Articles tagués : sodas

Gens de Tahiti

L’INSEE compte 275 918 habitants en Polynésie française en 2017. Les Marquises ne comptent que 9350 personnes et les îles Australes 6970. Les retours dans les îles entre 2007 et 2012 en raison de la crise économique, avaient augmenté ; depuis 2012, ils diminuent.

La fécondité baisse et les départs de la Polynésie française restent plus importants que les arrivées, notamment pour les jeunes avant 25 ans dont un dixième quitte le territoire. 17 500 personnes sont parties de Polynésie depuis 2012, soit 6 % de la population – car seulement 44 % de la population au-dessus de 15 ans déclare occuper un emploi. C’est donc la recherche de travail et les études qui poussent à partir et à s’installer ailleurs.

Près de la moitié des Polynésiens vivent en noyaux familiaux d’environ six personnes. Les familles nombreuses ne représentent que 8 % des ménages et les familles monoparentales seulement 6 %. Les personnes âgées de plus de 60 ans comptent pour 12 % de la population et 36 % d’entre elles vivent avec leur famille plus ou moins élargie car seulement 21 % des plus de 60 ans travaillent. Les trois quarts des emplois sont dans le secteur tertiaire du commerce, des services, notamment l’hôtellerie et la restauration. Ce n’est qu’aux Tuamotu-Gambier qu’une personne sur deux travaille dans la pêche, la perliculture ou le coprah. L’industrie ne représente que 7 % de l’emploi total en Polynésie dont la moitié dans l’alimentaire et les boissons. Seulement 1200 personnes travaillent dans l’artisanat. La moitié des foyers est équipée d’un ordinateur avec connexion Internet, sauf aux Tuamotu-Gambier, moins bien desservis par l’éloignement.

L’espérance de vie moyenne est de 77 ans car le taux d’obésité a beaucoup augmenté depuis 30 ans dans les îles du Pacifique. La question s’est posée de savoir pourquoi plus dans les îles qu’ailleurs. Il est probable que les sociétés traditionnelles agricoles vivant de fruits, de légumes et de la pêche n’étaient pas préparées biologiquement par les millénaires à l’arrivée de produits venus de l’extérieur. L’arrivée des militaires américains pendant la seconde guerre mondiale puis l’essor des communications et du tourisme après introduit de nouvelles nourritures, parfois moins chères et plus séduisantes. Le mode de vie moderne des activités tertiaires est sédentaire. Il est mauvais pour la santé de ceux qui ne sont pas habitués depuis des générations. La nourriture importée, notamment le sucre, la farine, l’huile à friture, les sodas et la bière – même la viande en conserve – offre trop de calories par rapport au régime traditionnel.

Des chercheurs pensent que les corps des insulaires du Pacifique sont génétiquement programmés pour stocker le gras plus que les autres parce que vivre sur des îles loin de tout subissant des tempêtes et des cyclones, voulait dire connaître de longues périodes de restriction ou de famine. Pour le reste du temps, se nourrir demandait un travail physique important pour cultiver la terre et aller pêcher. Dans un nouvel univers de métier sédentaire et de fast-food, la prise de poids s’explique facilement.

Mais il n’y a pas que cela. La culture joue aussi un rôle car, dans l’imaginaire, un physique imposant est considéré comme un statut de richesse et de puissance. Les chefs traditionnels bénéficiaient de repas plus copieux que le reste de la population et présentait un corps dodu et un teint florissant. Ce n’est qu’avec la nouvelle norme véhiculée par le cinéma  américain que les jeunes femmes comme les jeunes hommes se doivent être au standard mince et aux attributs sexuels bien marqués : Barbie et Ken. Cette obésité engendre le diabète et réduit l’espérance de vie.

Ce n’est que par l’éducation à bien se nourrir, la revalorisation des cultures polynésiennes et par l’écologie encourageant la production locale que ce fléau pourra être enrayé.

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Oranges et jus de fruit à Tahiti

Vous connaissez les oranges de la Punaruu, le défilé des porteurs d’oranges et les festivités à Punaauia ? Eh bien, j’ai découvert les oranges de la vallée d’Orofero, une concurrence aux cueilleurs de Paea à ceux de Punaauia.

Pour aller à la rencontre des oranges il faudra crapahuter deux heures durant alors il faut bien se chausser. Baskets ? – refusé ; pataugas ? – refusé ; chaussures de montagne ? – refusé ; Doc Martens ? – refusé. Une paire de nouilles, ces godasses en plastique transparent qu’on enfile pour marcher sur le récif sont préférables à celles citées précédemment. Il faudra traverser plusieurs gués, une dizaine avant le refuge.

orange morceaux

En avant pour deux heures de marche. Partis vers 18 heures, la nuit est tombée d’un coup et les lampes frontales s’allument, les cueilleurs montent en file indienne, en faisant attention où poser les pieds sur les racines, les rochers. Repas et repos, la journée de demain sera longue.

Le café chaud au réveil, la viande de cochon sauvage, des pois cassés, du riz dans une énorme assiette. Après la prière, tout le monde est prêt. Il leur faut encore monter pour aller les chercher ces fruits orangés. Il faut surveiller les pieds de celui qui précède. La pente est de 30%, il y en a qui jouent aux chamois paraît-il. Alors chacun pour soi. La descente est redoutée car beaucoup plus difficile. Les hommes grimpent dans les orangers pour la cueillette. Il faut compter les oranges, ils sauront ainsi s’ils pourront les redescendre ! Aïe les trapèzes quand les deux sacs fixés sur un bambou feront de cet homme un cueilleur d’oranges, un vrai. Il paraît que le goût de cette orange est incomparable. Je ne vous en dirai pas plus sur cette orange d’Orofero, je n’aime pas, donc je ne mange pas d’oranges.

citrons

Rhum ? Jus de fruits frais ? Si vous fréquentez le marché de Papeete en fin de semaine vous avez certainement vu le stand de D.M. Comme tout Chinois de son époque, D.M. a grandi dans le faapu familial. Il cultive 4 hectares de cannes à sucre pour la fabrication de son rhum « Tamure rhum » à Papara et 13 hectares d’arbres fruitiers à Papeari pour la production de jus de fruits frais.

papaye des triples tahiti

Il y produit citron, papaye, gingembre, fruit de la passion et pamplemousse. Il a ouvert un point de vente à Punaauia, à la sortie de Carrefour, pour vendre ses jus frais. Il presse devant vous, il veut être transparent avec sa clientèle, le jus de canne à sucre avec la papaye, le corossol, le gingembre, le fruit de la passion, la goyave ou encore vous sert l’eau de coco. A la vôtre !

Fini, plus d’alcool en vente libre a Teva i uta, ainsi en a décidé la mairesse. Bientôt les élections municipales, il semble que des mères de famille soient aller se plaindre auprès de la mairesse que  leurs époux dépensaient tout l’argent du ménage dans l’achat de boissons alcoolisées et donc qu’elles n’avaient plus de sous pour acheter du ma’a ! Tavana (maire) a ressorti un vieil interdit qui ne permettait nullement aux magasins de Teva I Uta de vendre de l’alcool. Mais qu’est-ce que nous allons boire alors ? Pas de sodas car la populace est obèse, pas d’alcool car les mômes n’ont plus rien à se mettre sous la dent, et pas d’eau puisque l’eau ne circule plus dans les canalisations qu’entre environ 6h30 ou 7 heures jusqu’à 21 ou 22 heures. Mais Madame la Mairesse, on risque de mourir de déshydratation ! Sous peu, mes amis, vous pourriez lire dans la presse internationale que les habitants de Teva I Uta se sont desséchés par manque de liquide. Au moins on parlerait de nous, mais nous ne le saurions pas puisque nous serions morts et bien secs ! Les clients potentiels iront se fournir dans les communes limitrophes, et l’on assistera à une augmentation de détaillants clandestins. Une interdiction ne doit-elle pas être limitée dans le temps et l’espace pour être légale ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,