Articles tagués : adopté

Quand on a 17 ans d’André Téchiné

En terminale S d’un lycée d’Ariège Damien (Kacey Mottet Klein, 17 ans), est un bon élève qui récite du Victor Hugo et résout les équations de maths sans problème. Son condisciple Thomas (Corentin Fila, 27 ans) est un métis de congolais qui vit mal son adoption par des paysans frustes et taiseux qui le font trimer, faute de « vrai enfant » à eux après de multiples fausses couches. Il veut devenir vétérinaire pour mieux protéger les bêtes auprès desquelles il a trouvé jusqu’ici le seul amour. Damien le regarde souvent en classe ; ils sont tous deux solitaires et les derniers à être appelés lors de la constitution des équipes de sport collectif.

Un jour Tom fait un croche-pied à Damien en classe. Pour rien, par jalousie de voir sa mère venir le chercher peut-être, l’aimer ouvertement et normalement. Il lui dira plus tard qu’il le trouvait « prétentieux » mais c’est parce qu’il affichait de façon naturelle ce qu’est la vraie vie d’un fils – le contraire de la sienne. De cet acte d’envie va naître une progression d’échanges mimétiques. L’attirance comme un aimant irrésistible que la raison cherche à canaliser dans le refus, les coups, les regards hostiles, mais qui ne fait que s’amplifier justement par cette relation négative. La tourner en positif est tout le projet du film, l’aboutissement de la vérité comme apothéose, tout comme l’acceptation du deuil du père et de Damien ou la naissance de la petite demi-sœur de Tom.

Les nausées de la mère adoptive de Thomas, isolée dans sa ferme de montagne, font intervenir Marianne, la mère médecin de Damien (Sandrine Kiberlain) ; outre la fièvre, elle attend un bébé et doit être hospitalisée. Marianne propose spontanément à Thomas de l’héberger chez elle en attendant ; il sera plus près de l’hôpital et du lycée et pourra mieux réviser. Car ses notes sont en chute au premier trimestre et ses bagarres avec Damien le font surveiller du proviseur. Les garçons disent que c’est fini mais c’est irrésistible, ils ne peuvent faire autrement que de s’exciter mutuellement. A 17 ans on est plein d’énergie et il faut l’épuiser, par la boxe pour Damien avec Paulo, un ami de son père, et par la course aller et retour d’une heure à chaque fois pour attraper le bus du lycée pour Tom.

La cohabitation va les tourner l’un vers l’autre. Père absent d’un côté, adoption par dépit de l’autre, les deux garçons sont psychiquement orphelins. Ils cherchent à s’ancrer dans l’affectif même si Damien a sa mère, indulgente, généreuse et dynamique, et Tom ses bêtes qu’il désirerait soigner en vétérinaire plus tard. Tom apprécie Marianne, il en est peut-être même vaguement amoureux, comme la mère qu’il aurait désirée. Damien le voit se faire ausculter torse nu et provoque Tom en lui demandant si cela l’a fait bander. Thomas l’invite à le suivre dans la montagne et se met nu devant lui pour plonger dans le lac glacé, comme un refus physique et une invite au désir. Damien ne sait plus où il en est et cherche sur le net une rencontre masculine pour voir s’il est « attiré par les hommes ou simplement par Thomas ».

Montagne, nature, saisons, éveil du désir, violence physique issue de la pulsion sexuelle inavouée qui ne s’apaisera qu’en mettant des mots entre eux après les coups et avant les gestes d’union, tout part de l’intérieur. La famille, le lycée, la société, ne sont que le décor des tourments psychiques. S’ils détonnent parfois dans les garçons en devenir (la mort du père de Damien, pilote d’hélicoptère militaire au Mali, la naissance d’un bébé « vrai » chez les parents adoptifs de Tom), ce n’est qu’amortis par ce qui est principal : la pulsion. Celle-ci ne s’assouvira que dans la possession réciproque des mains, des bouches, des corps. Elle viendra en son temps, directe, immédiate, sans s’y appesantir : un aboutissement du désir, une normalité acceptée des années 2000. Sans « honte » comme le croyait Damien de Tom, mais par « peur » avoue celui-ci. La peur de la première fois, comme les hétéros pour le sexe opposé.

La terminale est une fin d’enfance, surtout en France où l’on infantilise très tard par tropisme paternaliste romain-catholique. Le jeune de 18 ans est encore immature même si la société lui permet – du bout des lèvres – une expérience sexuelle, mais pas avant 15 ans et avec le sexe opposé, une fille consentante par écrit et devant témoins sous peine d’accusation de « viol ». Et voilà pourquoi votre démographie est muette, peut-on dire en paraphrasant Sganarelle (Le médecin malgré lui). La hantise catholique du sexe comme cause de l’immigration, de l’adoption à l’étranger, des problèmes d’intégration de la jeunesse (survalorisée), du terrorisme et de la guerre au loin qui tue, la société malade… Le film fait réfléchir à cet engrenage par-delà l’incertitude identitaire personnelle des deux garçons. Eux, lumineux, vivent leur vie au ras de leur terroir et par tout leur corps, arpentant la neige ou se jetant dans l’eau glacée, nourrissant les vaches et soignant les agneaux, se mesurant à la lutte et aux poings pour s’éprouver et s’évaluer, finissant par s’entredévorer, s’entrejouir, s’aimer.

DVD Quand on a 17 ans, André Téchiné, 2016, avec Sandrine Kiberlain, Kacey Mottet Klein, Corentin Fila, Alexis Loret, Wild Side Video 2016, 1h49, €11.00

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Joker de Todd Phillips

Ce film noir de l’Amérique Trump, décentré au début des années Reagan, veut montrer la genèse du criminel façon gauche « liberal » : ce n’est pas de sa faute, le tueur de sang froid qui sera l’ennemi numéro un de Batman est une victime. Autant Batman représente l’élite, le Superjuif vengeur des « rats » qui rongent la société, autant Joker est le trublion issu du peuple blanc qui se venge des riches et des puissants de la mairie, de Wall Street et de la télé.

Fils bâtard et rejeté (à ce qu’il croit) du candidat maire Wayne (Brett Cullen), Arthur Fleck (Joaquin Phoenix amaigri et enlaidi de 45 ans) est un raté. Fils adopté d’une servante paranoïaque qui l’a laissé agresser durant son enfance jusqu’à l’alerte des services sociaux et son placement en asile, Arthur est triste, solitaire, bourré de psychotropes et attaché à « maman » qui lui ment (Frances Conroy). Le décalque inverse de son (peut-être) demi-frère Bruce Wayne (Dante Pereira-Olson), futur Batman né dans la soie et l’amour paternel, qu’il rencontre enfant aux grilles de sa propriété.

Arthur joue à Gotham City un comédien de stand-up, loué aux commerçants de la ville qui veulent faire leur pub. Un jour, maquillé en clown grotesque, il est agressé par une bande d’adolescents qui jouent à se faire poursuivre et lui arrachent sa pancarte avant de le tabasser dans une ruelle. Il faut dire que le clown a eu la bêtise de leur courir après au lieu de prendre cela pour un jeu. La pancarte portait ironiquement ce slogan commercial : Tout doit disparaître ! Arthur la prendra au mot.

L’essentiel est dans cette scène : le perpétuel décalage entre Arthur et les autres. Cet asocial né est méprisé parce qu’il n’est jamais amical avec quiconque, même avec ses proches, même avec ceux qui compatissent comme les assistantes sociales noires, sa voisine noire (Zazie Beetz) et le nain Gary (Leigh Gill) – tous issus pourtant de minorités laissées pour compte, « aimables » pour la gauche liberal. Arthur Fleick leur fait peur avec son rire hystérique issu de ses troubles profonds.

Le clown ne sait pas rire et doit forcer ses lèvres à s’étirer vers le haut avec les doigts pour s’entraîner Au lieu d’expliquer, de communiquer, il se ferme, enjoignant les normaux de le prendre tel qu’il est. D’où les quiproquos, les coups – et sa violence qui explose d’un coup, sans raison. Revivant la même situation qu’avec les jeunes et sa pancarte dans le métro avec trois traders avinés de Wayne Enterprises alors qu’il rentre chez lui sous son déguisement, il les tue. Son copain de stand-up a eu en effet l’infernale bonne intention de lui donner un revolver. Le clown qui fait rire devient alors le tueur du métro qui fait peur.

Ce pourquoi ce film est adulé des spectateurs et commentateurs, car la Victime et le Victimaire font de nos jours recette. Tout s’expliquerait par la victimisation, tout ce qui va mal, tout ce qu’il faut (faudrait) changer. Yaka, n’est-ce pas ? Si c’était aussi simple… Cette leçon du cinéma intello de gauche américain incrimine le milieu seul, qui créerait des êtres immondes. Alors qu’il reste une part de libre-arbitre en chacun et que, par exemple, voter est déjà un pas vers la liberté. Foutre le bordel est facile, une pente clownesque qui agite la foule sur le moment comme dans les dernières scènes du film. Mais cela va résoudre quoi ? Casser du flic, massacrer du riche, détruire les biens communs de la rue ne vont qu’ajouter aux malheurs du monde, pas en retirer.

Je n’ai pas aimé ce film culte récent. Il est glauque, sans futur, ricanant. Avec des temps morts dérisoires comme ces danses de psychotique qui durent plusieurs minutes sans intérêt. Joaquin Phoenix n’a rien d’aimable, même lorsque le réalisateur veut en faire avec trop de pathos une misérable Cosette. L’être érigé en Victime n’est pas un héros mais un zéro : aliéné, autodestructeur, sans avenir. Si c’est ça un Gilet jaune, comme certains l’ont dit, pas de quoi être enthousiaste.

Lion d’or à la Mostra de Venise 2019, meilleur acteur film dramatique pour Joaquin Phoenix, meilleure musique de film pour Hildur Guðnadóttir.

DVD Joker, Todd Phillips, 2019, avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz, Frances Conroy, Brett Cullen, Warner Bros Entertainment France 2020, 2h, standard €9.99 blu-ray €19.99

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,