Articles tagués : agatha christie

Camilla Läckberg, Cyanure

Erica Falk est en vacances et l’auteur explore Martin, jeune policier invité par sa petite amie Lisette à la fête de Noël sur une île au large de Fjällbacka. La famille est complexe et ses membres complexés. Un vrai panier de crabes où des secrets et non-dits empoisonnent l’atmosphère.

Le patriarche, un vieux Ruben en fauteuil roulant, est parti de rien et devenu milliardaire, son entreprise est désormais multinationale et il y a a placé ses deux fils comme PDG et directeur financier. Mais ceux-ci ne sont pas à la hauteur et les sources internes de l’ancien patron lui disent pourquoi. Pour la fête de Noël, Ruben va donc leur faire une surprise : il s’adresse durement à chacun de ceux qu’il a aidé financièrement pour leur reprocher leur inaptitude et, à la stupeur des participants, il annonce qu’il va les déshériter au-delà du minimum exigé par la loi.

Ce devoir accompli, il boit un grand verre d’eau… et s’écroule mort dans son assiette. Marin le policier extérieur à la famille s’approche ; il sent une odeur familière de mort, celle du cyanure. Ruben a été empoisonné ! Dès lors, il faut trouver qui l’a fait. Dans ce huis-clos familial, tout le monde avait un intérêt quelconque à ce que le patriarche disparaisse : pour hériter, pour cacher ses malversations ou ses erreurs, par vengeance.

Mais la tempête de neige se lève, courante en Suède et en cette saison. Les lignes de téléphone sont tombées à terre et les fils arrachés ; le réseau mobile est déconnecté. L’île est coupée du monde pour deux ou trois jours au moins, jusqu’à ce que le brise-glace du sauvetage en mer parvienne à frayer un passage.

Nous sommes plongés alors dans une atmosphère à la Agatha Christie où le tueur est dans la place. Il s’agit de le trouver mais les interrogatoires entrepris par un Martin inexpérimenté ne donnent rien. Il en apprend plus à écouter les cousins se chamailler ou les fils se reprocher des attitudes. D’autant qu’un second meurtre survient, celui du petit-fils Matte, très attaché à son grand-père Ruben mais un brin psychotique. N’a-t-il pas tenté d’étrangler son cousin Bernard, un snob de la haute finance qui l’a harcelé à l’école ? Il est découvert dans sa chambre par sa mère à l’heure de la sieste, une balle dans le cœur. Et le téléphone portable de Bernard – inutile sans réseau – est retrouvé sous son lit. De même qu’une édition des nouvelles de Sherlock Holmes sur sa table de nuit, dont le garçon était féru autant que Ruben.

A la délivrance, lorsque la vedette peut accéder à l’île et que les cadavres y sont embarqués, c’est le déclic : Martin comprend enfin. Il s’agit d’une énigme à la Conan Doyle…

C’est un roman policier plus court et moins fouillé que ceux avec Erica mais qui se lit facilement.

Camilla Läckberg, Cyanure, 2007, Actes sud Babel noir 2012, 155 pages, €7.00 e-book Kindle €5.99

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Agatha Christie, Black coffee

agatha christie black coffee le masque

Nous sommes en 1934 et Hercule Poirot, le ridicule et vaniteux petit Belge d’un mètre soixante au crâne en forme d’œuf et aux moustaches superlatives, est appelé au téléphone à Londres par un lord savant, sir Claud Amory. Il vit dans le sud-est de la capitale dans un ravissant manoir tout à fait victorien, au milieu d’hectares de parc et de jardin. Il règne sur la maisonnée présentée à la table du soir : sa sœur Caroline, son fils Richard avec sa femme Lucia, sa nièce Barbara, Edward son secrétaire un peu savant lui aussi et le docteur Carelli, une rencontre du village de Lucia.

Quelques instants plus tard, dans la bibliothèque, au moment du café, sir Claud annonce qu’il a découvert que la formule d’un nouvel explosif très puissant qu’il vient de découvrir a disparu de son coffre fermé à clé, et qu’il a mandaté un détective de Londres pour trouver le coupable. Stupeur dans la salle. Lorsque la lumière s’éteint, sur ordre de sir Claud durant une minute, afin que le voleur puisse remettre le papier ni vu ni connu, divers bruits, tintements, soupirs et froissements se font entendre. Quand l’éclairage revient, sir Claud git les yeux fermés dans son, fauteuil – mort. C’est alors qu’Hercule Poirot entre en scène.

Écrite pour le théâtre en 1930 (reprise en 2014 au Royal Theatre de Windsor), cette œuvre a été après la mort de l’auteur adaptée en roman sur la demande de l’éditeur par l’écrivain australien Charles Osborne et l’on sent l’effort des belles phrases. Nous ne sommes pas dans le style Agatha, plus sec, mais dans une adaptation fleurie plus vraie que nature. Donc un peu forcée, comme ces intérieurs américains trop neufs qui singent les meubles de style. Mais toute l’intrigue est ramassée en un seul lieu, sur quelques heures, avec les mêmes protagonistes. Ce schéma apparaît compliqué mais obéit à une logique ; il est recouvert par un double méfait, le vol et le crime. Les deux sont-ils liés ?

Chausse-trappes, impasses, fausses pistes ne manquent jamais chez Agatha. Pas plus que la grande scène finale où, tous réunis, la révélation surgit. Rien de magique, la simple agitation des petites cellules grises…

agatha christie black coffee poche

Nous sommes ici dans du Agatha tout pur ; arsenic et vieilles dentelles sont un peu recyclés pour les besoins de la modernité, mais la trame y est. Huis clos, tous cachottiers, chacun avait un intérêt soit au vol, soit au crime, soit aux deux. Who done it ? Qui l’a fait ? En deux heures vous serez intéressés, supputerez les indices, calculerez votre coupable – et resterez pantois lorsque la vérité éclatera, car elle est imprévue.

Comme d’habitude. Du grand art des méandres et de la psychologie. En outre, chacun des personnages est bien campé dans ses travers et ses grandeurs. Il en a été tiré deux films et un téléfilm, aucun disponible en DVD en français.

Agatha Christie, Black coffee, novelisation 1997, Le Masque 2001, 222 pages, €5.60

e-Book format Kindle, €2.49

Catégories : Cinéma, Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Peter Robinson, Qui sème la violence

1990 Peter Robinson Qui seme la violence

Ce roman étrange n’est PAS une enquête de l’inspecteur Banks. Il s’agit d’un roman policier classique à la Agatha Christie, qui semble le modèle de l’auteur, avec pour originalité sa construction. Ce sont en effet les destins de deux femmes qui s’entremêlent jusqu’à se rejoindre…

Côté Dr Jekyll, Kirsten est une jeune étudiante en lettres, brillante, amoureuse, confiante, qui se fait trucider dans un parc au retour d’une soirée bien arrosée. Elle s’en sort miraculeusement mais est marquée à vie dans chair et dans sa sexualité par ce « viol » au couteau. Côté Mr Hyde, Martha a le souvenir d’un viol qui l’a rendue autre ; elle n’a de cesse que de retourner sur les lieux où s’est produit l’agression pour se venger.

Peu à peu, de scène en scène, l’intrigue se met en place. Rien de classique mais une construction en abyme qui laisse ouverte nombre de perspectives.

Ce qui rend étrange ce roman est qu’il n’est pas anglais. L’auteur, bien que britannique d’origine, vit au Canada et la mentalité américaine faite de Bible (version Ancien Testament) et d’égoïsme l’a marqué. Ses personnages sont peu probables, pour ce que je connais du Yorkshire, mais tiennent plus des côtes de la Nouvelle Angleterre. Qu’importe, la construction est efficace et la chute finale – méritée – dénoue tout, d’un coup.

Ce qui rend étrange ce roman est aussi qu’il est féministe. Pour un auteur homme, c’est aussi improbable, d’où cette impression de flottement dans les caractères, le côté un peu artificiel des filles en but à la violence mâle. Je ne sais à qui est dédié ce livre, le prénom « Jan » ayant cette détestable habitude anglo-saxonne de s’appliquer à n’importe quel sexe, fût-il le plus incertain.

Les garçons n’apparaissent que comme des bites sur pattes dont l’humour et la tchatche n’ont qu’un objectif : le lit. Les hommes – les vrais – sont munis de mains baladeuses et d’yeux fureteurs dotés de rayons X pour déshabiller tout ce qui porte nichons. Les autres sont insignifiants comme le jeune amant étudiant de Kirsten, son père, ou les mâles flanqués de marmaille. Ceux qui ne « peuvent » pas sont irrémédiablement condamnés, comme par quelque gène défectueux, à devenir psychopathes – encore un trait typiquement américain.

D’où ce sentiment d’improbable qui ne vous quitte jamais à la lecture. Mais aussi l’efficacité de l’intrigue, parfaitement resserrée sur les caractères qui comptent dans le récit, tout le reste n’étant que décor esquissé à gros traits. Une autre facette de Robinson.

Peter Robinson, Qui sème la violence (Caedmon’s song), 1990, Livre de Poche 2006, 380 pages, €5.80

Catégories : Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,