Articles tagués : poids

Gens de Tahiti

L’INSEE compte 275 918 habitants en Polynésie française en 2017. Les Marquises ne comptent que 9350 personnes et les îles Australes 6970. Les retours dans les îles entre 2007 et 2012 en raison de la crise économique, avaient augmenté ; depuis 2012, ils diminuent.

La fécondité baisse et les départs de la Polynésie française restent plus importants que les arrivées, notamment pour les jeunes avant 25 ans dont un dixième quitte le territoire. 17 500 personnes sont parties de Polynésie depuis 2012, soit 6 % de la population – car seulement 44 % de la population au-dessus de 15 ans déclare occuper un emploi. C’est donc la recherche de travail et les études qui poussent à partir et à s’installer ailleurs.

Près de la moitié des Polynésiens vivent en noyaux familiaux d’environ six personnes. Les familles nombreuses ne représentent que 8 % des ménages et les familles monoparentales seulement 6 %. Les personnes âgées de plus de 60 ans comptent pour 12 % de la population et 36 % d’entre elles vivent avec leur famille plus ou moins élargie car seulement 21 % des plus de 60 ans travaillent. Les trois quarts des emplois sont dans le secteur tertiaire du commerce, des services, notamment l’hôtellerie et la restauration. Ce n’est qu’aux Tuamotu-Gambier qu’une personne sur deux travaille dans la pêche, la perliculture ou le coprah. L’industrie ne représente que 7 % de l’emploi total en Polynésie dont la moitié dans l’alimentaire et les boissons. Seulement 1200 personnes travaillent dans l’artisanat. La moitié des foyers est équipée d’un ordinateur avec connexion Internet, sauf aux Tuamotu-Gambier, moins bien desservis par l’éloignement.

L’espérance de vie moyenne est de 77 ans car le taux d’obésité a beaucoup augmenté depuis 30 ans dans les îles du Pacifique. La question s’est posée de savoir pourquoi plus dans les îles qu’ailleurs. Il est probable que les sociétés traditionnelles agricoles vivant de fruits, de légumes et de la pêche n’étaient pas préparées biologiquement par les millénaires à l’arrivée de produits venus de l’extérieur. L’arrivée des militaires américains pendant la seconde guerre mondiale puis l’essor des communications et du tourisme après introduit de nouvelles nourritures, parfois moins chères et plus séduisantes. Le mode de vie moderne des activités tertiaires est sédentaire. Il est mauvais pour la santé de ceux qui ne sont pas habitués depuis des générations. La nourriture importée, notamment le sucre, la farine, l’huile à friture, les sodas et la bière – même la viande en conserve – offre trop de calories par rapport au régime traditionnel.

Des chercheurs pensent que les corps des insulaires du Pacifique sont génétiquement programmés pour stocker le gras plus que les autres parce que vivre sur des îles loin de tout subissant des tempêtes et des cyclones, voulait dire connaître de longues périodes de restriction ou de famine. Pour le reste du temps, se nourrir demandait un travail physique important pour cultiver la terre et aller pêcher. Dans un nouvel univers de métier sédentaire et de fast-food, la prise de poids s’explique facilement.

Mais il n’y a pas que cela. La culture joue aussi un rôle car, dans l’imaginaire, un physique imposant est considéré comme un statut de richesse et de puissance. Les chefs traditionnels bénéficiaient de repas plus copieux que le reste de la population et présentait un corps dodu et un teint florissant. Ce n’est qu’avec la nouvelle norme véhiculée par le cinéma  américain que les jeunes femmes comme les jeunes hommes se doivent être au standard mince et aux attributs sexuels bien marqués : Barbie et Ken. Cette obésité engendre le diabète et réduit l’espérance de vie.

Ce n’est que par l’éducation à bien se nourrir, la revalorisation des cultures polynésiennes et par l’écologie encourageant la production locale que ce fléau pourra être enrayé.

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Transports Tahiti

Le passager d’Air Tahiti a pris du poids. Plus de 5kg en trois ans. C’est Air Tahiti qui annonce la nouvelle. Si tous les sièges n’ont pas été  remplis c’est pour des raisons de poids supporté par l’appareil. C’est à la demande de l’aviation civile qu’Air Tahiti effectue tous les trois ans une campagne de pesée. La dernière a eu lieu en 2010 et a dévoilé une augmentation en moyenne de 5kg par passager. Alors les valises ou les passagers des îles seraient-ils de plus en plus lourds ou les balances se seraient-elles détraquées ?

obese torse nu

Pas d’autoroute ici, une route côtière, et un tout petit tronçon de route à quatre voies, mais déjà 33 morts depuis janvier, 27 sont des hommes dont 10 âgés de  moins de  25 ans. Pour 2012, 263 blessés comptabilisés. L’essentiel des accidents surviennent le vendredi et le samedi entre 15 et 18 heures. L’essentiel des accidents, des tués et des blessés sont enregistrés aux Iles du Vent, à Tahiti et Moorea. Sur les 10 premiers mois de l’année, 7531 dépistages d’alcoolémie ont été effectués, 2700 contrôles positifs et 3438 infractions à la vitesse, et 1107 permis de conduire ont fait l’objet d’une rétention administrative…

A seulement quelques kilomètres de chez moi, l’insolite : les écoliers qui vivent au Fenua aihere (à la presqu’île) sont ramassés le matin par une navette maritime. Les journées commencent à 5 heures du matin, à 5h30 embarquement, le retour au domicile n’interviendra qu’à 17h45 au mieux, la sortie des établissements scolaires arrivant vers 16h30 et le départ de la navette à 17h15. Cette partie de la presqu’île, le Fenua aihere,  n’est pas desservie par une route, le ramassage scolaire ne peut se faire par des bus, c’est Mathilde la navette maritime équipée de deux moteurs de 250 chevaux qui les emmènera jusqu’au quai de Teahupoo où ils embarqueront à bord de bus pour le collège de Taravao, celui du Sacré-Cœur ou le lycée de Taiarapu Nui. Les élèves de l’école primaire seront transportés par bus devant les grilles de l’école. Heureusement la cantinière de l’école primaire prend elle aussi cette navette pour aller travailler et apporte  avec elle le petit déjeuner des enfants, du Milo chaud et des tartines.

collegien mahu

Les élections approchent, alors le gouvernement Temaru ressort un vieux projet des cartons ! Il s’agit  de la création d’une route de la côte 350, dite « des coteaux ». Cette route à deux fois une voie relierait directement la vallée de Tipaerui à Papeete aux hauteurs de Punaauia en passant au-dessus de Faa’a. Oscar Tane avait déjà annoncé le lancement du projet en 2009 avec un démarrage des travaux en 2010 mais depuis, rien n’a été fait. On s’interroge, réalité ou carotte électorale ? Mais les collines de Faa’a et de Punaauia sont beaucoup plus urbanisées aujourd’hui qu’elles ne l’étaient lorsque le tracé de cette route avait été imaginée.

pluie tahiti

Revers de la médaille, l’alerte orange a duré plusieurs jours sur le fenua : routes inondées, maisons inondées à la Pointe Vénus, éboulements sur la côte Est et dans les îles comme à Huahine. La langue de terre qu’est la pointe Vénus est en effet seulement à quelques mètres au-dessus du niveau de l’océan, l’eau de pluie ne pouvant circuler normalement lors des grosses pluies, elle se répand là où elle peut. On entaille toujours la montagne pour construire de plus en plus haut. La pluie « nettoie » ? Il faut voir l’aspect du Port de Papeete après les pluies. Un tas d’immondices flotte, des cadavres de rats, chiens, chats… On appelle cela « la chasse d’eau », méthode très employée par les Polynésiens : on jette TOUT dans les rivières et la pluie se chargera d’emmener TOUT jusqu’au lagon. Ces déversements d’eau devraient nous protégeaient des cyclones ! J. qui fait bénévolement les relevés de pluviométrie pour la Météo m’annonce qu’il est tombé 730 mm d’eau par m2 durant le mois de décembre En janvier les pluies continuent !

Hiata de Tahiti

[Argoul : un pluviomètre mesure la hauteur de précipitation en millimètres (mm) équivalant au litre d’eau tombé par mètre carré. 720 mm en un mois, c’est beaucoup. Sur le Pays Basque, par exemple, la moyenne des précipitations avoisine les 1500 mm… par an !]

Rectificatif

D’abord je vous présente mes excuses et rectifie  les hauteurs de pluies tombées à Papeari durant l’année 2012.

Les mesures sont faites à la demande de la direction de la Météorologie Nationale, grâce à un pluviomètre et notées par le bénévole. Ces mesures sont exprimées  en mm et représente la hauteur d’eau tombée sur 1m2.

Pour l’année 2012, il est tombé 3105,4 mm d’eau.

Les trois mois les plus arrosés ont été Janvier = 307,1mm ; Mars = 487,2mm ; et Décembre = 720,3 mm.

Les mois les moins arrosés ont été Février = 96,4 mm ; Août = 80,0 mm ; et Septembre = 97,2 mm.

Voilà, la vérité est rétablie ; j’espère que vous pardonnerez à mon  vieux cerveau.

Fa’aitoito ‘e Iaorana!

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,