Articles tagués : gaston flosse

2015 à Tahiti, année erratique

Bof, 2015 n’était pas une année extraordinaire au fenua : crimes, assassinats, vols, viols ; tourisme en berne. Le divorce est consommé entre Fritch et Flosse. [Edouard Fritch est le 16ème président de la Polynésie française et Gaston Flosse le 15ème président, son prédécesseur…]

Vendredi 13 novembre un rassemblement devant le monument aux morts à Papeete faisant suite aux attentats perpétrés à Paris a ému les habitants du fenua ; deux vols Air France avec des Polynésiens à bord obligés de se poser en urgence après des alertes à la bombe ; l’état d’urgence affecte aussi les Outre-mer. Avant le début de la COP 21 Edouard Fritch offre un casse-tête marquisien au président de la république, pour l’aider dans sa lutte contre le terrorisme. Symbole du soutien de la Polynésie à la France. En janvier 2015, on était tous « Charlie » même si loin de Paris.

edouard fritch

Le 11 avril, 4 750 joueurs d’ukulele battent le record du monde en jouant ensemble et sans fausse note la chanson Bora Bora.

Mai, Juin, grèves à la CPS (Sécurité sociale polynésienne), Huilerie de Tahiti, Gaz de Tahiti, l’hôpital de Tahiti… les leaders syndicalistes sont en pleine forme, histoire de pouvoir entre chefs ! Sûrement une hausse des cotisations sociales, et toujours un risque cyclonique à 90%.

Nous avons reçu la visite de George Pau-Langevin, ministre des Outre-Mer.

Air Tahiti Nui annonce en février son choix d’acheter deux 787-900 Dreamliner de Boeing et d’en louer deux autres pour le renouvellement de sa flotte.

gaston flosse

Le projet Ecoparc 200 chambres d’hôtel, un golf, une télécabine, la reconstruction d’un village polynésien, etc., tout cela au fond de la vallée de la Papenoo divise beaucoup !

Ouf, c’est fait le contribuable français revient avec des pépètes financer le régime de solidarité… de 2015 à 2017, sous certaines conditions. Envoyez la galette d’abord, même si nous avons signé cet accord avec l’État, nous ne lirons que les lignes « positives pour nous » ! On vous a encore bien leurré ! Il faut avouer que nous sommes et demeurons des experts !

En résumé, du bon, du moins-bon et du pas bon. Bof !

Venons-en aux faits maintenant.

Des projets, des projets, encore des projets. La rétrocession des terrains militaires : cela donne des projets variés, des zones économiques, des espaces culturels, sportifs, un hôtel. A ce jour, 2 100 personnels militaires (groupement du SMA et gendarmerie inclus). Environ 900 personnels militaires et civils devraient quitter la Polynésie à l’horizon 2020. Cela libère des terrains au profit de 6 communes.

oscar temaru

Oscar Temaru en route pour l’Élysée. Ben quoi, il en a le droit, non ? Pour revenir sur le devant de la scène médiatique, il n’y a pas mieux. Il faut d’abord recueillir 500 signatures d’élus nationaux ? Fastoche ! Il a cité François Hollande et Ségolène Royal comme alliés potentiels et comme dis Lolo « plus que 498 à trouver. » A ce jour Oscar aurait déjà près de 80 promesses de parrainage spontanées. Oscar déclare « Si, en Polynésie, la majorité des électeurs votent pour moi, on pourra parler d’auto proclamation de l’indépendance ». Il souhaite créer « les États fédérés de Ma’ohi Nui » en lieu et place des cinq archipels de l’actuelle Polynésie française.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , ,

Ubu à Tahiti

Gaston Flosse n’a plus de mandats mais il reste derrière chaque siège à l’Assemblée, au Gouvernement, enfin partout, partout. A lui seul, il est le marionnettiste qui tire toutes les ficelles. Ne pouvant agir au nom du gouvernement Fritch, ne pouvant agir en tant que membre de l’Assemblée, il manipule encore et toujours ! Il n’a pas digéré d’être démis de tous ces mandats. L’âge continue d’avancer alors il se venge et, par l’intermédiaire de la marionnette, le Président de l’Assemblée vient de jeter un bloc de pierre à la face du gouvernement de la Polynésie française en demandant une indemnisation de 90 milliards de XPF au titre du préjudice écologique – plus un dédommagement de 12 milliards de XPF par an pour occupation des deux atolls.

gaston flosse

Flosse, « expert qualifié du nucléaire », invité par le président de l’assemblée de Polynésie française avait, durant toute sa carrière politique, soutenu la thèse des essais nucléaires propres ! C’est son opposant de toujours Oscar Temaru qui a soutenu ces demandes folles. Il paraît même que Monsieur Flosse, d’après Oscar Temaru, aurait précisé à maintes reprises qu’il (Flosse) irait jusqu’au tribunal international. Il sabote le gouvernement Fritch, il sabote du même coup la réconciliation avec l’État menée par Fritch pour sa seule gloire personnelle.

Encore une manœuvre du vieux lion qui ne se résout pas à rentrer dans sa cage pour y finir calmement ses jours. Déguisé sous les traits du président de l’Assemblée de Polynésie (son valet) il veut faire tomber le gouvernement Fritch pour installer le président de l’Assemblée de Polynésie à sa place. Il aurait ainsi tout loisir de manœuvrer seul sur le pont ! « Je défends mon pays »…

moustique

Le poste de Flosse est dans le viseur de la justice, l’ancien président est concerné par une enquête préliminaire de détournement de fonds et de biens publics. Cela ne prête même plus à rire. Radio trottoir : « C’est pour embêter Fritch ; on ne comprend rien ; c’est pour embêter le président de la France ; on dirait que Gaston tient toujours les rênes ».

Dans l’affaire récente de la vaisselle de la présidence, mise en examen de Gaston Flosse et de sa compagne ! Après les sushis, la vaisselle ! « recel de détournement… des verres en cristal, est estimé par le parquet à « 6 millions de francs Pacifique » (50 000 €). Vaisselle de la présidence retrouvée chez Gaston qui clame que cette vaisselle estampillée « Présidence » a été payée par des sponsors et qu’il en détient les factures. Ubuesque ? A vous d’en décider !

Hiata de Tahiti

Riche actualité Flosse sur lemonde.fr

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Naufrages à Tahiti

Trois naufragés retrouvés en vie aux Îles sous le vent, les trois pêcheurs avaient seulement un téléphone portable avec eux ! « On a eu une panne d’essence »… Il a fallu déplacer deux avions, deux hélicoptères. Après enquête il s’avère que le pilote du bateau n’avait ni permis, ni radio, ni fusées, ni moyens de navigation. Cette négligence lui fait encourir au maximum un an de prison et 1,8 million de XPF d’amende. J’ai ouï dire par ailleurs que cette plaisanterie aura coûté plus de 87 millions de XPF. Le marin fautif : « je remercie le Seigneur de nous avoir trouvés ».

naufrage de bonitier tahiti radio1ORCHIDEES

Dix naufragés ont été secourus entre Bora-Bora et Scilly. « Nous avons prié et le Seigneur nous a entendus ». Leur bateau était en train de couler tandis qu’ils dormaient dessus. Originaires de Scilly, un confettis de 4 km2, partis pêcher à Tupai, atoll de 10 km2 situé à 16 km au nord de Bora-Bora, atoll désert, et qui avait défrayé la chronique car aménagé pour recevoir les hôtes de marque de Flosse et qui serait pourvu de magnifiques… lampadaires et d’une piste d’atterrissage ! Mais nos pêcheurs, eux, étaient sur leur bonitier avec leur famille et ont attendu 16 heures les secours, agrippés à un radeau de survie et une petite annexe avant que l’hélico (le Dauphin de l’Armée) ne vienne les hélitreuiller. Ils avaient été courageux de plonger sous leur bateau pour chercher la balise. Une fois récupérée cette balise leur a permis de se signaliser auprès du MRCC de Papeete. Sans la balise…

Ici aux Marquises, on veut une vedette pour le sauvetage en mer, qui servirait aussi pour les evasan (évacuations sanitaires). Mais, il serait préférable d’avoir… un hélicoptère ! Quand on sait que certains pêcheurs partent en mer sans aucun matériel, peu d’essence, pas de fusée et autre moyen pour être localisé on pourrait facilement imaginer l’usage d’un hélicoptère ! Mais qui ne demande rien n’a rien.

Les habitants fuient la ville de Papeete et s’exilent dans les communes voisines. Il y aurait 1045 logements inoccupés. En journée la ville compterait 100 000 personnes, le soir 28 000. On travaille à la capitale mais, devenue peu attractive, les habitants la fuient dès leur travail terminé. Il faudrait faire des projets, les réaliser si l’on ne veut pas laisser mourir Papeete. D’autres lorgnent vers Punaauia pour devenir la nouvelle capitale de la Polynésie.

Relaxé dans l’affaire Anuanuraro, démissionné par le Haussaire donc plus Président de la Polynésie française, déchu de tous ses mandats y compris celui de sénateur, SDF puisque sa maison a brûlé, MAIS… salarié de droit privé de son propre parti le Tahoera’a (orange) à l’assemblée de Polynésie. Vous avez deviné qui est-il ? – Gaston Flosse en personne. Il serait le conseil spécial de Marcel Tuihani, nouveau président de l’assemblée depuis un bureau à l’assemblée. Na !

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

En prison sur une île à Tahiti

La geôle sera bientôt prête à Papeari, 150 travailleurs y travaillent actuellement. Un cinquième girafon (grue) a été installé sur le chantier. Accoudée à la balustrade, je vois les murs pousser. A la fin juin, les Autorités sont venues : le Haut-Commissaire de la République, la directrice générale de l’Agence pour l’immobilier de la Justice, le tavana (maire) de Teva I Uta, etc. guidés par le responsable des travaux de la Société Léon Grosse. Nous n’avons pas été invités et pourtant nous sommes les seuls gênés par cette construction. La salle cultuelle ne serait pas assez vaste d’après un des représentants des églises qui réclame en plus une salle de repos (pour se reposer de quoi ?) et une salle d’entretien (physique ou …). L’an prochain il y aura un concours pour le recrutement de 150 à 160 personnes. Ce concours sera délocalisé en Polynésie. Le Haut-Commissaire, d’ajouter « pour le concours de l’administration pénitentiaire, dans un premier temps, il faut être candidat si on veut être recruté. Dans un deuxième temps, il s’agit d’un concours. Il faut donc se préparer pour se donner des chances de réussir. Dans un troisième temps, il faut se présenter à l’examen … » Et ne pas être fiu ! (Cela c’est moi qui le dit !)

2013 PAPEARI AVANT LA PRISON
L’autonomie date de 1984. Gaston Flosse a dévoilé une stèle dédiée à cette date dans le parc de Paofai. Malheureusement, la célébration a été arrosée… par la pluie. Un petit quatorze juillet avant l’heure. Dans une interview récente, Gaston Flosse dit « Il faut demander le transfert des compétences que nous sommes capables de mettre en exercice ». Sagesse ?

C’est la guerre ! Le 11 juin dernier, le conseil des ministres annulait l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public accordée à l’association Moruroa e Tatou à côté des jardins de Paofai… Sacrilège. Et le 25 juin, pire ! L’assemblée de Polynésie rebaptisait la place du 2 juillet 1966 place Jacques Chirac ! Quel conflit ! C’est totalement stérile et inutile car l’association Moruroa e Tatou avait installé un « mémorial » avec des pierres d’Algérie, de Russie, du Japon, et voilà que ces jours-ci un pasteur japonais en charge des liaisons œcuméniques de Miyagi a apporté de nouvelles pierres du Japon venant de Fukushima… (Elles ne seraient pas radioactives celles-là ?).

2014 PAPEARI
Dans cette nuit du 11 au 12 juillet, alerte au tsunami dans le Pacifique suite au séisme au large du Japon, sirènes. D’après le pasteur japonais, ces pierres représentent la voix des sans-voix. Il a écrit au président du fenua lui demandant d’abandonner le projet de déplacer la stèle dédiée aux essais nucléaires. L’église protestante ma’ohi est elle aussi montée au créneau, pas de déplacement de la stèle !

Et pendant ce temps Oscar (Temaru) est à New-York à l’ONU. Il a annoncé que les portes de l’ONU lui sont grandes ouverts et qu’il n’a plus besoin de téléphoner avant d’y aller. Lui aurait-on donné un passe-partout ? Oscar Temaru, indépendantiste, devant le comité des 24 à New York (il serait grand temps que le pays ma’ohi devienne « le 25ème pays à siéger à l’ONU », mais que 24 pays à l’ONU, je pensais qu’il y en avait davantage ?) Oscar Temaru a expliqué que « la puissance administrative encourageait l’immigration française, réduisant ainsi le nombre de personnes favorables à l’indépendance. Et d’ajouter que « les chômeurs français vont affluer sur nos îles pour prendre la place de nos enfants ». A noter que l’ISPF soulignait en janvier dernier le « ralentissement des arrivées » et constatait que sur une période de 5 ans, la Polynésie française a connu un déficit migratoire de 7 750 personnes.

Mais alors qui croire ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Il était une fois un vieux Lion de Polynésie

Il fut démissionné d’office après que sa demande de relèvement de peine fût rejetée par la Cour d’Appel de Papeete. Gaston Flosse, Président du gouvernement de la Polynésie française a donc été avisé par le Haussaire lui-même que la grâce présidentielle ne lui a pas été accordée et qu’il avait signé l’arrêté de démission d’office de Gaston Flosse dans l’après-midi du 5 septembre 2014. Bruno Sandras, le maire de Papara a « subit » le même sort.

gaston flosse

Les paruru (avocats) des deux élus annoncent leur volonté de former un pourvoi en cassation. Le metua (Père) continue de se déclarer innocent, ira jusqu’au bout, continuera le combat (il a 83 ans). On peut le croire car après 50 ans de politique, il en connait toutes les ficelles. Malgré tous les procès ce sera donc celui des emplois fictifs (affaire débutée en 1995) qui l’aura coulé.

Son ennemi intime, Oscar Temaru applaudit à tout rompre. Enfin une éclaircie au bout du chemin pour apercevoir le trône si convoité. Il remercie saint François de ne pas avoir accordé la grâce présidentielle à son ennemi de toujours ! A voir son sourire et son interview en excellent français (langue qu’il parle très bien) on devine sa jubilation, mais il s’inquiétait quand même « qui va payer les sommes distribuées et quand ? »

Mais qui paye les avocats-vedettes des politiciens ? J’ai trouvé la réponse dans Tahiti-Pacifique Magazine n° 276 d’août 2014. L’ami ADP (Alex Du Prel) est bien renseigné. Vous voulez le savoir aussi ? Loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004, titre IV les Institutions, chapitre VI Dispositions communes au président de la Polynésie française, aux membres du gouvernement de la Polynésie française et aux représentants à l’assemblée de la Polynésie française, article 162 en vigueur depuis le 2 mars 2004 : « La Polynésie française est tenue d’accorder sa protection au président de la Polynésie française, aux ministres et au président de l’assemblée de la Polynésie française, ou à toute personne ayant cessé d’exercer l’une de ces fonctions, lorsqu’ils font l’objet de poursuites pénales à l’occasion de faits qui n’ont pas le caractère de faute détachable de l’exercice de leurs fonctions. » Donc aucun souci de ce côté-là. L’avocat Me François Quinquis défend bec et ongles son client. Le Tahoera’a huiraatira (parti de Gaston) avait fait un amalgame entre décision de justice et décision par les urnes pour défendre Gaston Flosse, il reste uni et solidaire, mais pour combien de temps encore ? Il lui renouvelle sa confiance indéfectible…

requin polynesie

Le Vieux Lion n’est donc plus président de la Polynésie française. Mais il a assuré ses arrières en imposant Marcel Tuihani au perchoir et son ex-gendre à sa place (élection à l’assemblée le 12 septembre, le 11 étant maudit). Il n’exclut pas de se présenter aux élections de 2017 et pourquoi pas de reprendre son fauteuil présidentiel – après 50 ans de politique et 30 ans de règne – même s’il aura alors 86 ans !

Hiata de Tahiti

Catégories : Politique, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Protester et quémander à Tahiti

En ce lendemain de Fête Nat, on a marché dans les rues de Papeete contre l’imam. Ce seraient 1 200 personnes qui auraient défilé entre le stade Bambridge et l’assemblée, ils ont demandé l’expulsion de l’imam à l’aide de pancartes, de chants, de slogans. Une Politique ouvrait la marche !

Pour Tahiti Mahana Beach, trois projets retenus sur 14 présentés, un seul gagnant, voyons voir ! C’était d’abord aux Chinois de présenter leur projet, futuriste, 110 milliards de XPF, 2 102 chambres et 600 à Moorea, une chapelle sous-marine et deux tours de verre de 100 m de haut, le tout entièrement financé par les promoteurs chinois. Le projet français, 65 milliards de XPF, 936 chambres, villas, beaucoup plus modeste que le chinois mais faisant la part belle à la culture locale. Pas assez ambitieux pour Gaston Flosse. Ce projet n’a pas conquis le jury ! Pétons plus haut que notre c.. ! Le projet hawaiien est plus grand, plus haut (106 m la hauteur de la tour), en forme de voile de pirogue double, plus cher. 3 127 chambres, 251 milliards de XPF tout à la démesure, oui, oui, oui – mais ce serait au Pays de trouver des investisseurs ! Aïe…

yuan billet de 20

Et que se passe-t-il à Atimaono (golf). Oscar Temaru après avoir encouragé les Chinois à venir investir en terre ma’ohi s’oppose maintenant au projet chinois. Gaston Flosse et eux devaient venir à Atimaono pour concrétiser des projets de construction d’un hôtel. Oscar est arrivé le premier avec ses militants du Tavini (Parti indépendantiste) et a déployé une grande banderole en compagnie de ses collaborateurs Tony Géros et Vito Maamaatuaiahutapu où on pouvait lire « NO CHINESE HOTEL HERE, MAOHI LAND ». Cela fait déjà un certain temps qu’Oscar Temaru ne s’exprime plus qu’en anglais ! Alors le Maohiland ? pays de langue anglaise ou maorie ? Je ne comprends plus rien !

timbre marianne rouge

Le Haussaire en visite officielle à Teva I Uta : M’Sieur nous on n’a toujours pas d’eau à Papeari, quartier de l’Anse Tiopi ? Z’avez pu vous laver les mains ? Ben, vous zavez d’la chance ! Pour sa première visite dans la commune, c’est le maire de Teva I Uta qui a accueilli le Haussaire. Nous, comme on n’avait pas reçu de bristol, on est resté à la maison ! Il parait qu’ils ont parlé, visité, etc.

Il aurait été question des possibilités financières d’accompagnement des projets communautaires, la situation du projet d’adduction en eau potable, de l’intercommunalité, des travaux de reconstruction de la mairie, des écoles, de la coopérative agricole, des travaux de la prison tout ce blabla était suivi d’un déjeuner sous le fare pote’e du motu Ovini. Le Haussaire a reçu des cadeaux, comme le veut la coutume mao’hi : une pirogue qui symboliserait l’unité des deux sections de communes de Mataiea et de Papeari (ce qui reste à démontrer !) ainsi qu’un hameçon auquel le Haussaire a immédiatement trouvé une possible utilité : « Il pourra servir à la pêche aux subventions au niveau de l’échelon central ». Bien vu, bien dit !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Chacun pour soi en Polynésie

Ici, la chasse continue, pas de trêve pour les pakaloculteurs, les dealers de paka (cannabis en français). L’État poursuit en hélicoptère tout ce qui pourrait ressembler à une culture outdoor, indoor ! Un tuyau d’arrosage sur un toit, un drum dans une cour, rien n’échappe aux yeux des militaires. Ceux de l’hélico préviennent ceux qui sont en bas et qui alors se précipitent dans les fare, les jardins. C’est rôdé. Les contrevenants pourront bientôt faire le tour de l’île en se tenant par la main.

vahine seins nus palme

Un thonier, retour de pêche, s’est échoué sur le récif de la Pointe Vénus à Mahina. Le remorqueur du port était venu le tirer de sa mauvaise position. Hélas ! La corde a cédé, il est resté avec sa cargaison sur le récif pendant trois jours. N’écoutant que leur « bon cœur » des habitants de Mahina (plusieurs dizaines) étaient venus prêter main forte aux professionnels, au cas où « ils auraient des affaires à débarquer ». Quel bon cœur ! Les cales étaient pleines, le thonier revenait d’une pêche. Un membre de l’équipage conclura : « les gens sont venus pour avoir du poisson (gratis !) et après, beaucoup sont partis ». Donc, pas de bon cœur mais intéressés ? Mince alors !

Une visite protocolaire pour respirer l’air de la Polynésie. Avec tous ces Chinois qui viennent faire des études, encore des études, pour le poisson, les routes, le port, la piste d’atterrissage, coucou, revoilà les Américains. Là aussi du beau monde avec l’amiral Harry B. Harris, commandant la Flotte du Pacifique. C’est bien normal, non ? Ce sont nos alliés et il vaut mieux que l’on voit de visu ce qui se passe à Tahiti. Dans le Pacifique, il y a beaucoup de Chinois, alors, allons faire une petite visite à Gaston Flosse et en passant saluons l’amiral Cullerre. Il s’agissait de renforcer la coopération militaire avec la France dans cette zone stratégique.

Le personnel navigant de la compagnie au tiare apprend le mandarin car l’on attend des milliers de visiteurs chinois ici au fenua, alors autant bien l’accueillir, non ? C’est un professeur de l’institut Confucius qui est venue spécialement enseigner quelques rudiments de mandarin au personnel commercial d’ATN. On a l’impression que chaque semaine débarque une kyrielle de Chinois pour des projets sino-polynésiens, cette clientèle est exigeante, très exigeante et il faudra être au top pour la servir. Zai jian.

Une nouvelle académie pour préserver les savoirs traditionnels polynésiens. Belle idée, mais sera-t-elle suivie d’effets ou est-ce simplement encore une de ces idées creuses qui germe régulièrement et s’évanouisse aussitôt ? Il faut conserver, valoriser les savoirs ancestraux mais pas pour la période des élections seulement mais sur le long terme avec des gens capables.

Aux jardins d’eau de Vaipahi à Mataiea, un adolescent fait une chute mortelle en cueillant des ramboutans. Ce jardin est un site touristique géré par le service du tourisme. Des ados en mal d’occupation viennent y traîner leur mal être, à vélo bien que défendu, s’attaquent aux arbres fruitiers, ça aussi défendu, mais que leur importe les avertissements, les mises en garde jusqu’à ce malheureux accident. Incivisme quand tu nous tiens.

La vallée de la Punaruu est défigurée par les déchets, là encore incivisme. Des individus viennent la nuit se débarrasser d’ordures, de déchets car dans certaines communes il n’y a pas de solutions au traitement de ceux-ci alors, on vient déposer là on l’on trouve de la place ! Ni vu, ni connu.

Au fond de la presqu’île, après Teahupoo plus de route mais une passerelle pour rallier le Fenua Aihere. Les voitures franchissent un « gué » quand la rivière le permet sinon c’est le pont des piétons. En période d’élection le sujet est à nouveau sur la table : pont ou pas pont automobile ? Ca occupe les langues. Certains proposent de demeurer avec la passerelle. D’autres voudraient un pont automobile mais réservé aux seuls habitants du Fenua Aihere et aux touristes ! Là encore on attendra… mais on attendra quoi ?

Hiata de Tahiti

A Paris, le Bureau du Sénat a examiné le 2 avril 2014 la demande de levée de l’immunité parlementaire du sénateur Gaston Flosse. Il a décidé par 12 voix pour, les 9 autres membres présents ne prenant pas part au vote, d’accéder à la demande de Mme Christiane Taubira, Garde des sceaux, Ministre de la justice, portant sur la possibilité d’un placement en garde à vue et, dans l’hypothèse d’une mise en examen du sénateur, sur une mesure de contrôle judiciaire. – Argoul

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autour de Tahiti

Rapa Nui est tentée par l’indépendance… comme Tahiti ! L’île menace de déclarer son indépendance vis-à-vis du Chili et de déposer un recours devant la Cour Internationale de justice de La Haye contre Santiago. Les Rapa Nui (1500 personnes sur les 5000 habitants) souhaitent freiner le tourisme de masse (65 000 visiteurs débarquent chaque année), contrôler l’immigration croissante des Chiliens venus du continent, obtenir des investissements dans la santé, l’éducation et le commerce. « Nous pourrions demander notre rattachement à la Polynésie, plus proche, puisque le Chili n’a pas rempli ses obligations ». Faudrait consulter Oscar Tane, spécialiste pour l’ONU.

Rapa-Nui film

Oscar Tane est en Amérique, à New York, à l’ONU, pour réclamer l’indépendance du peuple Maori et de son territoire. « Ce peuple qui se bat avec des lances de bois contre des armes à feu », qui réclame à cor et à cris l’indépendance mais – car il y a un mais ! – avec les gros sous de la France, cette puissance étrangère qui étouffe le peuple Maohi. Au fait le ministre popaa de l’outremer Victorin Lurel est arrivé le 20 janvier à Papeete et Oscar Tane n’est pas entré au fenua. Vous avez dit bizarre ? Non, c’est normal !

Victorin Lurel, ministre des Outremers n’a passé qu’une seule journée en Polynésie française, à cause du décès de sa mère. Mais le Père Noël a déposé plein de cadeaux en janvier ! Des milliards, des emplois d’avenir comme en France alors que le statut d’autonomie de Tahiti ne le permettrait pas, des contrats de projets, la défiscalisation, et même l’ouverture des robinets de 3 milliards pour le RSPF (Régime de solidarité de la P.F.). Un grand absent Temaru « parti à New-York pour rien ». Et le sénateur indépendantiste lui aussi en mission d’accompagnement auprès d’Oscar Temaru. Les élections territoriales sont fixées pour les 21 avril et 5 mai prochains. A quand le référendum pour l’indépendance ? Qui aurait peur de ce référendum ?

L’art de plumer les pigeons européens : c’est le Prosident  qui l’affirme, il faut que les Popa’a casquent et principalement les Farani : « la France nous doit ». Maintenant il existe des séminaires destinés aux maires et aux ministres pour apprendre comment mieux capter les financements de l’Union Européenne. Car si ici on est Maohi jusqu’au bout des ongles, il faut apprendre à drainer le maximum de pépètes avec des projets bidons  et là on peut espérer aussi le Nobel des mensonges !

makatea carte

Projet d’exploration des gisements de phosphate sur l’île Makatea. L’enquête d’utilité publique préalable à l’institution d’un titre minier vient à peine de commencer que déjà des querelles entre les partisans du projet et les opposants se font entendre ! Pour les uns on parle réhabilitation de l’île pour les autres, spoliation des terres. Qui croire quand on sait qu’en Polynésie le mensonge est sport national. L’extraction du phosphate s’est terminée en 1966, elle avait commencé en 1906,  plusieurs projets avancés mais aucun n’a abouti. Et le foncier en Polynésie… il y a 1200 personnes qui revendiquent à la source, certains regroupés en association. La compagnie australienne espère trouver des phosphates et si l’exploration du sous-sol se révélait propice ils l’exploiteraient. Si tout se passe comme prévu, le premier sac de phosphate serait chargé sur un cargo en janvier 2015. A suivre.

Hiata de Tahiti

[Vient de paraître chez Stock « L’homme qui voulut être roi » de Gérard Davet & Fabrice Lhomme, concernant Gaston Flosse et sa connivence avec Jacques Chirac, comme lui il aime « les femmes, les arts premiers, la boisson qui rend gai et la politique »…]

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Scènes de vie tahitienne

« Pour dégraisser le mammouth, les 57 pelés de l’Assemblée, il n’y en a que 20 qui parlent. Les autres, il faut les enlever », déclare Jean-Marie Yan Tu, secrétaire général du syndicat A Tia I Mua. Occasion d’une petite rétrospective des petites phrases qui ont marqué l’année 2012.

« Pour faire bénéficier un grand nombre de familles nécessiteuses » est la réponse de la mairie de Faa’a (maire Oscar Temaru) à la Chambre territoriale des comptes qui s’interrogeait sur l’augmentation importante d’agents titulaires au sein de la commune entre 2007 et 2009.

« Avant, nous vivions bien de la perle, après, nous en vivions, ensuite, nous survivions et, aujourd’hui, nous sommes dans le coma », dit Aline Baldassari-Bernard, membre de l’Union des professionnels de la perle.

« Je ne tape pas ma race. Je frappe juste les riches, les Français et les Chinois », déclare Puna, condamné à 3 ans de prison ferme pour avoir poignardé son frère.

« Je suis devenu SDF », s’exclame Gaston Flosse, à son retour à Tahiti, après l’incendie de son domicile.

ado torse nu et cannabis

« Je ne consomme pas de paka [cannabis]. Si je plante, c’est juste pour offrir aux copains. Et puis, j’aime bien la plante, elle sent bon », avoue un jeune homme devant le Tribunal correctionnel, après la découverte de 50 pieds de paka à son domicile. A Bora Bora, le bilan 2012 du travail de partenariat gendarmerie- police municipale s’établit à 6000 pieds de paka (cannabis) détruits, 48 interpellations et 6 mutoi (flics) félicités.

Un ado condamné pour avoir forcé l’un de ses condisciples de 12 ans à se prostituer. Cet ado, 16 ans aujourd’hui, a été condamné par le tribunal pour enfants siégeant à huit clos à trois ans de prison avec sursis. Ces enfants étaient tous hébergés dans un foyer éducatif.

ado torse nu

Sa compagne arrive en retard au domicile, le tane jaloux de trois coups au visage la tue. Le couple avait trois jeunes enfants.

Teiva Manutahi de Porinetia Ora a publié un communiqué assassin des « crimes économiques » commis contre le Pays, pêle-mêle : « La pêche aux Chinois, les phosphates aux Australiens, la perliculture aux Italiens, le tourisme aux fonds de pension américains. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le gouvernement indépendantiste ne fait pas confiance à nos jeunes diplômés polynésiens. L’émancipation économique de la Polynésie est livrée pieds et mains liés à des intérêts dont la fiabilité est discutable. Porinetia Ora pense que seul le libéralisme le plus total et seule l’ouverture à la concurrence la plus libre permettront à nos industries de se relever et de prospérer ».

L’Octopus du milliardaire Paul Allen est à quai à Papeete. 126 m de long, construit en 2003, l’un des plus grands yacht privés du monde, propriété du cofondateur du géant informatique Microsoft avec Bill Gates. Ce palace flottant compte environ 41 cabines, peut accueillir trois hélicoptères, dispose de multiples hors-bord et jet-ski, d’un sous-marin de poche. L’un de ses ponts accueille bien sûr une piscine, mais également un terrain de basket. Il est estimé à plus de 250 millions $.

Le Président Temaru est golfeur. Sa Présidence a lancé un appel à projets à 7 milliards sur deux parcelles du domaine d’Atimaono à Papara. C’est que le Pei VEUT son hôtel de luxe pour attirer les riches golfeurs du monde entier.

Torrents d’eau sur le fenua et milliards de francs pacifiques pleuvent sur la Polynésie à quelques mois des élections territoriales. Connaissant le jeu polynésien, on pourrait dès à présent imaginer que ces prêts ne seraient pas remboursés, que c’est un dû au fenua. Une bouffée d’oxygène quand même qui devrait permettre de redonner de l’espoir, mais qui pourrait uniquement servir à payer les fonctionnaires du pays ! Le gouvernement local se félicite que les robinets de l’État soient à nouveau grand ouverts par le gouvernement socialiste. Qui ne demande rien n’a rien alors redemandons, redemandons encore et toujours !

Hiata de Tahiti

La France dans le Pacifique, quelle vision pour le XXIème siècle ? était le sujet d’un colloque organisé par le Sénat le 17 janvier, à Paris – loin du fenua, en métropole.

Catégories : Politique, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Indépendants mendiants de Tahiti

Une bonne nouvelle, la dette du pays (Polynésie française) se monte à 97 milliards de FCPF dont 12 milliards d’annuités, soit une dette de 361 940 FCFP par habitant. Les d’jeunes il faudra travailler beaucoup beaucoup, retroussez vos manches.

Une autre bonne nouvelle est qu’il est cool d’aller taparu (mendier) à Paris, on s’est mis 8 milliards « in ze pocket ». L’État doit casquer pour les Polynésiens, non pardon, pour les Maoh’i  nantis. Oserai-je dire qu’encore une fois on vous a c…, les Farani popa’a ou les popa’a farani.  Qu’est-ce qu’on est doué, pas vrai ? La Dépêche titrait elle : « Huit milliards glanés en une nuit auprès de l’État ». Il a suffi d’un petit aller-retour en première classe sur Air-Tahiti Nui (gratos !) pour remplir momentanément l’escarcelle. C’est que les élections territoriales approchent à grands pas et que l’on veut se maintenir coûte que coûte au pouvoir. Après nous le déluge ! Big Brother est à l’Élysée alors allons-y. On en veut encore et encore et encore plus ! Alors pour ne pas avouer que c’est du rab, on dit que c’était des reliquats que la France devait.

pigeon apprenantEn tout cas, le pigeon… qui est le pigeon ? Atation, les M’ossieurs (Pierre Frébault, ministre de l’Économie et Tony Géros, vice-président du gouvernement de la Polynésie française) qui sont partis à Paris avaient revêtu le costume des popa’a, chemise, cravate, costume, chaussures… Nous on n’est pas des mendiants, la France NOUS DOIT. Excusez mes neurones qui s’absentent de plus en plus mais si Oscar Temaru est le Président de la Polynésie française et Tony Géros le Vice-Président, cela voudrait dire que la Polynésie française n’est plus française mais INDEPENDANTE, non ? Et que la France n’a plus rien à lui verser, non ? Alors moi, la vieille popa’a qui devient de plus en plus sénile, j’aurais TOUT compris de travers ? Merci de m’aider à remettre en ordre mon vieux cerveau. Il paraît que le nouveau Haut-commissaire est super. Il a aidé le gouvernement de la Polynésie à monter un dossier en béton pour que la dotation soit importante et gratuite et les mauvaises langues disent CADEAU.

Le Tavini  Huiraatira Oscar Tane est indépendantiste MAIS avec les sous de la France, pays honni mais caisse bienvenue. Au travers des élections territoriales, il voudrait poser un débat de société sur le cannabis. L’économie souterraine liée à la vente de pakalolo brasserait chaque année entre 40 et 60 milliards de FCP. Ce serait bon à prendre pour rétablir les finances du pei, non ? Alors il paraît que les jeunes du Tavini (les Bleus, les Indépendantistes) sont prêts à discuter sur la place  publique. De quoi, en fait. De l’usage du pakalolo, des soins à apporter aux drogués, de l’exportation du pakalolo, de quoi ? Comme les élections approchent à grands pas, on annonce une nouvelle aide pour les familles monoparentales… à titre expérimental. Quèsaco ? C’est peut-être qu’une fois les élections terminées… terminé ?

cannabis feuilleEncore quelques têtes en prison, et la nouvelle geôle qui se fait attendre… Un prévenu dans une affaire d’emplois fictifs le disait au Président du Tribunal : « Mais Monsieur le Président, cela s’est toujours fait ici en Polynésie française ; j’ai fait comme les Autres, rien de plus ».

Le procès en appel dit des emplois fictifs… celui où Gaston Flosse était renvoyé pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts s’est terminé par la plaidoirie des avocats dont le délibéré ne sera rendu que le 7 février 2013, soit 2 mois avant le premier tour des élections territoriales. Et M. Gaston Flosse d’ajouter « je ne devrais pas avoir plus que Chirac ». Honni soit qui mal y pense… La Dépêche de traiter : « Il faut relaxer » le soldat Flosse. Adieu, veaux, vaches, cochons, couvées aurait dit Monsieur de la Fontaine !

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,