pour appeler le service clients, le service client enfin trouvé ne s’occupe absolument pas des problèmes clientèle. Alors le service clients il sert à quoi ? Une autre réponse est : Port Lauderdale pareil que Miami, c’est juste à côté. Toujours aussi faibles en géographie les Français ! Encore et toujours S. est aux abonnés absents. Voyez vous-mêmes la croisière payée allait bien de San Diego à Miami. Nous sommes donc trois pommes roulées dans la farine par S. de Monaco. L’erreur est humaine, il suffirait de l’admettre et de rembourser les frais inhérents à cette erreur et ne pas se défiler sous de piètres prétextes…

bateau celebrity infinity piano

Maintenant parlons du bateau. Construit dans les chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire en 2001. Rénové en 2011, presque neuf, quoi ! Nombre maximum de passagers : 1950/2450 (les 500 en plus on les met dans la cale, ils suivent en nageant ?) Équipage : 999 individus. Style de croisière : élégant (j’y reviendrai plus tard). Pavillon du navire : les Bahamas. Officiers de navigation : Grecs. Nationalités des membres de l’équipage : internationale. Nous y rencontrerons des Philippins, des Haïtiens, des Serbes, des Ukrainiens, des Mauriciens, et beaucoup d’autres Le bébé Infinity est long de 294 m et jauge 90 228 tonnes ; il peut naviguer à une vitesse de 26 nœuds.

Il se veut un navire de croisière au top pour la santé, pour la nourriture – pour tout ce qui peut prendre grand soin de votre carte bancaire. Une salle de spectacles de 900 places, un casino (par ici la monnaie), une discothèque, un ciné, des commerces de luxe (carte bancaire à jour SVP), des spas, deux piscines, des restaurants certains payants (CB indispensable), des ascenseurs en verre avec vue sur l’océan, un restaurant sur deux étages et bien d’autres gâteries – le luxe quoi ! Bientôt, en 2015, une « Suite class » est annoncée avec grand fracas. Ce sera comme sur le Titanic, les riches auront un majordome, un restaurant privé, un bar VIP, des boissons VIP, des domestiques pour VIP, des places réservées dans le théâtre, peut-être piscine et spa privés itou (et les canots de sauvetage ?). Le menu fretin serait donc séparé des VIP par des grilles (?) comme sur le Titanic et devrait se contenter d’un burger, d’une saucisse, ou d’un poisson qu’il aurait eu la chance de pêcher lui-même ? Il serait prié de prendre les escaliers et non les ascenseurs (c’est pour maigrir), etc. D’autres précisions et surprises seront peut-être dévoilées à l’embarquement.

C’était – sommairement – le décor planté. Nous allons entamer le voyage…

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , ,