Articles tagués : circuit

Il faut quitter le garage du père Noël

Notre guide français s’appelle Bernard et ne doit plus être de ce monde, trente ans plus tard. Il a 67 ans et le côté ronchon de cet âge. Corse de Zicavo, il s’est marié à 19 ans, a suivi des études de théologie pour devenir pasteur protestant. Il a exercé cette profession 27 ans dans le Queyras.

Il est toujours resté proche de la nature, comme son compère Théodore Monod, mais lui a préféré le parapente au Népal et le raid à ski en Laponie aux sables trop chauds du désert.

Il est venu en cette région pour la première fois en 1964 et a imaginé ce raid aventures dans les années 1980. Nous serons l’un des derniers groupes à bénéficier de son histoire car il se dit désormais trop vieux pour continuer à ce rythme. Et aucun jeune ne veut reprendre ce circuit plutôt rude.

Le dernier jour nous préoccupe. Il va nous falloir joindre l’aéroport en skis, le seul véhicule 4×4 ne pouvant prendre que nos bagages et les rennes étant réservés à cette période pour le service après-vente du père Noël.

La distance est d’un peu plus de 40 km et l’avion en fin d’après-midi. Serons-nous assez vaillants pour parvenir jusque-là dans les temps ? Bernard nous rassure. Nous avons une semaine d’entraînement dans les jambes et, si n’avions pas vu la distance écrite noir sur blanc, nous ne nous serions douté de rien.

Partant vers 10 h du matin avec un pique-nique, nous serons arrivés largement pour nous changer et nous reposer avant l’embarquement. Souvent, l’esprit occidental calcule trop ; son imagination l’affole. Il suffit de faire tout simplement le trajet pour que la réalité s’impose à vous.

Et nous laissons la vie naturelle derrière nous, les éléments glacés, la chaleur sous la tente autour du feu, l’obscurité alentour qui rapproche. Chacun aura fait provision de souvenirs et d’air frais.

Bon, avouons-le, le père Noël n’existe pas : nous ne l’avons pas rencontré. Ses véhicules sont disponibles, broutant les lichens et les écorces des bouleaux. Il y a belle lurette que les Finlandais ont remplacé ces montures ancestrales par des autos ultramodernes. Mais ils aiment bien les enfants, tout comme le mythique père Noël.

L’avion décolle en skis et nous pose à Helsinki.

A l’arrivée, nous avons passé une nuit dans cette capitale. Nous étions étonnés de voir dans les rues autant de voitures Peugeot, notamment des 205. Mais c’est bien sûr ! Le pilote de rallye Ari Vatanen est finlandais – et il pilote des Peugeot 205 pour gagner ses rallyes ! Ce pays est bien loin du garage à rennes du père Noël que nous croyions enfant.

Catégories : Finlande, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Pouzzoles et Solfatares

Nous prenons la Metropolitana jusqu’à Pouzzoles. Le train passe entre les immeubles denses des quartiers populaires. Les façades sont colorées, bien qu’elles n’aient pas été repeintes depuis des années, et du linge pend aux fenêtres. Rien de sordide, mais du familier, des pères en maillots de corps, des femmes en bigoudis, des garçons en seul short, pieds nus sur les balcons.

naples-balcon

A Pouzzoles, les Solfatares – ou champs Phlégréens (du grec brûler) – se trouvent à un quart d’heure de la gare à pied. Les Solfatares sont un cratère vide : une grande étendue de terre sans herbe, stérile, comme après un bombardement. Le nez perçoit une activité chimique intense, saturé qu’il est très vite de l’odeur du soufre et de l’anhydride sulfureux. Cela sent le cul et l’œuf pourri.

pouzzoles-solfatares-danger

La couleur du sol est grise, la matière est terne le plus souvent, jaune et brillante parfois, là où le soufre affleure. Les fumerolles à 162° qui sortent des pentes sont aussi étranges que celles qui sortent des interstices des rues à New-York, venues des profondeurs du métro.

pouzzoles-solfatares-fumantes

Au centre, s’étend un lac gris bouillonnant. Un geyser fuse parfois pour quelques secondes. La terre est chaude et odorante, comme en gestation. On y touche ici le mystère de la naissance, de la terre brute avant les plantes, les animaux et les hommes.

pouzzoles-solfatares

C’est le monde souterrain qui affleure – l’Origine de toutes choses. Nous avons été créés de boue et nous retournerons poussière. Un circuit balise la visite et des bannières la foule. Des pancartes aux têtes de mort faites pour effrayer indiquent, en noir sur jaune vif, « pericolo » tous les dix mètres. Cela alarme les mères mais n’empêche pas les gamins mâles de fouiller dans les trous à fumerolles avec un long bâton. Comment empêcher tout jeune garçon normalement constitué de tremper son bâton dans tous les trous qu’il rencontre ? de jouer avec le feu ? de renvoyer la sempiternelle inquiétude de mère d’un « cause toujours » ? Le terrain est propice au symbolique et la sexualité mâle y prend des tournures nettement non-chrétiennes.

pouzzoles-stele-jeune-garcon

Etant venus, ayant vus et ayant vécus, nous descendons dans la ville. L’amphithéâtre romain pour 40 000 spectateurs, très ruiné, laisse apercevoir sous les grilles de fer qui protègent son accès, un réseau souterrain compliqué. Le temple d’Auguste était sous le Duomo, détruit en 1964. On le dégage.

pouzzoles-paysage

Une rue en épingle à cheveux nous mène au port par une pente quasi naturelle, comme tous les chemins mènent à Rome. Le port est bien le seul lieu d’intérêt économique du site depuis l’antiquité. Il recevait la pêche du jour, mais aussi les marchandises du commerce.

pouzzoles-facades

Nous passons devant des immeubles aux façades décrépites par les vapeurs sulfureuses, lézardées par les multiples secousses sismiques, surtout celles du terrible tremblement de terre de 1980.

pouzzoles-maison-verolee

Mais chaque jour la terre bouge, s’écarte, se soulève. Le terrain est éminemment mouvant, ici. Les églises ne sont pas plus épargnées que les habitations, signe que Dieu, s’il existe, se moque pas mal de ces détails du culte. Quand le sol est en colère, rien ne l’arrête. C’est pourquoi les hommes sont fatalistes en ces régions ; ils profitent de la moindre occasion de bénéfice, même en marge de la loi : nul ne sait de quoi demain sera fait et il y a sur l’instant les enfants à nourrir. Le temple de Sérapis, près du port, est une cour carrée avec trois colonnes.

pouzzoles-poissons-sur-le-port

Devant les barques bleues des pêcheurs est ouvert un marché aux poissons animé. Des poulpes tordent leurs tentacules dans les bassines plastiques. Un petit requin reste immobile, en rond dans l’espace étroit. L’eau glauque du port de pêche est presque sans rides ; trois garçons allongés sur le ponton pêchent au casier et à la ligne. Certains sont habillés, d’autres ne portent sur eux qu’une culotte et l’un d’eux est trempé d’avoir été débrouiller quelque filin coincé au fond de l’eau. Ses cheveux longs pendent comme des algues sur sa poitrine, laissant dégouliner un jus douteux qui trace une rigole gluante sur sa gorge et sur son ventre. De l’or brille à son cou, une fine chaîne sans médaille. Il a les yeux vert d’eau, le teint bruni, la chevelure filasse. Son corps est bien dessiné mais son air laisse entendre qu’il ne s’en laisse pas compter.

pouzzoles-port

Nous revenons à Naples par le même train qui va lontano. Un papa et son petit garçon de quatre ans font famille – gentillesse et gazouillis.

La récupération de nos bagages à l’hôtel ne nous prend que peu de temps. Nous prenons un taxi pour l’aéroport et nous prenons ainsi un bain de conduite locale dans les rues peu encombrées en ce jour férié (en italien festivo et pas feriale ! faux ami).

  • Première leçon : foncer.
  • Deuxième leçon : dès que se présente un obstacle vivant, klaxonner.
  • Troisième leçon : s’il n’en tient pas compte (mais seulement si), l’éviter habilement en le frôlant presque. Un rapide coup de volant au dernier moment est alors requis. Le piéton, le deux-roues ou autre automobile, doit nettement comprendre qu’il gêne, qu’il est inhabile et qu’il n’a pas à se trouver là, sur le chemin même des honnêtes gens qui – eux – travaillent.

Encore du théâtre. Nous repassons sous la tangentiale, ce périphérique suspendu, construit parfois au-dessus d’immeubles d’habitation de sept étages.

Nous sommes loin d’avoir épuisés les charmes de Naples en quelques jours. Le séjour était passionnant, par hasard à un moment important de la vie citadine, la coupe nationale de foot. Mais nous n’avons pas vu Cumes, Sorrente, Ischia, Procida, les villas amalfitaines. Ni à Naples même plusieurs églises et musées, nombre de ruelles – et toujours les gens. Naples a été fondée par les Grecs au 7ème siècle avant J-C et ces gens savaient vivre. Revenir, il le faudra. J’aime cette ville chaleureuse où – c’est si rare en nos contrées avares de sentiments – des gens sollicitent la faveur d’être photographiés !

FIN du voyage à Naples et Pompéi.

Catégories : Italie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Trekking ? Non, industrie du voyage !

Je n’ai pas vraiment aimé le circuit Lofoten trois chaussures. Pourtant habitué à Terres d’aventure, je vois le standard du voyagiste baisser. L’agence spécialisée dans la découverte à pied propose plusieurs séjours aux Lofoten, marqués de deux à quatre chaussures en fonction de l’aspect sportif. J’ai choisi un trois chaussures qui me semblait un bon compromis entre désir de nature et envie de culture.

paysage marin Lofoten

Las ! Poussé par la formation obligatoire des accompagnateurs, le trek est devenu moins « voyage à pied », devise de Terres d’aventure, que « course en montagne ». La clientèle a plus ou moins suivi, désirant se mesurer (hantise d’époque) dans le style jeune-sportif-branché-UCPA avec l’exotisme d’une agence lointaine en plus. La culture est bien oubliée… Les anciens voyageurs, ex-routards et amateurs connaissant bien le pays, sont remplacés par des techniciens diplômés de la course. Le guide de moyenne montagne n’a ni formation ni goût pour la Norvège, il ne voit ici que des Alpes qui émergent de la mer. Son terrain d’aventure va de la montagne escarpée à altitude zéro et cela pourrait être n’importe où. Ce n’est pas la première fois qu’il « accompagne » ici – mais il n’a jamais cherché à en savoir plus sur le pays que les vagues clichés retenus des médias. C’est dire s’il y a maldonne au départ.

sommet matmora Lofoten

Je vois bien la différence depuis quelques années ; elle marque le passage de la culture du voyage à celle de la course nature. Auparavant, on comptait les étapes en heures tout compris : sept heures signifiait que, parti à 9 h on revenait à 16 h. Aujourd’hui, le compte se fait comme les guides de moyenne montagne sont habitués industriellement à le faire : en heures de marche effective – sans les arrêts. Nos presque neuf heures d’étape du premier jour, dont près d’une sur une route goudronnée, avec 900 m de dénivelés cumulés sont un peu trop pour débuter. Le pro est-il conscient que nous avons peu marché durant l’année ? Que nous n’avons plus 30 ans comme lui ? A cette remarque d’une fille, le guide répond, fonctionnaire : « ah, mais c’est le temps habituel pour un trois chaussures ». Comme s’il fallait « réaliser un temps » !… Décidément, le « voyage » n’est plus ce qu’il était.

montagne Lofoten

Dès le premier soir, le groupe est maté. Peut-être est-ce la stratégie des guides de moyenne montagne, selon les leçons de compétition enseignées par l’éducation nationale, pour imposer leur légitimité technique ?

D’autant que le voyage est aussi cher qu’avant, mais l’agence a rogné sur tout : deux jours de moins que les années précédentes sur le même itinéraire pour deux semaines, cinq repas à notre charge en plus.

salade tomates crrvettes mais

Durant tout le séjour nous n’aurons jamais goûté au stockfish AOC, ni au saumon gravlax, ni au ragoût d’agneau, ni au fromage de chèvre fermier, ni au saucisson de chèvre… La « cuisine » s’effectue comme dans les Alpes et n’importe où : courses au supermarché pour des produits standard, pique-nique de pain, fromage et charcuteries le midi et repas international le soir. Il n’y a que l’habileté du guide professionnel qui change. Le nôtre a un carnet de recettes qu’il sort de sa poche pour recommencer toujours les mêmes de son répertoire. C’est appétissant, une salade de tomates au maïs, mais rien de cela n’a poussé en Norvège. Seules les crevettes et les carottes en proviennent…

paysage solvaer Lofoten

A quoi cela sert-il de passer par une agence de trek spécialisée dans « le voyage à pied » si c’est pour retrouver le style UCPA ? Autant prendre Kuoni ou Intermèdes pour des séjours plus culturels, et aller randonner avec le Club alpin dans les montagnes françaises.

Mais la plupart des clients sont bovins, prêts à tous les compromis s’ils sont labellisés « nature », « écolo » et « jeune sportif ». Je ne me fais pas que des copains quand j’énonce ces quelques remarques au dîner. L’usage intensif et permanent des aïePhone rend plus moutonnier, enclin à être toujours d’accord entre soi, plus critique pour un sou. On se veut léger, branché, dépendant – conforme. Génération de crise ?

Catégories : Economie, Norvège, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,