Articles tagués : équateur

Dans la sierra équatorienne

Papallacta se blottit dans un décor grandiose de roches et cascades. Aux abords du village des sources chaudes témoignent de l’activité volcanique des lieux. On se détend dans des piscines aux eaux sulfurées et aux températures plus ou moins chaudes.

Calderon, petit village, doit sa renommée d’avoir été longtemps le site d’un artisanat original en Amérique du Sud. Le masapan, sorte de pâte à sel avec laquelle on fabriquait de petites figurines peintes dans la masse et dont on ne connaît pas bien l’origine. Ces figurines sont traditionnellement placées sur les tombes en offrande le jour de Todos los Santos (Toussaint) et le Dia de Difuntos (1er et 2 novembre).

Dans la lagune de Colta, malgré la baisse des eaux, les roseaux sont toujours exploités pour faire des radeaux, les herbes aquatiques servent de pâturages. Avec l’altitude, la lagune a des couleurs étonnantes. Les eaux sont de moins en moins abondantes. En se retirant elles ont laissé des terres fertiles dans les fonds des terrains plats. Les cultivateurs y pratiquent des cultures intensives. Un monde à part, les communautés d’altitude : une piste glissante, des  maisons de terre aux toits de paille ou de zinc dispersées sur des sommets arrondis. Ici, les hautes terres sont densément occupées même les sommets au-dessus de 3600 m. La vie est rude, il fait froid, souvent humide, cultiver est un exploit, et récolter de quoi nourrir une famille entière. Une utopie ? Et pourtant…

A la sortie de Colta, la petite église de pierre de La Balbanera est la plus ancienne du pays, elle date du 18 août 1534. Elle a réussi à conserver quelques pierres debout après le séisme de 1797.

Guamote est une bourgade de 2000 habitants au sud de la province. Le jeudi est jour de marché et une foule affairée mais silencieuse emplit la ville. A la variété des ponchos, on mesure l’attraction de la foire sur les nombreuses communautés et villages voisins. Les marchandes n’hésitent pas à installer leurs herbes sur les rails du train. Le conducteur actionnera son sifflet pour prévenir de son passage.

Ah ! oui, avez-vous déjà mangé du cuy ? Avant la Conquête, c’était la principale source de protéines dans les Andes. Ici, pas d’animal de compagnie pour les enfants, le cochon d’Inde (cuy) est élevé pour être mangé, alors bon appétit ! Avec le quinoa, ultra nourrissant, ce seront 15% de protéines complètes, 55% de glucides et 4% de lipides qui accompagneront le cuy. Le riz des Andes appartient à la famille des chénopodiacées, tout comme les épinards et les betteraves. Cela pourra être arrosé de chicha.

Depuis Riobamba, nous entreprenons l’ascension du Chimborazo (6310 m)… enfin par tout à fait. En 4×4 jusqu’au premier refuge à 5000 m. L’air se raréfie, les poumons flambent même si le volcan enneigé est magnifique. Je choisirai de redescendre par le même moyen (facile) et d’admirer les lamas et les vigognes, tandis que d’autres trouveront l’énergie d’enfourcher un vélo-tout-terrain pour rejoindre l’auberge. Bravo ! (Mais il n’y a que de la descente).

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Otavalo

L’identité otavalienne est très forte et se maintient coûte que coûte dans cette communauté fort nombreuse et pourtant de plus en plus dispersée pour des raisons commerciales à travers le pays. Mais partout où il est, l’Otavalien garde son costume.

Señor Otavaleno porte un lourd poncho bleu foncé, un pantalon d’un blanc immaculé, une longue tresse dans le dos, un feutre sur la tête, aux pieds des sandales bleues.

Señora Otavalena est vêtue d’une blouse ornée de broderies aux manches bouffantes, sur la tête et les épaules d’un châle de teinte sombre. Deux jupes de laine superposées sont nouées d’une ceinture tissée à la main. Autour du cou, plusieurs rangs de perles de verre, aux bras des bracelets de corail, des sandales noires aux pieds.

Le marché d’Otavalo est fameux, connu de toute l’Amérique du Sud. Il propose tout ce qui est nécessaire aux locaux. Les touristes peuvent empiler des photos dans leurs boîtes à images, acheter des souvenirs, un tapis, un panama. C’était le chapeau préféré d’Al Capone et des gangsters de Chicago. Il naquit sur les collines de Guayaquil. Là pousse le carludovica malmata, un palmier baptisé ainsi en l’honneur du roi Carlos V et de sa femme Luisa. Seuls les rejets qui contiennent des dizaines de palmes très fines sont utilisés pour tresser la merveille. Rien à voir avec les imitations bon marché de Chine ou de Taiwan.

 Otavalo comme communauté indigène, a toujours connu de nombreuses activités, bien avant la période coloniale, notamment comme centre d’échange entre les hautes et les basses terres. Le travail du coton et, en particulier, le tissage de la laine (mantas) pour l’habillement des habitants dépassait déjà les besoins locaux pour pouvoir être vendu jusqu’au centre de la Colombie et même au Pérou.

Cette capacité fut reprise par les Espagnols qui introduisirent en Amérique les moutons et qui imposèrent aux Indiens le travail de la filature et du tissage de la laine, activité obligatoire pour fournir à l’Espagne des draps.

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Autoferro, une invention équatorienne

Les lignes du chemin de fer équatorien sont à couper le souffle. La France et l’Espagne sont les pourvoyeurs d’aides à la Société des Chemins de fer nationale. Ici pas de TGV. Les Equatoriens ont crée un hybride route-rail, l’autoferro, qui a des similitudes avec nos « Michelines ».

Le moteur d’un camion suffit pour transporter une quarantaine de personnes entre 2800 et 3604 mètres. La gare la plus haute est Obina. La ligne passe devant les ruines d’inca Pirca, croise des lamas, des Indiens. A cette altitude on n’a pas encore le mal des montagnes mais…

Si on choisit le Diable, ce sera en compagnie d’Indiens et de touristes sur le toit des wagons, mais aussi des serre-freins… Il faut dire que la pente est vertigineuse. Pour éviter les courbes, c’est en zigzag que l’on descend. Il paraît que ce sont les Français qui ont enseigné de descendre ainsi. C’est moins risqué que tout droit, car le précipice est là, tout près. Les travaux durèrent de 1885 à 1902 et la peste décima une partie des ouvriers.

Pour vaincre le diable, il faut s’embarquer dans l’autoferro ou sur le toit d’un train poussif et descendre à grand risque dans sa narine. La ligne Ibarra-San Lorenzo a été ouverte en 1957. Deux sociétés françaises mirent sept ans à lui tailler un chemin en pleine nature sauvage. Le chemin de fer a fait ses débuts en Équateur dès 1910 avec l’inauguration de la ligne Quito-Guayaquil, après 30 ans de travaux.

Le parcours le plus impressionnant d’Équateur est sans doute l’un des plus spectaculaires de la planète. Il relie Alausi à Buçay, sur la ligne Quito-Guayaquil en passant par la Nariz del Diablo (la narine du diable) ! Le vieux train à vapeur rouge ou l’autoferro enchaînent les rebroussements, les zigzags tout au long d’une descente vertigineuse et en franchissant des ponts jetés au-dessus des ravins effrayants !

L’engin est un antique autobus de ramassage scolaire, monté sur des roulements de train et muni qu’un moteur diesel. De son passé routier, il a gardé son volant, son avertisseur et sa boîte à sable. Il avance comme il peut et quand il peut, descend la cordillère et traverse les paranos, la vallée de Salinas, les plantations de cannes à sucre au cœur de la montagne et atteint enfin, les forêts ruisselantes de chaleur et de pluie. La voie ferrée correspond à peu près au chemin tracé au 18e par Pedro Vincente Maldonado. Ce savant équatorien a été associé aux travaux de La Condamine.

L’arrivée du tortillard anime momentanément les lieux mais  la bourgade et les environs restent désespérément repliés sur eux-mêmes et il y règne une atmosphère de bout du monde ! Alausi, la petite ville blanche apparaît au cœur de la montagne au milieu d’un ensemble de vallées et de bassins comme une oasis refuge dans la tourmente topographique. Posée sur un replat, la ville est une étape de montagne avant d’arriver dans le bassin du Cañar. Le train lui valut dès le début du siècle une position de carrefour des communications. Le trafic ferroviaire est limité depuis plusieurs décennies.

Qui ne serait pas tenté à mettre un pied dans l’hémisphère nord et un pied dans l’hémisphère sud ? A 22 km de Quito, c’est possible, à la Mitad del Mundo (le milieu du monde). Le monument n’a rien d’exaltant : un énorme globe de cuivre et, sur le sol, une ligne entourée de bustes de savants. Cet emplacement a été  déterminé avec précision par Charles Marie de La Condamine.

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quito, capitale de l’Equateur

La capitale, est une ville de montagne à 2800 m d’altitude, encerclée de volcans enneigés, à 24 km de la ligne d’équateur. La ville est intéressante à visiter pour le couvent Amercene, la place San Francisco. Cette église date de 1535, bâtie dès l’arrivée des Franciscains qui seront suivis par les Jésuites.

Le Palais présidentiel est gardé par des soldats en costumes de Simon Bolivar, inspiré lui-même par les soldats de Napoléon 1er.  Les grilles devant le Palais sont celles des Tuileries à Paris !

Depuis le Panecillo, la vue plonge sur Quito. A 3016 m, on domine la cité et cela permet de discerner le plan en damier de son centre ancien avec ses coupoles, tours et toits de tuile.

Poursuivons, voici le lac de San Pablo utilisé par les lavandières et les pêcheurs locaux.

Le Quito colonial est  habité par les Indiens. La plupart des Indiens vivent dans la montagne, la Sierra. Les hautes vallées et le páramo froid et sec qui s’étend en altitude entre 3 et 5000 m sont peuplés par la moitié des 8 millions d’Équatoriens.

Quittant Quito, nous pénétrons un immense patchwork. Sur les flancs de la montagne, maïs, haricot et pois poussent à 2500 m. Les nombreuses espèces de pommes de terre se bousculent entre 2200 et 4000 m d’altitude. A mesure que l’on s’élève, le sol devient plus sec et les nuits plus fraîches : le blé et l’orge remplacent alors le maïs. Plus haut, ces céréales cèdent la place au quinoa, le « riz » des Andes.

Le marché, c’est un creuset de formes et de couleurs virevoltantes. Le marché occupe huit places différentes spécialisées chacune dans une catégorie de marchandises : le marché métis avec les objets manufacturés, le marché indigène avec des produits bruts fabriqués artisanalement, les marchés réservés à l’approvisionnement et à la restauration, le marché aux animaux est le plus animé des 8 places. Sur un terrain vague, des dizaines d’hommes en poncho effectuent des transactions sérieuses : une vache et un mouton représentent souvent toute la trésorerie d’un Indien. Ce qui frappe sur un marché serranais, c’est le silence.

En Équateur, les Indiens portent leurs vêtements des grands jours en toute occasion, célébration religieuse, jour de marché, descente au village. Les indígenas d’aujourd’hui ont adopté les costumes espagnols du 16e. A l’époque, chaque hacienda avait une sorte d’uniforme. Le noir et l’indigo adoptés par les Saraguro symboliseraient le deuil perpétuel de l’Inca Atahualpa, exécuté par Pizarro en 1533. Le bleu indigo soutenu des Saraguro provient de l’indigofera,  plante tropicale à fèves ; le rouge vif des foulards et châles portés par les indigènes de Salacasa est tiré de la cochenille (dactylopus coccus) un insecte qui vit sur une cactée, l’opuntia ; les tissus Ikats, eux sont réalisés par un processus de nouage et de teinture avant le tissage. Les macanas, baluchons omniprésents, sont destinés à transporter aussi bien du petit bois qu’un bébé.

La foi catholique est profonde, mêlée au paganisme, cela donne des églises baroques, des couvents franciscains, des statues aux visages souffrants…

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hiata en Équateur

En quelques mots, l’Équateur est un pays situé sur deux hémisphères, kaléidoscope s’il en est. Petit par la taille, 283 560 km², il offre à ses visiteurs  paysages variés, la sierra (Cordillère), la sosta (région côtière chaude et humide), et l’oriente (fleuve Amazone et rio Napo). La jungle et les volcans, les montagnes et la mer avec, en prime, les îles Galápagos. La ligne de l’Équateur passe à 24 km de Quito, c’est le milieu du Monde ! Alors ne résistons pas.

Les Équatoriens, indigènes, noirs, métis, créoles, sont 13 millions soit 42 habitants au km².

La religion catholique s’est superposée aux croyances ancestrales et cela donne… des églises et des shamans. On honore les esprits ; le jour des morts on mange et trinque avec les défunts ; on construit sa maison au-dessus d’un fœtus de lama.

La musique et la danse gardent leurs caractéristiques anciennes. Les cajas et tinyas  (tambours), les percussions, les sifflets, les ocarinas, les antaras (flûtes de Pan), les kenas (flûtes droites) sont maintenant accompagnés par les guitares et les violons. Le charango, originaire de Bolivie, possède 5 paires de cordes et 8 frettes. La caisse peut être en bois à défaut du tatou traditionnel. La mélodie semble triste, mais les Indiens adorent les fêtes. Ils s’endettent pour organiser celles auxquelles nous assistons, où coule l’alcool durant plusieurs jours, où les danses rituelles sont rythmées par des orchestres. On y danse également  la cumbia colombienne, et le merengue.

Quant au football, il est sport national ! A signaler, rares sont les Équatoriens qui fument. Il faut dire qu’à ces altitudes les poumons doivent être préservés.

Von Humboldt a donné son nom à un courant. Le volcan Cotopaxi est le plus haut volcan en activité. Quito se situe à 2850 m d’altitude, et est peuplée par 1 million d’habitants, la ville ancienne date de 1534. Ici en Equateur on revendique l’héritage espagnol. L’épine dorsale du pays est faite de cimes déchiquetées. Les chaînes de montagnes divisent le pays du nord au sud, elles –mêmes dominées par les volcans. Pays de neige et de feu, les volcans règnent à plus de 6 000 m d’altitude. Les pentes escarpées des montagnes sont cultivées à dos d’homme, de nombreuses espèces de pommes de terre poussent entre 2200 et 4000 m. La jungle, une muraille verte, est un labyrinthe végétal qu’on atteint par les fleuves. Dans ce petit pays, la moitié de la France, la nature offre une variété surabondante de paysages des plus impressionnants.

Le plus haut volcan de tous (et le plus éloigné du centre de la terre parce que la terre est un ballon de rugby) est le Chimborazo (6310 m), l’un des plus hauts sommets des Andes. Le Cayambe se distingue, il est le sommet le plus élevé de la terre à 0° de latitude : ses 5790m sont situés exactement sur l’Équateur. De la glace sur l’Équateur !

Ô temps suspend ton vol ! De toute façon, ici le temps a peu d’importance.

Suivez-moi.

Hiata de Tahiti

Catégories : Equateur, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les Incas du Pérou

On ne connaît pas l’origine des Incas. Certains les font venir des hautes plaines de l’Amazonie, d’autres du Lac Titicaca… Les Incas ont fondé vers 1200 Cuzco, « le nombril du monde » en quechua. Le grand temple du Soleil est devenu les fondations du monastère Santo Domingo. Douze dynasties incas se seraient succédé à Cuzco. Atahualpa appartiendrait à la treizième. Le premier Inca historique est Pachaculec-Inca-Yupan (1438-1471). « Renversement de l’ordre du monde » signifierait son nom. Les Espagnols découvrirent la ville de Cuzco rebâtie par lui.

Les Incas dominaient un immense empire couvrant le Pérou, la Bolivie, l’Equateur, et une partie de la Colombie et du Chili d’aujourd’hui. Les traces de cette civilisation sont partout, chez les gènes des 10 millions d’indigènes parlant le quetchua, dans les objets des musées, dans les ruines du bâti antique. Les Incas ont beaucoup apporté à l’agriculture et à l’architecture. Comment ne pas être admiratif devant les ouvrages colossaux constitués d’impressionnantes pierres taillées et ajustées qu’on ne peut, entre deux blocs, y glisser la lame d’un couteau ?

Sur les crêtes, ils ont construit Machu Picchu, Pisac, Sacsahuaman, des cités-forteresses approvisionnées et surveillées par tout un réseau de chemins et de sentiers d’approche. Les travaux des routes commencés sous la civilisation Chimu se sont poursuivis. Ils les ont agrandis jusqu’à 11 000 km, une route suivant la côte, l’autre la cordillère.

Si la religion catholique a été adoptée par la majorité des peuples d’Amérique du Sud, l’animisme a conservé ses rites millénaires : lorsqu’on passe un col, vous verrez votre chauffeur descendre de voiture ou de car et poser un caillou blanc sur un tas déjà constitué. Le jour des morts on fait libation sur les tombes, on apporte aux défunts à manger, on trinque avec la tequila, on leur fait donner une aubade. Le lutin bossu et grassouillet (ekeko), censé apporté la richesse, est béni ainsi que tous les autres le 24 janvier à La Paz. Le demi-dieu de l’abondance est porteur de tous les désirs en représentations miniatures tels enfants, nourriture, argent, automobile Mercédès. Les poupées du Pérou en laine, coton et fibres végétales n’étaient pas des jouets mais des idoles rituelles. Les guérisseurs font toujours office de médecins.

La musique demeure l’une des plus belles qu’il m’ait été donnée d’entendre que ce soit dans les auberges, les fêtes populaires, sur une place publique.

Les tambours, (cajas et tinyas), percussions, sifflets, ocarina, flûtes de pan (antaras), flûtes droites (quenas), guitare et violon accompagnent les chanteurs et danseurs de valse créole et marinera.

Hiata de Tahiti

Catégories : Pérou-Bolivie, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,