Articles tagués : pesticides

Climat pas COPain à Tahiti

Environnement, ce mot est dans toutes les bouches. Mais qu’en est-il vraiment ? Beaucoup de paroles mais peu d’actes en fait. On constate une dégradation générale de la qualité de l’air, gestion des déchets, occupation du territoire, état de la pêche, agriculture, biodiversité, pollutions diverses, qualité des eaux. Les pesticides ? Les importations d’insecticides sont en baisse continue depuis 2008. Par contre les importations de pesticides sont en hausse continue depuis 2012, 700 tonnes par an, mais il parait que c’est 13% de moins qu’en 2005. Il n’y a pas lieu de se taper sur le ventre ! Le bruit ? Surtout un problème de voisinage. 57,7% des nuisances sonores sont constituées par les habitations, les voitures boum-boum, 13% par les chiens et les coqs (à savoir qu’ici les coqs polynésiens chantent jour et nuit…). Les autres bruits viennent des sports et loisirs, des établissements recevant du public tel les répétitions de danse locale avec toere (percussions). Le centre-ville de Papeete voit chaque jour 100 000 véhicules circuler, traverser, stationner : émission de C02 garantie. Les déchets sont en augmentation et leur traitement en baisse. Plus de 75% sont produits chaque année à Tahiti et Moorea. Une estimation faite en 2012 indique que le total des déchets de Polynésie serait compris entre 130 000 et 147 000 tonnes par an soit 13% de plus qu’en 2006. Il faut passer à la caisse, ce sera 12 500 XPF par an et par habitation ! Mais on recycle, du moins, on essaie, car les mairies ont décrété le tri sélectif et le recyclage. C’est une excellente chose mais si l’on menace le contrevenant d’amende, il vaudrait mieux que l’on ne ramasse pas le même jour le bac gris et le bac vert parce que la veille on n’a pas ramassé le gris ! Et les nuisibles ? En premier, le rat noir (rattus rattus) qui est la cause première de la disparition des oiseaux dans tout le Pacifique, le merle des Moluques, le bulbul à ventre rouge, la fourmi électrique ou petite fourmi de feu, la fourmi folle jaune, le tulipier du Gabon et le miconia. A partir de Tahiti, le miconia a contaminé Moorea, Raiatea et Tahaa, Nuku Hiva et Fatu Hiva aux Marquises. Un pays idyllique la Polynésie, mais l’envers de la carte postale… on le constate en y vivant.

coqs tahiti

On nous a prédit des cyclones très violents à compter de novembre et jusqu’en avril 2016. Dès novembre la chaleur est lourde, un vent présent, la mer chaude, les pluies fréquentes …

Cyclones ? Pas cyclones ? El Nino est bien des nôtres, mais les prévisions sont toujours aléatoires. Certes Météo-France et autres surveillent mais c’est via l’imagerie satellite que travaillent les prévisionnistes. Sera-t-il cyclone ou dépression tropicale ? Où nait-il ? Quel vent, quelle force ? Quelle sera sa trajectoire ? Quelle intensité ? Pour qu’une dépression tropicale se transforme en cyclone, il faut une force capable d’entraîner un mouvement de rotation : la force de Coriolis. Il n’y a pas de cyclone sur l’équateur, un cyclone ne peut pas passer d’un hémisphère à l’autre. Il faut des vents homogènes, une atmosphère instable, humide et une température de la mer supérieure à 26°5C sur une profondeur de 60 mètres. Si tous ces éléments sont réunis, le risque d’une dépression tropicale est très élevé. On comptera une douzaine d’heures pour que naisse la dépression. Ensuite le cyclone se déplace et peut survivre jusqu’à une dizaine de jours. La trajectoire ? La précision s’affine à mesure que le cyclone approche. Les conséquences terrestres ? Les pluies responsables d’inondations, de glissement de terrain peuvent se ressentir jusqu’à 1 000 kilomètres. L’œil du cyclone mesure entre 20 et 50 kilomètres, le temps y est calme, mais non loin de l’œil une marée de cyclone est possible. La dépression tropicale faible a des vents moyens entre 50 et 61 km/h. La dépression tropicale modérée a des vents moyens entre 62 et 87 km/h. La dépression forte, des vents entre 88 et 117 km/h. Le cyclone tropical, des vents entre 117 et 176 km/h. Le cyclone tropical intense des vents au-delà de 177 km/h. Ces chiffres sont des moyennes calculées sur 10 mn, pour estimer les rafales maximales, il faut compter +50%. Exemple : si les vents moyens sont de 177 km/h, les rafales peuvent atteindre 265 km/h ! Restons optimistes ! Bien que le NIWA (National Institute of Water and Atmospheric Research) de Nouvelle-Zélande ait établi une carte des risques de cyclones pour l’été austral (octobre-mai) 2015-2016 et l’on constate que les archipels polynésiens sont classés dans les zones les plus à risque. Avec même un risque de deux à trois épisodes cycloniques possibles pour les Iles de la Société.

Question ? Qu’est-ce qu’une extraction ? Et qu’est-ce qu’un curage en rivière ? Je lis dans Tahiti-Pacifique, nouvelle version hebdomadaire : « les curages ne sont pas une extraction, mais peuvent cacher une extraction ». Allo, mon cerveau, t’as compris ou je dois répéter ? Période de cyclone, on nettoie ? Erreur : on « tente de » nettoyer les rivières. Définition : un curage consiste à nettoyer le lit d’une rivière de ces amoncellements pour protéger les habitations éventuelles. Les extractions dans le lit des rivières sont interdites en Polynésie française, mais le curage autorisé par dérogation, les quantités à enlever sont alors précisées dans l’arrêté. Par contre, un case ou tractopelle peuvent prendre plus profondément qu’ils n’y sont autorisés. Le curage se transforme alors en une extraction. La direction de l’Équipement est chargée des contrôles.

baignade tahiti

La qualité des eaux de baignade est catastrophique aux quelques 100% des embouchures en zone urbaine. Les lagons sont maltraités par l’homme, ceux très fréquentés sont pour 29% impropres à la baignade ; la taille des poissons est inversement proportionnelle à la pression de la pêche ; un tiers des forêts a disparu ; 128 espèces sont éteintes et 316 autres menacées ; les pestes végétales sont en expansion (le tulipier du Gabon et le miconia sont un désastre pour les espèces locales et la stabilité des sols) ; la production de 544 kg de déchets par an et par habitant augmente. La Polynésie émet autant de C02 qu’un pays industrialisé ? On dira : peut faire… non, DOIT mieux faire. Et vite !

Pour compléter cette carte postale d’un magnifique pays, carte postale un peu ternie tout de même, on reconnait 400 SDF à Tahiti. Qui sont-ils ? Des mineurs, des jeunes majeurs (18-26 ans), des jeunes salariés, des personnes sortant de prison, des personnes âgées. Les mineurs en situation d’errance consomment de l’alcool, des drogues, du tabac ; les individus de plus de 50 ans ont des handicaps physiques, consomment des alcools forts (komo= alcool local clandestin) et beaucoup d’entre eux ont des troubles psychiatriques ; les sortants de prison récidivent pour retrouver la prison. La délinquance a augmenté de 16% en 2014 par rapport à 2013. Heureusement toutes les personnes en errance ne sont pas à classer dans ces catégories. À noter toutefois que 99% des mineurs interpellés en 2014 étaient déscolarisés. Il reste beaucoup à faire aux associations caritatives pour rendre un peu d’espoir à ces SDF.

C’étaient quelques nouvelles depuis un confetti sur l’océan. Portez-vous bien. Iaorana

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Productions agricoles de Tahiti

Accusés par les consommateurs d’utiliser trop de pesticides et d’insecticides, interdits depuis des années en Europe, mais encore utilisés en Polynésie, les agriculteurs jurent qu’ils sont « propres » mais qu’il demeure malgré tout parmi eux des brebis galeuses. Ils ont obtenu du gouvernement que certains légumes dont les salades ne soient plus importés. « Nous savons doser les produits et nous connaissons les durées de rémanence ». Nous, consommateurs voulons bien les croire mais il faudra nous apporter des preuves… et pas de chalala. Microguêpes et coccinelles pourraient être à même de lutter contre les nuisibles, en plus c’est joli une coccinelle, non ?

On peut transformer l’uru (ou fruit de l’arbre à pain) en frites, farine, purée, c’est dans les cartons depuis plusieurs années (1994). On ressort le projet. On le ressort pour l’aérer ou plus ? L’uru, un fruit ou un légume, que l’on peut cuire et le congeler pendant six mois. On peut ensuite le transformer, en faire des frites, des gratins, des ragouts. On pourrait également produire de la farine, faire alors des pains d’uru, des tartes, des pai, etc. Pas de gros producteurs pour le moment mais chaque famille ayant un lopin de terre a un ou deux arbres dans son jardin. Un projet qui devrait intéresser de nombreuses familles qui profiteraient de cette surproduction pour la transformer, valoriser sa consommation à la place des produits importés, dans des petites unités de transformation. Un pied d’uru produit entre 400 et 500 kg de fruits. Le ministre de l’Agriculture voit d’autres transformations à opérer avec les rebuts des carottes des Australes. Souhaitons que le rêve devienne réalité et que cela dure ! Les enfants des cantines scolaires se régaleront.

L’huile de tamanu est obtenue à partir des amandes du fruit de Calophyllum inophyllum appelé couramment tamanu ou ati dans les îles de la Société. Cette huile est utilisée depuis des siècles dans la médecine traditionnelle des îles du Pacifique. Ses propriétés sont anti-inflammatoires, cicatrisantes et antimicrobiennes. Les usages traditionnels sont tous externes : écorchures, brulures, piqures d’insectes, coups de soleil, rhumatismes, hémorroïdes entre autres. En Polynésie elle est aussi utilisée pour faciliter la guérison après les tatouages. L’huile doit être préparée à partir de graines d’excellente qualité afin de prévenir la présence d’aflatoxines lié à la moisissure des graines. C’est vers 1950 que des études sur la résine, l’huile ou la graine de tamanu ont commencé. Une centaines d’articles ont été publiés dans les revues scientifiques internationales.

vanille

Vanilla tahitensis est une orchidée qui produit la vanille de Tahiti. Cette espèce locale, contrairement aux autres types de vanille, ne s’ouvre pas et reste charnue tandis que les gousses explosent à maturité sur  d’autres types de vanille. Elles poussent sur des lianes cultivées avec soin, et arrivent à maturité au bout de 9 à 10 mois. Elles seront cueillies et subiront un traitement spécifique avant de rejoindre vos cuisines. En voici les étapes :

–          Nettoyage des gousses

–          Noircissement : durant deux à trois jours, les gousses vertes sont mises en chambre noire pour aider à leur brunissement.

–        Séchage : durant trois semaines à un mois, les gousses sont exposées au soleil le plus chaud pendant deux à trois heures par jour. Puis on les place toutes chaudes dans un linge ou une caisse ; là elles « transpirent ». L’évacuation de l’eau doit se faire lentement, d’où le temps d’exposition limité au soleil afin de développer l’arôme de façon optimale. Après cela, pendant une à deux semaines, lorsque  les gousses commencent à se rider, le temps d’exposition passe à 1h30. Une fois refroidies, elles sont massées, le séchage alors est uniforme.

–       Aération : On installe les gousses sur des claies pour terminer leur séchage à l’ombre. Pendant un mois, la vanille se bonifie, tel le bon vin, et son taux d’humidité descend alors à 40%.

Conservation : Afin de garder longtemps leur arôme, les gousses seront conservées dans un emballage hermétique à l’abri de la lumière.

Hiata de Tahiti

Catégories : Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Manger bien ou mal à Tahiti

Vous avez dit bio ? Je lis dans la Dépêche de Tahiti : « Extraits du conseil des ministres ; prise en charge du fret maritime des engrais et pesticides chimiques destinés à l’agriculture. Il s’agit de la prise en charge du fret maritime des produits nécessaires au développement économique et social aux produits suivants nécessaires aux agriculteurs doit permettre le développement des filières agricoles dans les îles autres que Tahiti. Le fret sera pris en charge également pour les amendements (fientes de poules, lisier de porcs, déchets de poissons, tourteaux de coprah …) Ah bon ? je n’y comprends rien ! Et vous ?

Palme d’or de l’obésité : Hip, hip, hip, hourrah ! Qui a reçu cette palme d’or ? Hein ? La Polynésie qui coiffe tous les Ultramarins sur le poteau. Le taux d’obésité infantile est de 34,1% au fenua. La Martinique est seconde avec 25,8%, la Guadeloupe troisième avec 25%, la Guyane affiche 18,3%. Les causes sont connues : sédentarité des populations, abandon de la cuisine traditionnelle au profit d’aliments raffinés, urbanisation, allongement de l’espérance de vie.

Elles sont belles mais dangereuses, plantes souvent toxiques, parfois mortelles. Poinsettia (Euphorbia pulcherrima) ou Etoile de Noël. L’ingestion est dans 90% des cas asymptomatique (diarrhées, vomissements) eczéma et démangeaisons si contact avec la peau. Datura stramonium appelé pomme-épineuse, herbes-aux-taupes, chasse-taupe, herbe du diable, endormeuse, pomme poison, trompette des anges, trompette de la mort. Toutes les parties sont toxiques : vomissements, hallucinations, arrêt cardiaque allant jusqu’au décès. Thevetia peruviana ou bois-lait, son latex est très toxique, ses graines parties sont toxiques, l’ingestion d’une simple feuille peut s’avérer mortelle pour un enfant et un adulte, en raison des troubles provoqués. Jatropha podagrica ou pignon d’Inde ou médicinier, les baies et la sève sont toxiques… Demeurez vigilants !

A Rurutu (îles Australes), le jury du Heiva et la population ont dégusté une préparation d’autrefois. Des racines de ti (cordyline) sont cuites dans un four. Ce four est recouvert de feuilles de purau imbriquées les unes dans les autres pour former un couvercle. Les racines cuites sont découpées en tranches et offertes. Autrefois friandise pour les enfants, sucre pour les aliments, se gardant plusieurs mois, cette racine était bénie des dieux. Dans les temps anciens, la racine de ti était utilisée pour ses apports en sucre. Du temps des goélettes, les voyages duraient plusieurs semaines, voire plus. Il fallait prévoir une nourriture qui puisse se garder. Les protéines étaient fournies par le poisson, les vitamines et la force par le taro, le coco pour les corps gras et le ti pour l’énergie vitale. Si aujourd’hui les besoins ne sont plus les mêmes, le rituel demeure et sort à l’occasion des fêtes de juillet.

Hiata de Tahiti

Catégories : Gastronomie, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,