Articles tagués : éventré

Jean-Christophe Grangé, Le vol des cigognes

Un jeune homme nommé Louis, trente ans, vient de terminer une thèse d’histoire sur la pensée d’Oswald Spengler – auteur allemand conservateur révolutionnaire fort peu à la mode au début des années 1990. Il en a assez de la théorie et de la stérilité de la recherche universitaire en lettres. Il accepte aussitôt une mission concrète sur le terrain que ses parents adoptifs, anciens diplomates, lui ont dénichée.

Il s’agit d’aider un ornithologue suisse à suivre le parcours migratoire des cigognes pour savoir pourquoi certaines ne reviennent pas à leur nid. Ces oiseaux sont en effet routiniers comme des chats : elles migrent à l’automne vers l’Afrique mais reviennent au point près d’où elles sont parties au printemps pour pondre et élever les petits. Max Böhm les bague, les soigne et les recense. Quelque chose se passe sur le trajet et, fragile du cœur, il ne peut voyager. Il paie donc son jeune compagnon pour le faire à sa place.

Sauf que, lorsque Louis parvient au chalet de Max en Suisse pour commencer son travail, l’ornithologue est mort. D’une crise cardiaque, dira l’autopsie – après avoir grimpé une grande échelle de pompier pour inspecter un nid de cigogne en haut d’une tour. Louis hésite : va-t-il poursuivre la mission désormais sans référent ? Mais comme Max a déjà tout préparé, les salaires, la provision pour frais, les vouchers de location de voiture et de chambre d’hôtel, il se dit que ce serait intéressant d’aller voir. Et le profil de Max Böhm l’intrigue : en cherchant à récupérer son dossier chez lui pour ne pas fournir de soupçons infondés aux enquêteurs, Louis tombe sur deux mystères : l’absence totale d’analyses et d’ordonnances pour sa greffe de cœur et une série de photos d’enfants éventrés pendus à des crocs de boucher, soigneusement dissimulée…

Max Böhm a longtemps officié en Afrique comme chef de chantier sur les mines de diamants, notamment sous Bokassa, le « roi nègre » qui s’est fait couronner empereur et avait souvent à manger des petits garçons dit-on. Les parents biologiques de Louis vivaient en Centrafrique au moment du coup d’état de l’ex-sergent devenu capitaine de l’Armée française et fils du chef de village Mindogon Mgboundoulou. Le dictateur ayant libéré les prisonniers de Bangui, ceux-ci se répandent dans la ville pour picoler, piller, tuer et violer. La maison des Français est incendiée et seul le petit Louis en réchappe, ses mains brûlées – ce pourquoi il n’a plus d’empreintes digitales. Des amis de ses parents, diplomates en Centrafrique, l’exfiltrent alors en France et l’adoptent ; ils l’élèvent dans diverses pensions, sans tendresse mais avec le confort matériel.

Cet aspect biographique incite Louis à suivre la piste tracée par Böhm. Elle consiste à attendre les cigognes sur leur route de migration saisonnière et à observer celles qui sont baguées. Cette migration se divise en deux : d’Allemagne vers le Soudan via la Turquie et Israël, ou de France vers la Centrafrique via le Sahara. Louis choisit celle où les correspondants de Böhm sont les plus nombreux, sentinelles sur la route des cigognes. Il va passer par trois pays parmi les plus affreux du globe : la Bulgarie des « services » ex-soviétiques, Israël en guerre permanente et d’une paranoïa aiguë, la Centrafrique de l’exploitation des Noirs dans les mines et des militaires imbus de leur force. Le lecteur est assuré qu’il y aura de l’action – non sans un certain sadisme comme il était de mode en ces années-là (voir Max Chatam).

Sur la route, les cadavres se multiplient : en Bulgarie un ornithologue tsigane éventré du sexe au sein – on accuse un crime raciste ; en Israël un kibboutzim ornithologue éventré du sexe au sein – on accuse les palestiniens arabes ; en Centrafrique une fillette de 14 ans éventrée du sexe au sein – on accuse un gorille. Chaque culture a les monstres fantasmatiques qu’elle peut. Mais les coïncidences sont étranges : le fils de Böhm, Philippe, 15 ans, a lui aussi été éventré « par un gorille » lorsqu’il était avec son père dans la forêt au bord des mines de diamants des années auparavant – c’est du moins ce que dit l’autopsie d’un médecin soulard formé en France. La même ou presque que celle qu’a effectué le docteur Djuri, médecin tsigane formé en France sur le cadavre de son compatriote.  A croire que la France des années Mitterrand, incapable de former assez de médecins français (on s’en rend compte aujourd’hui), se préoccupait surtout de former pléthore de médecins étrangers.

Mais Djuri, nain de croissance, croit déjà avoir vu quelque part le visage de Louis. Se sont-ils rencontrés ? Est-ce plus tordu ? D’enquêtes en combats pour sa vie, de baises torrides avec une Israélienne et une Centrafricaine en périples éprouvants à travers la forêt tropicale humide, le bon Louis tuera, aimera, saura. Et tout se termine à Calcutta, derrière la façade trop brillante d’une organisation humanitaire de réputation mondiale qui gère des milliers de dispensaires à travers le monde, recueillant des données précises sur chacun des patients.

Ce premier roman d’un auteur de thrillers français mérite qu’on s’en souvienne !

Jean-Christophe Grangé, Le vol des cigognes, 1994, Livre de poche 2001, 378 pages, €7.90 e-book Kindle €8.99

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Matthieu Legault, Les Médicis – Le complot Pazzi

Auteur canadien d’une série jeunesse obtenant le Prix littéraire des enseignants (Leonardo), Matthieu Legault se lance dans l’aventure pour (presque) adultes. Son thriller Renaissance est en effet plein de rebondissements, de poison et d’assassinats, dans une atmosphère très politique.

Nous sommes à Florence en 1478 et les Médicis – Laurent « le Magnifique » et son frère Julien – règnent sur la république. Ils ont acheté les grandes familles et taxé lourdement les autres (manière très mélenchonienne de faire payer ses ennemis politiques).

Un complot se prépare, commandité – excusez du peu – par le pape Sixte IV, lui qui adore s’entourer de cardinaux de 15 ans. Eglise, argent et stupre faisaient bon ménage en ces temps de décadence spirituelle. Luther n’allait pas tarder à surgir après Savonarole qui, lui, est déjà dans Florence et tonne contre la corruption tant des princes civils que des princes de l’Eglise.

Les Pazzi et les Gondi veulent reprendre le pouvoir que leur a ravi Cosme de Médicis une génération avant, et les condottiere du pape sont prêts à les aider à investir Florence s’ils tuent les deux frères Médicis. L’archevêque de Pise, très chrétien en apparence, n’hésite pas à conseiller d’agir en pleine messe de Pâques, dans la cathédrale, au moment de l’Elévation lorsque le vin devient sang et l’hostie chair du Christ ! Un signe de plus que les « croyants » se foutent de la religion et plus encore de Dieu, n’ayant en tête que le pouvoir. Si Dieu existe et qu’il a commandé une morale, nul doute que tous ces assassins iront droit en enfer – mais je doute.

Un espion des Médicis est égorgé au bord du fleuve Arno et Laurent demande à ses Aigles d’enquêter. Il s’agit d’un groupe de forces spéciales chargé de protection et de renseignement, allant jusqu’à l’assassinat sur ordre. Les deux enquêteurs de prestige sont Feliciano et Fedora, tous deux jeunes et bien faits, le corps aux normes de la sculpture païenne. L’auteur ne nous épargne aucun détail de leur anatomie, selon cet idéalisme narcissique dont la jeunesse actuelle est avide.

Elle est aussi avide d’action et de sang, et là non plus rien ne nous est épargné, du trait d’arbalète dans l’œil à l’éviscération en public jusqu’aux bagarres de commando au poignard. Il faut que le corps souffre pour se réaliser, il faut qu’il baise frénétiquement aussi. Fedora tombe donc enceinte de Feliciano, ce qui ne va pas sans poser problème à leur mission. D’autant que Laurent est largement en faveur de l’avortement. Mais ils feront tout pour la réaliser.

D’abord protéger les enfants Médicis, deux petits garçons et une fille, contre les Gondi dont le fils Claudio, 18 ans, a été éventré sur le pont vieux en pleine matinée. Est-ce Laurent qui l’a voulu, lui qui a sermonné juste avant les apprentis peintres dont le jeune homme à l’atelier Verrocchio ? Bien sûr que non, mais la vérité importe moins que la croyance, selon l’éternelle manipulation politique qui fait rage de nos jours plus que jamais.

C’est Constantino, « à peine plus de 15 ans », qui dirige les Aigles pour la protection des enfants. Nous trouvons cet âge un peu gros, même si un garçon de 15 ans peut avoir l’intelligence aigüe et la souplesse en combat. Mais que peut son squelette encore fluet contre un homme fait ?

Le lecteur mûr se demande donc si ce livre est vraiment destiné aux adultes ou plutôt aux adolescents, dans la lignée des séries américaines. D’autant que l’auteur comme l’éditeur (pourtant « réuni » à plusieurs), sont fâchés avec la grammaire du français. Passons sur les expressions canadiennes disant systématiquement « le boisé » pour « le bois » et autres particularismes ; c’est plutôt amusant. Ce qui l’est moins en revanche sont les fautes qui sautent aux yeux : p.27 conseillé pour conseiller, p.61 fourni pour fournit, p.126 témoigné pour témoigner, p.199 lasse pour las (celui qui parle est un mâle), p.247 ballet pour balais ! p.305 pose pour pause, p.329 papale pour papal – et j’en oublie sûrement. La faute aux logiciels américains type Word qui sont ignares en français ? Cela fait en tout cas très désordre, amateur, et c’est dommage pour le roman historique car l’époque est brillante, l’action bien menée et l’auteur imaginatif.

Si vous passez sur ces défauts agaçants, vous passerez un agréable moment de tension en compagnie des princes de la Renaissance florentine et de leurs nervis aigus et avisés.

Matthieu Legault, Les Médicis – Le complot Pazzi, 2013, Les éditeurs réunis (Canada) 2016, 427 pages, €19.95 format Kindle €6.06

Ce titre est suivi d’un second volume : Les Médicis-Les maîtres de Florence (que je n’ai pas lu)

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,