Articles tagués : refinancement

Épargner en rendements faibles

La génération des 30-40 ans aujourd’hui n’a vécu qu’avec des rendements élevés de placement. Cette période est terminée pour longtemps. La grande inflation des chocs pétroliers successifs de 1973 (guerre du Kippour) et 1979 (révolution islamique en Iran) a culminé en 1982. Depuis, les banques centrales, les gouvernements et les instances de coordination internationales ont tout fait pour ramener l’inflation dans son trend « acceptable » de 2 à 3% l’an, rendant de 1982 à 2002 le placement obligataire incomparable. C’est terminé, l’inflation est quasi nulle et les obligations ont des rendement faibles, donc les actions aussi.

Pourquoi de faibles rendements ?

En contraignant les budgets d’État et les coûts des entreprises, en émettant de la liquidité au prix de bulles d’actifs, en favorisant par la déréglementation l’inventivité financière, le système a généré la crise de 2007 dans laquelle nous sommes toujours. Celle-ci n’est que l’apogée de la maladie : ce n’est pas la crise qui a créé la situation actuelle, mais le système qui est entré en crise aiguë en raison de son organisation.

On ne peut durablement exploiter la planète sans merci, ni susciter des désirs sans limites, ni rechercher en même temps le moindre coût salarial et ne payer que l’impôt minimum. Arrive un moment où le « trop » inverse la correction légitime en torture. Rechercher la meilleure productivité en entreprise, dégraisser le mammouth de la bureaucratie d’État, inciter au travail et à l’initiative plutôt qu’à l’assistanat sont de bonnes choses. Mais comprimer les salaires et les emplois, assécher les investissements publics, laisser sur le carreau des millions de consommateurs citoyens sans moyens d’acheter ni de contribuer raisonnablement à la vie en société est contreproductif.

Aujourd’hui va durer

D’où notre situation actuelle sans inflation mais sans croissance, à faible emplois et fortes délocalisations, où les États sont désormais impuissants par contrainte budgétaire. Situation qui va durer car la démographie des pays développés (et de la Chine) est vieillissante, ce qui signifie moins de gens au travail, moins de prise de risque industriel, une épargne orientée vers la rente, la demande plus forte de prestations sociales et le souci des placements retraite.

Comment ne pas comprendre qu’en faible inflation, due à une faible croissance qu’un vieillissement général conforte, les taux offerts par l’épargne courte, par les obligations longues et par les actions soient bas, générant des rendements de placement minimum, ce qui incite les épargnants à s’éloigner des marchés financiers ?

Que peut-on espérer ?

Le rendement des actions est traditionnellement plus élevé que le rendement des obligations car les actions sont plus risquées, exigeant donc une prime. C’était le cas jusqu’aux années 2000. Mais le triple krach des technologiques (2000), des malversations comptables (2002) et des subprimes (2007), a fait chuter la bourse et engendré une méfiance grave et durable.

Les États sont intervenus pour sauver les banques, aider les grandes entreprises et assurer un filet de sécurité aux travailleurs licenciés, dans le même temps que les rentrées fiscales s’effondraient. D’où leur endettement, qui les contraint à limiter leurs investissements. Mais il y a dette sûre d’être remboursée et dette fragile, d’où la sélection des États solvables : États-Unis, Allemagne, France… Ceux-là voient leurs emprunts très demandés, donc leurs taux de rendement très bas. Ils sont même « négatifs » en référence à l’inflation sur la durée du placement. Les investisseurs préfèrent placer en titres d’État, même s’ils perdent un peu, que de ne pas placer du tout ou d’investir dans des produits plus risqués. Nous avons donc des taux à court terme négatifs en réel (taux servi – inflation) et des taux à long terme proches de zéro en réel (taux servi ne couvrant pas la somme inflation + risques sur la durée + impôts sur les intérêts). Donc rien à attendre des obligations d’État.

Taux du tableaux : 2e trimestre 2013, à prendre comme comparatif, pas comme absolu.

indicateurs 15 fevrier 2013

Ce n’est guère mieux du côté des obligations d’entreprise. Ces dernières mettent à la cape devant la chute de la consommation et préfèrent n’investir que là où la demande existe : hors des pays développés où les surcapacités et les coûts sont élevés. On le voit en France avec l’automobile, le pneu, le textile, la fabrication de téléphones… Les taux de refinancement très bas sur les marchés les incitent à chercher des crédits non pas dans les banques (elles-mêmes contraintes par leurs bilans entaché des produits toxiques et par les nouvelles normes en capital de Bâle III), mais auprès du public. Sauf que les actions séduisent peu. Les obligations d’entreprise (corporate) sont plus demandées, offrant un rendement supérieur aux emprunts d’État mais avec moindre risque sur le capital. Cependant, l’offre et la demande jouent : ces obligations d’entreprise sont rares, les bonnes encore moins, et la concurrence des emprunts d’État est très faible en termes de rendement. D’où les taux peu attrayants à long terme des obligations d’entreprise… sauf à prendre du risque : les obligations à haut rendement offrent du 6% aux États-Unis, mais risquent de n’être pas remboursées à terme.

Autant aller sur les actions

Encore que la consommation demeurant faible (et n’étant pas amenée à reprendre « comme avant »), la croissance du bénéfice n’est pas forte (sauf chez les émergents), et rares sont désormais les entreprises à pouvoir offrir un couple rendement/risque attrayant sur des années. Le rendement long terme passé (dividendes + gains en capital – frais et taxes) était autour de 6% l’an. Désormais, le rendement réel des actions ne devrait être qu’environ 3% l’an selon les prévisions du Crédit Suisse (Global Investment Returns Yearbook 2013). Certes, on trouve des actions dont le rendement dividende/cours rapporte de 7 à 10% sur le marché (Total Gabon, GDF Suez, France Télécom, Noepost, EDF, Bouygues, Veolia) – mais ce dividende est décidé chaque année et peut ne pas durer ; il fait aussi état d’une baisse du cours de l’action qui n’est pas bon signe, les investisseurs ont des doutes sur la croissance de l’entreprise…

Rendements actions obligations 1950-80 et futurs

L’immobilier ferait-il mieux ?

Les investisseurs se sont rués sur lui dès 2008 en sortant des marchés financiers et surtout des banques sinistrées. Mais il connaît des cycles liés à l’inflation, à la démographie, à l’offre et à la demande… et à la fiscalité. Principal rempart contre la hausse des prix, il n’a guère d’intérêt quand elle n’existe pas. La démographie ne lui est guère favorable puisque ce sont les jeunes couples qui font l’essentiel de la demande de neuf ; les retraités n’ont plus les moyens de s’endetter et ils sont souvent déjà pourvus ; les étrangers désertent les incessants changements de la fiscalité française. L’offre et la demande jouent désormais un grand rôle, faisant monter le centre-ville bien placé et baisser le rural isolé de tout, permettant la liquidité du pas trop grand pas trop cher et isolant en transactions confidentielles les surfaces importantes. La fiscalité, touchant ce qui ne peut ni partir ni se dissimuler, est cruciale pour décider les transactions. Les modifications récentes en France ne vont pas dans le sens d’un rendement correct de l’immobilier placement.

En bref

  • Moins que l’inflation sur les placements à terme ou les SICAV monétaires à moins d’un an – préférer le Livret A.
  • Autour de zéro en réel sur les emprunts d’État à moyen et long terme – évitez.
  • Un tout petit peu plus sur les obligations d’entreprises solides à long terme (mais des frais de gestion à prévoir car ces titres sont difficilement accessibles aux non professionnels) – à n’acheter qu’en FCP ou SICAV.
  • L’immobilier peut rapporter en France autour de 2 à 4% selon la fiscalité d’aujourd’hui (et le travail qu’on est prêt à y mettre) – préférer le centre ville bien placé.
  • Quant aux actions, elles restent probablement le meilleur placement à long terme, autour de 3% réels l’an en moyenne – sachant qu’il peut se passer des années de crise ou de marasme où leur rendement n’est pas très grand – mais n’acheter que pour 5 à 10 ans au moins.
  • L’or n’a d’intérêt que si le système financier mondial explose – ce que personne n’a intérêt à voir survenir. Mais il coûte à conserver en sécurité et ne rapporte aucun dividende
  • Il reste évidemment les produits dérivés, mais le risque et la fiscalité sont dissuasifs aux épargnants !
Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La Banque centrale européenne ne peut pas tout

Le Conseil des Gouverneurs de la Banque centrale européenne a laissé inchangé son taux directeur à 1,5% mais annonce des mesures non conventionnelles pour soutenir la liquidité bancaire. Le danger reste en effet que les banques ne se prêtent plus entre elles, pour cause de défiance sur leurs engagements en emprunts d’États risqués (dette grecque, portugaise, espagnole, italienne…). Donc que les fonds manquent pour prêter aux entreprises. Les banques prêtent environ six fois leurs dépôts, en empruntant ce qu’elles n’ont pas à mesure. Cette situation de pénurie de fonds prêtable s’appelle en français assèchement du crédit (credit crunch en anglais).

Contre cette situation, trois outils : baisser les taux, recapitaliser les banques, redonner confiance : la BCE ne peut pas tout.

  1. Baisser les taux est une arme efficace… sauf lorsque les taux sont proches de zéro. Puisqu’on ne peut pas payer les gens pour emprunter, les taux négatifs sont impossibles car ce qui manque est l’envie ou le besoin d’emprunter. Ce qu’on appelle la trappe à liquidités. La BCE garde la possibilité de baisser ses taux de 1.50% à 1%, voire en-dessous si la conjoncture s’aggrave. L’inflation devrait reculer, du fait de l’inertie des prix pétroliers, et la BCE ne tire pas toutes ses munitions de suite car la psychologie compte beaucoup en finance.
  2. Recapitaliser les banques passe par un appel aux actionnaires ou aux États. Mais pas avant d’avoir réglé politiquement le problème des dettes des États défaillants de la zone euro. Les emprunts d’État – dits « sans risques »… – entrent en effet dans les ratios de fonds propres exigés des banques pour garantir leurs dépôts et leurs risques de prêts, selon les accords de Bâle. Les actionnaires ne veulent pas s’engager sans projet, quant aux États, ils sont contraints par leur endettement. S’ils devaient à nouveau « sauver » le système bancaire, nul doute que les banques seraient nationalisées ou du moins largement contrôlées – ce qui serait au détriment de leur place internationale. Une action en dernier ressort.
  3. Redonner confiance aux établissements pour qu’ils se prêtent à nouveau entre eux passe par une politique claire : que les actionnaires prennent leurs risques (acceptent une dévaluation de 50% des emprunts grecs qu’ils possèdent, par exemple) ; et que les États avancent dans le processus politique européen. Le fonds de garantie européen est prévu pour garantir les emprunts grecs, mais serait insuffisant si l’Espagne ou l’Italie, pays autrement plus gros, devaient faillir à leur tour. C’est surtout la concertation économique et fiscale qui manque à la zone, toujours handicapée par des élections quelque part. La recapitalisation est un processus politique qui prend du temps.

A moins qu’une aggravation brutale de crise force les politiciens à faire enfin leur métier, qui est de contraindre les opinions publiques dans l’intérêt général. Pas plus lors de crises financières que sur un champ de bataille on ne tient compte des sondages sur les soldats engagés : on commande et on évalue ensuite. C’est ce que fit Roosevelt dans les années 1930 et les États-Unis ne s’en sont portés que mieux.

En attendant les politiciens, la BCE déploie les outils de crise à sa portée :

  1. les enchères illimitées à taux fixe pour les opérations de refinancement des banques jusqu’en juillet 2012.
  2. des opérations de refinancement à 12 mois aux enchères en octobre et décembre.
  3. un programme de rachat de Covered Bonds (obligations adossées à des créances hypothécaires ou à des créances du secteur public) jusqu’en octobre 2012 pour un montant total de 40 milliards d’euros.
  4. Une éventuelle baisse du taux directeur en décembre ou plus tard.

La Banque centrale applique le principe de séparation entre les mesures statutaires pour la stabilité des prix à moyen terme, et des mesures non conventionnelles pour aider à une meilleure transmission de la politique monétaire à l’économie réelle via les banques. Le taux de refinancement à 1,5%, compte tenu d’une inflation à 3%, donne aujourd’hui des taux réels négatifs. Mais les tensions sur les emprunts d’États européens et la contagion au système bancaire font monter les primes de risque exigées, tandis que les banques peinent à trouver la liquidité pour prêter.

La tâche de la BCE est de tenter de passer le cap en attendant que les politiciens européens trouvent, dans la lenteur électorale et les palabres démocratiques, une réponse crédible globale à la crise des dettes souveraines. Fournir la liquidité aux économies reste indispensable à la croissance (déjà très faible). Car plus la crise dure, plus la confiance disparaît et met du temps à revenir, plus les investisseurs comme les consommateurs hésitent à agir. L’austérité budgétaire n’est utile aux États que si elle force les opinions aux réformes d’organisation et d’efficacité des services publics, pas si elle pénalise l’investissement public et coupe brutalement dans les filets sociaux.

Parmi les trois acteurs que sont les banques, la Banque centrale et les États de l’Eurozone, chacun doit y mettre du sien : les banques en acceptant des pertes sur leurs emprunts grecs et en cantonnant leurs investissements financiers risqués, la BCE en jouant sur ses leviers des taux et des enchères de rachat d’emprunts éligibles, les États en se réformant mieux et en organisant une concertation européenne qui manque cruellement (y compris sur la régulation du système financier). Vaste chantier pour les futurs élus polonais, français et allemands !

Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,