Articles tagués : salarié

Yves Bontaz, Le bal est fini

Un ouvrier devenu chef d’entreprise, un provincial de Haute-Savoie devenu entrepreneur mondial, lance à sa retraite un brûlot politique. Il déclare que rien ne va plus et que le petit jeu des politocards sortis de la même école et vivant dans les mêmes milieux a assez duré. L’échec retentissant de François Hollande en est la preuve : place à la société civile ! Elle est aussi compétente que les politiciens professionnels, surtout ceux qui prétendent parler au nom des « travailleurs » : Mélenchon, « que sait-il des travailleur» p.46 pour avoir passé seulement trois mois dans une usine dans sa jeunesse ?

L’essai est plein de bon sens et de gros réalisme. Il dit tout haut ce que tout le monde (sauf les politiciens) pense tout bas : finies les réformes, il faut un « choc » ! Mais, après le Brexit et Trump, la démagogie menace ; il faut donc que les initiatives citoyennes émergent, malgré la crainte de donner des parrainages (Yves Bontaz ne sera pas pour la troisième fois candidat aux présidentielles, faute d’avoir obtenu les 500 parrains représentatifs de chaque département).

Après une longue introduction biographique de 40 pages, le constat court sur 62 pages et il est sans appel : « Ni la gauche, désinvolte sous Mitterrand, Jospin et Hollande, ni la droite, prétentieuse sous Chirac et Sarkozy, n’ont eu le courage d’enclencher une seule réforme, pas une seule, susceptible d’améliorer notre compétitivité » p.49. En cause ? « Le dédain de l’économie appliquée, le dédain du bon sens économique » p.49. La France a 90 fonctionnaires pour 1000 habitants alors que l’Allemagne en a moins de 60 ; les Français payent 44% d’impôts en moyenne contre 26% pour les Suisses, 34% pour la moyenne OCDE et 38% en Allemagne ; les cotisations sociales représentent 11.6% du PIB français contre 6.6% en Allemagne et 4.1% au Royaume-Uni. Qui voulez-vous concurrencer avec ces boulets ?

L’Etat omniprésent sait mieux que vous ce qui vous convient ; il dépense sans compter, il gaspille plus que les voisins ; il handicape l’économie – y compris la demande des ménages. Un dirigeant d’entreprise fait le calcul : « Quand je donne 100€ bruts à l’un de mes salariés, ça me coûte, avec les charges patronales, 150€. Sur ces 100€ bruts, ce salarié va percevoir 70€ nets. Comme il va être imposé sur le revenu à environ 30% – soit 21€ d’impôts – il va donc lui rester 49€ de pouvoir d’achat. Mais (…) ce qu’il va dépenser sera soumis à une TVA de 20%. Ce qui fait qu’au final son pouvoir d’achat réel ne sera que de 39€. (…) L’Etat prélevant 110€ au passage » p.67. Imparable ! Et on se lamente encore sur la « misère » des services publics ? Ne serait-ce pas la misère de la gestion fonctionnaire ignare en économie ? De l’irresponsabilité hiérarchique où chacun se renvoie la balle ? Du mépris des citoyens qui ne contrôlent rien ? De la démagogie des syndicats – surtout la CGT qui rêve encore et toujours du Grand soir – et qui ne représentent qu’à peine 7% des salariés ?

Qui crée de la richesse ? – Les entreprises. « Faute d’offrir des emplois, on offre des aides sociales, mais cet argent que l’Etat distribue, il le reprend par le biais des prélèvements fiscaux (…) frein pour sortir de la crise » p.85.

Alors, que faire ?

Après 12 pages sur « la démocratie pervertie » et 12 pages sur « une diplomatie à la dérive » (où les interventions de François Hollande en Syrie, Irak et Mali ont suscité, selon l’auteur, les attentats islamistes), 12 pages de propositions.

Elles n’ont rien de révolutionnaires et prennent ici ou là les bonnes ou les moins bonnes idées en 19 mesures :

  1. Baisser les charges patronales de 20% sur tous salaires et de 30% jusqu’à 1.6 fois le SMIC.
  2. Augmenter la TVA de 2% pour compenser et taxer les importations (et éviter les délocalisations).
  3. Baisser l’impôt sur les sociétés à 25%.
  4. Supprimer l’ISF.
  5. Revenir sur la hausse des frais de succession Hollande.
  6. Réformer l’enseignement de l’économie
  7. Favoriser l’apprentissage.
  8. Réduire la vie politicienne à deux mandats au maximum.
  9. Baisser le nombre de fonctionnaires en n’en remplaçant qu’un sur trois (hors régalien).
  10. Etablir deux jours de carence pour les fonctionnaires, comme dans le privé.
  11. Limiter le droit de grève dans les services publics.
  12. Baisser les prestations chômage après 1 an.
  13. Supprimer les 35h pour revenir à 39 sans hausse de salaire.
  14. Sanctuariser l’agriculture.
  15. Relancer la révolution verte.
  16. Etablir des statistiques ethniques pour en finir avec les fantasmes et adapter les politiques.
  17. Faire du handicap une cause nationale.
  18. Incarcérer les condamnés à une peine inférieure à 2 ans.
  19. Conduire la politique étrangère sur les seuls intérêts de la France et pas sur « la morale ».

Voilà qui fleure bon le « radicalisme » florissant sous la Troisième République : du bon sens travailleur, le citoyen contre les pouvoirs, la base et la province contre les élites de Paris. Mais aussi le programme de François Fillon, dont il s’avère le plus proche, avec un côté Emmanuel Macron pour le réalisme économique.

Yves Bontaz a réussi à 14 ans le concours de l’Ecole nationale d’horlogerie en candidat libre avec son jumeau et en est sorti major à 19 ans. Il s’est mis à son compte dans le décolletage et a travaillé très vite pour les grandes marques automobiles, fondant des filiales dans divers pays. Son dogme : productivité et qualité ; sa méthode : s’organiser et intervenir où cela ne va pas. « Une théorie inverse de celle du politique » – persiffle-t-il p.28. Il a fondé un orphelinat, une école et un dispensaire à Madagascar, et un centre pour autistes en France. Il a donné des emplois à des milliers de gens, en Haute-Savoie, en France et dans le reste du monde. « Je suis un patron qui jamais, jamais, n’a oublié de privilégier le facteur humain dans la gestion de ses sociétés » p.35.

Tout le contraire des François Hollande et autres Nicolas Sarkozy, n’est-ce pas ?…

Yves Bontaz, Le bal est fini – Le programme choc d’un esprit libre, 2017, édition Jean Picollec, 144 pages dont 6 tableaux et graphiques, €13.99

Catégories : Livres, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Un prix Nobel regarde le chômage français

jean tirole economie du bien commun

« Avons-nous vraiment tout essayé pour endiguer la montée du chômage ? J’en doute fortement », déclare Jean Tirole dans son livre Economie du bien commun, qui vient de paraître en avril 2016 aux PUF (p.349). L’un des rares Français ayant obtenu le prix (de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred dit) Nobel d’économie en 2014 pour son analyse du pouvoir de marché et de la régulation, ajoute : « le chômage est en partie un choix de notre société » p.312.

Il n’est pas le seul à le dire, Devis Olivennes parlait déjà en 1994 d’une « préférence française pour le chômage ». Nous l’avons évoqué sur ce blog. Mais, démontre Jean Tirole, ni le chômage de masse ni la dualité du marché du travail entre CDI et précaires ne sont inéluctables. Sauf que « les inclus » protègent leurs privilèges (il suffit de voir les fonctionnaires CGT, les préretraités cheminots et les pilotes d’Air France) et que les « exclus » ne sont que statistiques – donc peu médiatiques : ils n’ont aucun moyen de bloquer la France.

Le constat du chômage français par rapport aux autres pays européens est alarmant : il est beaucoup plus élevé qu’en Europe du nord et germanique ; il touche surtout les jeunes et les vieux, les peu qualifiés et les banlieues ; il s’enkyste en longue durée, de plus en plus depuis 2007 ; dans le même temps, les CDI ont peur de changer, leurs patrons n’hésitent pas à les placardiser faute de pouvoir les licencier : ils sont donc mal à l’aise bien plus que les autres au travail ; enfin, la France dépense plus que les autres pays pour la politique de l’emploi…

2014 12 taux emploi population active compare OCDE

Contre cela : les rustines, CDD et emplois aidés. Les statistiques montrent que la probabilité de trouver un CDI après un emploi aidé est très faible. De plus, si près de 75% des emplois sont encore en CDI, 90% des nouveaux se font en CDD ou en intérim. Ces contrats offrent peu de protection aux salariés, la législation tordue incite même les employeurs à ne pas réembaucher les CDD ayant donné satisfaction, sous peine de les convertir en CDI inexpugnables. Les licenciements sont médiatiques – mais ne représentent qu’une fraction très faible des fins d’emplois : 4.4% (p.318). Les fins de CDD dominent massivement les fins d’emplois : à 77% ! Mais tout le monde médiatique et syndical s’en fout. La politique publique de l’emploi dépense 3.5% du PIB pour l’assurance chômage et 4% du PIB pour les politiques actives : formation, gestion, emplois aidés, allègements…). Malgré ça, elle est inefficace. Même la réduction du temps de travail est « une fausse solution » p.343.

Car il existe une « face cachée (…) une mobilité insuffisante et un appariement imparfait des salariés aux emplois » (p.319). Un emploi en CDI apparaît comme « un privilège (tout relatif) auquel il faut s’accrocher sous peine de ne pas retrouver d’emploi équivalent » – ce qui ne facilite ni la mobilité, ni l’adéquation des salariés aux emplois, ni l’acquisition d’expérience, ni la satisfaction au travail. Cet état de fait est probablement la cause principale du mal être, la France se situant 129ème sur 139 sur la perception de qualité des relations au travail.

En cause, le code du Travail illisible, trop épais (3200 pages). Pour Jean Tirole, « il faut protéger le salarié et non l’emploi » (p.323). Pour cela, responsabiliser les entreprises par une formule de bonus-malus dont le produit serait affecté à la réduction des charges sociales : « la pénalité serait donc neutre fiscalement pour l’ensemble des entreprises » p.324. La pénalité serait plus élevée pour les salariés qui auront le plus de difficulté à retrouver un emploi – et elle inciterait l’entreprise à investir dans la formation (cela lui coûterait moins de malus en cas de licenciement). Cela inciterait enfin à sortir de cette prédation des intermittents du spectacle dont l’usage par les sociétés de production est dévoyé au détriment de tous les salariés dans leur ensemble. Le CDD serait donc supprimé au profit d’un contrat unique CDI, à droits progressifs pour les salariés : cela coûterait de plus en plus cher de licencier avec le temps.

chomeur quand il sera grand

Nos institutions sont actuellement « incohérentes » : l’entreprise qui licencie paie des indemnités de licenciement, mais pas le coût pour l’assurance-chômage ; l’entreprise qui ne licencie pas paie des cotisations sociales : « les entreprises qui gardent leurs salariés paient donc pour celles qui licencient. On marche sur la tête » p.327. Les secteurs qui, en raison de leur activité cyclique, ont structurellement recours aux licenciements, n’en supportent que partiellement le coût – qui est financé par les autres !

Bien sûr, les « résistances sociales » seraient fortes pour changer de système – car tout changement est vu comme une perte. Il faut donc l’inscrire dans la durée : que les CDI ne soient pas inquiets pour leur statut, seuls les nouveaux seraient concernés (comme Matteo Renzi l’a fait en Italie) ; que les employeurs ne soient pas inquiets, l’Etat devrait s’engager à ne pas modifier la loi à chaque alternance électorale. « Il faudrait donc un minimum de consensus politique sur la nécessité de changer le contrat de travail » p.337.

2020 creation nettes d emplois anticipes france CAS Dares

Un vœu pieu ? « Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est de 5 397 000 fin avril 2016 » selon la DARES – soit près de 19% de la population active en âge de travailler (10.6% seulement si l’on se restreint à la catégorie A qui n’ont même pas travaillé 1h dans le mois) !

Le prêt-à-penser idéologique va-t-il continuer à exclure et appauvrir par ses préjugés ? Où est le « bien commun » dont chacun se réclame dans cette préférence française pour le chômage ? Jean Tirole livre au moins un constat économique sans appel et quelques propositions de bon sens.

Jean Tirole, Economie du bien commun, 2016, PUF, 629 pages, €18.00

e-book format Kindle €14.99

Sur la réalité de la réforme Loi travail

Catégories : Economie, Livres, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,