Articles tagués : licencier

Un prix Nobel regarde le chômage français

jean tirole economie du bien commun

« Avons-nous vraiment tout essayé pour endiguer la montée du chômage ? J’en doute fortement », déclare Jean Tirole dans son livre Economie du bien commun, qui vient de paraître en avril 2016 aux PUF (p.349). L’un des rares Français ayant obtenu le prix (de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred dit) Nobel d’économie en 2014 pour son analyse du pouvoir de marché et de la régulation, ajoute : « le chômage est en partie un choix de notre société » p.312.

Il n’est pas le seul à le dire, Devis Olivennes parlait déjà en 1994 d’une « préférence française pour le chômage ». Nous l’avons évoqué sur ce blog. Mais, démontre Jean Tirole, ni le chômage de masse ni la dualité du marché du travail entre CDI et précaires ne sont inéluctables. Sauf que « les inclus » protègent leurs privilèges (il suffit de voir les fonctionnaires CGT, les préretraités cheminots et les pilotes d’Air France) et que les « exclus » ne sont que statistiques – donc peu médiatiques : ils n’ont aucun moyen de bloquer la France.

Le constat du chômage français par rapport aux autres pays européens est alarmant : il est beaucoup plus élevé qu’en Europe du nord et germanique ; il touche surtout les jeunes et les vieux, les peu qualifiés et les banlieues ; il s’enkyste en longue durée, de plus en plus depuis 2007 ; dans le même temps, les CDI ont peur de changer, leurs patrons n’hésitent pas à les placardiser faute de pouvoir les licencier : ils sont donc mal à l’aise bien plus que les autres au travail ; enfin, la France dépense plus que les autres pays pour la politique de l’emploi…

2014 12 taux emploi population active compare OCDE

Contre cela : les rustines, CDD et emplois aidés. Les statistiques montrent que la probabilité de trouver un CDI après un emploi aidé est très faible. De plus, si près de 75% des emplois sont encore en CDI, 90% des nouveaux se font en CDD ou en intérim. Ces contrats offrent peu de protection aux salariés, la législation tordue incite même les employeurs à ne pas réembaucher les CDD ayant donné satisfaction, sous peine de les convertir en CDI inexpugnables. Les licenciements sont médiatiques – mais ne représentent qu’une fraction très faible des fins d’emplois : 4.4% (p.318). Les fins de CDD dominent massivement les fins d’emplois : à 77% ! Mais tout le monde médiatique et syndical s’en fout. La politique publique de l’emploi dépense 3.5% du PIB pour l’assurance chômage et 4% du PIB pour les politiques actives : formation, gestion, emplois aidés, allègements…). Malgré ça, elle est inefficace. Même la réduction du temps de travail est « une fausse solution » p.343.

Car il existe une « face cachée (…) une mobilité insuffisante et un appariement imparfait des salariés aux emplois » (p.319). Un emploi en CDI apparaît comme « un privilège (tout relatif) auquel il faut s’accrocher sous peine de ne pas retrouver d’emploi équivalent » – ce qui ne facilite ni la mobilité, ni l’adéquation des salariés aux emplois, ni l’acquisition d’expérience, ni la satisfaction au travail. Cet état de fait est probablement la cause principale du mal être, la France se situant 129ème sur 139 sur la perception de qualité des relations au travail.

En cause, le code du Travail illisible, trop épais (3200 pages). Pour Jean Tirole, « il faut protéger le salarié et non l’emploi » (p.323). Pour cela, responsabiliser les entreprises par une formule de bonus-malus dont le produit serait affecté à la réduction des charges sociales : « la pénalité serait donc neutre fiscalement pour l’ensemble des entreprises » p.324. La pénalité serait plus élevée pour les salariés qui auront le plus de difficulté à retrouver un emploi – et elle inciterait l’entreprise à investir dans la formation (cela lui coûterait moins de malus en cas de licenciement). Cela inciterait enfin à sortir de cette prédation des intermittents du spectacle dont l’usage par les sociétés de production est dévoyé au détriment de tous les salariés dans leur ensemble. Le CDD serait donc supprimé au profit d’un contrat unique CDI, à droits progressifs pour les salariés : cela coûterait de plus en plus cher de licencier avec le temps.

chomeur quand il sera grand

Nos institutions sont actuellement « incohérentes » : l’entreprise qui licencie paie des indemnités de licenciement, mais pas le coût pour l’assurance-chômage ; l’entreprise qui ne licencie pas paie des cotisations sociales : « les entreprises qui gardent leurs salariés paient donc pour celles qui licencient. On marche sur la tête » p.327. Les secteurs qui, en raison de leur activité cyclique, ont structurellement recours aux licenciements, n’en supportent que partiellement le coût – qui est financé par les autres !

Bien sûr, les « résistances sociales » seraient fortes pour changer de système – car tout changement est vu comme une perte. Il faut donc l’inscrire dans la durée : que les CDI ne soient pas inquiets pour leur statut, seuls les nouveaux seraient concernés (comme Matteo Renzi l’a fait en Italie) ; que les employeurs ne soient pas inquiets, l’Etat devrait s’engager à ne pas modifier la loi à chaque alternance électorale. « Il faudrait donc un minimum de consensus politique sur la nécessité de changer le contrat de travail » p.337.

2020 creation nettes d emplois anticipes france CAS Dares

Un vœu pieu ? « Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est de 5 397 000 fin avril 2016 » selon la DARES – soit près de 19% de la population active en âge de travailler (10.6% seulement si l’on se restreint à la catégorie A qui n’ont même pas travaillé 1h dans le mois) !

Le prêt-à-penser idéologique va-t-il continuer à exclure et appauvrir par ses préjugés ? Où est le « bien commun » dont chacun se réclame dans cette préférence française pour le chômage ? Jean Tirole livre au moins un constat économique sans appel et quelques propositions de bon sens.

Jean Tirole, Economie du bien commun, 2016, PUF, 629 pages, €18.00

e-book format Kindle €14.99

Sur la réalité de la réforme Loi travail

Catégories : Economie, Livres, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Qu’a fait le président Hollande ?

La croissance française s’est établie à +1.1% sur 2015, elle pourrait être un peu meilleure en 2016 avec le faible regain de consommation des ménages. Mais on note un net ralentissement de la productivité en France depuis la fin des années 1990, ce qui augure assez mal de l’avenir.

La croissance de la productivité horaire a ralenti régulièrement : de plus de 5 % par an dans les années 1950-1960, réduite à 3-4 % dans les années 1970, puis à 2-3 % dans les années 1980, entre 1,5 et 2 % dans la décennie 1990, elle est passée sous la barre de 1 % à partir de 2008. L’heure de travail est de moins en moins productive car les entreprises (et administrations !) françaises ne sont pas vraiment entrées dans l’ère numérique. En 2014, seules 63 % des entreprises disposaient d’un site web (+ de 75 % dans la plupart des économies avancées et 90 % dans les pays nordiques) ; seules 17 % des entreprises utilisent les réseaux sociaux pour leurs relations clients, contre 25 % en moyenne dans l’OCDE.

Quant au renouvellement du tissu productif (aider la nouveauté, pas « sauver » l’obsolète) il se fait trop lentement, beaucoup de freins l’empêchent : syndicats d’autant plus revendicatifs que peu représentatifs, manifs pour défendre les avantages acquis, lâcheté politique sur l’intérêt « général », byzantinisme juridique sur la création d’entreprise, le travail, le licenciement. La population active n’est pas assez qualifiée, notamment dans les technologies de l’information, et dans le même temps la formation professionnelle est laissée à des « partenaires sociaux » jaloux de leur rente sur la taxe obligatoire, et d’autant plus opaques qu’ils sont inefficaces. Les entreprises les plus productives ne sont pas encouragées par les règlements, obligations, charges et autres normes plus strictes que les Directives européennes ne le demandent. Pourquoi le SMIC serait-il égal dans Paris au fin fond de la Corrèze ? Le coût de la vie serait-il le même ? Si l’on s’étonne de la « désertification » des campagnes et lieux isolés, voilà une explication : faire travailler quelqu’un, notamment dans les services, est « trop cher » pour ce qu’il produit dans certains endroits.

L’échec du droit du travail actuel en termes d’efficacité économique et de protection des travailleurs est clair : complexe, inintelligible, faisant l’objet de l’intrusion détaillée du juge. Pourquoi embaucher si la rentabilité du poste n’est pas assurée ? Plutôt payer des heures supplémentaires aux inclus que de devoir licencier des entrants plus tard superflus. Cette réforme du code du travail est contrariée par l’idéologie, le syndicalisme qui ne représente pas l’intérêt général mais uniquement celui des syndiqués en majorité fonction publique, la politique tacticienne, et l’absence des indispensables accompagnements que sont la formation professionnelle et la réforme juridique du droit du travail.

Car le coût de l’emploi en France n’a rien de « normal » au vu des autres pays européens : il est grevé de taxes obligatoires plus fortes que les autres, commençant au SMIC – niveau bien trop élevé pour la qualification de la plupart -, obéré de freins administratifs et d’œillères sur les Zacquis. Le drame des taxis révèle l’inertie bête dans toute son ampleur : le rapport Attali l’avait pointé dès 2007, la profession est menacée par la montée des métiers issus des technologies du numérique. Que croyez-vous que les taxis firent : RIEN ! Ils attendent même « du gouvernement » qu’il mette en place une plateforme informatique qu’ils ont été INCAPABLES de créer eux-mêmes – et qu’ils leur remboursent une « licence » qui n’a jamais été légale !

Batiment sous Hollande

Les politiques dites « structurelles » visent à modifier les règles de fonctionnement de l’économie, notamment le juridique ou le fiscal pour augmenter la croissance possible, encourager l’emploi, favoriser l’égalité sociale.

  • La croissance : à part vendre des Rafales aux musulmans intégristes d’Arabie et du Qatar, qu’a fait le Président ? RIEN – sauf augmenter massivement les impôts pour les entreprises et les ménages, nommer Duflot, une écolo sectaire au Logement, ce qui a accentué la tentation de l’attentisme et du repli de ce secteur pourtant très créateur d’emplois peu qualifiés – justement ce qu’un gouvernement devrait encourager !
  • L’emploi : avant Hollande, la hausse du SMIC a réduit l’accès à l’emploi des moins qualifiés que les allègements de charges ont à peine compensés. Le statut d’autoentrepreneur et les emplois aidés n’ont pas encouragé la qualification mais au contraire fait baisser les rémunérations, tout en permettant en contrepartie à des non-qualifiés de travailler. Quant aux 35 h, elles ont clairement augmenté la productivité horaire… mais seulement de ceux qui travaillent, réduisant la productivité globale par découragement de l’embauche (sauf dans la fonction publique… ce qui obère les finances de l’État). Qu’a fait le Président ? Il a décidé bien tard le CICE, après avoir grevé les entreprises de 30 milliards d’impôts en plus. Et il n’ose pas toucher au sacré des 35 h, malgré les coups de sonde d’Emmanuel Macron.
  • Les impôts : leur prélèvement exige transparence et forte lisibilité pour qu’il soit compris et accepté. Qu’a fait le Président ? Presque rien (à part les augmenter), surtout pas la fameuse réforme qu »il avait promise et que tout le monde attend – et regretté d’avoir fait trop légèrement confiance au menteur Cahuzac comme ministre… du Budget !
  • Le système financier : il exige la confiance, donc des règles propres à lui éviter la tentation de la cupidité ou du risque excessif. Qu’a fait le Président ? Presque rien sur la taille des banques, les politiques prudentielles visant à limiter la prise de risques excessifs, l’orientation des financements vers les activités productives – malgré un discours de matamore sur « mon ennemi la finance ». Quelle velléitaire ! Ou quel naïf.

Se tromper sur ses collaborateurs et se hâter avec lenteur semble être la norme hollandaise, qui n’a semble-t-il pas pris la mesure des cinq années de son mandat. Il en est resté au double septennat Mitterrand, son grand modèle, et à sa maxime d’avant l’ère numérique : « laisser du temps au temps ». Or le risque d’une société puissamment méritocratique comme l’est la société française est de déconsidérer absolument les perdants. Les classes moyennes sont attachées plus que les autres à cette utopie que le mérite permet d’arriver. François Hollande a perdu son pari sur le chômage et a omis d’honorer la plupart de ses (trop souvent démagogiques) promesses de campagne : il est donc déconsidéré. Pire : l’hypocrisie de ses communicants qui amusent la galerie sur le mariage gai, la déchéance de nationalité et la réforme de l’orthographe, est nettement contreproductive. La ficelle tacticienne est trop grosse. Se perdre dans les futilités alors que de graves problèmes demeurent sans solution ?

Il n’est donc pas étonnant à ce que le baromètre politique TNS de février voie s’effacer le regain de popularité de Hollande et Valls après les attentats. Pour François Hollande, le recul de la confiance est un peu plus important chez les sympathisants de gauche que parmi ceux de droite. Même chose pour le Premier ministre. Les qualificatifs appliqués à Marine Le Pen dans un autre sondage TNS Le Monde-France Info-Canal + en février 2016 profilent en creux ceux qui semblent manquer à François Hollande, actuellement en charge de conduire la nation : « volontaire », « capable de prendre des décisions », « comprend les problèmes quotidiens des Français ». Même si 65% des citoyens jugent « non probable » la victoire de Marine à l’élection présidentielle 2017.

liberaliser economie sondage 2015

Les Français veulent des ACTES, pas du blabla idéologique (c’est valable autant à gauche qu’à droite). D’où le repli sur les valeurs sûres – y compris à gauche. On ne « défend pas assez les valeurs traditionnelles en France » pour 73% des interrogés (61% de gauche). Pour 70% « la justice n’est pas assez sévère avec les petits délinquants » (57% de gauche) – souvent immigrés ou descendants d’immigrés : il y a trop d’immigrés en France » pour 54% (35% de gauche). Cette position vis-à-vis de la « croyance » en ce « trop d’immigrés » ou descendants d’immigrés marque le vrai clivage gauche-droite en cette période. Naïveté ? Humanisme ? Effet bobo ? Les intellectuels, parisiens et professions supérieures – qui votent le plus à gauche – sont en effet peu en contact avec l’immigration, vivant dans des quartiers préservés, mettant leurs enfants dans des écoles réservées, suivant un cursus social d’entre-soi. Ils vivent donc plus que les autres dans l’illusion de l’Homme générique transfrontières, « naturellement bon », qu’il suffira d’intégrer au travail pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes possible.

En face, Nicolas Sarkozy perd 4 points (21%), il recule surtout chez les sympathisants LR (51%) alors qu’Alain Juppé stagne, bien qu’en tête du classement. S’il reste le moindre mal à droite, son âge, sa stature à la Chirac dont il a été le dauphin, et le souvenir du « droit dans ses bottes » qui l’a balayé en 1997 ne donnent pas une image très dynamique de sa candidature. Place aux jeunes, à la nouveauté, à l’initiative.

Si Alain Juppé veut faire gagner la droite, sa campagne devra se focaliser sur le renouvellement de la classe politique autour de lui, notamment la promotion d’autres profils que les copains et autres requins assez vus du RPR devenu UMP puis LR. Il devra aussi offrir un équilibre entre l’aspiration au « lâchez-moi les baskets » des Français (qu’on appelle ailleurs le libéralisme politique et social – voir le sondage Banque de France ci-dessus illustré) et l’exigence d’État, celui-ci réduit à ses fonctions régaliennes.

Catégories : Economie, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,