Articles tagués : inclus

Fin du monde contre fin du mois

Cette expression frappante d’un gilet jaune colza résume à merveille le grand écart entre les inclus et les exclus, les bobos urbains et les smicards ou érémistes périurbains ou provinciaux. L’écologie – française, parisienne, intello – révèle la lutte des classes.

Dès lors, pas de consensus sur la planète. D’un côté ceux qui ont les moyens d’avoir le temps ; de l’autre les pauvres qui n’ont pour échéance que la fin du mois.

C’est en principe au Politique d’opérer la synthèse entre le court et le long terme, de définir les étapes et les efforts, d’expliquer aux uns et aux autres les enjeux communs malgré leurs intérêts particuliers divergents.

Hollande, brimé par l’économie sur le court-terme (pour avoir massivement augmenté des impôts), s’est lancé dans la « grande cause » de la COP 21. De grandes idées et de grands mots – qui ont accouchés de petites décisions, vite remises en cause par le populiste en chef d’outre-Atlantique.

Macron a bridé Hulot, qui s’est démis. C’est que gouverner n’est pas célébrer, la politique n’est pas une cléricature ni le gouvernement une grand messe. L’écologie est une chose trop sérieuse pour la laisser aux écologistes, surtout français, surtout parisiens, surtout intellos.

La base se rebiffe car, s’il faut décider, donc choisir, la facilité de taxer une fois de plus est une fois de trop. Où vont les sous ? Ce serait démocratique de le dire, que le Parlement le contrôle, que la Cour des comptes ponde des rapports qui ne servent pas à s’asseoir dessus.

La boussole politique doit être l’intérêt général et le sens des étapes : on ne change pas la société par décret, ni un parc automobile et des habitudes de travail et de vie d’ici 2022. Hulot avait du culot de pousser à aller toujours plus vite. Enfiler des taxes à sec fait mal et le populo se rebiffe. Il veut bien reconnaître que la médication est pour sa santé à long terme, mais en attendant ? Il lui faut aussi manger, travailler et vivre.

Le gouvernement infléchit son intransigeance et surtout son budget – avec raison. Car seul le raisonnable peut convaincre, pas la trique fiscale  (dite « incitative » – comme si un suppositoire pouvait l’être !), ni l’émotion de foule portée à tous les excès de l’instant.

Pour agir en raison, il faut convaincre. Et pour cela s’appuyer sur les relais naturels et indispensables que sont les corps intermédiaires, à commencer par les maires des communes. Auxquels il faut ajouter les parlementaires à condition qu’ils fassent leur métier qui est de voter le budget, de mûrir les lois et de contrôler l’Exécutif (pas sûr que cela se passe correctement). Mais aussi les syndicats, qui reflètent le monde du travail et la base, en dépit de leurs œillères idéologiques ou trop intéressées par les intérêts de leurs diverses corporations. Et les associations, plus informelles, les experts, les universitaires, les médias.

Le tort du président est de les ignorer superbement. On ne gouverne pas tout seul, même en France, pays de « L’Etat c’est moi ». Emmanuel Macron est probablement plus impatient et pressé qu’imbu de sa personne mais, en un an et demi, le mal est fait : son image s’en ressent.

La fin du monde est théorique, le Club de Rome l’avait déjà prévue imminente en 1972, après saint Jean qui nous voyait mal passer l’an mille. Le pic du pétrole est annoncé pour demain depuis deux décennies, alors que les découvertes se multiplient et que le pétrole de schiste n’était pas vu. Il est probablement nécessaire de remplacer les énergies fossiles par des énergies durables, mais substituer l’électricité au carburant issu du pétrole consomme inévitablement du nucléaire sur le court et le moyen terme. Sans parler des métaux rares pour les piles.

L’intelligence serait l’adaptation : remplacer par exemple progressivement une partie du diesel issu du pétrole par du « diesel vert » issu des végétaux, dont le colza. Le biogazole existe, permettant (après adaptation) de rouler avec ses voitures en cours d’usage, le temps de la transition. Mais qui le prône ? Qui l’encourage ? Qui le développe ?

Non, mieux vaut « taxer » pour inciter, et punir pour dresser les mentalités. Pauvre écologie politique…

Catégories : Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Retour au classique dans les élections

Les fantasmes des renverseurs de système comme la mayonnaise joueuse des réseaux sociaux voulaient croire au Grand soir électoral qui renverserait la table.

Force est de constater que le raisonnable l’emporte et que les finalistes sont revenus dans des critères presque classiques. Macron-Le Pen peut être vu comme un duel gauche-droite classique, se doublant d’un contraste ouverture-fermeture, inclus-exclus, jeunes-vieux, diplômés dynamiques-peu lettrés frileux.

Relativisons cependant.

Les chiffres officiels sont une chose, les chiffres réels une autre. Si l’on prend en compte les abstinents et les votes blancs et nuls, l’engouement pour Macron ou Le Pen est moins net qu’il n’y paraît.

Si, de plus, on prend en compte la participation, Emmanuel Macron ne recueille que 14.12% du vote des Français inscrits, et Marine Le Pen 12.68%.

La droite n’est pas morte, même si François Fillon a perdu (par une communication désastreuse sur ses « affaires ») les votes reportés sur Nicolas-Dupont-Aignan (plus haut que dans les élections précédentes) et sur Emmanuel Macron (grâce en partie à Bayrou). Le paysage montre que la droite reste majoritaire, à 27.39% des inscrits, alors que la gauche n’est qu’à un « minable » (mot favori du socialiste Jean-Marc Ayrault) 16.40%. Le centre renaît grâce à un « hors parti » qui se veut ET de droite ET de gauche, ce qui séduit la jeunesse lasse des querelles de bac à sable des egos d’appareil, comme ceux qui veulent vraiment que la France se réforme – comme les autres pays.

Notons que nous avons échappé au pire : un duel Le Pen-Mélenchon, ou le choix entre la peste et le choléra. Mussolini ou Chavez ? Le fascisme brun ou rouge ? Et ne me dites pas que « le peuple » serait plus démocratique que « la masse », le premier n’est qu’une construction idéologique du leader maximo, tandis que la seconde n’est que la pâte à aduler le führer. Et les exemples de Maduro le Vénézuélien comme celui d’Erdogan le Turc aujourd’hui, les modèles respectifs de Mélenchon et Le Pen, n’incitent pas à les imiter !

Il reste que les votes extrêmes sont le cas de 27.39% des inscrits. Bien loin de « la majorité » sociologique pour renverser la table. Surtout que les inclus se trouvent 32.48% contre 26.70% d’exclus. La France « périphérique » n’est pas hégémonique dans le pays. Les Français sont plus ouverts que les médias le disent, plus soucieux de l’avenir que les souverainistes le croient, et moins révolutionnaires que les tribuns le clament.

Mais les partis « tradi » sont mal en point, inaptes à faire ce pour quoi ils sont faits : sélectionner des gouvernants capables. Les deux finalistes, Macron et Le Pen, sont des outsiders, loin devant les Fillon et Hamon issus des primaires de leur parti. Notons que les « petits » candidats n’ont pas fait la preuve qu’ils apportent une quelconque plus-value au débat démocratique ; ils brouillent plutôt les cartes avec leur paranoïa, leurs envolées lyriques ou leur logorrhée trotskiste trop années 70.

Malgré le tropisme institutionnel du duel, la France n’apparaît pas comme bipolaire, un coup à gauche, un coup à droite. Se reconstitue la « bande des quatre » qui faisait les délices de la presse aux temps du gaullisme et du mitterrandisme : la droite forte, le centre-droit, la gauche de gouvernement et la gauche radicale. Le reste n’est que confettis marginaux inaudibles.

Maintenant, vont se jouer les législatives.

Le second tour n’est pas passé, mais le résultat ne devrait pas faire de doute : Marine Le Pen n’a quasiment aucune réserve en voix, pas plus que son père en 2002, même si une partie des électeurs Fillon ou Dupont-Aignan (voire Mélenchon, ce vote ludique) peuvent se reporter sur elle. Gageons que ce pourrait être 60/40 en faveur de Macron.

La recomposition se fera à l’Assemblée nationale, où le vote pour un député n’obéit pas aux mêmes critères qu’un vote à la présidentielle. La droite pourrait être majoritaire, même si elle ne serait pas hostile à gouverner « avec » Emmanuel Macron. Les députés frontistes seront probablement plus nombreux qu’aujourd’hui, ce qui est normal dans une « démocratie » : l’Assemblée est faite pour représenter le pays réel – pas l’idée morale qu’on s’en fait.

La suite dépendra de la réussite politique du président Macron.

  • S’il échoue dans le velléitaire et les tabous de la moraline idéologique, comme François Hollande, alors Marine Le Pen se voit ouvrir cette fois un boulevard pour 2022.
  • S’il réussit à allier réformes et protection, élan et main tendue, à la fois en France et en Europe, il recomposera vraiment le paysage politique français. Enfin ! serait-on tenté de dire, après l’espoir avorté de 2007.

La politique sur ce blog

Catégories : Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un prix Nobel regarde le chômage français

jean tirole economie du bien commun

« Avons-nous vraiment tout essayé pour endiguer la montée du chômage ? J’en doute fortement », déclare Jean Tirole dans son livre Economie du bien commun, qui vient de paraître en avril 2016 aux PUF (p.349). L’un des rares Français ayant obtenu le prix (de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred dit) Nobel d’économie en 2014 pour son analyse du pouvoir de marché et de la régulation, ajoute : « le chômage est en partie un choix de notre société » p.312.

Il n’est pas le seul à le dire, Devis Olivennes parlait déjà en 1994 d’une « préférence française pour le chômage ». Nous l’avons évoqué sur ce blog. Mais, démontre Jean Tirole, ni le chômage de masse ni la dualité du marché du travail entre CDI et précaires ne sont inéluctables. Sauf que « les inclus » protègent leurs privilèges (il suffit de voir les fonctionnaires CGT, les préretraités cheminots et les pilotes d’Air France) et que les « exclus » ne sont que statistiques – donc peu médiatiques : ils n’ont aucun moyen de bloquer la France.

Le constat du chômage français par rapport aux autres pays européens est alarmant : il est beaucoup plus élevé qu’en Europe du nord et germanique ; il touche surtout les jeunes et les vieux, les peu qualifiés et les banlieues ; il s’enkyste en longue durée, de plus en plus depuis 2007 ; dans le même temps, les CDI ont peur de changer, leurs patrons n’hésitent pas à les placardiser faute de pouvoir les licencier : ils sont donc mal à l’aise bien plus que les autres au travail ; enfin, la France dépense plus que les autres pays pour la politique de l’emploi…

2014 12 taux emploi population active compare OCDE

Contre cela : les rustines, CDD et emplois aidés. Les statistiques montrent que la probabilité de trouver un CDI après un emploi aidé est très faible. De plus, si près de 75% des emplois sont encore en CDI, 90% des nouveaux se font en CDD ou en intérim. Ces contrats offrent peu de protection aux salariés, la législation tordue incite même les employeurs à ne pas réembaucher les CDD ayant donné satisfaction, sous peine de les convertir en CDI inexpugnables. Les licenciements sont médiatiques – mais ne représentent qu’une fraction très faible des fins d’emplois : 4.4% (p.318). Les fins de CDD dominent massivement les fins d’emplois : à 77% ! Mais tout le monde médiatique et syndical s’en fout. La politique publique de l’emploi dépense 3.5% du PIB pour l’assurance chômage et 4% du PIB pour les politiques actives : formation, gestion, emplois aidés, allègements…). Malgré ça, elle est inefficace. Même la réduction du temps de travail est « une fausse solution » p.343.

Car il existe une « face cachée (…) une mobilité insuffisante et un appariement imparfait des salariés aux emplois » (p.319). Un emploi en CDI apparaît comme « un privilège (tout relatif) auquel il faut s’accrocher sous peine de ne pas retrouver d’emploi équivalent » – ce qui ne facilite ni la mobilité, ni l’adéquation des salariés aux emplois, ni l’acquisition d’expérience, ni la satisfaction au travail. Cet état de fait est probablement la cause principale du mal être, la France se situant 129ème sur 139 sur la perception de qualité des relations au travail.

En cause, le code du Travail illisible, trop épais (3200 pages). Pour Jean Tirole, « il faut protéger le salarié et non l’emploi » (p.323). Pour cela, responsabiliser les entreprises par une formule de bonus-malus dont le produit serait affecté à la réduction des charges sociales : « la pénalité serait donc neutre fiscalement pour l’ensemble des entreprises » p.324. La pénalité serait plus élevée pour les salariés qui auront le plus de difficulté à retrouver un emploi – et elle inciterait l’entreprise à investir dans la formation (cela lui coûterait moins de malus en cas de licenciement). Cela inciterait enfin à sortir de cette prédation des intermittents du spectacle dont l’usage par les sociétés de production est dévoyé au détriment de tous les salariés dans leur ensemble. Le CDD serait donc supprimé au profit d’un contrat unique CDI, à droits progressifs pour les salariés : cela coûterait de plus en plus cher de licencier avec le temps.

chomeur quand il sera grand

Nos institutions sont actuellement « incohérentes » : l’entreprise qui licencie paie des indemnités de licenciement, mais pas le coût pour l’assurance-chômage ; l’entreprise qui ne licencie pas paie des cotisations sociales : « les entreprises qui gardent leurs salariés paient donc pour celles qui licencient. On marche sur la tête » p.327. Les secteurs qui, en raison de leur activité cyclique, ont structurellement recours aux licenciements, n’en supportent que partiellement le coût – qui est financé par les autres !

Bien sûr, les « résistances sociales » seraient fortes pour changer de système – car tout changement est vu comme une perte. Il faut donc l’inscrire dans la durée : que les CDI ne soient pas inquiets pour leur statut, seuls les nouveaux seraient concernés (comme Matteo Renzi l’a fait en Italie) ; que les employeurs ne soient pas inquiets, l’Etat devrait s’engager à ne pas modifier la loi à chaque alternance électorale. « Il faudrait donc un minimum de consensus politique sur la nécessité de changer le contrat de travail » p.337.

2020 creation nettes d emplois anticipes france CAS Dares

Un vœu pieu ? « Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est de 5 397 000 fin avril 2016 » selon la DARES – soit près de 19% de la population active en âge de travailler (10.6% seulement si l’on se restreint à la catégorie A qui n’ont même pas travaillé 1h dans le mois) !

Le prêt-à-penser idéologique va-t-il continuer à exclure et appauvrir par ses préjugés ? Où est le « bien commun » dont chacun se réclame dans cette préférence française pour le chômage ? Jean Tirole livre au moins un constat économique sans appel et quelques propositions de bon sens.

Jean Tirole, Economie du bien commun, 2016, PUF, 629 pages, €18.00

e-book format Kindle €14.99

Sur la réalité de la réforme Loi travail

Catégories : Economie, Livres, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,