Articles tagués : marine nationale

Mer amère à Tahiti

En février une tortue verte avait été découverte au large près d’un dispositif de concentration de poissons, la patte et la tête coincées dans du matériel de pêche. Le MRCC et la Diren l’avaient confié au docteur vétérinaire de la place, spécialisé en reptiles. Son foie et ses reins étaient abîmés, elle était maigre, déshydratée. La tortue baptisée Hope (Espérance) a été remise en forme avant de subir une opération. Intubée elle a été nourrie avec un mélange de soupe de légumes, de vitamines et de produits pour la soigner. Elle a été amputée sous anesthésie de la patte avant droite. L’opération a duré 5 heures. Elle se trouve actuellement en convalescence, ses soignants espèrent la relâcher d’ici 2 à 3 mois.

hope la tortue verte de tahiti photo ladepeche

Des nouvelles fraîches : Hope survivra sur trois pattes. Elle passe sa convalescence au centre des tortues du Méridien de Bora Bora. Elle est actuellement entre les mains des biologistes. Elle est en forme, a commencé à se nourrir seule. Pour le moment elle est seule dans son bac, sa cicatrice mettra 45 à 60 jours pour guérir. Elle nage sans aide. Ensuite elle ira dans un hoa vivre en semi-liberté et, si tout se passe bien, elle retrouvera le grand bleu en fin de convalescence.
L’Assemblée nationale a voté la création de l’Agence française de la biodiversité, 5 sièges du conseil d’administration sont réservés aux Ultramarins. Il faudrait faire vite, ici au fenua, car 61 espèces sont en danger critique d’extinction. La Polynésie française, c’est 88 espèces éteintes, 61 espèces en danger critique d’extinction, 87 espèces vulnérables et 21 en danger. Des chiffres encore ? La France compte 13 325 espèces endémiques ; 10% des récifs coralliens mondiaux sont « en France » (4e rang mondial) surtout en Nouvelle-Calédonie et Polynésie. La Nouvelle-Calédonie abrite à elle seule 3 000 plantes dont 2 423 sont endémiques. La Polynésie française compte plus de 550 plantes, 989 mollusques (sur terre et en mer) et 27 oiseaux endémiques. La Polynésie française compte à elle seule 20% des atolls de la planète.

chanos chanos poisson lait

Dans la presqu’île Vairao, l’Ifremer étudie actuellement l’espèce Chanos chanos ou poisson-lait. Lors de mon séjour à Kauehi, j’avais déjà brièvement évoqué le chano, connu localement sous le nom de pati ou ava. Les scientifiques ont sélectionné 500 individus afin de poursuivre un élevage pilote. Ce petit poisson est intéressant pour les pêcheurs et les gourmets. Ce poisson herbivore est présent dans les eaux des Tuamotu et offre un ratio intéressant entre ses faibles besoins alimentaires et sa croissance. Les pêcheurs devraient également tendre l’oreille car le Chanos chanos pourrait remplacer la sardine achetée à grands frais (+ 2000 XPF le carton de 10 kg) pour servir d’appâts. Pour déguster le chano, nous attendrons encore un peu, priorité aux pêcheurs.

jeune marin torse nu

Un jeune marin-pêcheur avait disparu du Vini Vini 9. L’équipage le pensait tombé à la mer, avait averti le MRCC qui avait organisé une importante et coûteuse opération de recherche en engageant le Gardian de la flottille 25F de la Marine Nationale et l’hélicoptère inter-administrations Dauphin, ainsi que trois navires de pêche dont celui du disparu. Après près de 24 heures « d’absence » le disparu est réapparu – alors que les recherches venaient d’être arrêtées. Il s’est réveillé après un repos de presque 24 heures et est venu sur le pont, effarant tous ses collègues. Fatigué, c’était sa première campagne de pêche, il s’était trouvé un petit coin à l’avant du bateau pour dormir sans prévenir quiconque, enroulé dans une couverture, l’équipage le cherchait dans la partie vie du bateau à l’arrière. Tout est bien qui finit bien, mais combien de moni envolé encore une fois ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pollution à Tahiti

Certaines communes ont un bilan assez satisfaisant sur l’eau potable, d’autres pas du tout. Les mauvais élèves sont toujours les mêmes : Teva I Uta, Hitiaa O Te Ra, Taiarapu Est et Ouest en ce qui concerne Tahiti. L’eau vient du sous-sol, elle n’est pas traitée, chlorée et même si l’eau était potable à l’origine, elle se contamine tout le long du trajet jusqu’au robinet. Seules contrôlées 27 communes sur les 48 du fenua, soit 93% de la population totale, on ne compte que 5 communes qui obtiennent un 100% « eau potable ». Et pourtant l’eau n’est pas une ressource rare en Polynésie française. L’eau 100% potable est distribuée par les commune de Papeete, Arue, et Faa’a (Tahiti), Bora Bora (Iles sous le Vent) et Tubuai (Australes). Certaines bénéficient d’un 99% à Mahina et 94% à Punaauia (Tahiti) ; Huahine 98% (Iles sous le Vent. D’ici fin 2015, tout le monde serait à l’eau potable. Un conseil, ne vous fiez surtout pas à l’eau coulant des fontaines publiques. L’assainissement des eaux usées, vous connaissez ? Sur les 242 stations d’épuration, 128 présentent au moins un dysfonctionnement ! Le constat est alarmant et entraîne de graves conséquences pour la santé. Rien n’est vraiment entrepris Mais on avertit déjà la population qu’elle doit se préparer à une tarification supplémentaire dès l’année prochaine. Et comme tout ce qui se fait au fenua on n’entretient rien alors…

FALCATA

cocotier

Phosphates ? Pas phosphates ? Certains misent sur une reprise de l’extraction du phosphate de Makatea en 2015 et qui serait prévue pour une dizaine d’années. Partisans et opposants affutent leurs arguments, mais qu’en est-il et qu’en sera-t-il de la biodiversité. L’exploitation du phosphate commencée en 1917 s’est achevée brutalement en 1967, forçant une grande partie de la population à s’exiler à Tahiti. La population actuelle atteint à peine 50 personnes. Si l’exploitation laissa des traces visibles toujours aujourd’hui, il demeure que la végétation recouvre encore 60% de l’ile, et a conservé sa flore et sa faune – exceptionnelles. Il a fallu édicter des textes réglementaires pour protéger le patrimoine de Makatea. Parmi les espèces d’oiseaux protégés : la rousserolle des Tuamotu, endémique, ou ‘àti’oti’o ; le ‘u’upa ou ptilope de Makatea (Ptilinopus chalcurus), endémique de l’île et le rupe ou carpophage de la Société (Ducula aurorae) disparu aujourd’hui de Tahiti et dont la dernière population vit à Makatea. Ces espèces figurent sur la liste rouge car menacées d’extinction. Et la végétation existante ? Une forêt naturelle avec deux grands arbres au feuillage très sombre : le mouo (Homalium Mouo) endémique de Makatea et le moto (Homalium grayana) indigène et protégé en Polynésie française ; le tavevo, un palmier endémique ; le fara (Pandanus sp.p) et ora (Ficus prolixa) dans lequel niche le rupe. Les plantes envahissantes se sont déjà installées telles le faux-acacia ou Lantana camara, le faux-pistachier, et le pitipitio.

Une étude prévisionnelle sur les conséquences du changement climatique entreprise par le Criobe laisse apparaître que le corail du Pacifique blanchira chaque année à l’horizon 2050. Une grande partie des récifs risque de subir ce phénomène, la zone Pacifique Est et Centre, dont fait partie la Polynésie serait, pour le moment, épargnée. On sait que la température limite physiologique du blanchiment du corail se situe aux alentours de 30-31°C. Près de 74% des récifs coralliens à l’échelle de la planète, subiront un blanchiment chaque année à partir de 2045. Un corail blanchi, a subi une expulsion des zooxanthelles (algues qui vivent et nourrissent en partie le corail) évènement suivi de mortalités importantes.

Le remorqueur ravitailleur Revi de la Marine nationale a appareillé le 15 mars. Il effectuera une mission de cinq semaines dans le cadre de la surveillance radiologique des anciens sites d’expérimentation du Pacifique. Cette mission « Turbo 2013 » se déroule chaque année depuis 16 ans entre mars et avril. Les prélèvements dans les milieux physiques (eaux de mer, eaux souterraines, sédiments et sols) et biologiques (plancton, mollusques, poissons, eau de coco et coprah) seront ensuite mesurés par des labos accrédités par le Cofrac (Comité français d’accréditation) et certifiés par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) pour la mesure de la radioactivité.

On en rit ou on en pleure ? 53% des 242 stations d’épuration encore présentes en 2012 présentent au moins un dysfonctionnement. Un triste état des lieux. Mais si on était indépendant ? Tout irait-il pour le mieux et on chanterait « Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien » ?

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les atouts délaissés de Clipperton

Article repris par Medium4You.

Tahiti Pacifique publie un très intéressant article signé Éric Chevreuil intitulé : « Clipperton, île bâtarde de la République ou comment la France oublie une partie de son patrimoine ».

Je vous en cite plusieurs extraits. On y apprend entre autre « qu’une simple recherche Internet en anglais et espagnol montre qu’il y a au moins trois bateaux de pêche et deux bateaux dédiés à la plongée par saison (octobre à mai). Ces vaisseaux emportent entre 15 et 35 passagers et proposent accessoirement une journée à terre. Entre 100 et 150 personnes payent donc entre 50 000 et 150 000 dollars au total pour aller ouvertement tous les ans sur cette terre de France, sans visa ni autorisations, permis ni contrôles. »

De même, « Lance Milbrand, de National Geographic, a passé 41 jours en solitaire sur l’île et y a noté en moyenne un bateau tous les trois jours ». Et que « les visites médiatisées de la Marine nationale, en grande fanfare au départ des navires de leurs ports d’attache, n’ont que peu ou pas d’effet d’intimidation car prévisibles et de courtes durée. » Mais que, « fin 2004 et début 2005, l’expédition de Jean-Louis Étienne a été capable de débarquer 10 tonnes de matériel et 45 personnes sur l’atoll ravitaillé une fois par semaine par un voilier qui faisait des navettes à partir d’Acapulco ».

Enfin que « la France signait en mars 2007 un traité avec le Mexique lui donnant l’autorisation de pêcher pour dix ans dans la ZEE de Clipperton, sans quota ni conditions, même dans les 12 milles de ses eaux territoriales, sous réserve d’obtenir des licences de pêche auprès du haut-commissariat à Tahiti. Dix ans sans quota de pêche légale en plus de la pêche incontrôlée : coup de maître diplomatique forçant le Mexique à reconnaître notre souveraineté sur l’atoll au prix « temporaire » de sa population de thonidés ? Le futur nous le dira, mais officiellement, discorde et désaccord transpirent de Paris ».

« Clipperton est littéralement devenu le nouvel Eldorado de la pêche aux thons, le dernier endroit de cette région du globe où un pêcheur peut ramener des trophées de 150 à 200 kilos. » « La zone Clarion-Clipperton est aussi appelée la « ceinture de manganèse » ou la « ceinture de cobalt ». C’est une zone riche en nodules polymétalliques connue de tous et ces dernières années, de nombreuses expéditions ont été menées pour en évaluer les vraies richesses. En 2001, il fut entre autre découvert que 90% des nodules de la région de Clipperton se trouveraient par 4 000 m de fond dans les eaux françaises alors que le fonds de ces eaux internationales était pratiquement vide ».

Il semblerait que Russes et Chinois… Euh, c’était juste pour vous mettre en appétit !

Hiata de Tahiti

Le Sénat a publié un rapport intitulé ‘La France et les îles subantarctiques’ le  16 décembre 2011 : Rapport du Sénat n°208 (2011-2012) par MM. Bruno SIDO, sénateur et Claude BIRRAUX, député, fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques [Argoul].

Catégories : Géopolitique, Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Tahiti du nouvel an

Les éternelles gabegies publiques, côtoient les investissements utiles et les histoires édifiantes.

Qu’en est-il de la gabegie publique ?

Le recrutement sur la mine (ou les accointances ?). Pour la trésorerie générale de la Polynésie française, annonce dans la presse d’un avis de recrutement SANS CONCOURS de 20 agents administratifs des finances publiques de 2ème classe du corps des fonctionnaires de l’État. Audition des candidats sélectionnés à compter du lundi 27 février 2012 à Papeete. Il faudrait faire acte de candidature avant le 17 janvier. Tous les détails sur recrutement-ceapf@dgfip.finances.gouv.fr Je n’ai pas d’autres précisions.

ATN (Air Tahiti Nui) a bobo alors Oscar Tane « demande à tout le monde de faire un effort » car il y a eu 14 milliards de francs pacifiques de pertes en 13 ans d’existence – soit plus d’1 milliard de francs par an. ATN est contrainte de diviser son capital par huit, d’où l’appel d’Oscar Tane. Faut-il prendre plus l’avion ? payer plus cher ? éliminer les passe-droits et billets privilégiés ?

Oscar Tane, président et maire de Faa’a a reçu des Indiens du Canada afin de préparer le jumelage de sa ville. Imaginez Oscar en paréo, Maohi exige, assis en tailleur entrain de boire le kava avec ses hôtes. Avant le départ des Canadiens, il a été coiffé du couvre-chef idoine de la tribu. Un peu grand, vraiment on ne lui voyait plus le front… C’est seulement à la voix que nous l’avons reconnu.

Il y a quand même de bonnes nouvelles !

L’ouverture prévue en février de la gare maritime, un bâtiment de 4000 m² avec 70 petites places de parking à 2,4 milliards… Par gare maritime comprenez la gare des bateaux et ferries qui relient Papeete à l’île sœur de Moorea, la gare des personnes qui habitent Moorea et qui viennent travailler ainsi que les lycéens et étudiants qui font chaque jour le trajet, et aussi les touristes et ceux qui vont à Moorea pour le week-end et les fêtes. On sera prié de laisser sa voiture à la maison parce que 70 places de parking c’est vraiment peu pour tout ce monde !

Hip, hip, hip, le Prairial de la Marine Nationale est rentré de mission début décembre. Rassurez-vous, pas d’infraction constatée pour les bâtiments de pêche dans la ZEE (Zone Économique Exclusive) de la Polynésie française. On a même fait coucou aux marines chilienne, péruvienne, mexicaine et équatorienne. Rien d’anormal non plus autour de Clipperton, l’îlot désert aux centaines de milles d’eaux en zone économique exclusive tout autour. C’est qu’on n’exploite rien, mais on ne sait jamais !

Dernier timbre de collection sorti cette année, celui sur la légende polynésienne Ta’aroa, qui est le Dieu créateur des Polynésiens. Il est gravé d’après une peinture de Bobby Holcomb, mort en 1991. « Pour sortir de la nuit, du vide, du silence, pour que le monde soit, il brise sa coquille Rumia, fabrique avec elle la terre, la pierre, le sable. De ses larmes, il couvre la terre de la mer ; de ses ongles, il couvre d’écailles les créatures de l’océan ; avec son sang, il compose l’arc-en-ciel. Les arbres sont sa couronne. Le berceau de la vie est prêt à accueillir l’homme, la femme, et les autres animaux de sa création. » C’est ce qu’on peut lire sur Tahiti-philatélie, le site.

Et des histoires édifiantes…

Encore un monarque autoproclamé. Rencontrez-le sur le site ‘À la croisée des chemins’. D’après ce « roi » qui vient d’inaugurer son tribunal maohi dans Papeete, en face du Kikiriri (pour ceux qui connaissent), « tout a été fait dans les règles, avec l’aval de l’ONU » (hum !). Il a 12 000 adhérents ou sujets et il va régler en priorité les affaires de terres accompagné de sa police royale. Après quelques échanges verbaux, la police nationale a décidé d’user des grands moyens et de passer aux actes : panneaux démontés, voiture de ‘police’ enlevée, 18 personnes interpellées parmi lesquelles le roi, le procureur, les juges et les policiers – tous autoproclamés. Certains ont été placés en garde à vue… Ainsi va la vie des monarques, car il y en a déjà plusieurs, en Polynésie. Celui-ci venait de Maupiti où il avait été intronisé sur le marae familial. En ces temps de morosité, il est bon de sourire même si les rides se font plus profondes.

Stupéfiants quand tu nous tiens : fumeur à 12 ans, planteur à 13 ans (et pas de maïs…), il a été dénoncé par sa maman avant de devenir accro. Hiata n’a pas de commentaire.

Histoire vraie : deux mamies de 92 et 95 ans aiment bien le visti (whisky). Mais pas n’importe lequel. Quand elles savent que leur petite-fille et petite nièce va venir leur rendre visite, elles lui précisent pas de « tuty cart » (Cutty Sark) seulement du « tivas » (Chivas). « L’autre, ça sent le cafard ». Précisons que les cafards de Polynésie ont une taille honorable, cinq ou six centimètres de long et plus encore. En Europe on dit que le whisky blended (mélangé) sent la punaise, mais ici le cafard est plus fort.

Je vous souhaite une excellente année 2012.

Mauruuru roa d’avoir lu mes lignes, de les avoir commentées. Nous sommes déjà l’année prochaine, portez-vous bien.

Hiata de Papeete

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,