Articles tagués : précaution

Le V n’est pas encore un W en bourse

J’écrivais en mars que la bourse est une chambre d’échos des opinions sur le futur économique. Mais aussi que la crise du coronavirus est inédite et qu’il faudra du temps pour que tous les acteurs s’y adaptent et fassent le nécessaire. Nous sommes aujourd’hui au milieu du gué : le plus gros de la pandémie est passé (le choc initial) mais les conséquences commencent seulement à apparaître (remise en cause de certaines industries, désorganisation de la chaîne de valeur mondiale, frilosité durable de la demande, chômage…). Le V marqué par le rebond des PIB de mai à août (moins en septembre) n’est qu’une réaction normale et presque « physique » : quand vous relâchez la pression sur un ballon, il reprend en partie sa forme.

Mais la suite est plus préoccupante. Si la bourse américaine semble avoir presque effacé la chute du printemps en raison des baisses d’impôts de Trump et des promesses électorales, les bourses européennes en sont loin.

L’effondrement du prix du pétrole (-41% sur le Brent depuis janvier) et le bond de l’or, valeur refuge, montrent que les économies ne sont pas sur le point de repartir « comme avant » et que les craintes demeurent. L’épargne est forte et tend à le rester, la consommation n’a pas rattrapé le temps perdu et reste circonspecte, les services, durement touchés par les mesures d’isolement social (les « gestes barrières », la quarantaine aux frontières, la fermeture des bars et des lieux de plaisir), ne « produisent » plus autant. Quant à l’industrie, elle dépend de la demande… qui est en berne. Un signe : l’inflation. Elle est négative dans la zone euro en septembre, -0.3%, à cause de la chute du prix de l’énergie ; seuls les produits alimentaires sont en positif.

L’indice CAC 40 est en baisse de 19% depuis le 1er janvier, sanctionnant une chute du PIB (le produit intérieur brut, mesure de la croissance) de -13.8% pour la France. Le pire s’est produit en Inde avec -25.2%, au Royaume-Uni brexiteur avec -20.4%, pour seulement -11.8% dans l’ensemble de la zone euro, -9.7% pour l’Allemagne, -9.1% pour les Etats-Unis et -3.2% pour la Corée du sud. Le rebond récent est mécanique mais pas durable. Car les incertitudes (cette bête noire des anticipations) sont fortes : outre la pandémie qui s’accélère et peut-être mute (plus contagieuse, moins létale ?), les élections américaines où le clown du déni s’est trouvé rattrapé par le virus qui est une vérité réelle et pas « alternative », le Brexit sans accord qui se profile, la guerre turco-russe via le Haut-Karabagh, sans parler du réchauffement climatique avec son cortège de tempêtes, de sécheresses et autres aléas d’automne. L’épargne de précaution est au plus haut, les actifs réels (immobilier, actions) sont en baisse et la demande ralentit. Parce que le chômage augmente inéluctablement.

Les mesures de soutien des gouvernements (chômage partiel, aide aux PME, soutien à l’activité via les plans de relance) plus celle des banques centrales (rachats d’actifs, taux durablement bas, objectif d’inflation revu) et la suspension des règles budgétaires (déficit et dette publique) sont encore cosmétiques. Elles masquent les bouleversements qui viennent, la chute brutale et longue des services, la recomposition de la production industrielle. La confiance n’est pas là et la négociation des plans de relance, tant en Europe à 27 qu’aux Etats-Unis écartelés en période d’élection, sera lente.

Les boursiers ne doivent donc pas se leurrer. La première patte du W a été atteinte durant l’aigu de la crise ; la seconde n’arrivera que lorsque toutes les mauvaises nouvelles seront anticipées. Pas avant le printemps prochain, à mon avis. Ce qui n’exclut pas des rebonds court terme, après le 4 novembre quand nous saurons le nom du prochain président des Etats-Unis, ou si la mise en place d’un vaccin grand public ou au moins d’un traitement efficace est trouvé. Les reconfinements partiels s’annoncent, la période du froid arrive, incitant les gens à se masser en lieux clos propices à la contagion. Avec une question : qu’y a-t-il après « l’état d’alerte maximale » désormais en vigueur à Paris et dans les grandes villes ? Le couvre-feu ? Le confinement total ? Le retour à l’âge des cavernes ? User de la peur pour faire grimper au rideau, en croyant que les gens vont obéir aux prescriptions médicales est un leurre : la peur engendre la peur, donc la méfiance généralisée, donc l’épargne de précaution et une consommation de base sans superflu. Une austérité peut-être « écologiste » mais en tout cas néfaste au rebond de la croissance et de la bourse.

Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Sans la confiance rien n’est possible

Imaginez la méfiance généralisée : aucun échange n’est réalisable, ni désiré. Ni échanges affectifs, ni échanges d’idées, ni échanges de marchandises. Cette analyse est valable dans de nombreux domaines :

  • en psychologie, pour les enfants comme pour les adultes : pourquoi aller vers les autres si « personne ne m’aime » ? Pourquoi rester en couple ? Élever des enfants ? Pourquoi écouter ce que disent mes collègues si personne ne m’écoute, moi aussi ? Pourquoi donner aux autres si on ne me donne jamais rien ?
  • en économie : pourquoi investir si la demande n’est pas là ? Pourquoi dépenser si le chômage menace et la retraite remise en cause ? Pourquoi sortir et voyager si l’on craint des attentats ou l’insécurité ?
  • en culture : pourquoi « se prendre la tête » avec des idées puisque personne n’écoute personne et que chacun est persuadé qu’il a tout seul raison ? Pourquoi lire, pourquoi payer la musique et les films, pourquoi réfléchir puisque le « moi-je » règne en maître ? Pourquoi ne pas tout simplement préférer le divertissement « commercial » (on n’est pas obligé d’acheter) au classique « culturel » ?
  • en science : les « nouveautés » (manipulations génétiques, robots, OGM, additifs alimentaires, nanotechnologies) inquiètent, on en revient à la tradition : conservatisme, moralité, souci du bilan de la recherche, principe « de précaution » ;
  • en diplomatie : pourquoi faire confiance à des inspections si l’on croit son adversaire rusé et menteur ? Pourquoi être aimable avec ses alliés si les opinions publiques et les « petites phrases » des dirigeants sont autant de critiques ? Pourquoi chercher « la paix » quand les activistes ne veulent qu’en découdre ?
  • à l’international : peut-on faire confiance au « Machin » – description de l’ONU par le général de Gaulle – quand il fait la preuve régulière de son inefficacité ? Peut-on se fier au « contrôle » de l’atome civil par une agence internationale quand on constate la prolifération des Bombes un peu partout ? Peut-on « faire la guerre en dentelles » contre des réseaux fanatiques largement financés et pouvant disposer d’armes de destruction massive ? Peut-on travailler efficacement avec ses « alliés » lorsque ceux-ci sont pris la main dans le sac des écoutes de tous les dirigeants ?

La défiance n’incite pas à bâtir pour l’avenir mais à se replier sur soi. Pourquoi ? Parce que l’homme est un être mimétique, comme l’a montré René Girard. L’enfant, comme l’adulte imite les autres. C’est un principe bien connu du bouddhisme, comme des séminaires de vente ou de sécurité, que votre propre attitude influence celle de votre interlocuteur. Selon les leçons de l’économie expérimentale, sanctionnées par (ce qu’il est convenu d’appeler) le Prix Nobel, les boursiers eux-mêmes ne déterminent pas leurs choix d’investissement à partir d’une estimation « fondamentale » (calculable, rationnelle) mais en fonction… de ce que font les autres. A tout moment, le prix ne fait qu’exprimer la manière dont les agents se représentent l’opinion du marché et ses évolutions futures. Ce qui explique à la fois les bulles spéculatives et les atonies durables : convention et mimétisme engendrent une rationalité « autoréférentielle ».

trois gamins

Tout système humain a pour base la confiance, le système libéral plus qu’un autre puisqu’il laisse les individus relativement autonomes par rapport à la religion, à l’État, aux mœurs, aux produits de consommation. Ce pourquoi monte l’individualisme avec la démocratie, et la nudité avec l’individualisme : rien à cacher, transparence totale. L’originalité du capitalisme est de monétiser tout échange et de rendre ainsi très fluide la circulation des biens et services. La monnaie est une mesure abstraite extrêmement liquide qui permet d’acquérir ou de céder sur un marché nombre de choses, y compris des parts d’entreprises. Monnaie et actions ne sont pas des biens réels mais des substituts symboliques : il faut y croire pour avoir confiance dans ce qu’ils représentent. C’est pourquoi inflation et dévaluation font fuir la monnaie, scandales et krachs font fuir les actions.

La méfiance engendre la radicalisation idéologique, on l’a amplement vu dans les années 1930, à la suite des rancœurs de la guerre de 14 et de la crise économique et financière de 29. Dans chaque pays, la tentation est grande d’en revenir à la tradition et à la bonne conscience identitaire :

  • En 2001, les Américains ne se sont plus sentis « leaders du monde libre » mais se sont enfermés dans la revanche contre les fous de Dieu ; en 2011, ils sont sortis d’Irak – mais au prix du chaos civil et du chancre Daesh.
  • Les pays d’Europe en cours d’unification ne veulent plus s’impliquer dans des relations mondiales autres que juridiques. Le pacifisme, l’écologie, les formels droits de l’homme passant par l’ONU sont la traduction de cet isolationnisme qui a changé de camp. L’aimable universalisme affiché aujourd’hui par les Européens apparaît comme un provincialisme de privilégiés, de retraités de l’histoire, où les « bons sentiments » médiatiques tiennent lieu de politique. La pression des migrants en Méditerranée le montre à l’envi.
  • Les pays arabes forcés d’évoluer par la rue craignent la transition et deviennent plus conservateurs que jamais : Syrie, Égypte, Arabie Saoudite, Algérie, Iran.
  • La Chine joue son rôle de future grande puissance selon sa philosophie : plutôt que de débattre avec son adversaire pour tenter de le réfuter, sa tactique est de tourner cet adversaire contre un autre. En s’opposant, les deux laissent voir par l’un ce qui manque à l’autre et viennent d’eux-mêmes à la position « juste » – ce qui est utile aux intérêts chinois à long terme. Comment comprendre autrement « l’encouragement » chinois à la Corée du nord au moment où les États-Unis sont allés en Irak ? Ou l’échange subreptice en novembre 2002 d’uranium pakistanais contre des missiles coréens ? Ou encore le virus Saphyr parti… justement de Hongkong la veille de la remise du rapport des inspecteurs à l’ONU à la même époque ?

C’est le rôle éminent de la politique de rendre la confiance à un peuple. Rendre confiance signifie « vouloir », proposer des solutions aux questions qui se posent, organiser l’action pour l’avenir.

Rendre confiance conforte l’économie – et ce n’est PAS l’économie qui « fait » la politique, comme une vulgate marxiste mal digérée l’a laissée croire. Seule la confiance en l’avenir permet l’investissement, l’innovation et l’embauche (ce que Lionel Jospin avait réussi entre 1997 et 2000 avant de se laisser aller à la démagogie social-dépensière, ce mal socialiste).

Rendre confiance conforte le soi français dans un monde qui se globalise : quels sont nos atouts, notre rayonnement, nos apports concrets à la marche du monde. La politique, après tout, n’est-elle pas l’art d’entraîner les hommes ?

Rendre confiance conforte chacun, dans l’image de soi qu’il se forme – lui permettant l’action plutôt que le paraître, l’invention, l’innovation, la création plutôt que le miroir narcissique et le culte du moi.

Catégories : Economie, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,