Articles tagués : marquises

Gens de Tahiti

L’INSEE compte 275 918 habitants en Polynésie française en 2017. Les Marquises ne comptent que 9350 personnes et les îles Australes 6970. Les retours dans les îles entre 2007 et 2012 en raison de la crise économique, avaient augmenté ; depuis 2012, ils diminuent.

La fécondité baisse et les départs de la Polynésie française restent plus importants que les arrivées, notamment pour les jeunes avant 25 ans dont un dixième quitte le territoire. 17 500 personnes sont parties de Polynésie depuis 2012, soit 6 % de la population – car seulement 44 % de la population au-dessus de 15 ans déclare occuper un emploi. C’est donc la recherche de travail et les études qui poussent à partir et à s’installer ailleurs.

Près de la moitié des Polynésiens vivent en noyaux familiaux d’environ six personnes. Les familles nombreuses ne représentent que 8 % des ménages et les familles monoparentales seulement 6 %. Les personnes âgées de plus de 60 ans comptent pour 12 % de la population et 36 % d’entre elles vivent avec leur famille plus ou moins élargie car seulement 21 % des plus de 60 ans travaillent. Les trois quarts des emplois sont dans le secteur tertiaire du commerce, des services, notamment l’hôtellerie et la restauration. Ce n’est qu’aux Tuamotu-Gambier qu’une personne sur deux travaille dans la pêche, la perliculture ou le coprah. L’industrie ne représente que 7 % de l’emploi total en Polynésie dont la moitié dans l’alimentaire et les boissons. Seulement 1200 personnes travaillent dans l’artisanat. La moitié des foyers est équipée d’un ordinateur avec connexion Internet, sauf aux Tuamotu-Gambier, moins bien desservis par l’éloignement.

L’espérance de vie moyenne est de 77 ans car le taux d’obésité a beaucoup augmenté depuis 30 ans dans les îles du Pacifique. La question s’est posée de savoir pourquoi plus dans les îles qu’ailleurs. Il est probable que les sociétés traditionnelles agricoles vivant de fruits, de légumes et de la pêche n’étaient pas préparées biologiquement par les millénaires à l’arrivée de produits venus de l’extérieur. L’arrivée des militaires américains pendant la seconde guerre mondiale puis l’essor des communications et du tourisme après introduit de nouvelles nourritures, parfois moins chères et plus séduisantes. Le mode de vie moderne des activités tertiaires est sédentaire. Il est mauvais pour la santé de ceux qui ne sont pas habitués depuis des générations. La nourriture importée, notamment le sucre, la farine, l’huile à friture, les sodas et la bière – même la viande en conserve – offre trop de calories par rapport au régime traditionnel.

Des chercheurs pensent que les corps des insulaires du Pacifique sont génétiquement programmés pour stocker le gras plus que les autres parce que vivre sur des îles loin de tout subissant des tempêtes et des cyclones, voulait dire connaître de longues périodes de restriction ou de famine. Pour le reste du temps, se nourrir demandait un travail physique important pour cultiver la terre et aller pêcher. Dans un nouvel univers de métier sédentaire et de fast-food, la prise de poids s’explique facilement.

Mais il n’y a pas que cela. La culture joue aussi un rôle car, dans l’imaginaire, un physique imposant est considéré comme un statut de richesse et de puissance. Les chefs traditionnels bénéficiaient de repas plus copieux que le reste de la population et présentait un corps dodu et un teint florissant. Ce n’est qu’avec la nouvelle norme véhiculée par le cinéma  américain que les jeunes femmes comme les jeunes hommes se doivent être au standard mince et aux attributs sexuels bien marqués : Barbie et Ken. Cette obésité engendre le diabète et réduit l’espérance de vie.

Ce n’est que par l’éducation à bien se nourrir, la revalorisation des cultures polynésiennes et par l’écologie encourageant la production locale que ce fléau pourra être enrayé.

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Tahiti adopte la gréviculture à la française

Air Tahiti, la compagnie locale a été en grève pendant plusieurs semaines en mai. Dans ce pays grand comme l’Europe, avec quelques confettis pour lieux d’habitations, l’avion sert au transport des médicaments, des produits d’urgence, des evasanés (pour raison médicale, traitements lourds comme dialyse, cancer…). L’hôpital du Taaone a pu constater une forte augmentation des évacuations sanitaires déclenchées par les archipels éloignés. Normalement, Air Tahiti (compagnie locale) transporte des passagers des îles qui doivent consulter des spécialistes à Papeete. Certains rendez-vous médicaux, non urgents, ont pu être reportés, mais ceux qui nécessitaient une prise en charge urgente ? Le Samu à Tahiti a dû pallier à cette défaillance d’Air Tahiti. 75 évasans (évacuations sanitaires) déclenchées en mai contre 49 en mai 2015 et 46 en mai 2014, ça fait une hausse de 50% ! Il a fallu aller chercher ces personnes aux Marquises, aux Australes et aux Tuamotu. Les dépenses supplémentaires ?

air tahiti

L’hôpital facture pour chaque sortie de ses équipes un forfait médical de 366 000 XPF (=3 067€). Air Archipel et Tahiti Helicopters, les principaux partenaires facturent 200 000 XPF (1 676 €) l’heure de vol. Un aller-retour sur les Marquises avec Air Archipel, c’est 7 heures de vol et une facture de plus de 3 millions de XPF (25 140 €).  Ça fait vraiment plus cher que le prix du billet sur un vol régulier d’Air Tahiti, mais bof ! Et si Air Archipels et Tahiti Helicopters ne sont pas en mesure d’effectuer une évasan, on demande à l’Armée et là c’est 602 000 XPF (5 045 €) pour le Dauphin, 672 000 XPF (5 631 €) pour le Casa et 3 millions de XPF (25 140 €) l’heure de vol pour le Gardian.

Et qui qui paie ? Ben c’est la CPS (Sécu de Polynésie) lorsqu’il s’agit de la prise en charge de ressortissants de la CPS ; pour les autres patients, c’est l’hôpital du Taaone qui casque, à charge pour lui de se faire rembourser ensuite !

Selon toute logique, la grève d’Air Tahiti a dû laisser une note très très salée ! Allo Paris ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , ,

Tahiti à voile

Les plaisanciers étrangers sont les bienvenus dans les marinas de Tahiti ; les riches surtout, ils dépenseraient énormément et auraient ainsi injecté 1 milliard de XPF dans l’économie du fenua. Un quart des navires qui visitent le fenua aurait un budget de 130 000 XPF pour leur séjour. Mais dans le haut du panier, un autre quart de ces visiteurs, sur les yachts des milliardaires, aurait un budget supérieur à 800 000 XPF, ce qui fait considérablement s’élever la « moyenne » ! Les responsables du tourisme précisent que plus de 70% des navires ont des réparations à faire soit un budget moyen de 360 000 XPF ; plus de 53% des plaisanciers annoncent vouloir rester plus de 90 jours, la note des courses augmente !

voilier tahiti

Les bateaux peuvent se déplacer facilement, ces plaisanciers  abordent les archipels peu visités par les autres touristes. Les Marquises sont abordées par plus de 2/3 des plaisanciers, 86% visitent les Tuamotu, principalement Fakarava. Ceux-là investissent surtout dans l’artisanat local plus que dans les activités touristiques. Ils visitent en moyenne 3 archipels par voyage. Ils semblent satisfaits des infrastructures nautiques mais constatent que l’accès au Wi-Fi est lamentable… et ils s’en plaignent. Si seulement ils étaient entendus ! L’accès à l’internet est un triste monopole ici.

En février, 680 kilos de cocaïne sont saisis au large de Mangareva (Gambier) sur un voilier de 10 m battant pavillon panaméen en transit entre l’Amérique du Sud et l’Australie. À bord, 3 hommes. La valeur marchande en XPF est de 20,4 milliards si elle était vendue au gramme aux consommateurs. Ce sont les marins du Prairial qui ont arraisonné le petit voilier criminel.

Quelle honte ! Des individus – cinq ! – ont débarqué sur l’île Maria (Australes) inhabitée et dépendant de Rimatara, pour y pêcher, mais également pour « récupérer » les plumes rouges des queues des tava’e (paille en queue à brin rouge) pour la confection de costumes pour le concours du Heiva… Selon un membre de l’association Rima ‘Ura à Rimatara les besoins en plumes rouges pour satisfaire ce groupe de danses atteindraient 1 500 à 2 000 plumes. On sait que lorsqu’on enlève les plumes de leur queue, les tava’e abandonnent leur nid et l’on ne sait pas pourquoi. C’est sur les réseaux sociaux que se sont pavanés les voleurs de plumes…

bateau tahiti

Une délégation des Australes a fait le voyage à la capitale (Papeete) pour défendre la création d’une aire marine protégée autour de l’archipel. Aita ! (non) a dit le gouvernement. Le ministre de l’Environnement et du Patrimoine Heremoana Maamaatuaiahutapu indique : « La Polynésie est déjà le plus grand sanctuaire marin de la planète depuis 2002. Nous n’avons pas attendu Pew (fondation américaine financée par le lobby pétrolier) pour cela. Notre pêche est déjà écologique. Depuis 2000, plus aucune flottille étrangère n’est autorisée à pénétrer dans nos eaux territoriales. Notre stratégie est de classer toute la ZEE en aire marine gérée en travaillant à l’installation d’un continuum régional, avec nos voisins du Pacifique. » On dirait bien que…

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Polie tique à Tahiti

Oscar Tane a révélé avoir échappé à « un guet-apens » en… 1978. Ben quoi ? C’est bientôt les élections et en ce premier avril tout serait  permis. Il faut fourbir ses armes, à chacun les siennes. Mais 40 ans après, les faits seront très difficiles à vérifier. En 1978, Oscar Tane s’apprêtait à partir pour New-York à l’ONU quand son chef de service serait venu le prévenir qu’un piège lui serait tendu à l’aéroport de Faa’a. Un paquet devait lui être remis, et ce paquet contenait de la drogue. Selon Oscar Tane et la fille de son ancien chef de service, il serait bien allé à New York mais n’aurait (par précaution) pas pris le paquet. Ce serait son chef de service, un douanier, qui lui aurait révélé ce piège. Cette personne étant décédée depuis peu, Oscar Tane et la fille de ce monsieur ont donc dévoilé ce secret de 40 ans. Il y a des héros partout qui s’ignorent ? Ou qu’on ignore ?

oscar temaru tiare

« J’accuse » : Zola ? Nenni : Oscar. Et alors… Oscar Tane et son groupe UPLD ont livré en conférence de presse des accusations au sujet des travaux de remise en état des rivières de Tahiti, du projet Ecoparc de développement touristique au cœur de la vallée de Papenoo, des tarifs de l’électricité en Polynésie. Les élections s’approchent à grands pas. Certes la tribune à Papeete n’a pas le luxe de celle de l’ONU mais il faut parler, se montrer, se différencier. Contre le projet Ecoparc, Oscar Tane s’en est pris à M. Auroy, homme d’affaires et demandé que cette personne soit classée « persona non grata » dans ce pays. Le leader souverainiste a évoqué l’histoire  de Tamara Nui, le complexe Ecoparc une « grosse escroquerie », il faut planter des milliers d’arbres à pain dans cette vallée agricole car la farine d’uru est très recherchée car sans gluten… Pour les rivières son second Antony Geros parle des curages de rivières comme d’opérations d’extraction déguisées. Contre les tarifs de l’électricité, M. Geros confirme que le groupe UPLD envisage de porter plainte contre X pour les délits de favoritisme et de prise illégale d’intérêts, complicité et recel dénonçant ainsi les conditions de la mise en place de la nouvelle tarification du prix de l’électricité en Polynésie.

Eh, les Parigots, il y a une belle exposition au musée du quai Branly « Mata Hoata, art et société aux îles Marquises », et savez-vous quoi, il y a 19 objets marquisiens  prêtés pour l’occasion par le  Musée de Tahiti et des îles. Parmi les œuvres exposées, vous pourriez y voir un tiki marquisien en basalte, 6 ivi po’o en os humain, un perce-oreille en écailles de tortue, des pilons, une pipe, des modèles réduits de pirogues anciennes, un collier en dents de cétacé, une enseigne de tatoueur… Ce sera du 12 avril au 24 juillet. Allez rendre une visite sinon vous seriez obligés de venir au fenua. Il faut savoir qu’un ticket de métro plus une entrée au musée est nettement moins onéreux qu’un billet d’avion Paris-Papeete !

Tiens en parlant d’avion… il semble que la taxe d’aéroport a augmenté de 250% en cinq ans. En Polynésie la taxe était de 477 XPF en 2011, elle est aujourd’hui de 1 670 XPF ! Depuis le 1er avril, et ce n’est pas un poisson ! Cela ne vous empêchera pas de venir passer des vacances au fenua et de visiter Bora Bora, la perle du Pacifique, c’est moins cher, seulement 835 XPF ou d’aller à Raiatea, là aussi c’est moins cher, rien que 815 XPF.

Quelques lignes de nouvelles du fenua. Bonne lecture.

Iaorana

Hiata de Tahiti

Catégories : Politique, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , ,

Max Radiguet, Les derniers sauvages – aux îles Marquises

max radiguet les derniers sauvages iles marquises 1842
Qui envisage d’aborder les îles Marquises aura à lire ce livre d’il y a un siècle et demi. C’est en effet en 1861 dans la vénérable Revue des Deux Mondes que Max Radiguet, marin breton, dessinateur et lettré, publia ce récit de ses cinq années passées à bord du navire français La Reine-Blanche. Il était chargé de prendre possession et d’installer la présence française aux Marquises. Esprit ouvert, observateur, Radiguet emporte certes avec lui les préjugés de supériorité de sa civilisation, mais il sait les tempérer de ce qu’il constate.

La société marquisienne est compliquée, harmonieuse, même si elle n’est pas le Paradis obstinément rêvé. Mais son équilibre est remis en cause par l’arrivée des Européens, avec leurs croyances, mœurs et autres habitudes. Posséder des biens, maitriser la nature, se battre pour garder une femme, obéir au tyran jusqu’à la fin de sa vie – comme tout ceci était « étrange » aux yeux marquisiens !

Max Radiguet décrit ce paysage volcanique, et cette société telle qu’elle fut jusqu’à l’arrivée des Blancs. Il a le regard aigu, sait faire parler les indigènes et décrit avant de juger. Précieuses qualités ! Il le fait en un style fleuri qui rappelle un peu Chateaubriand, à la mode de son siècle. « Je vois encore, au seuil de ma porte, la lumière et l’ombre se jouant au caprice des larges feuilles d’un bananier balancé par la brise, puis au bord de l’eau sur la grève les noirs abris sous les masses veloutées du feuillage, et les crêtes rocheuses de la montagne mordant le ciel et les cocotiers immobiles au grand soleil » p.119. Vous apprendrez à la racine comment confectionner le popoï (p.42), construire une case (p.46), tisser les étoffes (p.58), tourner un feu de deux bâtons (p.61), faire le kava (p.66), creuser une pirogue (p.86), vous battre comme il se doit (p.110), faire la fête (p.156) et honorer quels dieux (p.175). Vous y trouverez même la meilleure façon d’accommoder l’homme en cuisine (p.138), bien qu’on ne le mange « que par vengeance » : « le cœur est mangé cru ; le reste du corps, bardé de feuilles de ti, couché, recouvert de terre, sur un lit de galets rougis au feu. »

Marquises Altuona

Il décrit la beauté native des Taïpis. L’homme : « D’une haute stature, les épaules effacées, le thorax en avant, svelte, le torse légèrement cambré sur les hanches, (…) la tête fière et parfois arrogante, mais avec un port assuré, une démarche libre et hardie. (…) Il tient plutôt du gymnaste que de l’athlète » p.140.

La femme : « La taille des femmes est moyenne, leur galbe modelé souvent avec une pureté que la statuaire nous a révélée presque seule en France, le torse élégamment cambré, les chairs potelées et solides, le grain et la peau d’une finesse extrême. Leur sein se dresse légèrement piriforme, et son développement n’excède jamais les limites assignées par les lois du beau » p.141.

L’enfant : « Baigné tous les jours à la mer, l’enfant nage dès qu’il sait marcher. (…) Les enfants indigènes font à peu près ce qui leur plaît ; rien ne les contrarient, ils sont aimés de tout le monde, ils vaguent en liberté, se livrent à leurs jeux sans contraintes, se taquinent et se querellent fort rarement entre eux. Jamais ils ne nous ont rendus témoins de ces scènes de pugilat si fréquentes entre enfants civilisés. Je ne me rappelle pas avoir vu pleurer un enfant (…) ils sont fort doux et paraissent les plus heureux du monde » p.145. Mais « hélas ! par suite des débauches auxquelles s’abandonnent les femmes à peine âgées de 12 ans, la fécondité devient une vertu fort rare dans le pays : aussi l’enfant du hasard est-il adopté avec bonheur par le mari » p.143.

Marquises 1870

Les Européens, qui se sont toujours senti la « mission » d’apprendre au monde comment il fallait vivre, ont rompu ce délicat équilibre. Ils ont introduit la propriété, le commerce, les armes à feu, la jalousie maritale, la coercition éducative, le moralisme sexuel, les vêtements inadaptés au climat. Certes, les « sauvages » n’étaient pas « bons », mais ils avaient la libre disposition d’eux-mêmes. Aujourd’hui, « la civilisation » a la responsabilité d’assurer leur épanouissement.

Max Radiguet, Les derniers sauvages – aux îles Marquises 1842-1859, La Découvrance 2014, 268 pages, €17.00
e-book format Kindle, €4.99

Catégories : Livres, Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aranui 5 inauguré

C’est fait ! Et bien fait ! Le voyage inaugural du cargo mixte Aranui 5 s’est merveilleusement bien passé. Satisfaction générale. Le 13 décembre était le jour tant attendu. La famille Wong, propriétaire du nouveau bébé, était au grand complet pour ce départ avec 220 personnes à bord contre 150 pour l’Aranui 3, afin de permettre aux croisiéristes de se rendre au festival des arts des îles Marquises se déroulant à Hiva Oa du 16 au 19 décembre. Le nouveau commandant s’appelle Vatea Sitjar, il est âgé de 36 ans.

aranui 5

Première escale à Takapoto où les passagers sont débarqués sur des barges à fond plat.

Puis Nuku Hiva, chef-lieu administratif des Marquises 387 km2, 3 000 habitants, Taiohae, la cathédrale (1973) où officiait Monseigneur Le Cléac’h le traducteur de la Bible en marquisien, celui qui a permis de remettre à l’honneur les traditions ancestrales des Marquises et de créer le premier festival des arts des Iles Marquises à Ua Pou en 1987. Le site des pétroglyphes de Kamuihei, la danse des cochons, kaikai (repas) chez Mamy Yvonne. Au cinquième jour Ua Pou, ses pitons rocheux, ses pierres fleuries. Tout le peuple se presse pour voir le nouvel Aranui.

takapoto

Ensuite Hiva Oa pour le Matavaa (festival des Marquises). Hiva Oa c’est aussi Gauguin et Jacques Brel.

Fatu Hiva, 600 habitants, c’est la Baie des Vierges (il n’y en a plus), l’une des plus belles baies au monde, le tapa et le monarque, ce petit oiseau en voie d’extinction.

Puis Tahuata. C’est le jour de la messe, et ceux qui croient au ciel, et ceux qui n’y croient pas garderont un inoubliable souvenir des voix marquisiennes résonnant sous les voûtes de l’église.

Ua Huka, la belle, avec ses quatre musées, son jardin d’Eden qui regorge de pamplemousses au goût sucré, le santal et les explications de Léon Litchlé.

Le retour s’effectue par l’atoll de Rangiroa aux Tuamotu et enfin la perle du Pacifique Bora Bora.

Je n’en dis pas plus car la personne qui fera cet été la croisière sur l’Aranui 5 vous en « mettra plein les yeux ».

C’est vraiment le voyage d’une vie, incomparable, inoubliable, mais pour ceux qui peuvent y consacrer quelques liasses de billets…

Kaoha (Bienvenue en marquisien).

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poumaka, ce piton des Marquises

Il a été vaincu par sa face sud par deux alpinistes américains et se prononce Po-oumaka. Sur l’île d’Ua Pou, ce piton vertical de 458 mètres baptisé « the wild jungle tower » par les deux alpinistes dont l’ascension a été filmée grâce à des drones (video sur le site de tahiti-infos). Cette ascension a duré une dizaine de jours dans des conditions difficiles : pluies diluviennes, végétation dense, verticalité. Bravo à ces deux alpinistes Mike Libecki et Angie Payne et à l’équipe vidéo de 3 Strings Productions et au guide local qui les accompagnait.

poumaka alpinistes americains

Voici un récit marquisien traduit par Henri Lavondès. Il s’intitule ‘Le combat des pics : Matahenua et Poumaka’ : « Jadis, dans les temps anciens, dans l’archipel des Marquises ou « La terre des hommes », les pics allaient d’île en île se faire la guerre. Matahenua (autrefois, guerrier redouté mais vaincu par Poumaka), de l’île d’Hiva ‘Oa, était très fier de sa hauteur, néanmoins il était pied-bot. Il n’avait qu’une seule bonne jambe. Il alla, cependant, jusqu’à Taipivai (grande et profonde vallée, au sud-est de Nuku Hiva, arrosé par la plus importante rivière de l’archipel formant une très haute cascade) et combattit avec Tikapo (pointe qui se trouve à l’est de Ho’oumi, près de la baie de Taipivai appelé aussi Cap Martin, important repère de navigation à l’extrémité sud-est de Nuku Hiva). Tikapo mourut. Il coupa sa tête et la jeta dans la mer. Cette tête s’appelle aujourd’hui Teoho’oteke’a (écueil qui se trouve juste en face du cap Tikapo et peut être traduit par « la tête du rocher ».

poumaka sur ua pou carte

« Et il passa ici, à Ua Pou, par Hakata’o (baie et vallée au sud-ouest) de Ua Pou). Il donna une gifle en travers des oreilles à Motu Taka’e (îlot en forme de pyramide aplatie entre Hakata’o et Motu ‘Oa). Celui-ci s’aplatit, mais il ne tomba pas ; il se tint toujours debout. Puis il monta chez Motu ‘Oa (petite île peuplée d’oiseaux de mer à un demi-mille au large, au sud de Ua Pou, appelée île plate). Motu ‘Oa est aujourd’hui couché, il mourut. Il monta à Ha’akuti, se battit avec Motu Heruru (presqu’île entre Ha’akuti et la baie de Vaiehu, ancien guerrier du combat des pics, à la pointe de trouve sa tête Motu Heruru). Il lui coupa la tête et la jeta dans la mer. De nos jours, ce morceau de tête s’appelle Motu Matahi (rocher du côté ouest de la baie de Ha’akuti). Il se trouve devant la baie d’Ha’akuti (baie et vallée de Ua Pou).

« Puis il monta à Oneou (baie et vallée inhabitée au nord-ouest de Ua Pou, appelée aussi Aneou . On trouve deux rochers liés à la bataille des pics, Ke’a ‘Oa et Motu Pahiti) et combattit avec Ke’a ‘Oa (pic dans la vallée d’Aneou ; littéralement « long rocher »). Ke’a ‘Oa mourut, il coupa sa tête et la jeta dans la mer. Elle se trouve devant la baie d’Aneou et s’appelle aujourd’hui Motu Pahiti (écueil dans la baie d’Aneou). Poumaka (pain de sucre de 975m dans la vallée de Hakahetau – les deux petites pointes qui le terminent évoquent les deux chignons des jeunes guerriers) n’était encore qu’un enfant en ce temps-là. C’est la raison pour laquelle il ne fut pas tué. Matehenua retourna à Hiva ‘Oa.

Ensuite, Poumaka grandit : « – Je vais aller faire la guerre à Matehenua, dit-il, car c’est lui qui est venu sans raison tuer quelques pics. – Où vas-tu ? dit Tikapo. Poumaka répondit : – Je vais prendre une revanche sur Matahenua. Tikapo dit : – Oui, mais attends un peu, faisons cuire au four un cochon et étendons-nous ici tous deux. Je t’appendrai comment tu dois faire.

poumaka piton des marquises

« Tikapo donna des instructions à Poumaka :
– Lorsque tu iras faire la guerre à Matahenua, aie bon courage, ne l’attrape pas par sa jambe paralysée, mais par sa bonne jambe, sa jambe paralysée ne le portera pas et il tombera par terre.
Puis ils prirent leur repas. Quand il fut achevé, Poumaka se prépara à partir. Tikapo lui dit :
– Prends avec toi deux cuisses de cochon pour payer tribut à certains pics, de peur qu’ils ne veuillent prendre revanche sur toi.
– Oui dit Poumaka, et il partit faire la guerre.

« Il arriva chez Matahenua :
– Nous allons nous battre tous les deux, maintenant.
Comme Matahenua se préparait à le faire rouler d’un coup dans la poussière. Poumaka l’empoigna par sa bonne jambe et il tomba par terre. On peut le voir allongé de nos jours (Selon la légende, Matahenua, qui était autrefois un pic, est, depuis sa défaite, un cap qui s’avance dans la mer).

« Poumaka retourna chez Tikapo et lui dit :
– J’ai fait mourir Matahenua, voici sa tête à ma ceinture.
Tikapo répondit :
– C’est moi qui t’ai appris comment t’y prendre. Sans moi tu étais mort.
– Oui, répondit Poumaka.

« Puis Poumaka revint ici à Ua Pou. On peut le voir au fond de la vallée de Hakahetau avec la tête de Matahenua à sa ceinture (Le sommet du pic Poumaka présente deux éminences, d’où son nom qui signifie « pilier fourchu ». À courte distance se trouve un grand rocher appelé Teupoko Matahenua qui signifie « la tête de Matahenua ».

Pour ceux qui, un jour, décideront de fouler la terre des hommes, la connaissance de quelques détails, notamment les légendes, s’impose ; ce qui ouvrira grand les bras des Marquisiens très fiers de leur archipel et de leur culture.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Tahiti a de l’avenir

Le pharaonique ‘Tahiti Mahana Beach’ sera-t-il chinois ? Il paraît qu’en décembre on en saura plus sur ce projet, pourvu que les cyclones n’emportent pas tout sur leur passage. Tout pour les Chinois : les Chinois construiront, les Chinois viendront par milliers emplir leurs hôtels, y mangeront chinois, dormiront dans des lits chinois… après avoir pris des avions chinois pour venir entre Chinois à Tahiti.

tahiti mahana beach resort projets

Le port de Papeete, un atout d’avenir ? A condition d’être modernisé car, avec l’agrandissement du Canal de Panama, ce sont de très très gros cargos qui transiteront. Actuellement le port n’est pas capable de faire entrer ces monstres ni de les faire accoster. Combien de containers sont déchargés sur les quais actuellement ? Est-ce que le port de Papeete sera capable d’accueillir ces gros cargos et combien déchargeront-ils de ces containers alors que la Nouvelle-Zélande ou l’Australie nous enverrons ensuite de plus petits bateaux engendrant ainsi un rallongement du temps de transit et bien sûr une augmentation des coûts et une dépendance vis-à-vis du port d’Auckland ? Le pays est aussi grand que l’Europe ? Certes mais avec seulement quelques confettis de terres habitables !

tahiti mahana beach resort

C’est alarmant, les populations d’animaux marins dans le monde ont chuté de moitié en 40 ans. L’homme est à l’origine de ce désastre : surpêche, industries extractives, aménagement du littoral, pollution, émissions de gaz à effet de serre responsables de l’acidification océanique et du réchauffement des mers. L’homme mange de plus en plus de poisson : la consommation moyenne par habitant était dans les années 1960 de 9,9 kg, en 2012 de 19,3 kg. On pense que les récifs coralliens et prairies sous-marines pourraient avoir disparu d’ici 2050. Or 25% de toutes les espèces marines y vivent et que 850 millions de personnes y trouvent leur moyen de subsistance…

legumes

Donc… à quand l’autosuffisance alimentaire en Polynésie française ? C’est le vœu pieu du ministre de l’Agriculture. Le ciel l’entendra-t-il ? Faudra-t-il donc augmenter la production agricole pour satisfaire les appétits tahitiens ? Peut-être, mais également la qualité, bien souvent, laisse à désirer. Le plan couvrira la période 2015-2020. Ce sont les carottes, choux, tomates, pommes de terre, salades qui sont principalement concernées, et des espèces qui s’adapteront à la période humide comme à la période chaude ! Et l’ananas ? La production n’est pas suffisante pour faire du jus toute l’année. En 2013 les agriculteurs en ont produit 3 450 tonnes, l’objectif serait d’atteindre 5 000 tonnes. On va augmenter la surface de production de 50 hectares. Mais le problème du foncier est toujours là, on parle de planter des ananas à Afaahiti (Presqu’île de Tahiti), Oponuhu (Moorea) sur Raiatea (Îles sous le Vent) et même aux Marquises… Il faudrait d’abord regarder le prix du transport depuis les Marquises.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Jean-Louis Etienne, Clipperton

jean louis etienne clipperton
Jean-Louis Etienne, tout le monde le connaît après L’expédition médiatique Transantartica, mais Clipperton, qui connaît ? J’ai déjà parlé de cet atoll de moins de 4 km de diamètre perdu à 400 km des Marquises, à 6000 km de Tahiti et à 1300 km du Mexique. Clipperton, alias l’île de la Passion, est appelée ainsi en souvenir du jour de Pâques 1711 où elle fut découverte par les Français Mathieu Martin de Chassiron et Michel Dubocage.

Fasciné par la planète, le médecin Jean-Louis Etienne, sa famille et toute une équipe d’explorateurs sponsorisés par GDF, Unilever, Canal+ et quelques autres, dont EADS pour la liaison satellite à haut débit, décident de s’installer sur cette île déserte et sans eau potable, de décembre 2004 à mars 2005. Ils accueillent par roulement régulier des chercheurs scientifiques français, espagnols, américains et mexicains. Ils appartiennent pour la France, au CNRS, au Muséum national d’histoire naturelle, à l’IRD, l’EPHE ou l’INRA.

Leur objectif ? Réaliser un inventaire complété de la faune et de la flore sur ce lieu préservé des routes maritimes. Ils ont voulu créer une base de données pour l’évolution de la biosphère et du climat, à partir des changements observés dans ce lieu clos.

carte clipperton expedition jl etienne

Dans ce livre grand public disponible en poche, Jean-Louis Etienne, avec le talent pédagogique qu’on lui connaît, raconte les aléas de l’organisation, combien les douanes mexicaines sont réticentes et bureaucratiques, voire corrompues ; combien l’époque, plus qu’avant, exige multiples sécurités et assurances en tous genres ; combien faire cohabiter des chercheurs à l’ego bien dimensionné n’est pas toujours aisé ; combien aussi l’histoire de cet atoll perdu a donné lieu à des bagarres diplomatiques entre Français, Américains et Mexicains, allant jusqu’à l’arbitrage international du roi d’Italie ; combien les fous sont ici chez eux, formant la plus grosse colonie de tout le Pacifique et combien les rats, tombés d’un navire échoué il y a quelques dizaines d’années sont des prédateurs redoutables. Mais combien aussi il est plaisant de constater l’adaptation à un milieu hostile du lézard, d’explorer le « trou sans fond » du lagon et de chercher « le trésor de Clipperton ».

Sans parler des gigantesques thoniers mexicains, équipés de sonars dérivants et d’hélicoptères, qui viennent traquer le thon au point d’assécher la nourriture des oiseaux. Les fous et frégates doivent chercher leurs proies jusqu’à 300 km pour nourrir leurs petits. Pas grand-chose à manger pour les humains non plus, qui dépendent des rotations de bateaux, tant les rares cocotiers de l’île sont exposés aux ouragans, et puisqu’aucune source d’eau potable ne surgit.

cabane etienne sur clipperton

En revanche, quelle belle expérience de la nature, loin du monde et entouré d’eau sans cesse en mouvement ! Quelle riche expérience humaine, en couple où chacun a sa tâche, avec les chercheurs tous passionnés de leur domaine, mais aussi avec les bébés, les deux petits garçons Etienne et Eliott 3 ans – et le bébé Ulysse qui fera ses premiers pas sur l’île. Ces matins solitaires où Jean-Louis s’éveille très tôt, comme son dernier fils, et part marcher sur la grève dans l’aube naissante, l’enfant curieux de tout contre sa poitrine, sont des moments magiques.

Tout comme le jour où un plongeur a remonté le couvercle d’un très vieux coffre de mer, arraché par 52 m de fond. Ou encore lorsqu’un autre a ramassé un paquet suspect (comme on dit volontiers à la SNCF)… qui se révélera bourré de cocaïne ! En quatre mois, ce ne seront pas moins de 25 kg de cocaïne qui seront ainsi récupérées, échouées après largage en mer de trafiquants de drogue probablement surpris par la police. Le fait est régulier, l’équipage du Prairial, la frégate de surveillance maritime sur zone, a découvert le 14 avril 1.2 kg de cocaïne sur l’atoll de Clipperton, alors qu’une mission de recherches passait quelques jours sur l’atoll à la suite de l’expédition Etienne.

eliot et ulysse jouent sur clipperton

L’auteur raconte bien, il instruit par petites touches sans jamais ennuyer, mêle les anecdotes personnelles aux réflexions sur le climat et sur la faune, regarde grandir ses fils. Eliott doit aujourd’hui avoir 14 ans et Ulysse 12… Il a tenu un Journal des enfants, destiné à l’école d’Eliott et à l’Éducation nationale, durant tout le séjour, préoccupé de transmettre le savoir et la sensibilité à la nature.

Jean-Louis Etienne, Clipperton – l’atoll du bout du monde, 2005, Points aventure 2015, 287 pages, €6.60

Expédition Clipperton sur le site de Jean-Louis Etienne
Tout savoir sur le site dédié à Clipperton : http://clipperton.fr/

La question au Ministère des Affaires étrangères posée le 29 mai 2014 par le sénateur Christian Cointat concernant l’accord de pêche franco-mexicain dans la ZEE de Clipperton – et son application semble-t-il « laxiste » – n’a reçu aucune réponse : « la question a été retirée pour cause de fin de mandat »… Notre « démocratie » représentative fonctionne si bien, n’est-ce pas ?

Catégories : Livres, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Tourisme pour tous à Tahiti

Envie d’une croisière aux Marquises ? Qui n’a pas rêvé d’une croisière sur l’Aranui pour Madame la marquise ? Retenez encore un peu votre envie et dès janvier 2016, l’Aranui 5 entrera en fonction. Ce nouveau géant des mers que vous pouvez découvrir sur Mer et Marine sera dans les eaux polynésiennes dès novembre. L’Aranui nouveau sera toujours un cargo mixte, et deviendra le fleuron de la CPMT. Mer et Marine vous le dévoile, il est en cours d’achèvement… en Chine… L’Aranui 3, construit en Roumanie, sera vendu. Ce géant tout neuf est long de 126 m, large de 22,4 m, a un tirant d’eau de 5,2 m, comptera 100 membres d’équipage et aura 110 cabines. Il pourra accueillir 266 croisiéristes et 46 passagers pour le transport inter-îles. Il pourra charger du fret pour un maximum de 3 200 tonnes, sera équipé de 2 grues et capable d’embarquer 166 conteneurs de 20 pieds avec 40 prises reefer pour les conteneurs réfrigérés. Pour le gasoil il pourra en livrer jusqu’à 700 m3. Sa propulsion ? 2 moteurs de 4000 kW chacun et 4 diesel-générateurs. Il sera équipé d’un propulseur d’étrave de 400 kW et aura 2 lignes d’arbres. Il est construit conformément à la norme SRTP ‘Safe Return to Port’). Pour les passagers, 61 cabines sur les 110 seront dotées d’un balcon et, pour les passagers locaux, des dortoirs de 4 à 8 personnes sont prévus. Vous embarquez quand ?

aranui 5 photo mer et marine

Une bonne nouvelle pour les atolls de Puka Puka, Fakahine, Fangatau, Tepoto Nord, Napuka, Takume (Tuamotu) qui vont recevoir des fruits et légumes frais grâce à la goélette le Taporo IX. Tous les 15 jours, ce bateau apportera des fruits et légumes directement des Marquises sans passer par la case Papeete : gain de temps, de fraicheur et d’économies. Mais attention, l’armateur n’a pas reçu l’autorisation d’inclure ces atolls « définitivement » dans sa desserte. Ce n’est qu’une dérogation valable 6 mois ! Les Paumotu vont apprécier les papayes, pamplemousses, mangues, bananes, aubergines, citrons de Marquises, un vrai délice. La noix de coco n’a qu’à bien se tenir !

archipel de palau carte

L’archipel de Palau, dans le Pacifique-Sud, a ouvert ses portes au tourisme chinois. Mais attention, la capacité hôtelière est limitée à 1 600 chambres. Pour 1 000 € (120 000 XPF) les Chinois peuvent s’offrir 6 jours aux Palau. Hôtels, restaurants, tour-opérateurs, guides sont TOUS chinois. Dans ces îles paradisiaques, les Chinois sont critiqués pour être peu sensibles à l’écologie, bruyants, irrespectueux.

archipel de palau

Pour publicité un tour opérateur chinois « Yellow skin tour » (sic) affiche un prospectus avec des photos de touristes brandissant fièrement une tortue prélevée sur un récif corallien.

CHINA-US-JAPAN-ENVIRONMENT-TOURISM WH2756

Les autorités de ce petit pays s’inquiètent et tentent de prendre des mesures pour restreindre les nuitées chinoises. Et si tous les Chinois arrivaient en Polynésie dans le mégaprojet de Punaauia, resterait-il une seule goutte dans l’Océan ? Un milliard 600 millions de personnes qui se jettent à l’eau en même temps, ça ferait quoi ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Victor Segalen, Essai sur l’exotisme

victor segalen essai sur l exotisme
Victor Segalen, mort en 1919 à 41 ans, était médecin de marine et a beaucoup voyagé. Mais ce qui l’intéressait dans « l’exotisme », n’étaient ni les impressions ni les images colorées, « cocotiers et ciels torrides ». Le lointain est comme le passé, une expérience du Divers. Il s’agit donc de sortir de soi. Cet Essai n’a été publié que bien après la mort de l’auteur, trop prématurée. Il est resté à l’état de notes, avec un plan clairement formulé. Mais le lecteur tirera profit de cet inachèvement, lisant mieux le squelette sans sa chair.

Nous sommes loin des récits de voyageurs où les choses vues sont un moyen de juger d’après sa propre culture et d’exprimer les sensations sur soi du paysage et des gens. Eux sont les touristes, « les proxénètes de la sensation du Divers » 46.

Être « exote », c’est avoir le sens de la nature « ex-humaine », la connaissance de ces forces indifférentes à l’humain, des lois immuables et sans dessein humanisé. « L’Exotisme n’est donc pas une adaptation ; n’est donc pas la compréhension parfaite d’un hors soi-même qu’on étreindrait en soi, mais la perspective aiguë et immédiate d’une incompréhensibilité éternelle ».

L’exotisme se ressent dans les paysages, mais pas seulement. Dans les êtres également. « La jeune fille est distante de nous à l’extrême, donc précieuse incomparablement à tous les fervents du divers » 62. Surtout la fille de Tahiti, belle, libre et puissante telle que Gauguin l’a peinte et aimée. Un exotisme non pas d’égalité mais de complément, une impossible fusion du même – qui fait tout l’attrait de la découverte, de l’exploration et de l’amour de l’autre.

Comme l’a montré Tocqueville, le régime démocratique pousse la société à vouloir de plus en plus d’égalité entre tous les membres de la société. Égalité qui va jusqu’à prendre des formes absurdes, comme le déni des sexes donnés par la nature (« on ne nait pas femme, on le devient » pousse à revendiquer le clitoris comme pénis), le déni des différences de degré dans la culture (le tag grafouillé vaut autant que la peinture de Léonard ou de Matisse), le déni de l’effort personnel et du travail (plus vous œuvrez, plus on vous impose pour donner à ceux qui ne font rien, victimes, forcément victimes).

Segalen était à l’opposé de cette tendance, dans laquelle il voyait le principe physique d’entropie envahir la société humaine. « L’Entropie : c’est la somme de toutes les forces internes, non différenciées, toutes les forces statiques, toutes les forces basses de l’énergie » 65. Autrement dit le magma informe où tout le monde est pareil, tout le monde rabaissé au plus petit commun dénominateur, tout le monde normalisé, « l’Entropie comme un plus terrible monstre que le néant » 65.

« Si je place l’Exotisme au centre de ma vision du monde, (… c’est) comme la Loi fondamentale de l’Intensité et de la Sensation, de l’exaltation du Sentir ; donc de vivre » 77. C’est par la différence que s’exalte l’existence, on se façonne en sortant de soi, de ses paresses, de ses habitudes. Le goût – personnel – est une création qui devient au contact du divers.

vahine seins nus offerte

Être femme aussi est un devenir – mais avec le sexe biologique pour base, ce que les féministes extrémistes, aussi agressives qu’incultes n’ont pas compris. Il est vrai que les États-Unis, où ce féminisme-là est né, sont ce pays où 54% croient que c’est Dieu qui a créé l’homme, où un tiers croit que la Bible a raison plus que la science sur l’évolution, où un quart croit encore que la terre tourne autour du soleil – pays où le diplôme universitaire tient plus aux performances sportives qu’aux réalisations intellectuelles.

« Le Divers décroît. Là est le grand danger terrestre. C’est donc contre cette déchéance qu’il faut lutter, se battre… » 79. Comme Gauguin contre l’évêque Martin aux Marquises, contre le vêtement victorien inadapté au climat, contre l’enseignement catéchiste contraire aux légendes et à la culture polynésienne, contre les interdits moraux qui visaient plus à la domination coloniale qu’au bien-être spirituel des populations.

L’universel catholique ou républicain, les missionnaires religieux ou laïcs, les clercs ou les fonctionnaires qui savent mieux que vous ce qu’il vous faut – sont une expression de l’impérialisme occidental qui fait de sa puissance technique une preuve d’élection divine. Il y a un siècle, au temps du machinisme triomphant et de l’expansion maximale de l’esprit colonial, Victor Segalen retrouvait l’autre voie de la culture d’Occident, celle de Thucydide et de Montaigne, où le Divers n’est pas à dominer mais à accueillir. Non pas pour s’y convertir mais pour s’enrichir des différences – surtout pas les nier !

Victor Segalen, Essai sur l’exotisme – suivi de textes sur Gauguin et l’Océanie, 1904-1919, Livre de poche biblio 1999, 165 pages, €5.10

Catégories : Livres, Philosophie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Exposition de tapa au Musée des îles de Tahiti

Le tapa est une étoffe végétale fabriquée par battage de la partie interne de l’écorce de certains arbres et qui trouve son origine il y a 7 000 ou 8 000 ans en Asie du Sud-Est, berceau reconnu aujourd’hui du peuplement des îles du Pacifique. Le Musée des Iles de Tahiti y consacre une exposition avec la participation notamment d’Hawaï, Rapa Nui, Samoa, Tonga, Wallis et Futuna, Pitcairn, Cook, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Papouasie Nouvelle-Guinée. Les pièces exposées proviennent des musées et des collections privées, des fonds du Musée de Tahiti. Un voyage dans le temps qui permet de voir l’évolution des battoirs traditionnels servant à frapper les écorces de aute, uru, et ora, des motifs qui ornent ces tapa, leur usage précis, des matrices et les pièces sélectionnées pour cette exposition.

tapa danseuse tahitiActuellement seuls quelques artisans aux Marquises continuent de pratiquer cet art. Les écorces battues à partir des aute (Broussonetia Papyrifera) donneront un tapa brun, celles des uru (arbre à pain) un tapa blanc, celui du ora (banian ou Ficus Marquesensis) un tapa brun clair et celui du mûrier à papier un tapa blanc et fin. Paul Pétard dans son livre « Plantes utiles de Polynésie » indique que « l’écorce des jeunes branches était employée pour la confection des tapa.

tapa sur male tahiti

Les plus beaux tissus étaient fabriqués avec celles de la variété puupuu pour le uru. Ils étaient de couleur blanche et rivalisaient avec les tapa préparés avec le aute (Broussonetia papyrifera). » Le mati (Ficus tinctorial) était utilisé pour teindre les tapa en rouge. Les tapa, étoffes indigènes non tissées obtenues en soudant ensemble les fragments d’écorce par battage prolongé, étaient imperméables ; leur abandon vers 1840 au profit des cotonnades européennes, auraient contribué à la propagation de la tuberculose.

La disparition de l’industrie du tapa remonte au début de notre siècle. Elle est toujours florissante à Fidji, aux Tonga, à Wallis. Dans l’exposition, outre les tapa, on peut voir trois superbes battoirs ayant appartenu à la Reine Marau (1839-1891), un autre battoir mis à jour à Huahine en 1977 par le Professeur Sinoto. La technique de la fabrication s’est au cours des siècles affinée et les rudimentaires battoirs en pierre ont cédé la place à de jolis battoirs en bois dur finement rainurés.

On peut y admirer également une matrice kupesi créée avec du kere (base des palmes de cocotier). Des nervures des folioles des palmes de cocotier (celles dont on fait les balais « niau ») permettaient à Fidji et à Samoa la reproduction à l’identique par estampage d’un motif décoratif. Le balai niau est bien connu des enfants tahitiens, c’est le martinet local (ouille !).

Sur les murs de l’exposition, de grands tapa vierges des Marquises côtoient les larges tapa anciens ou plus récents des Samoa, de Tonga aux motifs royaux, un gigantesque tapa de Wallis de 38 mètres de long, des tapa de Pitcairn dont on ignorait l’existence il y a peu. Les motifs qui ornent les tapa n’ont pas qu’un rôle de décor ! Ce lautafuhi de Wallis (mot wallisien qui désigne un tapa géant) a été confectionné en 2 jours à partir de mûriers à papier par 20 femmes du village de Fafaleu à Wallis. 200 pièces de tapa ont été nécessaires car chaque étoffe pré-battue fait à peu près de 3 à 4 m de long. On les double pour avoir un tapa assez épais qui ne se déchire pas. On colle les étoffes bout à bout avec de l’amidon préparé ou du manioc précuit. Sur l’étoffe nue, encore blanche, on procède à l’estampage avec un kupesi (matrice). On pose l’étoffe dessus et on frotte avec de la teinture rouge végétale. On dessine au fur et à mesure, à main levée, les motifs avant de laisser sécher au soleil. On rassemble pour ce travail collectif la population d’un village afin de gagner en unité.

tapa tahiti

A Wallis toute femme se doit d’avoir un lautefuhi chez elle. Le tapa est encore utilisé pour les naissances, mariages, décès, cérémonies coutumières. Il faut être prête à offrir un bout d’étoffe que l’on coupera de son tapa géant, mais pas n’importe comment. Il existe des codes pour le découpage, ce sera par 5, 10 ou 20 coudées. Chaque fragment porte un nom spécial : un de 5 coudées porte le nom de folaosi, celui de 10 coudées de lauhogofuleu, et celui de 20 coudées uafulu. De la personne à qui il va être offert dépendra la taille. Plus la place dans la hiérarchie est importante, plus le morceau sera grand. Ainsi la personne qui le reçoit sait l’importance qu’on lui accorde !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Faits d’hiver en été à Tahiti

Même si, ici, c’est l’été – l’inverse austral de la métropole – la déshumanité n’en finit pas…

Jugé pour « esclavagisme moderne », l’homme de 74 ans employait deux salariés dans sa boulangerie, l’un depuis 14 ans l’autre depuis 4 ans sans les avoir déclarés. Ces « esclaves » travaillaient 7 jours sur 7 pour un salaire hebdomadaire de 21 000 XPF (176 €) et étaient contraints d’avoir un compte à crédit ouvert dans l’épicerie aussi propriété du vieil homme. Cet Harpagon avait acquis 4 maisons et investi dans une société de transport maritime. Le défenseur d’Harpagon a plaidé le fait que son client était de « la vieille école » et « qu’il avait toujours travaillé dur depuis ces jeunes années ». Fermez le ban !

gamin ecran

A Raroia (Tuamotu), la jeune femme de 21 ans, mère d’un bébé d’à peine un an a bien été poussée dans un puisard par son tane (homme) tête la première, il a ensuite mis le feu à leur fare (maison). Ce tane avait affirmé que sa femme s’était suicidée. Un atoll d’où il a fallu rapatrier le mari qui, devant les gendarmes, a reconnu son acte. Le corps de la malheureuse a été exhumé et rapatrié aussi à Papeete pour l’enquête…

A Papeete, le mari jaloux tue l’amant de sa femme en lui roulant dessus en voiture et en lui arrachant un pied ; sur un atoll l’oncle tue à coups de hache son neveu.

perles noires tahiti

Une bonne nouvelle pour commencer cette année 2015 : en 2017, les premières perles de culture marquisiennes feront leur apparition. Cette population des Marquises possèdera une signature moléculaire totalement différente de celles des Tuamotu, des Gambier et des Iles sous le Vent. Ces perles pourraient être d’une qualité exceptionnelle. Attendons de voir.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pannes en Polynésie

Vous n’avez qu’à bien vous tenir ou éviter la Polynésie des tsunamis, car le laboratoire de géophysique de Pamatai s’est doté d’un supercalculateur (10 millions de XPF) et pourra prédire les impacts des tsunamis sur nos îles. Atation, atation les tsunamis ! La gestion de l’alerte est assurée par la direction de la Défense et la protection civile. En Polynésie tous les archipels ne seraient pas touchés de la même manière. A Tahiti la côte Est est la plus vulnérable car elle ne possède pas de barrière de corail. L’archipel des Tuamotu (atolls) ne risque presque rien en cas de tsunami, ce sont les Marquises qui sont les plus vulnérables. Les probabilités parlent de deux tsunamis par siècle avec une montée des eaux supérieure à 3 mètres. En 1946, un séisme dans les Iles Aléoutiennes a provoqué une montée des eaux de 15 mètres aux Marquises, déplaçant des blocs de coraux de plusieurs tonnes. Rappel, en cas d’alerte, s’éloigner du rivage et gagner un point en hauteur.

vahine 2014

Touristes, on vous attend, la conférence annuelle du GIE Tahiti Tourisme est ouverte et le nouveau ministre en charge du tourisme (Jean-Christophe Bouissou) a prévu « d’atteindre les 300 000 touristes d’ici 2018 ». C’est demain 2018 ? je vais changer de calculette car la mienne doit être défaillante. Il faudra 3 ans au gouvernement Fritch pour construire le Mahana Beach, peut-être même quatre ans MAIS, « on va certainement terminer l’année avec 180 000 touristes en Polynésie ; cela fait longtemps que l’on n’a pas atteint ces chiffres ». Chapeau bas Mossieu le Ministre.

Sauf qu’Air Tahiti a des douleurs ! C’est que les finances souffrent car la fréquentation des résidents a baissé de 26%. Aïe ! Il était question de supprimer des lignes aériennes, mais devant le tollé, marche arrière toute. On va modifier les fréquentations à destination des îles déficitaires ! Je prends en exemple l’atoll de Kauehi que je vous ai fait visiter, ce sera au lieu de deux vols par semaine, un seul vol en basse saison. Rimatara, que vous avez aussi visité, on supprime le vol du mercredi en très basse saison (6 semaines par an) et l’on passe de trois vols par semaine à deux. OK, vous avez pris acte ? Vous ferez donc des économies, Youpi !

Fermé depuis le 31 décembre 2013, le Belvédère (le restaurant panoramique de Pirae) a été vendu. Les nouveaux propriétaires, tombés amoureux du fenua, comptent investir 90 millions de XPF pour le réhabiliter, il pourrait ainsi accueillir ses premiers clients en juillet 2015.

Le Haut Conseil : quèsaco ? C’est un machin imaginé par Président Flosse. Y a eu des fuites sur le salaire du président du Haut Conseil. Polémiques, règlements de comptes internes au Tahoera’a. Ce Haut Conseil « contribue à la sécurité juridique des actes du président et du gouvernement de la Polynésie française. » Alors, il paraît que le salaire du Président de ce Haut Conseil serait de 2,3 millions de XPF par mois (19 274 €). Un grain de sable dans l’eau de l’océan Pacifique !

OCT 2014

Un pays aussi grand que l’Europe comme aime à le rappeler sans cesse Oscar Temaru (tiens, au fait il a retrouvé son bureau aux Nations Unies), des communes dispersées, des confettis à la surface du Grand Océan, quelques atolls avec un aérodrome, d’autres sans. Un exemple la commune de Makemo (Tuamotu) comprend 11 atolls dispersés dans l’océan dont Katiu, Taenga, Raroia. Les élus pour se déplacer utilisent des speedboats, comme les écoliers pour les rencontres sportives, pour les concours d’Orero, les agents communaux pour suivre des formations. Ces speedboats sont devenus les engins de transport indispensables pour la liaison des communes associées.

Comment se déplacer lorsqu’on habite un confetti au milieu d’un océan grand comme l’Europe (dixit O.Temaru) ? Hein ? Pardon ? Je n’ai pas compris ! Oui, oui, il n’y a que de l’eau autour de ce bout de terre ! Alors les habitants voyagent en kau, poti marara, barge. Depuis quelques temps, la série de pannes récurrentes sur les moteurs inquiètent les usagers. Les particuliers, les perliculteurs sont obligés d’expédier leurs moteurs pour révision à Tahiti mais, dans les atolls éloignés il leur faut utiliser la goélette qui les ravitaille ; pour les mieux desservis, la goélette vient une fois par mois… Renvoyer le moteur défaillant coûte entre 6 000 (50 €) et 19 000 XPF (159 €). Un moteur neuf allège le portefeuille de 600 000 (5 028€) à 1 500 000 XPF (12 570 €). Que le fût d’essence soit de telle compagnie ou de l’autre le problème demeure le même : accumulation des pannes. Ces utilisateurs souhaitent être mieux informés sur la qualité de l’essence livrée et vendue. C’est la goélette qui livre aussi les fûts de carburant, un fût vendu avec la consigne coûte 38 500 XPF (323 €). Allo Tahiti, il y a quelqu’un ? Ah ! Il n’y a pas de réseau !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Naufrages à Tahiti

Trois naufragés retrouvés en vie aux Îles sous le vent, les trois pêcheurs avaient seulement un téléphone portable avec eux ! « On a eu une panne d’essence »… Il a fallu déplacer deux avions, deux hélicoptères. Après enquête il s’avère que le pilote du bateau n’avait ni permis, ni radio, ni fusées, ni moyens de navigation. Cette négligence lui fait encourir au maximum un an de prison et 1,8 million de XPF d’amende. J’ai ouï dire par ailleurs que cette plaisanterie aura coûté plus de 87 millions de XPF. Le marin fautif : « je remercie le Seigneur de nous avoir trouvés ».

naufrage de bonitier tahiti radio1ORCHIDEES

Dix naufragés ont été secourus entre Bora-Bora et Scilly. « Nous avons prié et le Seigneur nous a entendus ». Leur bateau était en train de couler tandis qu’ils dormaient dessus. Originaires de Scilly, un confettis de 4 km2, partis pêcher à Tupai, atoll de 10 km2 situé à 16 km au nord de Bora-Bora, atoll désert, et qui avait défrayé la chronique car aménagé pour recevoir les hôtes de marque de Flosse et qui serait pourvu de magnifiques… lampadaires et d’une piste d’atterrissage ! Mais nos pêcheurs, eux, étaient sur leur bonitier avec leur famille et ont attendu 16 heures les secours, agrippés à un radeau de survie et une petite annexe avant que l’hélico (le Dauphin de l’Armée) ne vienne les hélitreuiller. Ils avaient été courageux de plonger sous leur bateau pour chercher la balise. Une fois récupérée cette balise leur a permis de se signaliser auprès du MRCC de Papeete. Sans la balise…

Ici aux Marquises, on veut une vedette pour le sauvetage en mer, qui servirait aussi pour les evasan (évacuations sanitaires). Mais, il serait préférable d’avoir… un hélicoptère ! Quand on sait que certains pêcheurs partent en mer sans aucun matériel, peu d’essence, pas de fusée et autre moyen pour être localisé on pourrait facilement imaginer l’usage d’un hélicoptère ! Mais qui ne demande rien n’a rien.

Les habitants fuient la ville de Papeete et s’exilent dans les communes voisines. Il y aurait 1045 logements inoccupés. En journée la ville compterait 100 000 personnes, le soir 28 000. On travaille à la capitale mais, devenue peu attractive, les habitants la fuient dès leur travail terminé. Il faudrait faire des projets, les réaliser si l’on ne veut pas laisser mourir Papeete. D’autres lorgnent vers Punaauia pour devenir la nouvelle capitale de la Polynésie.

Relaxé dans l’affaire Anuanuraro, démissionné par le Haussaire donc plus Président de la Polynésie française, déchu de tous ses mandats y compris celui de sénateur, SDF puisque sa maison a brûlé, MAIS… salarié de droit privé de son propre parti le Tahoera’a (orange) à l’assemblée de Polynésie. Vous avez deviné qui est-il ? – Gaston Flosse en personne. Il serait le conseil spécial de Marcel Tuihani, nouveau président de l’assemblée depuis un bureau à l’assemblée. Na !

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Monarque et bénitier

Parmi les huit espèces existant dans le monde, le bénitier est la seule officiellement recensée en Polynésie française. Le pahua est traditionnellement utilisé dans l’alimentation polynésienne. C’est une espèce encore abondante dans les lagons. Il faut toutefois relativiser son abondance ! Certes dans certaines îles des Australes comme Raivavae et Tubuai et surtout dans les atolls fermés des Tuamotu de l’Est comme Fangatau, Fakahina, Tatakoto, Pukarua, Reao, Napuka, Vahitahi, le koeha (appellation paumotu du bénitier), est l’espèce dominante du lagon. Dans d’autres îles on constate une raréfaction des populations de pahua soit pour des raisons d’ordre naturel (mortalités massives à Takapoto en 1998) soit par une augmentation de la pression de pêche (pression démographique, habitude de pêches intensives à certaines périodes des tama’ara’a (repas, festins), des moni me (collectes de mai des églises protestantes) , etc. Le bénitier n’est pas répertorié aux Marquises, ni à Rapa (Australes).

benitier

Les parties consommées sont le pito ou kopiti (muscle adducteur), le vere ou kueke ou verevere (manteau coloré), les huero ou ‘a’o ou havene ou touo ou riaria (gonades) ce qui représente environ 12% du poids total du bénitier, apu ou pakana (coquille) comprise. Il faut donc, en général, environ 8 kg de bénitiers vivants pour obtenir 1 kg de chair comestible, mais cela varie en fonction de la qualité des gonades plus ou moins grasses des bénitiers pêchés. La coquille en calcite est lourde et épaisse, le pahua est reconnaissable à l’asymétrie de sa coquille et à ses rangées d’écailles externes. Le pahua se fixe sur le fond dur du lagon grâce à son tari (byssus). C’est un mollusque bivalve qui vit en symbiose avec des microalgues. Il est hermaphrodite protandre. Les périodes principales de ponte se situent principalement durant les périodes chaudes de l’été austral. Il faudra attendre 4 à 5 ans en élevage et entre 5 et 10 ans dans le milieu naturel pour qu’un bénitier obtienne la taille réglementaire de 12 cm. Les prédateurs des pahua sont les zooplanctonophages : pati ou ava (poissons-lait) ; les crabes et gastéropodes perforants comme le Cymatium muricinum, les jeunes poissons à bec poou, paiti, kukina (labres, perroquets) ; les fee (poulpes), oiri (balistes), oeo (becs de cane), mu (dorades), huehue (tétrodons) qui profitent de la fragilité de la coquilles des juvéniles !

On considère que les bénitiers constituent depuis toujours une espèce prisée sur le marché tahitien : 50 tonnes de chair commercialisée actuellement à Tahiti et ce qui a permis à certaines îles des Tuamotu de l’Est et des Australes de diversifier leurs activités pour répondre à cette demande offrant ainsi un revenu non négligeable à certaines populations. Certaines espèces de petite taille de la Tridacna maxima recherchée pour ses couleurs concerne essentiellement le marché de l’aquariophilie.

monarque de tahiti

Il faut sauver le pati’oti’o (monarque pie) et le pihiti (Vini ultramarina ou Lori des Marquises) deux espèces menacées par le rat noir. Le pihiti est une espèce peu farouche vivant à Ua Huka, au plumage de bleus déclinés. Tous contre le rat noir, équipages des goélettes, de l’Aranui III, de la population d’Ua Huka, de l’association Manu, du Port autonome de Papeete, de l’huilerie de Tahiti. Ua Huka voudrait acheter un chien en Nouvelle-Zélande spécialement dressé pour détecter les rats. Seules deux îles seraient exemptes de rats noirs Rimatara (Australes) célèbre pour son Lori de Kuhl et Ua Huka avec son Lori des Marquises. Une surveillance accrue des ports, aéroports, l’entretien de stations de dératisation, l’inspection systématique des marchandises qui arrivent sur ces deux îles et un projet de quarantaine des marchandises pouvant cacher des rats, telles sont les mesures pour sauver les oiseaux emblématiques de ces îles.

La Polynésie française possède 29 oiseaux terrestres endémiques dont 21 sont menacés de disparition. Visibles nulle par ailleurs, ils pourraient drainer des touristes. Les calculs sont faits, la Polynésie française pourrait envisager d’intéresser 7 260 touristes étrangers sur Tahiti chaque année et 1 494 sur Rimatara (Australes), Ua Huka et Fatu Hiva (Marquises). Question moni (oseille), il faut 2,5 millions de XPF (20 950 €) pour acheter un chien, et le faire venir avec son dresseur de Nouvelle-Zélande pour mettre en place cette lutte. La municipalité d’Ua Huka a montré l’exemple en votant une subvention de 1 million de XPF, il faut trouver le reste !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comment faire fuir les touristes en Polynésie française

On veut faire venir des touristes mais les touristes sont souvent malmenés et ne reviennent pas ! Règlement inexistant à Bora Bora, la Perle du Pacifique, une touriste décède dans cette île « paradisiaque » après qu’un bateau lui soit passé dessus alors qu’elle nageait dans le lagon face à son hôtel. Pas une bonne publicité ! Et encore et toujours à Bora Bora, une touriste gravement mordue par une meute de chiens… On aime les touristes ici, un peu trop, non ? Les réglementations c’est pour les touristes, même pas pour les chiens et leurs propriétaires ?

pistil

Incivisme, même dans les jardinières ! Les lampadaires de Papeete sur le front de mer ont été repeints en blanc, les jardinières construites et plantées, les ronds- points sont fleuris, c’est magnifique, non, ce serait magnifique… mais c’est sans compter les vols ! Des durante (Duranta repens, famille des Verbenaceae) ont été volés, 100 pieds qui venaient d’être plantés. Les Ma’ohi prennent les fleurs pour les revendre, pour faire des couronnes. Les fleurs les plus volées sont les ixoras (Ixora coccinea famille des Rubiaceae) et les bougainvillées (famille des Nyctaginaceae). Les mamas (mamans) viennent avec leurs sacs cueillirent, même sur les ronds-points, où l’on a vu récemment une mama à scooter à trois heures du matin ramasser des fleurs.

Toujours pas d’eau, les lettres de réclamation, les visites à la mairie, rien n’y fait, nous ne bénéficions toujours pas d’eau au robinet, je parle de l’eau pas encore de l’eau potable. Pas de douche, pas de lessive, pas de vaisselle, l’enfer continue. Un filet miraculeux peut parfois apparaître vers 23 heures, il disparaît vers 6 heures les meilleurs jours c’est-à-dire les jours où il a plu ! Malgré tout la mairie de Teva I Uta a encore augmenté ses redevances. De temps à autre, un employé de la mairie passe en voiture 4×4 constater de visu que nous ne mentons pas, que nous n’avons vraiment pas d’eau… et que nous n’arrosons pas le jardin. On pourrait la stocker et la revendre à prix d’or et devenir immensément riches ! Depuis le 15 août, la situation s’est encore dégradée. L’eau n’arrive que durant la nuit, minuit et demi ou plus tard et « disparaît » vers 4 heures. Des amis nous permettent d’aller nous doucher dans leur entrepôt sis beaucoup plus bas que notre demeure, qui bénéficie de ce fait d’une meilleure distribution d’eau mais attention pas de quoi alimenter une baignoire ou un spa ! Tearii Alpha, le maire de Teva I Uta (Mataiea et Papeari) dit : « La commune de Teva I Uta vit un grave paradoxe. Elle dispose de beaucoup d’eau, mais elle coule pas au robinet. Il y a tout à faire. Le nouveau conseil municipal aura besoin de toute une mandature pour donner de l’eau potable aux 9 400 habitants ». Et selon les pronostics des têtes pensantes, l’eau potable pas avant… je n’arrive pas à déchiffrer la date, excusez-moi. Je viens de lire que l’Onema a été sollicitée par la mairie de Mahina pour recevoir une subvention de 81,9 millions de XPF. L’Onema serait donc un robinet d’où coulent les subventions ? Ça fleure bon le moni (fric).

Vahine nue dans l eau Tahiti

La directrice du Centre d’hygiène et de salubrité publique est revenue sur les conclusions du Forum sur les plans de sécurité sanitaire des eaux de consommation : « Certaines communes ne connaissent pas du tout leur réseau d’eau ». Je dois me pincer fortement pour comprendre, j’ai du rater plusieurs épisodes. A mon âge, j’ai de plus en plus d’absences… Et puis Gaston Tong Sang, le maire de Bora Bora « la Perle du Pacifique » veut l’eau au même prix dans toute la Polynésie. Chez lui l’eau est dessalée par des osmoseurs et c’est beaucoup plus cher. Les 48 communes polynésiennes devraient mutualiser leurs moyens. Normalement, fin 2015, de l’eau – potable – sortira de tous les robinets polynésiens. Je ne miserai pas un centime !

Le Pays tente de séduire les étudiants en médecine. Après une première année à l’Université de Polynésie, les étudiants sont obligés de s’expatrier en métropole pour de longues études, et ils ne reviennent pas forcément au pays leurs études terminées. Comment les attirer ? Comment les faire revenir ? Les archipels éloignés n’attirent pas les nouveaux médecins, les difficultés de transport des malades (Evasan) nécessitent de gros moyens – onéreux. Pour les Marquises, par exemple, il faudrait un hélicoptère pour transporter ces malades des îles où il n’y a pas de piste d’aviation. On transporte alors ces malades sur un bateau, par une mer souvent houleuse, car l’heure d’hélicoptère coûte très chère. Le gouvernement aurait reçu des propositions (du privé). Des médecins urgentistes sont recherchés pour ces postes car ils possèdent une certaine polyvalence et savent réagir très vite. Encore faut-il que ces postes soient attractifs car isolés et éloignés !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Indépendance ou assistanat à Tahiti ?

150 militants du parti indépendantiste d’Oscar Temaru ont participé il y a quelques jours à la quatrième étape du Tavini tour, une marche en l’honneur du premier anniversaire de la réinscription de la Polynésie française sur la liste des territoires non autonomes de l’Organisation des Nations unies. Les pancartes « Pas de Justice, Pas de Démocratie » fleurissaient sur le parcours ainsi que des drapeaux des Nations Unies et on redit toujours les mêmes phrases du style : « Justice coloniale, nous voulons être libres, notre prison est remplie de petits voleurs tandis que ceux qui ont volé des milliards, etc, etc. Mais aussi : il faut continuer à profiter des fonds européens car on a encore beaucoup de travaux à réaliser, et l’Europe est aussi une opportunité pour aller porter notre message hors de l’océan Pacifique ». Le Tavini Tour s’est terminé en apothéose à Faa’a mais, sur les 5 000 sympathisants bleu ciel attendus, il n’y en avait qu’un millier. L’expert indépendant en matière de gouvernance et de développement constitutionnel auprès de l’ONU, Carlyle Corbin était présent à ce premier anniversaire. Ma vieille tête mélange un peu tout, ils veulent l’indépendance (c’est tout à fait leur droit) MAIS avec les sous de la France et de l’Europe. Ils clament pourtant partout qu’ils sont Ma’ohi et que leur pays est aussi grand que toute l’Europe. C’est à ne plus rien comprendre ou alors je ne pige rien !

Justice – coloniale bien-sûr : 28 ans de réclusion criminelle dont 18 ans de période de sûreté pour l’assassin marquisien d’un globe-trotter allemand. Une version invraisemblable où les 95 kg de muscles du charmeur des Marquises reconnaissaient avoir tué d’une balle dans la tête et brûlé le corps d’un Allemand pas trop baraqué, qui faisait le tour du monde avec sa compagne. Et cela parce que ce dernier l’aurait « violé ». A l’époque des faits, la presse internationale avait parlé de cannibalisme.

trois vahines seins nus

Loi des séries ou pas, une touriste allemande s’est fait violer à Rurutu (Australes). Pas très bon pour le tourisme tous ces faits divers au moment où Gaston Flosse et son gouvernement mettent le paquet pour les attirer – les touristes. Aux dernières nouvelles, l’agresseur a été arrêté, il était déjà connu de la justice pour des faits similaires. Il s’est suicidé en prison dès la première nuit de son enfermement.

Nouvelle tragédie conjugale, une mère de famille meurt sous les coups de son mari à Fangatau (Tuamotu). Fangatau, 5,9 km² de terres émergées, 11,1 km² de lagon, pas de passe, 135 habitants en 2002, tous catholiques, vivent du coprah. Une femme de 37 ans, mère de trois jeunes enfants, avait rejoint avec son tane (mari, homme, concubin) au village où une bringue était organisée. L’alcool, les disputes, violemment frappée par son tane, elle chute sur le sol et ne se relève pas.

A Faa’a, la communauté adventiste a organisé, en avril, des journées « vie de famille » avec le soutien de la mairie de Faa’a et la Direction des Affaires sociales. Sujets abordés : « Le rôle du père de famille auprès de son fils ; l’importance du respect de soi, des autres et de la jeune fille pour les ados ; bien-être et estime de soi pour les jeunes femmes ». Les enfants étaient pris en charge pour jouer calmement et les 34 petits jouissaient d’une nurserie afin de soulager les mamans. Un déjeuner en commun pour ces 70 familles, puis un concert avant de regagner leurs foyers avec comme cadeau un sac de vivres. La prochaine journée « Vie de famille » aura lieu en mai. Faa’a est la commune la plus peuplée de Tahiti, et un grand nombre d’habitants y vivent entassés dans des bidonvilles…

fleur 2

Le Kura Ora II est à quai à Papeete depuis plus d’une dizaine de jours pour effectuer des réparations urgentes et les atolls des Tuamotu meurent de faim. Le bureau Veritas a imposé d’effectuer des travaux indispensables sur cette goélette bloquée à Papeete. Les atolls attendent désespérément les marchandises commandées. Quant à mourir de faim cela semble très exagéré car il y a des cocos, du poisson. Evidemment les cartons de cuisses de poulet sont absents des rayons de la supérette, le lait pour les enfants manque, le fret par avion est très cher. C’est l’atoll de Raroia et celui de Takume qui crient le plus fort. Ce qui inspire P’tit Louis : « Tu t’rends compte, à Takume ils n’ont plus que du kaveu (crabe de cocotier), du poisson, du uru (fruit de l’arbre à pain), et du lait de coco ! A cause du bateau » et l’autre de répondre « Hé ! la situation est pratiquement désespérée, on se demande même s’ils vont survivre ! ». Aux dernières nouvelles, c’est le Tahiti Nui 1 (bateau de la flottille administrative) qui devrait assurer la desserte, le bateau incriminé n’étant toujours pas remis en état de naviguer.

Hiata de Tahiti

Catégories : Politique, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Qui a tué à Tahiti ?

Qui a tué les parapeue ? L’IFREMER a détecté un taux de mortalité important sur des poissons d’élevage comme les parapeue (Platax orbicularis). D’après les études menées, la coupable serait une bactérie tueuse qui « exploserait » suite au stress causé par la remise en milieu naturel après leur grossissement en bassins expérimentaux destinés à la reproduction artificielle. Une chercheuse en thèse au Criobe teste des plantes locales connues pour leurs propriétés antibactériennes et antiparasitaires. Les plantes actuellement testées par la chercheuse sont le tamanu avec son huile (ati ou Calophyllum inophyllum), le gingembre, le noni (Morinda citrifolia), le rea Tahiti (safran des Indes ou Curcuma longa) et l’ail (cette dernière étant la seule plante étrangère). Les chercheurs estiment qu’il leur faudra un an avant d’obtenir des résultats sérieux sur les données de la survie des poissons testés et sur le type de plantes le plus favorable pour la croissance immunitaire des poissons.

Le upe a failli disparaitre aux iles Marquises. Le upe ou Ducula galeata est une sorte de pigeon sauvage qui demeure la plupart du temps dans les montagnes. La population locale a cessé le braconnage depuis quelque temps déjà. Le upe fait partie intégrante du patrimoine culturel marquisien. Il apparait dans les légendes de l’archipel. Bien qu’interdite la chasse de l’oiseau continuait à être pratiquée. Grâce à Manu, la Société d’ornithologie de Polynésie, des upe ont été réintroduits sur l’île d’Ua Huka, réintroduction réussie d’après les constats faits sur place. Le upe peut enfin voler à sa guise, sans être inquiété par l’homme depuis que les Marquisiens ont pris conscience de l’importance de repeupler les vallées de cet oiseau unique.

taharaa

Un jour, Tahiti ressemblera à Bora Bora, puis à Maupiti, puis à Rangiroa disent les scientifiques. Une seule certitude, nous ne serons pas là pour le constater, ce sera dans 2 ou 3 millions d’années. Maintenant l’île s’enfonce sous son propre poids, ses reliefs sont victimes d’une formidable érosion. De plus, elle dérive vers le nord-ouest de 7 cm par an en direction du Japon et des Philippines, alors accrochez vos ceintures ! Elle serait née à 100 km au sud-est de sa position actuelle. Tahiti est née d’un point chaud.

En Polynésie toutes les îles sont nées suite à la remontée de matériaux venus de l’intérieur de la Terre. Les scientifiques comptent 15 000 édifices de ce type dans tout le Pacifique dont 2 000 sont émergés, les autres étant sous le niveau de la mer. Tahiti aurait commencé à naître il y a 6 millions d’années. Pendant 4,5 millions les éruptions volcaniques ont eu lieu sous l’eau. Tahiti a émergé il y a 1,5 millions d’années. Entre 1,5 et 0,9 millions d’années les coulées de lave se sont accumulées et ont donné naissance à un premier volcan de 3200 m de haut. Il y a 870 000 ans, deux flancs de ce premier volcan se sont effondrés, ce qui donna naissance à un second volcan de 2700 m. La formation s’est arrêtée à 200 000 ans.

Aujourd’hui, le point culminant de Tahiti est de 2240 m. L’érosion est causée par la pluie, des records de pluviométrie, jusqu’à 8 et 10 m, sont enregistrés sur quelques reliefs. La vitesse d’érosion ? entre 0,5 et 1 mm par an. A l’échelle des temps géologiques, Tahiti peut perdre 1 km d’altitude, en un million d’années. Tahiti s’enfonce. Le point chaud qui donna naissance à Tahiti est actuellement en train de donner naissance à Mehetia (déjà évoqué ici). La dernière éruption de Mehetia date de 1981. L’atoll de Makatea a été « soulevé » par Tahiti. Le Tahara’a est un petit cône volcanique « parasite ». Le relief du « Diadème » est du à des roches dures qui résistent mieux que les roches qui l’entourent, plus fragiles et sensibles à l’érosion. Tahiti iti et Tahiti nui sont deux volcans distincts, nés à deux époques différentes (précisions du GePaSud).

En attendant la fin, les voyageurs affluent en Polynésie ! Il paraît qu’on n’avait pas fait mieux depuis 2008. Pensez-donc, 12 422 voyageurs en janvier, cela fait une nette progression de + 11,2%. Mais cette hausse ne s’explique que par l’accroissement du nombre de croisiéristes et la présence d’un navire de croisière supplémentaire. La croisière booste les chiffres. Les principaux marchés se définissent ainsi : Amérique du Nord : 46,6% de part de marché soit une augmentation de 3,1 points ; France 12,5% de part de marché soit – 1,5 point ; Le Pacifique 11,8% de part de marché soit – 1,6 point ; Asie 12,5% de part de marché soit + 3,9 points. Les Autorités auraient-elles enfin compris que les touristes ont d’autres demandes qu’il y a vingt au trente ans ? Qu’ils demandent autre chose ? Wait and see !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Être chèvre aux Marquises

Les chèvres ont été introduites dans l’archipel des Marquises par les Français au siècle dernier. Elles se sont parfaitement acclimatées. La plupart des Mene (chèvre en marquisien du Nord) et les Keukeu (chèvre en marquisien du sud) sont sauvages et libres. Elles s’aventurent au bord de falaises vertigineuses, sautent de rochers en rochers, se perchent sur les corniches et au besoin causent des chutes de pierres !

chevres aux marquises

La nourriture est abondante pour les caprins. La chèvre maronne vit loin des villages, les chasseurs marquisiens partent à pied avec les chiens en espérant rapporter de quoi améliorer l’ordinaire. Ils partent à deux ou trois dès l’aube munis de cordes, de fusils pour certains. Ils escaladent les montagnes pour débusquer ces coquines, les obstacles sont nombreux, le sol instable et pentu met  leur vie en péril. Le chemin est difficile, le dénivelé vertigineux. Il leur faut être attentif au moindre bruit, au moindre chevrotement, au vent qui peut propager leur odeur !

chèvre tuee aux marquises

Après des heures de marche, les chèvres sont en ligne de mire des chasseurs, cabris et femelles sont épargnés. Coups de feu, la chèvre tombe au sol. La chasse se termine quand on a assez de victuailles car il faudra revenir au village avec un lourd sac de 25 à 30 kg.

Encore six heures de marche et les chasseurs seront de retour, un bon repas les attend. Les os, les cornes seront gardés pour la sculpture, la peau recouvrira les pahu (tambours) ou les fakete (petits tambours), ou feront de beaux costumes traditionnels.

chevre mechoui

Mais la chèvre est aussi une monnaie d’échange entre les habitants, elles sont troquées contre d’autres aliments. Le chasseur peut aussi vendre la chèvre entière (25 à 55 kg) entre 5 000 et 7 000 XPF, un prix dérisoire certes mais la chèvre au lait de coco est un des plats traditionnel local marquisien.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Traditions des îles polynésiennes

Aux Australes, la coutume voulait qu’en chaque début d’année, les habitants fassent le tour de l’île pour présenter leurs vœux à leurs congénères. Les « marcheurs » étaient accueillis » dans chaque maison, maison briquée à fond pour l’occasion, on sortait les magnifiques iripiti des armoires, les cadres des photos de famille, les peue déroulés. La semaine entre Noël et Jour de l’An était réservée au badigeonnage des murs d’enclos à la chaux, au nettoyage à fond des pièces du fare selon les critères établis par un comité qui passait en premier afin de noter la décoration.

australes archipel carte

Sur le seuil du fare, deux ou trois personnes vous accueillent avec de l’eau de Cologne et du talc aux cris de « A Toma mai ». On entre, on visite les pièces, en sortant on se désaltère de jus de fruit, de cocos frais. Cette année, on a compté seulement 8 fare sur 120 recensés ouverts dans Moerai. Mais que se passe–t-il ? Les vieux disparaissent, les modes changent, et la coutume s’en va ! Que faire ? Et les Autorités civiles et religieuses peuvent-elles faire quelque chose pour maintenir cette coutume coûte que coûte ?

Pas de Tere sans porteurs de pierre. Cette tradition remonte aux temps anciens quand les jeunes gens devaient passer par toutes sortes d’exercices physiques qui prouvaient que les taurearea (jeunes) devenaient des adultes. Seul, le lever de pierre a subsisté. Les hommes forts du village doivent lever les pierres  qui ont chacune un nom et un poids entre 130 kg et 151 kg, les femmes soulevant des pierres de 60 à 80 kg. Rassurez-vous, toutes les pierres ont été soulevées donc 2014 sera une bonne année. Ouf !

australes iles

La fabrication de la chaux est une tradition qui perdure à Rurutu. C’est une technique qui permet d’obtenir un matériau de construction adapté à l’environnement. Cette technique aurait été importée  par des marins baleiniers originaires du Portugal venus s’installer à Rurutu au 19e siècle. Chaque village de Rurutu possède son four à chaux mis en chantier environ tous les trois ans. Les anciens ont transmis la recette ! Il faut aller couper de nombreux arbres tels aito (arbre de fer ou Casuarina equisetifolia), falcatas, haari (cocotiers)  et rassembler de très nombreux blocs de corail sur les plages.

Ils sont ensuite disposés dans une fosse de grandes dimensions. On y installe d’abord des branchages, ensuite les troncs serrés et bien empilés. Les blocs de corail sont placés dessus de façon à former un dôme compact, tout en laissant une ouverture au sud-est pour allumer le feu. Une fois bien pris, le feu est très fort, il nécessite une surveillance de chaque instant car il faut relever les blocs au fur et à mesure que le bois brûle.

Il faudra attendre un mois pour que la chaux vive, issue du calcaire,  continue de décomposer l’ensemble. Mélangée au sable, la chaux donnera du ciment et mélangée à de l’eau un enduit pour repeindre les façades et les murs. Ce matériau présente de multiples avantages : la perméabilité car la chaux est un matériau « respirant » puisque la chaux absorbe peu d’humidité et la rejette rapidement ; la plasticité car tous les murs travaillent, la plasticité de la chaux lui permet d’accompagner ces mouvements tout en gardant la cohésion de l’ouvrage ; et enfin des propriétés désinfectantes car la chaux limite la prolifération des acariens, champignons, salpêtres et mauvaises odeurs.

marquises carte

Si vous êtes accueillis aux Marquises, on vous souhaitera la bienvenue avec un collier de graines. Les graines sont partout aux îles Marquises, et les Marquisiens ont le don de créer des merveilles, merveilles de formes et de couleurs dans un assemblage harmonieux. Les îliens sont allés ramasser ces graines blanches, rouges, grises, bordeaux, kaki, jaunes, de forme ronde, plate ou ovale, dans les vallées, en montagne. La cueillette ou le ramassage terminé, les graines sont nettoyées, percées, enfilées pour finir en une œuvre artisanale remarquable.

Les enfants apprennent très tôt en suivant leurs parents à reconnaître ces graines. La graine de temanu, plus grosse que les autres, est sculptée. Grace au modernisme et à l’arrivée des perceuses, certaines graines n’étaient pas utilisées ; elles le sont dorénavant. Les artisans créent de magnifiques colliers en alliant aux graines l’os, la perle, les plumes, le bois voire la peau de chèvre et présentent leurs créations à chaque arrivée de l’Aranui. C’est la marque de fabrique et d’identité de la Terre des Hommes.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Trouble pêche à Tahiti

Certains pêcheurs ont un équipement pour pêcher dans les profondeurs de l’océan jusqu’à – 1500 m. Il leur arrive d’attraper des bestioles aux mines patibulaires, alors ces mystérieuses trouvailles atterrissent dans le congélateur après avoir posé pour l’objectif photo. Sur une page de La Dépêche de Tahiti on a pu voir l’une des 260 types de rascasses connues, un chaunax, un grenadier, un « barracuda rouget » et enfin un poisson inconnu filmé une seule fois aux Marquises avec des rostres et des ratons sur le devant… un monstre !

poissons des profondeurs tahiti

D’après une étude australienne, les requins fuient la pleine lune et le soleil au zénith et gagnent les profondeurs afin de suivre leurs proies et d’échapper à leurs prédateurs. Ces animaux à sang froid plongent de 35 m en hiver à 60 m au printemps. Cette découverte des chercheurs australiens pourrait ainsi préserver la vie de certains requins car les pêcheurs seraient alors en mesure de minimiser les prises « collatérales » en se calant sur le calendrier lunaire et sur les variations de lumière en journée pour déterminer la profondeur à laquelle laisser traîner leurs filets. Un tiers des requins océaniques (parmi lesquels le grand requin blanc et le requin marteau) sont menacés d’extinction en raison de la surpêche. Pour les requins de haute mer, cette proportion passe à 52%. Les auteurs du rapport dénoncent en particulier la pratique du « finning » qui consiste à couper les nageoires du requin [délice des Chinois] et à rejeter en mer le reste du corps.

Hoa ? Ce sont sur les atolls les chenaux de communications qui séparent les motu. Ce sont des lieux propices à la vie marine, certains sont fermés, d’autres communiquent avec l’océan et permettent l’oxygénation des lagons. A première vue ils paraissent dépourvus de vie. Mais nombres d’espèces y vivent, c’est une écloserie naturelle et protégée. Avec un peu d’attention on y découvre étoiles de mer, oursins, divers mollusques, porcelaines, huîtres, bénitiers, anémones, éponges. Ils sont bordés par le platier corallien qui abrite les loches, les perches, les poissons soldats, les surmulets. Si les conditions climatiques sont dégradées, les pêcheurs des Tuamotu utilisent ces lieux pour remplacer leurs sorties en mer, trop risquées.

Les anémones de mer (actiniaria), cousines de la méduse et proches parentes des coraux sont des polypes dotés d’un pied qui leur permettent de s’ancrer sur un support dur. Leur corps est mou et gélatineux, garni de multiples tentacules qui contiennent un poison urticant d’où leur nom d’« orties de mer ». Très mobiles, elles n’hésitent pas à changer d’habitat si celui-ci ne leur convient pas. A contrario, une fois qu’elles ont trouvé un milieu qui les satisfait, elles se développent et colonisent le milieu. L’anémone peut atteindre la taille de 1 cm à plus de 2 mètres et vivre plus de 90 ans. Mais les anémones ont un impact économique et écologique néfaste sur la production perlière. Elles fatiguent et étouffent les nacres, ce fléau touche l’ensemble des Tuamotu. Cette prolifération serait liée au nettoyage des nacres au « karcher ». A plus ou moins long terme, les nacres vont se développer moins rapidement et produire ainsi des perles de moindre qualité. Les prédateurs naturels des anémones sont les poissons-corail, crevettes et crabes. La nature va ainsi se réguler elle-même – à condition que l’homme n’interfère pas dans ce processus naturel !

Les prédateurs du lagon sont indispensables à son écosystème, à sa bonne santé. Les carangues sont d’une grande efficacité. Elles font partie de la classe des actinoptérygiens. Il en existe une vingtaine d’espèces en Polynésie. Elles nagent rapidement, puissamment, elles chassent en poursuivant leurs proies. Elles possèdent des nageoires fortes, une queue puissante en V très ancré. Elles vivent en solitaire ou en banc. On les rencontre en bord de plage dans très peu d’eau mais elles fréquentent également des baies profondes, le récif interne et externe, autant dire partout. Elles sont très appréciées pour leur chair mais présentent toutefois un risque ciguatérique important surtout pour les espèces les plus grandes. La carangue bleue (pa’aihere) est présente dans tous les archipels. Elle possède un corps bleu aux reflets jaunâtres, peut prendre une teinte très foncée. Sa taille est d’environ 60 cm. La rencontre est rare car très pêchée elle se méfie et son espèce est menacée de surpêche. La carangue à grosse tête (uru’ati) est présente partout, elle est imposante avec une taille pouvant atteindre 1m70 de long. On la rencontre rarement. Sa consommation présente un risque ciguatérique très élevé.

Les murènes de la famille des Muraenidae comptent 200 espèces de 15 genres différents. Les murènes sont des prédateurs de crevettes, crabes, seiches, pieuvres et poissons. Elles chassent plutôt la nuit, parfois avec les mérous et rougets. Une rencontre avec une murène est toujours impressionnante. Les accidents sont toutefois rares et sont dus à la négligence car la murène ne cherche pas le contact. Leur morsure n’est jamais bénigne, et peut engendrer des infections très graves et conduire à l’amputation. Elle est dotée d’un excellent odorat et d’une mâchoire puissante et bien armée. La murène javanaise (puhi ‘iari) est très répandue en Polynésie, massive, mesure de 1m50 à 2m50. La murène ponctuéepuhi) fort élégante avec sa robe tachetée de blanc est moins imposante que sa cousine, n’est pas timide et se laisse observée, mais attention elle demeure une murène.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

A voile et à vapeur à Tahiti

Engouement pour les croisières sur les cargos mixtes. Pour les Australes, le cargo mixte Tuhaa Pae 4 a obtenu son certificat et démarre ses croisières aux Australes en juillet avec 25 passagers. Pour les Marquises, l’Aranui 5 devrait arriver fin 2014 et permettra d’accroitre l’offre de 180 à 260 passagers.

Aranui 5

Pour les Tuamotu, le groupe Degage (ferries pour Moorea) va lancer la construction du Dory 2 qui proposera des croisières « plongées » pour 70 passagers aux Tuamotu. On attend les touristes de préférence avec une carte de crédit gros débit ou un portefeuille bien rempli. Viendrez-vous ?

Vahine nue touriste

On annonce l’arrivée du Wind Spirit en mai 2014, le voilier pourrait rester trois ans en Polynésie. Ce voilier de quatre-mâts est le sister-ship du Wind Song, paquebot à voile arrivé en Polynésie en 1987. Les croisières seront de sept jours au départ de Papeete avec escales à Moorea, Taha’a, Raiatea, Bora Bora et Huahine.

Le A, super-yacht d’Andreï Melnichenko était dans nos eaux cet été. Il n’avait pas pu venir l’an passé à cause du bichon de Madame qui aurait été mis en quarantaine. Qu’à cela ne tienne, on a changé la législation sur les animaux et Madame a pu venir avec son bichon !

yacht 4 mats papeete

Il y eut aussi en escale le yacht Tango mais d’autres sont déjà venus cette année et d’autres annoncent leur venue tels l’Octopus, l’Artic P, le Nahlin, le Lady Christine, l’Archimède, le Suri, le Dragonfly et les Golden Odyssey et Golden Shadow. Enfin, que du beau monde.

Naufrage tragique dans la zone rapa (Australes). Les six marins pêcheurs, rescapés du navire chinois le Zhong Yang 26, quatre Chinois et deux Indonésiens, ont été rapatriés à Papeete à bord du Tuhaa Pae (la goélette des Australes). Le dimanche 5 aout vers 3 heures du matin, au large de Rapa, leur navire qui avait quatorze marins (neuf Chinois, deux Vietnamiens et trois Indonésiens) chavirait suite à une voie d’eau. Répondant à l’appel de détresse, le MRCC a largué des canots de sauvetage dans une mer démontée, et le lendemain l’hélicoptère a pu intervenir. Les marins rescapés ont été déposés à Rapa, accueillis par le premier magistrat et la population. Ils devraient quitter le sol polynésien par ATN via le Japon pour rejoindre leurs pays. Le consul de Chine à Papeete a géré ce drame du mieux qu’il a pu. Les marins travaillaient pour la Compagnie générale des Iles Fidji qui les avaient embauchés.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Recherches à Tahiti

Lien vital entre Tahiti et les Marquises, l’Aranui avec ses 200 passagers et ses 17 croisières par an a soufflé la 10ème bougie et annonce pour la fin de l’année 2014 un Aranui 5 plus grand. C’est en 1984 que le cargo mixte Aranui a effectué sa première croisière dans l’archipel des Marquises avec une vingtaine de passagers. Et pour fêter ce 10ème anniversaire, en plus de la découverte de Fakarava (Tuamotu), Ua Pou, Nuku Hiva, Hiva Oa, Fatu Hiva, Tahuata, Ua Huka (Marquises) et Rangiroa (Tuamotu), une escale dans la Perle du Pacifique (Bora Bora) a été organisée. Belle fidélité.

aranui aux marquises

Les tests de sécurité ont été effectués sur le Tuhaa Pae IV, le bateau sera bientôt prêt pour accueillir des croisiéristes à destination. Ce sera donc le pendant de l’Aranui pour les Marquises. Ce cargo mixte dispose d’une capacité de 98 passagers, il devrait être autorisé dans le courant du mois à en transporter 25 contre 12 actuellement et développer le concept de croisière. Il y aura à la disposition des croisiéristes 16 cabines dont une cabine pour handicapés, un dortoir, un restaurant de 50 couverts. A suivre.

Une mission scientifique effectuée il y a un an et demi étoffera sans doute le dossier d’inscription au patrimoine mondial, la richesse des eaux marquisiennes étant enfin expliquée. Les scientifiques, après analyses, « confirment que la signature isotopique ici est très particulière, et qui peut s’expliquer par la production primaire (phytoplancton, zooplancton…) très riche dans les eaux marquisiennes. Du point de vue marin, les Marquises se caractérisent par trois particularités : absence de récif dans une zone tropicale, le sens de circulation du courant est différent de celui des autres archipels et les espèces endémiques sont très importantes et la chaîne trophique est différente de celle du reste du Pacifique Sud, ce qui permet une production animale très importante et le maintien de la ressource en place. »

Une équipe de trois chercheurs est actuellement en mission à Tahiti et aux Tuamotu pour récolter des cônes, des mollusques marins venimeux. Il pourrait y avoir des possibilités de médicaments liées aux venins, en particulier à ceux des cônes polynésiens. Exploiter les venins animaux pour découvrir de nouvelles molécules à vocation thérapeutiques dans les domaines de la douleur, des maladies cardio-vasculaires, de l’obésité. A suivre.

clipperton ile de la passion carte

Une mission de géographes de l’Université de Polynésie sur l’île de la Passion (autre nom de Clipperton) s’est déroulée en ce début d’année. C’est le plus petit territoire français, délaissé par Paris et qui pourtant est le spot mondial du thon. La ZEE de Clipperton est un cercle parfait de 435 000 km. C’est l’une des zones les plus riches en thonidés au monde. Elle est pillée par de nombreux armateurs venus de Corée, du Japon, d’Amérique centrale. Déjà en 1969, les autorités internationales estimaient à 25 000 tonnes de prises illégales dans la zone. En 2005, 10 bâtiments senneurs ont ainsi été aperçus sur l’espace d’un mois dans les eaux de Clipperton. Et l’on prétend qu’un seul de ces navires peut repartir de campagne les cales pleines de 1 000 voire 2 000 tonnes de poissons. 100 000 tonnes seraient ainsi pêchées sans payer de redevances à l’État, un manque à gagner estimé au plus bas à 25 millions d’euros. Alors Messieurs de Paris, k-do, k-do. Rappel de sa situation à 4 018 km de Nuku Hiva (îles Marquises) et à 1 280 km du Mexique. Ne dites pas que les fonds marins de ce petit bout de terre seraient riches de nodules polymétalliques, alors chut, bouche cousue ! Par ailleurs, il y a 100 000 fous masqués et le nombre de crabes terrestres est impressionnant.

Portez-vous bien

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

France et Christian Guillain, Le bonheur sur la mer

France et Christian Guillain Le bonheur sur la mer

Elle et lui font partie de ces couples formés par hasard autour de 1968 et qui refusaient « le système » : l’autoritarisme politique, moral, patriarcal ; le travail en miette et dans la pollution ; les relations sociales hypocrites des villes et administrations ; la société de consommation réduite au métro-boulot-dodo. Ils rêvaient de grand large, de nature, de vie au rythme ancestral. Ils l’ont fait.

Elle, créole de Tahiti élevée en pensionnat à Dole, dans le Jura ; lui neveu du correspondant du Monde au Japon Robert Guillain et descendant d’Abel, qui signa l’acte de donation de Tahiti à la France avec la reine Pomaré. Ils ont été élevés à la dure mais ne veulent plus être pris dans les rets familiaux et sociaux. Avec rien, ils accumulent de quoi acheter un petit bateau en faisant de petits boulots dans les Postes ou comme photographes polaroïd.

Fin 1967, ils partent, dans un petit sloop de 10 mètres coque acier : l’Alpha. France est tout juste mère de sa première fille, Laurence, qui a sept mois. Ils descendent la France par les canaux depuis la Hollande où a été construit le voilier. Ils traversent la Méditerranée, passent Gibraltar, entreprennent l’Atlantique depuis les Canaries, errent et se refont un moment aux Antilles avant de joindre les Galapagos via le canal de Panama. Ils abordent enfin aux Marquises, qui est un peu Tahiti, avant de revenir au bercail, à Papeete, pour se reposer un peu. Mais ils n’ont qu’une envie : repartir. Ils auront trois filles et trois bateaux. Le bonheur sur la mer raconte ce premier bateau, ce premier bébé et ce premier voyage.

C’est un récit au ras des vagues, écrit comme on parle, disant les difficultés à surmonter pour être adultes et autonomes, et les bonheurs inouïs des bains dans l’eau tiède, des couchers de soleil magiques, des requins familiers et du mérou apprivoisé, enfin des amis rencontrés ça et là, notamment Bernard Moitessier. Les Trente glorieuses ont secrété dans leur coquille trop rigide cette nacre de rebelles soixantuitards, dont certains sont devenus des perles et d’autres de vilains cailloux. Ni l’un ni l’autre pour notre couple un peu caractériel. Une expérience qui les mène un temps à la vie qu’ils aiment, rude mais nature, presque toujours à poil et macrobiotique. C’était une mode, comme tant d’autres. Le rêve d’ailleurs sur cette planète, gentille illusion des grand-père et grand-mère des écolos combinards urbains d’aujourd’hui – en plus jeunes d’esprit et nettement plus sympathiques.

Car ils se prennent en main, même si c’est avec quelque naïveté (les pouvoirs curateurs de l’eau de mer…). « La mer nous met en face de nous-mêmes. Pas de voisins, pas de gens auxquels se référer, personne à imiter, personne pour nous critiquer. Tout ce qu’on fait correspond soit à une nécessité vitale, soit à une tendance profonde. Mon comportement n’est plus conditionné par la société. Je prends conscience de ma personnalité, je découvre ce qu’est la sincérité – cette franchise envers soi-même. Cela parce que la vie est ramenée aux choses essentielles et qu’il est impossible, sinon dangereux, de s’embarrasser de fausses raisons, de fausses motivations » p.115.

Ils découvrent que la vie de couple n’est pas rose, surtout dans la promiscuité obligée du bateau, avec l’obsession de la navigation et la sécurité du bébé. La petite Laurence tète jusqu’à 13 mois. Ayant toujours ses parents auprès d’elle, elle ne s’inquiète de rien, pas même de la gite ou des tempêtes – et même un complet retournement du bateau en Méditerranée ! Elle devient autonome très vite, goûte de tout et s’entend avec tous les nouveaux. Plus tard, elle apprendra le programme scolaire par correspondance, l’école en bateau étant une école de la vie avec ses parents pour maîtres. Pensez : voir voler les poissons, nager les requins, luire les étoiles ; débarquer sur une île déserte emplie de cochons sauvages et de chèvres, traverser les océans, mais s’échouer sur un banc de sable à l’embouchure de l’Èbre sous une pluie glaciale… Tout cela forme une jeunesse !

J’ai des amis chers à qui ce voyage initiatique Marseille-Tahiti, ou la seule étape Marseille-Antilles, a profité. Ils sont aujourd’hui installés avec femme et enfants dans la société, avec ce regard critique et bienveillant à qui on ne la fait pas. Mais ils étaient bien dans leur tête au départ, l’épreuve n’a fait que les mûrir. Les autres, plus ou moins mal dans leur peau et qui rejetaient violemment la névrose du caporalisme social français d’après-guerre, ont fini plus mal. On ne rapporte des voyages que ce qu’on a emporté, en plus aigu…

France et Christian Guillain Le bonheur sur la mer photo nb

Le site Hisse et oh ! dit ce que les Guillain sont devenus. France s’en est bien sortie, moins Christian. Il est resté psychédélique et priapique, végétarien vivant nu, adepte de Wilhelm Reich et du yoga, expliquant comme suit sa philosophie : « Éros et Bacchus étaient rois… » Le couple a navigué un moment ensemble après le livre qui a eu un gros succès, invités par Philippe Bouvard, José Arthur, Jacques Chancel. Puis ils se sont séparés après dix ans pour cause de drogue, dont Christian, toujours à court d’argent pour construire l’éternel bateau de ses rêves, a fait un temps le trafic. Il a navigué 30 ans sur 6 bateaux. Il a rencontré Élise, une polynésienne avec laquelle il a eu 7 enfants de plus. Dans un geste que personne n’a compris, il a coulé volontairement son voilier au large de Papeete, un alu qui portait le nom d’Anaconda et qui était comme sa maitresse. Il voulait surtout conduire ses enfants à leur majorité en évitant la tentation du large. Il s’en occupe, préoccupé de savoir s’ils vont bien. Il est atteint d’un cancer qu’il soigne avec les plantes et les bains froids (et une ivresse à l’occasion). « Mon résumé de l’alimentation idéale : le moins possible, le plus périssable, plus sauvage, plus frais possible, le plus cru possible, le plus dissocié possible… »

France, grand-mère d’environ 70 ans, a semble-t-il navigué avec ses filles. Elle a fait paraître plusieurs livres sur les thèmes naturisme et bio ; elle vit en région parisienne.

France et Christian Guillain, Le bonheur sur la mer, 1974, J’ai Lu 1976, 381 pages, en occasion broché Robert Laffont collection Vécu 1974, €18.00

La suite :

Catégories : Livres, Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Civilisation de Tahiti aujourd’hui

Le ti’i (aux Marquises Tiki) est une figure anthropomorphe, témoin de la culture ancienne des Iles de la Société, représentant un ancêtre divinisé. Celui-ci donné par un expert en art océanien de Paris  au Musée de Tahiti et des Iles mesure 40 cm de hauteur, il est taillé dans un seul bloc de corail où seuls la tête de forme triangulaire et le torse sont apparents. Il pourrait provenir de Moorea. « Parti » illégalement dans les valises d’une famille de popa’a rentrant en métropole, le ti’i a heureusement retrouvé sa patrie d’origine.

Si vous arrivez à Tahiti, vos connaissances vous couronneront. Soit ils auront fabriqué une couronne avec des fleurs, soit ils auront été acheter une couronne ou collier aux mama du fare hei. La doyenne des mama a 79 ans, la plus jeune 37. Elles fabriquent sur place ces colliers, sont présentes de 15 heures à 10 heures du matin, assurent ainsi les arrivées et les départs des vols internationaux. « Atation », pour l’arrivée des fleurs odorantes, pour le départ des coquillages colorés, la phytosanitaire veille ! Des règles très strictes veillent dans ce fare hei, certains emplacements sont meilleurs que d’autres alors les emplacements sont tournants, le port d’une robe locale est impératif. A partir du mois de mai, les mama porteront toutes les mêmes robes aux motifs fleuris et en changeront en même temps. Les mama sont indépendantes mais paient une redevance à ADT (Aéroport de Tahiti). Les nouvelles arrivées remplacent souvent une mère, une tante. Hé ! le collier de tiare Tahiti est le plus beau, le plus odorant et le plus tahitien. J’espère que c’est celui qui vous couronnera à votre arrivée dans cette île du bout du monde.

HIBISCUS RAU

En 2034 les Polynésiens seraient 350 000. Les habitants des Tuamotu ne veulent pas devenir des réfugiés climatiques. Ceux qui y sont nés veulent y rester. Certes la vie n’est pas facile mais ils ont la volonté d’y rester, de développer de l’activité et permettre le retour des exilés, et préparer l’avenir des enfants. Contrairement à ceux de Tahiti, ils ne se sentent pas pauvres, vivent de peu, ne meurent pas de faim. Mais lorsqu’il faut envoyer les enfants au collège ou au lycée à Tahiti, venir à Tahiti pour se soigner ou pour régler les problèmes administratifs… ils se sentent pauvres. Ils souhaiteraient bénéficiaient de plus de service comme des cours par correspondance pour les enfants, de paramédicaux pour leurs problèmes de santé. Des logements sociaux seraient profitables à tous car beaucoup cohabitent ce qui provoquent des conflits intergénérationnels. La réglementation est pensée à Tahiti. Mais que doit faire un maire devant le refus des gendarmes de procéder à l’examen dans un véhicule de plus de 5 ans d’âge comme le précise la réglementation ?

Uniquement pour les personnes ayant vécu à Tahiti, Tati revient en centre-ville et s’installera dans le bâtiment occupé auparavant par Télectronique et Tahiti Pas Cher Décoration rue Lagarde. Un imposant escalator sera installé, d’un poids de 6.5 tonnes et d’un coût de 6.5 millions, il desservira le premier étage du futur magasin Tati de Papeete sur 900 m² de surfaces commerciales. On y vendra des vêtements, de la parfumerie, de la droguerie. Ouverture prévue mi-mai et une vingtaine de personnes embauchées.

Vous êtes loto keno euromillions ou kikiri ? Les jeux clandestins sont légion ici, illégal le kikiri est très apprécié des joueurs du fenua. C’est l’égal du bonneteau. Les abords du marché de Papeete sont des lieux connus des joueurs et de la police qui y fait des descentes régulières avec d’importantes sommes d’argent saisies. Des parties sont improvisées dans des cours, sous des préaux, à l’abri des regards. On joue beaucoup d’argent parfois la paie entière. Ces cercles mettent en place un service de guetteurs afin de se prémunir contre l’arrivée des forces de l’ordre. Il y a aussi les combats de coqs, activité illicite mais tolérée. On y mise pour 200 000 CFP, sur certains sites la mise au kikiri est plafonnée à 5 000 CFP.

MME VASTHY

Il y a fort longtemps que vous n’avez pas pris une leçon de langue tahitienne, pour ce jour ce sera se saluer et prendre congé.

Ia ora na =  que tu aies la vie ou bonjour, bon après-midi, bonsoir, bonne nuit.

Ia ora na ‘ oe i teie po’ipo’i = vivre toi à ceci matin

Ia ora na ‘orua i teie avatea ! = vivre à ceci midi ; pour répondre au salut d’une personne, on bouge la tête vers le haut, on fait un geste de la main, ou on répond Ia ora na en retour.

E aha te huru ? = Etre quoi la forme ou Comment ça va ?

Maita’i = Bien ou Ca va bien.

Parahi ! = Rester ou Au revoir, restez-en paix !

Parahi iho ! = Rester ou Au revoir (restez en paix là où vous êtes).

Te haere nei teie = Aller celui-ci ou Je m’en vais maintenant.

Te haere ra vau = Aller moi ou Je m’en vais ou je vais m’en aller.

Ia ora na = Nana = Au revoir.

Nana, mea ma ! = Au revoir chose et ceux-avec ou Au revoir à vous tous (vous et les vôtres) !  

‘E, na reira ia ! =  Oui, là ou Oui, vas-y ou Fais-le ainsi.

‘E, a haere ia ! = Oui, aller ou Oui, d’accord (alors) !

‘E a fa’aitoito ! =  Oui, courage ! ou Oui, bon courage !

Pour aujourd’hui, ce sera tout à étudier et à la prochaine

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Animaux de Polynésie

Qu’il est beau le fou à pieds rouges ! Ses pattes palmées sont rouges, son bec bleu et rose et son plumage gris et blanc, son envergure peut atteindre 1 m. Il affectionne les forêts primaires de tau et gnatae, des arbrisseaux comme le miki miki ou les gneogneo pour y faire son nid. Lorsqu’il niche dans le Pisonia grandis (gnatae) il risque que sa vie  car en pleine floraison apparaissent à l’extrémité de chaque branche des petites grappes remplies de résine qui si elles se collent sur le plumage de l’oiseau l’empêcheront de voler et le voueront à une mort certaine. L’oiseau est encore chassé dans les îles des Tuamotu, tué, plumé, cuit au four comme un poulet, mais sa chair n’est pas comparable à celle du poulet puisqu’il mange du poisson et non des grains ! Le fou à pattes rouges prend des postures amusantes, lorsqu’il est effrayé, le jeune fou balance son bec d’avant en arrière ; lorsqu’il dort, il pose son bec dans le nid, mais son arrière train est en l’air. Sur les motu où il niche, les rats, les chiens, les cochons sont des dangers permanents mais l’homme demeure son premier ennemi.

pigeon sur timbre

Son nom scientifique est Ducula galeata connu sous de nom de Carpophage des Marquises ou upe. C’est le second plus gros pigeon au monde : taille du corps 55 cm, longueur de la queue 21 cm, envergure 94 cm, poids 700 g. C’est un oiseau endémique des Marquises. La population estimée en 2008 était d’environ 300 individus sur Nuku Hiva et moins de 50 sur Ua Huka. L’oiseau a bien failli disparaître. L’oiseau au corps gris est pourtant imposant, son dos, ses ailes et sa queue sont bleu sombre irisé de vert. Les plumes de la queue côté ventral sont de couleur rouille. L’iris de l’œil, la cire et le front sont blancs. Son cri ressemble au croassement des corbeaux. Un jeune par couvée. Il se nourrit  de fruits, de feuilles et de petits insectes. Le upe est nonchalant, peu craintif. L’espèce est protégée mais le braconnage sévit. En intéressant les enfants des écoles à la sauvegarde de l’oiseau des Marquises, grâce à l’implication de l’association Manu et des habitants, on peut dire que le upe revient de loin. Du rang d’espèce en danger critique il est redescendu à espèce en danger. Bravo !

Les Paru, poissons des profondeurs, se pêchent aux abords des pentes récifales abruptes ou en pleine mer et se situent entre 200 et plus de 500 m de profondeur. Cette catégorie de poissons est très diversifiée. On y trouve la sériole caméléon (Matavai), la perche à raie bleue (Ta’ape), le vivaneau flamme (Paru’ihi), la perche ardoise (Taakari), la carangue noire (Ruhi), le lutjan rouge (Mero mero)… Tous ces poissons peuvent se pêcher de jour, mais pour le « Uravena » il faut attendre la nuit pour le capturer. Évoluant à des profondeurs abyssales, ils sont sans risque d’intoxication de la ciguatera. Le matériel des pêcheurs de « Paru » est assez onéreux. Ils doivent s’équiper d’une canne à pêche en fibre de verre, d’un moulinet conséquent ou d’un treuil électrique, d’un bas de ligne avec trois hameçons, d’un plomb de 500 à 800 g, de billes phosphorescentes et en tête du bas de ligne une lampe lumineuse qui a pour but d’attirer les poissons sur les hameçons chargés d’appâts (pieuvre, poisson). Il faut stabiliser la ligne à la verticale en permanence afin de ressentir « les touches ». Une fois les poissons attrapés la remontée est physique Le pêcheur doit être adroit et fort, il faut plus de 15 minutes pour récupérer ses prises. Celles-ci sont énormes et de qualité. Le goût de ces poissons diffère de celui des poissons pélagiques comme les thons, bonites, thazards. Leurs chairs sont savoureuses, souples, moins fortes en goût et moins musclées. Bonne pêche et… bon appétit !

paru

Le Kakavere (Tuamotu) ou Fistularia commersonii est souvent confondu avec le poisson trompette. Leurs corps allongés et cylindriques sont identiques. Toutefois il est aisé de les différencier. Le poisson flûte possède un long museau, environ 1/3 de la longueur totale de l’animal qui peut mesurer 1m50, 5 cm de tour de taille à l’âge adulte. A l’extrémité de son museau une petite bouche dentée qui lui permet d’avaler ses proies, des petits poissons et des crustacés qu’il trouve sur les patates de corail. Son aspect est sombre, bris à brun, et peut changer suivant son humeur, comme le poulpe. Il peut se parer de rayures bleu ciel et beiges qui clignotent. Ce poisson à l’allure profilée utilise sa nageoire caudale fourchue, prolongée d’un long filament pour se mouvoir. C’est ce qui le différencie aussi du poisson trompette chez qui cet attribut est absent. C’est le régal des petits enfants. Découpé en épais tronçons, fariné et salé, il suffit de le faire frire. Sa cuisson est rapide. Sa chair blanche est ferme, savoureuse. Il est dépourvu d’arêtes, sans danger pour les enfants.

fistularia commersonii

J’ai mauvaise réputation, pour moi, ce n’est pas nouveau et pour la murène non plus ! Cet animal marin, à cause de sa ressemblance avec un serpent, demeure un poisson « effrayant » pour les plongeurs et les pêcheurs. Pourtant, la murène est le plus souvent inoffensive. On en compte une trentaine d’espèces différentes en Polynésie. La murène javanaise se laisse admirer dans les Tuamotu, la murène poivrée se prélasse sur les platiers. Leurs dents acérées et pointues leur servent à broyer les crabes, bien qu’elles soient capables d’avaler ses proies, poissons ou poulpes en entier ! Les accidents, quand il y en a, sont dus à l’imprudence des pêcheurs ou plongeurs. Plonger ses mains dans une patate de corail sans visibilité, collecter des coquillages dans une cavité, la murène effrayée mord pensant être agressée ou croyant se saisir d’une proie. Les Paumotu se soignent avec du « Bison » (tabac à rouler) ou de jeunes pousses de « geogeo » mâchées qu’ils appliquent sur la plaie. Les feuilles ont des vertus calmantes et permettent de stopper l’hémorragie.

murene javanaise

Pour d’autres la murène javanaise est un mets de choix, un mets raffiné. Elle se cuisine de différentes façons, cuite au « Himaa’a » (four tahitien), frite, séchée, salée, en bouillon. La cuisson prend plusieurs jours ! La partie haute est consommée, la queue contenant  beaucoup d’arêtes. La peau se mange, c’est un morceau prisé les amateurs car le gras s’y  dépose. On pêche la murène au fusil harpon ou au « patia » (trident). Viser la tête dans les deux cas, si la murène est blessée elle vous attaquera. Bonne chance.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Déboires techniques à Tahiti

Explosion et incendie sur un vol d’Air Tahiti, une grosse frayeur. Le moteur de l’avion en partance pour l’île de Raiatea a pris feu au décollage de l’aéroport de Tahiti-Faa’a. En urgence, le pilote a coupé le moteur et fait demi-tour. Un incident majeur qui bouleverserait les plans de vols de la compagnie… Rien ne va plus à Air Tahiti. Pannes, incidents à répétition. C’est la faute à Pas de Chance ? Plusieurs incidents, dont deux graves en 14 mois. Alors, loi des séries ? défauts de construction ? défauts de maintenance ? sur les ATR 72 de la flotte locale, mais aussi pannes à répétition sur le Twin Otter desservant Ua Pou aux Marquises. Peut-être encore une histoire de tupapau ?

Air Tahiti Nui

D’abord l’incendie, ensuite le vol de cuivre sur le câble à Hawaï, pépins successifs confirmés par Hawaiian Telecom. C’est qu’ici au milieu de nulle part ce fameux câble nous arrive d’Hawaï. Ce serait un SDF qui aurait volé le câble en cuivre, may be pour le revendre aux Chinois ?

gamin testant ses muscles

« Une arrivée digne de vidéo-gag » titrait  la Dépêche de Tahiti en contant le retour des internes originaires de Rapa au collège de Tubuai (Australes). Les élèves au retour des vacances scolaires (mi-décembre, mi-janvier) dans  leur île lointaine après une nuit passé à bord du bateau administratif Tahiti Nui, et avec plusieurs heures de retard ont pu enfin mettre pied à terre. Les enfants quittent le Tahiti Nui qui peut entrer dans le lagon mais n’arrive pas jusqu’à l’épi et montent à bord d’une des baleinières, la seconde étant hors service. Mais, le moteur de la baleinière est tombé en panne à mi-chemin entre le Tahiti Nui et la rive.

Il n’y avait pas de rames sur la baleinière. Les hommes d’équipage ont emprunté celle (une seule !) d’un jeune pratiquant le vaa (pirogue polynésienne) pour pagayer chacun leur tour et tenter de guider l’embarcation jusqu’à bon port ! Les marins, à petits coups de rame, ont amené la baleinière sur le récif et l’ont faite passer tant bien que mal, puis ils l’ont tirée à la nage jusqu’à la plage, enfin au petit quai. Les jeunes étaient épuisés, somnolents, affamés et ont finalement rejoint le collège dans le truck qui était venu les attendre la veille au soir. Il est fort possible que le travail scolaire de ce lundi matin n’a guère été à la hauteur des espérances ! Imaginez la vie de ses petits pensionnaires de 11 ou 12 ans séparés de leur famille pendant un trimestre et qui ne retournent pas volontiers au collège.

Au fait, c’était qui le ou les responsables de cette farce ? Hein ? Je n’entends pas bien ! Oui, oui, c’est la faute au popaa qui a construit la baleinière et à celui qui a construit le moteur de celle-ci. Bravo ! Il faudra bientôt remplacer popaa (blanc) par tinito (chinois) puisque tout vient de Chine.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Sacré et massacré à Tahiti

A Rapa Nui ou île de Pâques, on se pose toujours la question de savoir comment les grandes statues de l’île ont pu être déplacées. Tout a été invoqué, même les extra-terrestres ! Des scientifiques ont réussi à faire avancer de 100 m en une heure une fausse statue de 4,4 tonnes. A l’aide de trois équipes munies d’une solide corde, l’expérience a montré qu’il est possible de faire avancer les statues de l’Ile de Pâques quand elles sont debout. Des oscillations de côté font progresser le moai tandis que le dernier groupe l’empêche de tomber en avant.

ile-de-paques statuesAux Marquises, à Hiva Oa, le site cérémoniel d’Upeke dans la vallée de Taaoa a encore été profané. La tête du tiki a disparu. C’est la seconde profanation de ce site, il y a un an, le tiki de basalte avait déjà eu l’oreille tailladée à coups de machette. D’après les spécialistes, le premier site sacré établi sur Hiva Oa serait celui de Upeke. De lave rouge sombre, cette tête ovoïde était posée sur une petite plate-forme à quelques mètres en contrebas du grand tiki. A ce jour, elle a disparue. Elle doit mesurer environ 40 cm de hauteur et peser plusieurs dizaines de kilogrammes.

Tandis que le sénateur Tahoera’a se trouvait en Nouvelle-Zélande, sa maison était entièrement détruite par les flammes à Pirea. La maison était construite en bois, et les bouches à incendie manquaient cruellement d’eau. Le brasier a tenu trois heures devant les pompiers. A ce retour de Nouvelle-Zélande où il était allé faire faire son visa de séjour pour les États-Unis, il a été accueilli par une foule nombreuse à l’aéroport, et couvert de fleurs. Mais le vieux lion demeure un battant, il n’est pas abattu, et se dit prêt à continuer la lutte.

upeke tikiC’est une catastrophe, accidents et décès sur la route repartent à la hausse. Un chirurgien en traumatologie déclare : « Je suis effaré par la quantité de morts et de blessés et par la nature des lésions. J’ai découvert la chirurgie de guerre sur les routes de Tahiti. Il demande aux jeunes, principalement, de prendre conscience des drames humains. Il comparait les 88 morts en Afghanistan en dix ans et les 300 morts sur les routes de Tahiti pendant la même période. Il poursuivait : « la traumatologie routière est comportementale. Si l’on élimine tous les morts liés à l’alcool, au cannabis, à la bêtise comme rouler sans casque, il resterait peut-être quatre ou cinq accidents mortels dus à pas de chance ». Pour le Parquet, tolérance zéro. Pour les dix premiers mois de l’année les gendarmes ont fait 75 315 dépistages d’alcoolémie donnant lieu à 2 700 contrôles positifs et 3 438 infractions à la vitesse ; 1 107 permis de conduire ont fait l’objet d’une rétention administrative.

La pire phrase du mois : « Ce n’est pas la première fois que je la frappe, mais c’est la première fois qu’elle meurt ». Telle est la réponse faite par un homme accusé d’avoir tué sa femme, au président de la Cour d’assise. Ce dernier rappelait cet épisode, lors des assises de l’aide aux victimes, pour souligner la banalisation de la violence.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Des bêtes à exploiter à Tahiti

La créature de 2m40 pêchée au poito le 29 juin dernier à Hitia’a par 230 m de fond est un evoxymetopon poeyi. Il appartient à la famille des Sabres. C’est un phénomène rare qui se caractérise par le filament qu’il porte sur la tête. Il aurait été observé par des Anciens qui ont réagi à la photo parue dans La Dépêche. Ce poisson a été observé à Taïwan et dans quelques îles de l’océan Indien. En revanche, il n’avait été scientifiquement observé dans les eaux du fenua. Le pêcheur est très fier car sa prise est référencée dans une base de données internationale qui porte son nom, Roméo Ly, le lieu en Polynésie française et la date de sa pêche le 29 juin 2012. Grâce à lui, l’Ifremer est désormais relié à la base internationale.

evoxymetopon poeyiL’étude d’impact sur l’environnement du nouveau centre de détention est consultable dans les deux mairies de Teva I Uta (Mataiea et Papeari). Le collectif Vaiarii nui maintient sa demande de référendum auprès de l’Etat. Il demande à la population de venir consulter les documents et de se prononcer à la mairie. Ce même collectif exprime des inquiétudes en ce qui concerne les travaux entrepris au PK 52,8 sur le site initialement prévu pour le Centre d’enfouissement technique de Papeari pour un projet d’élevage de 20 000 poules pondeuses, le collectif s’étant déjà positionné contre ce projet. Il émet également des réserves et souhaite des études plus approfondies de la nappe phréatique concernant la demande d’extension de la société Vaimato (eau de source mise en bouteille) et le projet d’exploitation de M. Lai Woa.

La maison de la perle n’a réuni que des critiques autour d’elle de la part des perliculteurs. Les idées, le gouvernement Temaru en a à revendre. Cette dernière tartuferie, le Tahiti Pearl Consortium se mettrait en place à 79 millions FCFP. Oh là, là, qu’est-ce qu’on a comme idées ici à Tahiti ! Un expert de la joaillerie aurait été nommé : M. Gaetano Cavalieri de la société Gaetano Cavalieri & Co, basée à Milan en Italie. Les producteurs de perles sont en colère contre ce projet. « Touche pas à ma perle », le slogan est créé. Affaire à suivre. Faut s’attendre au pire plus on approche des élections, chacun de dégainer. Le pays des Dalton ?

L’animal est difficile à repérer dans son milieu, c’est le poisson-feuille ou poisson scorpion feuille ou Rascasse feuille. Le Taenianotus est un petit animal d’une dizaine de cm. Il se cache sous la forme d’une feuille morte ou d’une algue qui se trouve en masse sur les formations coralliennes lagonaires des atolls des Tuamotu. Il n’a aucun intérêt culinaire.

Le « coussin de requin » est une étoile de mer singulière que l’on trouve dans les eaux de Polynésie. Cette curiosité est une étoile de mer pentagonale. Cette forme pourrait l’apparenter plus à un oursin qu’à une étoile de mer. Ses téguments rugueux comme du papier de verre évoque la peau d’un squale. Sa coloration varie du blanc, beige, gris, rouge avec des petits points rouge foncé parfois orangé, c’est une dévoreuse de corail ! Les loches et les mérous sont des poissons curieux, cette curiosité cause bien souvent leur perte. En Polynésie ils sont mouchetés, célestes, rayés, marbrés, saumonés. Ce sont des poissons robustes, trapus ; ils possèdent une grande gueule, large, pourvue de dents acérées. Les habitants des Tuamotu consomment la loche marbrée, appelé kito, commune et abondante ; elle est pourtant classée dans la catégorie des poissons à fort risque d’intoxication ciguatérique. La vente de cette loche  est interdite au marché de Papeete.

rascasse feuilleLa Rousserolle des Tuamotu ou kotiotio ou kokikokiko est un petit oiseau endémique de l’archipel. Elle ressemble à un moineau avec des plumes brun rouge ou brun clair avec un peu de jaune, de gris. Elle vit dans les cocoteraies, saute de branche en branche, se nourrit d’insectes, vers de terre, mouches, chenilles. Elle bâtit pour ses petits un nid douillet à l’aide de fibres de cocotier. Elle fouille les interstices des cocotiers pour trouver des proies. Elle est peu farouche et s’introduit volontiers dans les fare (maisons aux toits de tôle).

Aux Marquises, une bonne nouvelle pour l’association Manu, la naissance d’un oisillon chez le monarque de Fatu-Hiva. Une des membres fondateurs de l’association Manu, vétérinaire de profession stérilise les chattes domestiques de la vallée. Les minettes sont prolixes, à raison de quatre chatons chacune… plusieurs fois l’an, la famille s’agrandit vite. La venue d’une vétérinaire était la bienvenue mais elle n’était pas venue pour cela. D’autres animaux de l’île verraient d’un bon œil que des vétos patentés arrivent sur l’île pour une mission régulière, mais les habitants ne sont guère optimistes car cela fait plus d’un an qu’aucun médecin généraliste n’a posé le pied ici pour s’occuper d’eux – alors pour la venue d’un vétérinaire…

A l’avance, je vous souhaite d’agréables fêtes de fin d’année et vous présente mes vœux de santé, bonheur et réussite dans vos entreprises pour 2013.

Portez-vous bien.

Hiata de Papeete

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,