Articles tagués : bons

Chance

Jim Thompson, auteur de romans policiers américains, aurait déclaré : « La vie est un baquet de merde, et les poignées sont en barbelés ». Voilà qui plaît bien à la verdeur cynique de la culture populaire. Voilà pourtant qui n’est pas vrai.

C’est le même raisonnement pour le trèfle à quatre feuilles : « la chance ». Il y aurait ceux qui sont dans la merde ou doivent la vider, et les autres, « nés coiffés », qui ont une insolente et injuste « chance ».

C’est essentialiser la personne humaine, triant d’office et sans rémission les « bons » d’un côté et les « mauvais » de l’autre. Et « l’on n’y peut rien ». Or c’est faux. Il faut bien distinguer dans la chance ce qui ressort du pur hasard, des probabilités statistiques, et la capacité d’être au monde qui dépend de chacun.

Le trèfle à quatre feuilles dans un pré est rare ; ce n’est pas une plante en elle-même mais une anomalie. Statistiquement donc, nous avons peu de « chance » de le rencontrer. En revanche, certaines personnes trouvent des trèfles à quatre feuilles. Elles ont autant de chances statistiques de le faire que les personnes qui les entourent. Seulement elles les trouvent et pas les autres. Cette chance-là n’est pas du hasard statistique, c’est de l’observation. L’occasion se présente à tous mais seuls certains la saisissent. Il n’y a aucune prédestination ni aucun favoritisme, chacun, muni de ses deux yeux et d’un cerveau vigilant, est également apte à réussir.

C’est à ce moment que, entraînement, tempérament ou philosophie, joue la personnalité de chacun. Être chanceux, c’est être présent au monde, ce qui signifie concrètement :

1/ faire attention à ce qui survient pour observer ce que l’on cherche ;

2/ rester ouvert aux expériences et aux autres pour recevoir ce qui vient ;

3/ rester optimiste car ce que l’on n’a pas vu encore peut survenir à tout instant, un échec n’étant qu’une possibilité qui se referme, pas la fin du monde ;

4/ créer sans cesse et entretenir tout un réseau de liens avec l’information et avec les autres pour multiplier les connexions, donc les possibilités de découvrir ce que l’on cherche.

Les chômeurs le savent bien, mais les chercheurs de « chance » qui traquent le trèfle à quatre feuilles et autres exceptions devraient l’apprendre !

Catégories : Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Le Clézio, La quarantaine

Inlassablement, JMG Le Clézio écrit et réécrit le même livre. Exilé définitif, de sa Bretagne ancestrale comme de l’île Maurice des ancêtres pionniers, il revit par la mémoire, infatigablement, tous ces liens rompus. Il n’en finit jamais d’expier la honte héréditaire d’être descendant de sucrier et négrier. Imagination lyrique et politiquement correct se vautrent et s’enlacent pour engendrer de curieux romans à la limite de récits. C’était le cas du Chercheur d’or et dOnitsha, c’est encore le cas de La quarantaine.

Cette quarantaine est l’âge du romancier lorsqu’il entreprend de l’écrire. Cette quarantaine est aussi la mise à l’écart des contagieux avant d’aborder une île. De cette ambiguïté, Le Clézio joue, il adore l’ambiguïté, incapable de jamais choisir. Lui se veut l’homme de la synthèse, névrosé d’Occident (ordre, force et progrès – devise de la Synarchie blanche à Maurice) et envieux d’Orient (anarchie du désir, sensations et vie au jour le jour). Inlassablement, JMG Le Clézio crée et recrée les mêmes personnages. Ce sont d’austères cravatés, irascibles et impitoyables – les Méchants – auxquels s’opposent de doux dingues sensuels et métissés – les Bons. Mais aussi les exclus, esclaves, exilés, poètes – en quarantaine. La systématique en devient procédé.

Le voilà donc reparti à la chasse aux chimères, explorant la saga familiale pour en extirper le Disparu, un grand-oncle parti au loin comme Rimbaud, par haine de la raison, de l’industrie et de la bourgeoisie. Léon, frère imaginé de son grand-père, est lui-même fils orphelin d’un Blanc et d’une Eurasienne. Plus que Jacques, devenu médecin, il est tiraillé entre deux mondes, celui de la science et celui des sens. Emigrant à Maurice avec Jacques et sa femme Suzanne, Léon va quitter son milieu, sa famille et renier ses origines. Il se mésalliera avec une fille née elle-même d’une Anglaise recueillie par une Indienne sans enfant, lors des massacres de la révolte des Cipayes (que Le Clézio anglicise en sepoys). Les deux métis ne sont d’aucun monde – ils sont « du » monde, de la nature. Ni du parti de l’Ordre, qui prévoit et s’enferme en forteresse, ni de la Tradition qui répète à l’infini les mêmes légendes – mais du vivant qui aime, baise et se reproduit.

Le bateau qui conduit les émigrants d’Europe à Maurice a le malheur de faire une escale imprévue dans un port touché par la variole. Cela parce que le capitaine voulait revoir sa belle. Ses passagers sont donc débarqués en isolement de quarantaine sur l’îlot Gabriel, face à Maurice qu’ils voient au loin. Ils restent confinés là jusqu’à ce que la mort sépare les vigoureux des autres. Ils y rejoignent les passagers indiens achetés par les planteurs dans le sous-continent. Tous seront récupérés par les planteurs pour la récolte de cannes.

En attendant, c’est « la Société » qui se reconstitue sur ce caillou de Robinson : les Blancs sur les hauteurs, organisés, ordonnés, le plus facho nommé Véran et surnommé « le Véreux » dans la forteresse naturelle du volcan, un revolver à porté de main ; les Indiens dans les basses plaines, vivant en paillotes surpeuplées, copulant, mourant, brûlant sur les bûchers, dans l’anarchie traditionnelle.

Léon a 17 ans et un visage de gitan ; il n’est d’aucun des mondes, à la frontière entre enfant et adulte. Il traverse les barrières sociales comme celles instaurées par les chefs autoproclamés. Il séduit Suryavati, jeune fille de son âge. Il est le sauvage d’Occident pour les uns, le raisonneur d’Orient pour les autres, ni feu dévorant, ni eau coulante, mais le vent qui passe (p.473), sans cesse aux limites de tous les mondes. Le parfait modèle pour Le Clézio. Celui de Rimbaud, poète du réel à la recherche du dérèglement de tous les sens. C’est ainsi qu’Arthur – 17 ans – apparaît dès la première phrase, incongru.

Mais il y a un problème Le Clézio. Ce romancier a l’imagination vive et parfois le lyrisme des mots ; en revanche, il ne sait pas construire un livre. Celui-ci est trop long, se traîne, lasse les bonnes volontés. L’auteur adore rabouter des textes sans liens, jongler avec les époques, traverser un récit par un autre, comme s’il constituait un dossier plutôt que de conter une histoire. Léon nous séduit, la tante Anna nous ennuie, l’intervention de l’auteur en rajout final nous révolte.

Pourquoi intervenir afin de dire ce qu’il faut penser et combien il était immoral d’être négrier ou insensible aux malades ? Sommes-nous tombés si bas dans le scolaire ou le prêchi-prêcha qu’il faille prendre soin de mettre de gros points moralistes sur les i des faits ? La dernière partie est écœurante de politiquement correct, de socialement responsable et d’éthiquement durable. En littérature, comme le disait Flaubert, cela gâche tout…

Le Clézio, La quarantaine, 1995, Gallimard Folio, 540 pages, €8.45

Les livres de Le Clézio chroniqués sur ce blog

Catégories : Le Clézio, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,