Articles tagués : fer

Marchés de Mopti Djenné et Bamako pour finir

Nous poursuivons en pays Dogon et voici Ireli, site de replat dominant un talweg, les tombes dans la falaise. Pegui et ses sanctuaires. Les jardins sont bien entretenus.

Les oignons sont semés à la fin novembre. Ils sont devenus la principale culture commercialisée depuis la fin des années 1930. Le tabac est semé au début décembre. Les tomates poussent à la même saison. Le principal dans l’échange ou dans l’achat-vente, c’est la parole : les mots échangés entre les deux parties, la discussion du prix. C’est comme si le tissu et les cauris parlaient. Les marchandises s’entendent par la bouche des hommes.

Les artisans du cuir et du fer vivent en marge de la société Dogon et hors du village, à l’écart des Dogon cultivateurs. Le forgeron ne peut travailler la terre, il produit, répare les instruments en échange de céréales, de nourriture. Sa femme est souvent potière. Le cordonnier, lui, peut travailler la terre. Ils pratiquent l’endogamie, ne subissent ni circoncision, ni excision, ne participent pas aux cultes. Le rôle du forgeron est important, il intervient comme médiateur dans les conflits. Le Hogon, prêtre du culte du Lébé, demeure l’intermédiaire entre les villageois et l’Etat malien. Mais les Dogon s’expatrient vers la plaine, perdent peu à peu leurs croyances, adoptent l’Islam …

Il faut regagner Mopti. C’est jour de marché. C’est un grand, très grand marché. On y trouve du bois, des plaques de sel, de la vaisselle made in China, des fruits, des légumes, des graines, de la ferraille, etc.

Djenné, la « Venise du Niger » est construite sur un tertre que les inondations de la fin d’année transforment en île. Fortement marquée par le style dit « soudanais », Djenné offre une agréable homogénéité architecturale traditionnelle. Au centre de la ville, face à la grande place, l’imposante mosquée dresse son haut mur et ses larges tours hérissées de pieux. Comparée en beauté à celle de la Mecque, la mosquée de Djenné (reconstruite en 1906) fut copiée dans toute cette région soudanaise. Même chose pour l’architecture typique des maisons à étages appartenant aux riches commerçants djennéens et ornées de contreforts et de portiques. La ville fut autrefois une grande métropole commerciale et religieuse, peut-être fondée au 8e siècle de notre ère. Là aussi, c’est jour de marché et chacun s’affaire à vendre, acheter, troquer aux pieds de la mosquée. De la mosquée nous n’aurons droit qu’à l’extérieur, l’intérieur étant interdit aux impurs que nous sommes.

Le retour à Bamako permet une halte, une visite au marché des artisans, au musée, avant de regagner la France.

Hiata de Tahiti

Si vous avez de l’intérêt pour ce pays, deux livres parmi d’autres pourraient vous intéresser :

Trois CD pour rêver :

Catégories : Mali, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Thorgal 18, L’épée-soleil

Thorgal est donc parti pour échapper aux dieux. Il erre dans la forêt où il menace un ours, sans le tuer, sauvant ainsi une très jeune fille… qui s’enfuit.

Hébergé par un paysan, il est livré par lui aux hommes du seigneur, pour construire sa forteresse. Esclave, il se révolte intelligemment en provoquant le despote, qu’il vainc par la ruse.

La force brute en impose, comme le déclare le paysan à son fils adolescent, Shenko, qui a du mal à l’accepter : « si je n’obéissais pas à ces ordres, c’est toi qu’ils viendraient chercher… » Nous ne sommes que des paysans, pas des hommes d’armes, que les soudards se débrouillent entre eux. Il ne faut pas chercher l’honneur chez les glébeux, ils tiennent bien trop à leur petite aisance matérielle et se couchent devant la force.

Mais l’adolescent rêve d’autre chose ; il n’aime pas qu’on manque à sa parole. Aussi part-il un soir de la ferme pour aller rejoindre les rebelles, réfugiés dans les marais. Si l’adulte est pétainiste d’instinct, le jeune est résistant de tempérament. L’album est né en 1992 alors que les pays soumis à l’ex-URSS venaient de secouer ensemble le joug communiste pour recouvrer leur liberté. Le tyran avait été renversé de l’intérieur et le socialisme « réel » renvoyé aux poubelles de cette Histoire dont il se croyait le devin.

Thorgal retrouve sa vieille copine ennemie Kriss de Valnor à la tête des résistants, mais elle ne veut le manipuler que pour récupérer une arme venue d’ailleurs, qu’elle convoite. Elle use de Thorgal comme d’un appât pour attirer le despote dans les marais, où elle fait massacrer ses sbires.

Quant à Shenko, il échappe à tout cela en découvrant la fille de la forêt. C’est une princesse égarée qu’il aide et nourrit parce qu’il a bon cœur. Elle veut qu’il le protège, et foin de son statut ! N’est-ce pas son oncle qui venait la vendre au despote contre des faveurs ? En voulant délivrer la fille, il délivre Thorgal, qui l’aide.

Mais sortir de la tyrannie ne va pas sans se mouiller : il faut être adroit, ne pas avoir froid aux yeux, et oser.

Le chef des esclaves, colosse à face de Mongol (le mythe de la brute asiate soviétique par excellence) y passe. Il est défié par Thorgal, aveuglé par la princesse et pourfendu par Shenko. Il périt par le fer et le feu comme dans la Bible.

Quant à Thorgal, il reprend son errance après que les comptes soient réglés. Shenko et sa princesse s’en vont de leur côté, l’adolescent a quelqu’un à protéger désormais.

Quant à Kriss de Valnor, elle rejoint Thorgal car elle aime l’aventure. Cette traitresse avide et cynique promet une belle suite aux albums !

Rosinski & Van Hamme, Thorgal 18, L’épée-soleil, 1992, éditions du Lombard, 48 pages, €11.40

Tous les albums Thorgal chroniqués sur ce blog

Catégories : Bande dessinée, Thorgal | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,