Articles tagués : john le carré

La Taupe de Tomas Alfredson

Ce film d’espionnage anglais adapté d’un roman de John le Carré qui porte le même nom a tous les ingrédients du genre. Il est plus sociologique et psychologique que d’action. D’où sa longueur, ses lenteurs parfois, mais son délice pour nous, Européens, qui préférons les relations humaines complexes aux coups de poing et de pistolet.

Il existe une taupe haut placée au sein des services (appelé le Cirque) que le précédent chef, Control (John Hurt), recherchait sans pouvoir mettre la main dessus. En 1973, son adjoint George Smiley (Gary Oldman) est mis à la retraite en même temps que lui après une opération désastreuse en Hongrie soviétique où Jim Prideaux (Mark Strong) l’un de leurs agents, qui devait faire passer à l’Ouest un général, a été blessé, pris et torturé par Karla, le « petit bonhomme » sadique et fanatique du NKVD que Smiley a un jour rencontré pour le retourner, mais en vain.

Le nouveau chef est Percy Alleline (Toby Jones), un nabot qui se prend pour « une grande personne » socialement puisqu’il a l’oreille du ministre et négocie directement avec les Américains. Son atout est une « source » soviétique, un diplomate qui livre chaque semaine des documents précieux via une maison anonyme louée par les services dans Londres. Cela permet des relations d’échange de renseignements avec la CIA. Sauf que les documents soviétiques sont à dessein livrés à cause de la taupe qui sévit toujours, donc de peu de valeur, alors que l’inverse est crucial pour le bloc de l’Est. Au fond, les Anglais ne sont que les petits télégraphistes entre l’URSS et les Etats-Unis.

Ce pourquoi le ministre, qui n’a pas la niaiserie de certains des nôtres sur le renseignement (qu’on pense au Rainbow Warrior où « le premier ministre de la France » déclarait ignorer tout !), convoque Smiley dans sa retraite pour le convaincre d’enquêter secrètement sur cette hypothèse persistante de la taupe, après la mort de Control. Il n’y a pas dix petits nègres comme chez Agatha mais la moitié. Smiley sait que ce n’est pas lui, en restent quatre. Il va remonter à l’échec de la mission hongroise pour examiner qui savait pour Jim Prideaux et comment, puis profiter de la réapparition de l’agent d’influence Ricki Tarr (Tom Hardy) pour piéger la taupe. Il n’a plus accès au MI6 mais engage Peter Guillam (Benedict Cumberbatch) qui est l’officier traitant de Ricki pour obtenir les dossiers ou les renseignements sur la maison. Il circule burlesquement en Citroën DS 23 à carrosserie dorée, ce qui ne passe pourtant pas inaperçu dans le Londres des voitures sombres – mais c’est un trait d’humour british, tout comme de chanter l’hymne soviétique déguisé en Lénine à la fête de Noël du service.

La hantise de la taupe est restée celle des Britanniques jusque dans les années 1990 à cause des Cinq de Cambridge, tous pédés et rêvant d’une Arcadie communiste dépénalisée et idéalisée en leur jeunesse folle (Philby, Burgess, Maclean, Blunt et Cairncross). Le fonctionnement du MI6, le service de renseignements du Royaume-Uni, est resté très « club » avec l’entre-soi de rigueur et la hiérarchie sociale qui va avec : qu’un fruit soit véreux et tout le groupe en est contaminé. Les femmes sont absentes (pas au collège, très peu à l’université, rares dans l’armée) et les hommes entre eux ont peu de contradicteurs ; ils ont tendance à agir en bande, pour le meilleur et trop souvent pour le pire. Expulser le mouton noir est une habitude ancrée dès le collège, comme le montre le gros à lunettes rejeté par les autres que Prideaux, reconverti en prof une fois grillé, encourage à observer. Dommage qu’il se prénomme Bill, un nom de traître.

Le titre anglais du film est curieux : tailleur bricoleur soldat espion, une sorte de dérision du métier peut-être, peu professionnel et foutraque ? Ou bien la description réelle de la quête de bribes d’informations à recouper et à coller pour en habiller correctement un fait ? Car le métier est gris, hors de toute reconnaissance civique, la tâche est besogneuse et lente, la pression psychologique forte. Le meilleur n’est pas le décideur mais l’enquêteur, pas le stratège mais l’employé qui met bout à bout les petits faits pour en extirper une intuition. Nous sommes loin de James Bond ; nous sommes dans le réel que David John Moore Cornwell alias John Le Carré, décédé en décembre 2020, a bien connu au MI5 et au MI6 lorsqu’il y exerçait dans les années 1950 et 60.

DVD La Taupe (Tinker Tailor Soldier Spy), Tomas Alfredson, 2011, avec Gary Oldman, Colin Firth, Tom Hardy, Benedict Cumberbatch, StudioCanal 2012, 2h02, €8.50 blu-ray €24.99

John Le Carré, La taupe, Points 2018, 432 pages, €8.30, e-book Kindle €7.99

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

The Constant Gardener de Fernando Meirelles

Les flemmards du snobisme français de Canal+, nés bobos sous Mitterrand et colonisés définitivement par l’esprit yankee, n’ont fait aucun effort pour traduire le titre du film comme les Canadiens et les Belges l’ont fait. Cette honte montre combien ils courent après le plus fort, l’Amérique toute-puissante. Cette soumission au langage dominant montre combien leur « culture » est abâtardie puisqu’ils ne savent même plus trouver les mots en français. Le film est pourtant tiré d’un roman de l’anglais John Le Carré traduit en français sous le titre La constance du jardinier : il suffisait de le reprendre !

Justin (Ralf Fiennes) est un diplomate discret, effacé, tombé foldingue d’une égérie gauchiste, Tessa (Rachel Weisz) qui toujours en fait trop. C’est la glace et le feu, le flegme britannique dans l’understatement constant et la volcanique italienne juive qui fonce tout droit pour combattre les moulins. Rencontrée lors d’une conférence chiante à New York où Justin a remplacé un collègue, Tessa l’entreprend rudement devant le parterre feutré. Il répond à peine ; intrigué, il l’invite à boire un café.

Tessa manipule-t-elle le diplomate ou est-elle amoureuse de l’homme ? Cette ambiguïté très anglaise fait le charme du début. La suite semble montrer que l’épouse n’est guère fidèle, se donnant à qui peut lui apporter des infos, y compris des « nègres » au grand dam de la pruderie diplomatique britannique. La fin prouvera qu’elle aimait vraiment Justin et que son jeu manipulateur n’était qu’apparences. Cette progression fait beaucoup pour captiver le spectateur.

Justin est envoyé en Afrique, au Kenya, comme conseil en agriculture. Il aime avant tout s’occuper de son jardin, plus timide avec les humains qu’avec les plantes. Pour Tessa, c’est l’inverse ; elle préfère les humains, notamment les femmes et les enfants. Justin reste extérieur au pays africain, Tessa s’y immerge. Elle est toujours flanquée du docteur noir Arnold Bluhm (Hubert Koundé) d’une OBG belge (inventée mais transparente) Médecins de la Terre et la rumeur court qu’elle couche avec lui. Il s’avère que le jeune Noir est pédé et que ce n’est pas le sexe qui les rapproche mais l’humanitaire.

Tessa alimente en informations de terrain Hippo, une ONG allemande spécialisée dans la pharmacovigilance. Son enquête porte sur les pratiques de l’industrie pharmaceutique en Afrique, notamment les tests de nouveaux médicaments. Elle-même enceinte, Tessa ne prend aucune précaution, préférant foncer comme toujours. Elle accouche à l’hôpital de la ville d’un bébé mort-né peut-être par sa faute. Là encore, l’ambiguïté donne du sel à l’histoire.

Mais son séjour à l’hôpital pour les Noirs lui permet de constater que certains traitements administrés par des docteurs blancs non référencés aboutissent à des décès. Son rapport sur les entreprises américaines KDH et ThreeBees, qui cherchent un médicament contre le sida au Kenya, montre qu’elles se moquent des « dommages collatéraux » et de la mort des patients. L’histoire n’est pas uniquement inventée : des essais pharmaceutiques Pfizer soudoyés ont eu lieu au Nigeria sur la Trovafloxacine et ont tué plusieurs personnes en 1997, engendrant scandale, révélation du Washington Post, procès et réparations en millions de dollars. Tessa communique aussi son rapport au directeur Afrique du ministère britannique des Affaires étrangères qui non seulement l’enterre mais demande au collègue de Justin, par qui elle a envoyé le rapport, de la surveiller et d’exiger de Justin qu’il modère « sa pute ».

Comme elle n’en fait rien, elle a « un accident » quelque temps plus tard en rentrant en voiture d’une mission au nord du pays. Elle est retrouvée morte avec « son amant » selon la rumeur, le docteur Arnold, au bord du lac Turkana, criblée de balles par des « bandits » selon la version officielle. Un collègue vient annoncer à Justin la mort de sa femme et, quand il rentre chez lui, constate que le bureau de son épouse a été « visité », l’ordinateur, les disques durs et les papiers emportés. L’espion anglais accrédité lui apprend, entre copains, qu’un contrat privé avait été mis sur sa tête et que lui doit laisser tomber sous peine d’y passer aussi.

Mais Justin aimait sa femme, il continue l’enquête avec Arnold qu’il sait ne pas être l’amant de sa femme. Il ne s’intéressait jusqu’ici pas trop à ce qu’elle faisait, il la laissait libre, en mariage d’égaux tel que convenu au départ. Lors d’un séjour à Londres, non seulement « on » lui confisque son passeport diplomatique au prétexte qu’il faut le changer parce qu’il en circule de faux, mais il découvre avec son jeune neveu féru d’informatique qui aidait Tessa, le site miroir qu’elle tenait et où toutes les informations récoltées figurent. Mais aussi qu’elle l’aime éperdument.

Il va donc contacter Hippo en se rendant en Allemagne sous un faux passeport, se faire tabasser parce qu’il n’est pas un espion et n’a pas su prendre les précautions idoines, puis rentrer au Kenya clandestinement via un safari grand public sous une autre identité, et suivre les traces de Tessa au Soudan, où des médicaments périmés sont largués par les ONG en avion. Il veut récupérer une preuve : la lettre du directeur Afrique enjoignant d’étouffer l’affaire et montrant la collusion de l’industrie pharmaceutique et de la diplomatie britannique en Afrique.

Il se sait menacé, il sait qu’il va y passer ; Arnold a été retrouvé crucifié après avoir été torturé et châtré. Une fois la preuve en main, qu’il va faire envoyer par la poste par le pilote de l’avion de l’ONG, il se rend au bord du lac Turkana, là où Tessa a été tuée, et attend ses propres tueurs.

Cette tragédie à motifs humanitaires fera pleurer les ados et les militants mondialistes. Elle illustre les procédés éthiquement indélicats de certaines multinationales dans la course au médicament prometteur. Elle est surtout la tragédie personnelle d’un amour fou, inespéré, entre un mâle anglais banal et une féministe méditerranéenne engagée. De là sa beauté choc. « Constant » en anglais veut aussi dire fidèle, loyal, inaltérable. Tel devrait être l’amour.

DVD The Constant Gardener (La constance du jardinier), Fernando Meirelles, 2005, avec Ralph Fiennes, Rachel Weisz, Hubert Koundé, Danny Huston, Daniele Harford, StudioCanal 2006, 2 h, €14.98 blu-ray €17.06

Catégories : Cinéma | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,