Articles tagués : conserves

Manuel du moins dépenser

Les impôts sous le président Hollande tombent comme les balles à Gravelotte sous l’inepte Bazaine. Comme l’’économie n’est pas qu’une science abstraite mais peut avoir aussi des applications immédiates et concrètes, comment en temps de crise dépenser moins ? Comment, par souci écologique, dépenser mieux.

Vous êtes nouveau retraité ? Chômeur récent ? Votre prime annuelle a diminué drastiquement ? Votre taxe foncière et d’habitation ont grimpé à des sommets ? Vous voulez obtenir mieux avec moins en maintenant un standard de vie décent ? Quelques conseils.

Dépenser moins signifie en premier faire la revue des dépenses.

Répondre à la question « est-ce utile ? » Par exemple : de garder une voiture dans Paris ? Conserver une résidence secondaire où l’on ne va que 15 jours par an – alors que les députés socialistes manifestent un fort appétit à vous taxer pour financer leurs bastions, les « collectivités locales » ? Voyager aussi loin ? Aller rituellement au restaurant ? Manger des haricots verts du Kenya ou des cerises en hiver ? Tout cela est-il indispensable à votre bonheur ?

Dépenser moins signifie aussi épargner utile et prudent.

Ne laissez par d’argent liquide dormir sur votre compte-chèques mais privilégiez le monétaire : Livret A, LEP (si vous êtes peu imposable sur le revenu), LDD, Codebis du Crédit Agricole, CEL, Livret B. Vous obtiendrez au moins l’inflation (très basse en ce moment) et protégerez ainsi votre capital tout en gardant l’argent disponible à tout moment.

Pour un taux supérieur, vous devrez bloquer les sommes épargnées : PEL (4 ans minimum mais jusqu’à 12 ans possibles au même taux), PEA (8 ans minimum pour éviter les fortes taxations), assurance-vie (avant 70 ans si vous voulez transmettre). Voire les PEE (Plan d’épargne entreprise) si vous êtes salarié.

peintre

Dépenser moins signifie encore chercher les bons plans, notamment sur Internet.

La période des soldes est connue de tous, mais comparer les prix l’est un peu moins. Internet y aide.

Sans négliger les occasions en livres, CD, DVD, objets de décoration et – pourquoi pas – vêtements.

Pour les enfants, qui grandissent sans cesse, les échanges en famille sont recommandés. Ou les achats dans les magasins de style Gap ou Carrefour pour le courant.

En alimentaire, la revue ’60 millions de consommateurs’ fait la revue annuelle de plus 1400 produits de première nécessité en comparant les prix. Les informations sont accessibles gratuitement sur tous les sites des journaux.

La Télévision Numérique Terrestre comprend 14 chaînes accessibles gratuitement si vous avez un forfait Internet qui vous permet aussi le téléphone gratuit en France et dans de nombreux pays étrangers. Sans liaison obligatoire France Télécom (ce quasi monopole qui se prend encore pour une Administration) si vous choisissez le dégroupage !

Dépenser moins signifie encore acheter durable.

La mode est éphémère et ne compte surtout que lorsque vous êtes adolescent(e) – même attardé – ou en représentation. Pour le reste, le durable est le plus raisonnable, écolo ou pas. Retrouvons en temps de crise les réflexes de nos (désormais arrière) grand-mères. Un jean vous durera dix ans (si vous ne grossissez pas), une paire de chaussures 5 ans (si elles sont entretenues).

Un livre vous durera une vie, mais pas le dernier CD à la mode. C’est le marketing qui fait l’essentiel du prix ; la tyrannie de la mode incite à consommer et à dépenser plus et sans cesse pour le même objet « relooké », « repackagé », « à obsolescence programmée ».

Rompre avec ce système est une économie immédiate. Nombre de livres classiques, dans le domaine public, sont accessibles par e-books gratuits sur Internet.

Quant aux ordinateurs, un de bureau avec assez de puissance vous dure dix ans (pas un portable, plus fragile et moins puissant)…

Dépenser moins, c’est aussi faire de nombreuses choses par soi-même.

Pour l’alimentation, choisissez de cuisiner à l’aide de produits de base plutôt que d’acheter exotique ou plats préparés. Tout ce qui est à base de poulet, d’œufs, de pommes de terre, de riz et de pâtes est d’un excellent rapport qualité/prix. Le gigot surgelé est à moitié prix par rapport au boucher (décongeler 48 h à l’avance au frigo).

Pour les produits de base génériques (conserves de thon, pâtes lambda, beurre de cuisine, huile d’arachide, etc.) pensez magasins de discount (Aldi, Ed l’Épicier, etc.), surgelés de qualité (Picard) ou produits ‘sans marques’ des grandes chaînes (Carrefour, Casino, etc.) : ce sont les mêmes usines, seules les dépenses de marketing ne sont pas incluses dans le prix car il n’y en a pas.

Achetez les légumes et fruits de saison plutôt qu’exotiques ou venus de loin ; choisissez les aires de cueillette si vous avez une nombreuse famille ou aimez faire des conserves ; les viandes et poissons en promotion, qui font l’objet d’achat en grande quantité (moins chers) et partent plus vite (grand débit = grande fraîcheur).

A la campagne, cultivez votre jardin et conservez vos productions plus « bio » que les vraies. C’est ainsi que nos (arrière) grands-parents compensaient leur retraite légère, car le système de retraite tel que nous le connaissons n’a été instauré qu’en 1946.

pommes tomates poivron

Bricolez par vous-mêmes si vous le pouvez : la plomberie, l’électricité, la maçonnerie, la menuiserie, la couture, la coiffure des enfants…), aidés des conseils de vos voisins, famille, amis et relations.

Échangez des services (ex. couture contre menuiserie, confiture contre réparation de plomberie). Faites participer les enfants, même les ados si vous leur confiez une responsabilité selon leur âge : ils adorent ça.

Donnez des cours selon vos compétences : français, math, gym, finance, construire un CV… Proposez vos compétences en Mairie, des associations existent. Gardez des enfants, guidez des promenades, vendez vos productions culinaires, etc.

Covoiturez, profitez du covoiturage. L’intérêt est le troc : de produits, de services, d’idées – toujours moins cher que les circuits traditionnels. Déjà sans TVA… et tant pis pour l’État trop gourmand !

Louez quelques chambres en gîte à des touristes si vous êtes à la campagne, ou une chambre si vous êtes en ville à un(e) étudiant(e) : vous aurez une compagnie, de l’animation et un revenu supplémentaire pour payer les charges. Si vous avez un box de garage ou un emplacement de parking, louez-le : avez-vous vraiment besoin d’une voiture dans une grande ville ? Si vous êtes déjà locataire de votre appartement, changez s’il est trop grand ou trop lourd pour vous ; sinon sous-louez une chambre (voir le contrat de bail pour savoir si c’est autorisé).

Voyagez en vous y prenant à l’avance et hors saison. L’achat de billets SNCF sur Internet trois mois à l’avance, ou de billets (Air France – trop souvent en grève de privilégiés) ou EasyJet de 3 à 6 mois avant, vous permettent de substantielles économies. Certains achats de dernière minute aussi, mais c’est quitte ou double. Sauf pour les voyages organisés où vous pouvez dénicher la bonne affaire.

La randonnée est le sport le moins cher : une paire de bonnes chaussures et un sac à dos qui vous va bien suffisent ; ils vous dureront 10 ans.

Si vous avez une certaine culture classique ou des compétences d’animateur ou de sportif, postulez pour accompagner des groupes auprès de voyagistes reconnus (Arts & Vie, Nouvelles Frontières, etc.) : vous ne serez pas forcément payés mais voyagerez tous frais inclus, et étofferez votre carnet d’adresses par des rencontres toujours intéressantes.

N’hésitez pas à parler avec tous ceux que vous rencontrez des recettes et combines pour se faire plaisir sans dépenser plus. Vous serez étonné(e) de voir que tout le monde s’y met. Prenez des notes, des recettes, des adresses, des sites. Alimentez l’échange, c’est passionnant.

– Et avec les économies réalisées… n’hésitez pas à faire une folie de temps en temps ! Ce qui importe au plus grand nombre est de vivre bien, pas de devenir ermite.

La documentation indispensable au dépenser moins :

Martin Kurt, Améliorez votre pouvoir d’achat, €14.10
Martin Kurt, Le guide pour arrondir vos fins de mois, €9.99
Martin Kurt, Apprendre à bien négocier – mode d’emploi, €7.99 

Un choix de liens utiles (il y en a d’autres !) :
http://www.amazon.fr (livres, CD, DVD – neuf et occasion)
http://www.ebay.fr (tous objets d’occasion)
http://www.priceminister.com (id)
http://www.rueducommerce.com (id)
http://www.grosbill.com (id)
http://www.cdiscount.com (CD moins chers)
http://www.euro.dell.com/countries/fr (vente directe d’ordinateurs, écran, etc.)
http://www.voyagesncf.com (billets de train)
http://www.idtgv.com (billets de train SNCF, vente directe)
http://www.natoora.fr (produits frais directement des producteurs)
http://www.kelkoo.fr (site comparateur de prix)
http://www.fr.shopping.com (comparateur de prix)
http://www.privatesook.com (site de ventes privées)
http://www.ebooksgratuits.com (livres enregistrables gratuits)
http://gallica.bnf.fr (livres anciens téléchargeables gratuits)
http://www.marmiton.org (recettes de cuisine)
http://www.anyway.fr (billets, voyages)
http://www.fr.lastminute.com (voyages dégriffés)
http://www.vacancespascher.com (bon plans vacances)
http://www.voyagermoinscher.com (id)
http://www.easyjet.com
http://www.ffrp.asso.fr (Fédération Française de Randonnées Pédestres)
http://www.seloger.com (annonces immobilières)
http://www.entreparticuliers.com (annonces entre particuliers)
http://www.digitroc.com (troc entre particuliers)
http://www.gchangetout.com (id)

Catégories : Economie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Yalta plateau Petri

Nous reprenons le bus pour grimper sur le plateau qui domine Yalta, le plateau Petri. La route tourne et retourne dans une belle forêt de feuillus sans taillis. Les feuilles filtrent une lumière apaisante sur les fûts droits comme les colonnes d’un temple. N’est-ce pas Chateaubriand qui comparait les cathédrales et leurs piliers à des forêts de pierre ? A un virage, une fontaine d’eau pure et glacée sourd du rocher en contrebas de la route. C’est un arrêt obligatoire tant cette source est sensée contenir de vertus – la principale étant contre la soif. Nous y remplissons nos gourdes en prévision de la montée à pied qui va suivre.

yalta plateau petri stand de bouffe

Le plateau offre un « point de vue » sur Yalta et sur la côte, il est donc flanqué d’un parking immense et de baraques pour attractions, bouffe et souvenirs. Le parc ressemble un peu à l’idée que je me fais de la foire aux chameaux de Pushkar au Rajasthan. Ici, les minibus remplacent les bêtes. Nous découvrons cependant trois chameaux d’Asie qui servent à promener les touristes pour quelques sous, leurs bosses successives servant d’entre-deux confortables aux midinettes, aux petits garçons et aux grosses matrones. Déguisées en mousmé, ces dernières grimpent à l’aide d’un escalier sur une estrade de bois qui leur servira à se jucher sur la bête. Puis elles se font tirer par un grand Tatar déguisé, lui, en Bédouin dont on ne voit que les yeux.

yalta plateau petri chameaux d asie

Parmi les attractions, il y a aussi le paon sur son banc, les oursons, les deux panthères et le bébé tigre, toutes bêtes sauvages avec qui se faire prendre en photo comme si l’on était au fin fond de la taïga. Les Russes et les peuples de pays proches, aux ancêtres pionniers, adorent ça. Ils sont bon public, émerveillés des prédateurs qu’on leur apporte sur les genoux, heureux d’être mis en situation pour le « souvenir ». Nos grands-pères, dans les années 30, étaient ainsi. Aujourd’hui, notre génération n’y croit pas plus qu’au Père Noël ou à Dieu. Nous manque-t-il cette faculté d’étonnement dont les philosophes font le premier pas vers la philosophie ? Manquons-nous de naïveté devant les bêtes, donc quelque peu de poésie ?

yalta gamin russe debardeur a trous

Nous serons tout en haut des falaises, à 1233 m, lorsque nous aurons accompli le reste du chemin à pied. La grimpée s’effectue sur le calcaire, puis dans un bois où résistent encore quelques arbres centenaires. Nous suivons un lot de midinettes en robes de tulle et en claquettes, c’est tout juste si aucune ne porte de hauts talons. Les adultes mâles de plus de trente ans suent et soufflent de trop fumer et de trop boire. Seuls les gamins sont hardis, vêtus au minimum, baskets et short, torse nu. Ils grimpent souplement et sans effort pour arriver en haut. La jeunesse désoviétisée a pris le maintien svelte et les muscles sportifs de la nouvelle norme capitaliste. Le parti communiste d’Ukraine vient cependant chaque année replanter un drapeau rouge sur le piton qui fait face à celui où trône une croix de bois. Cette croix est le signe que nombre de jeunes et de petits gars arborent désormais en modèle réduit à leur cou, symbole de leur adhésion à la modernité. Avec ce drapeau rouge en face, il s’agit de montrer que des communistes existent encore, qu’ils révèrent la patrie, la morale et l’effort.

yalta plateau petri

Le conservatisme a changé de camp. S’il subsiste ici ou là quelques étoiles soviétiques, les symboles courant de cette période (qui a duré quand même trois générations) apparaissent résolument ringards, autoritaires et dépassés. Voilà au moins un progrès réel. Du sommet de la falaise, nous avons vue pleine et entière sur le littoral, du moutonnement des arbres sur la pente au rivage presque entièrement bâti.

yalta plateau petri gamin

Au retour de la descente, nous prenons un jus de raisin face au panorama, à l’écart des boutiques. Nous restons ensuite à déambuler parmi la foule bon enfant qui va de boutiques en attractions, s’amusant tant qu’elle peut. Les petites filles se parent de coiffes tatares, très orientales, une calotte brillante garnie de pendentifs aux rondelles métalliques d’un délicieux exotisme. Les garçons, plus terre à terre ou plus sensuels, préfèrent lécher des glaces ou caresser les fauves.

yalta fillette russe coiffure tatar

Les préados sont fascinés par le décor à la Mad Max qu’offre « l’attraction nazie ». Deux antiques autos noires, une Adler et une BMW à quatre phares, toutes deux prises de guerre de l’URSS, servent de décor à une mise en scène du plus bel effet. Une mère conduit son garçon d’une douzaine d’années à la voiture, après avoir payé le forain. Elle aide le gamin à revêtir la veste de cuir grise et la casquette de soldat allemand ; elle lui met dans les mains la Schmeister à répétition. Debout au volant de l’engin, elle décore ensuite son petit mâle des cartouches de mitrailleuse qui feront bon effet. La lourde bande fait ployer un instant les frêles épaules. Et clac ! Voici une première photo souvenir. Et clic ! Une autre au volant, la casquette envolée, les cheveux ébouriffés comme par le vent de la course. Le panneau précise : « 10 mn de photo autorisée par ticket payé ».

yalta gamin russe deguise en nazi

Deux autres tout jeune adolescents très amis, probablement cousins, attendent leur tour. Torse nu, ils se tiennent les épaules, se frôlent en se bousculant, échangent des secrets à voix basse. Ils montent dans ce véhicule de tortionnaires, se coiffent d’un casque à cornes nazi, empoignent la mitraillette de rigueur, ceignent leurs épaules pâles d’une cartouchière pleine comme d’une armure d’écailles et les voici, nouveaux Siegfried, prêts à assassiner le monde entier. Ils sont touchants. Leur fragilité prend des mines farouches devant l’objectif, ils se hissent debout, tenant d’une main le pare-brise et de l’autre l’arme brandie, jouant des effets de muscles pour paraître barbares. Puis, vidés par l’effort, épuisés par ce théâtre, ils se dépouillent de tout cet attirail pour redevenir de gentils garçons à leur maman, dont le papa russe est fier…

yalta gamins russes amis torse nu dans la voiture nazie

Les photos de ce moment de défoulement serviront à faire rire les copains et à crâner devant le reste de la famille. Un tel spectacle serait probablement interdit chez nous par toutes les ligues de vertu et les gardiens du mémorialement correct. Et pourtant : n’avons-nous pas combattus le même ennemi et gagné la même guerre ? La différence entre l’ex-empire soviétique et nous est que certains lobbies ne font pas, ici, seuls la loi en tablant sur la culpabilité des autres.

yalta radomes centre d ecoutes de crimee

Nous reprenons le bus pour traverser le plateau et plonger du côté du grand canyon de Crimée, vers le village de Sokolinoe. Le chauffeur, curieusement, débraye dans les virages et laisse aller le véhicule au point mort dans les descentes. Ce genre de conduite est dangereux mais c’est une attitude « à la russe » courante, qui allie le mépris du danger aux anciennes habitudes de pénurie qui rationnaient le carburant. Sur le haut du plateau, les radômes du centre d’écoute de Crimée rappelle que l’armée veille toujours.

sokolinoe crimee conserves artisanales

Nous gîtons ce soir dans une petite maison de campagne, enfouie dans un jardin. L’entrée sur la route propose, sur une table à tréteaux, divers produits locaux comme le miel, les conserves de fruits, les champignons, les concombres au sel, les oignons du jardin et les tomates fraîches. Sous la tonnelle à treille où, à la mode tatare, nous dînons assis en tailleur après avoir ôté nos chaussures, de nouvelles bouteilles de vin rouge de Crimée nous égaient. En apéritif, nous avons goûté le « vin de cassis » de la dame, où les fruits sont bien présents, mais agrémentés d’une bonne dose de vodka distillée clandestinement. On nous a assurés qu’elle était saine, sans alcool trafiqué. A la salade normale de tomates et concombre succède une salade de chou vert blanchi, aux poivrons et légèrement épicée, puis un riz pilaf à la viande. Les chambres sont petites et calmes, formatées pour de nombreux enfants et cousins. Nous y dormons parfaitement.

Catégories : Ukraine, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Cuisine italienne, histoire d’une culture

Voici un livre savoureux, par deux professeurs d’histoire des universités du nord de l’Italie. Comment s’est constitué ce qui est devenu de nos jours « la cuisine italienne » ? De cette mosaïque de terroirs à l’international-food connue de tous : macaronis, pizzas, spaghetti bolognaise…

Car l’Italie est avant tout un espace physique et mental, bien avant que le pays ne s’unifie à la fin du 19ème. Elle est ouverte sur trois mers, aux poissons différents ; elle a des échanges avec la France et l’Allemagne, mais aussi avec l’Espagne et le Levant. Le premier livre de cuisine italien date du 13ème siècle, le ‘Liber de coquina’, probablement écrit à Naples.

Mais le ‘modèle’ italien date du 15ème siècle, recyclé par la ville, lieu d’échanges et de production imprimée. Il note la fonction de passeurs des commerçants arabes ; ce sont eux qui introduisent par exemple l’aubergine depuis l’Espagne et la Sicile, considéré longtemps comme « met de juif » ; ils introduisent aussi dès le haut Moyen âge les agrumes et le sucre de canne. Haricots verts, fenouil et choux-fleurs n’apparaissent qu’au 16ème siècle, la tomate fin 17ème seulement dans la cuisine, à Naples, sur influence espagnole, la pomme de terre au 18ème comme substitut de farine lors de disettes et le poivron au 19ème siècle, considéré comme « vulgaire ». La méridionalisation de la cuisine italienne (huile d’olive, tomate, aubergine, poivron, ail, anchois, poissons de roche) est née seulement au début du 20ème siècle, avec le tourisme balnéaire !

Manger à l’italienne, c’est surtout manger herbes et légumes. Le chic médiéval, c’est la viande ; celle issue de la chasse des nobles ou des élevages de porcs dans les forêts germaniques et gauloises. Les régions italiennes connaissent surtout les végétaux, qui poussent bien, quelques céréales et le poisson. L’Eglise et sa coutume de faire maigre pousse à alterner chair riche et jeûne (plus de 100 jours par an !).

Les nobles et les bourgeois des villes peuvent faire venir du frais à grand frais ; les pauvres des campagnes sont condamnés à ce qui pousse en saison et aux conserves, en général salées ou séchées, ce qui forme un goût particulier. Ce goût, justement, se distingue selon la classe : qui est riche aime l’épice et le sucre – rares et chers – ; qui est pauvre se contente de sel et des herbes aromatiques et préfère l’aigre au doux. Minestrone, polenta et rizotto sont plats de pauvres.

Et les pâtes ? C’était aussi un plat de pauvres, mais « les Romains connaissaient déjà, comme d’autres populations de la Méditerranée et d’ailleurs, la pratique de pétrir la farine avec de l’eau et de ‘l’étaler’ en une large feuille appelée ‘lagana’ – la future lasagne – qui était ensuite découpée en bandes avant d’être cuisinées. » p.84 Ce n’est qu’au Moyen Âge que la méthode de faire bouillir la pâte dans l’eau, le bouillon ou le lait est apparue.

Les pâtes sèches seraient dues aux Arabes (dans les recueils de cuisine du 11ème siècle) pour se garantir des provisions lors de leurs caravanes à travers le désert. Les pâtes longues seraient elles aussi dues aux Arabes, selon des images du 14ème, siècle où apparaît d’ailleurs en Italie la fourchette, tant il est difficile de manger des pâtes brûlantes et glissantes avec les doigts… Les pâtes se mangent systématiquement avec du fromage ; l’usage de la tomate en sauce n’est adopté que vers 1820. Quant aux raviolis, ils dérivent de la tourte et désignaient autrefois la seule farce.

Un chapitre est consacré à la diététique. Dès la Renaissance, on se préoccupe du bon équilibre alimentaire, fondé en premier sur les distinctions entre aliments « chauds » et « froids » du médecin grec Galien (2ème siècle). D’où ces associations étranges, qui subsistent jusqu’à nos jours comme le melon/jambon de Parme, la poire avec le fromage ou la salade en début de repas pour « ouvrir » l’appétit.

La « réduction » bourgeoise réduit le nombre de mets en vue d’économie et de santé, valorisant l’épargne et la tempérance, pour se différencier des seigneurs dont la profusion et le décor sont pure ostentation.

Avec le 19ème siècle apparaît la cuisine de restaurant comme un ordre quasi militaire : on parle de « chef » et de « brigade », l’uniforme est blanc pour signifier l’hygiène en cuisine et noir pour le service, effectue comme une cérémonie. Tandis que naît le « gastronome », dandy expert en auberges et menus, la « cuisine » devient la pièce principale de la famille dans les maisons et les appartements.

L’alimentation est très conservatrice car on se veut tel qu’on mange ou ce qu’on mange nous construit. La cuisine italienne évolue entre habitude et progrès, marmite à vapeur de M. Papin (1681), froid artificiel (18ème siècle), conserves de M. Appert (1810), fours à température constante (19ème siècle), réfrigération (années 1960 seulement dans le populaire)… L’internationalisation de la cuisine italienne ne prend son essor qu’après la Seconde Guerre mondiale : le terme « pizza » est encore inconnu du ‘Larousse gastronomique’ en 1938 !

Comment l’homme fait des nécessités physiques (manger) et des contraintes économiques (ce qu’on trouve, et à prix abordable) une culture. La cuisine, comme le reste, est le fruit de l’histoire, elle dit l’apparence et le prestige, le statut social, la tradition et la nouveauté, le bien-être et l’austérité. Culture, oui : « Qu’est-ce que la gloire de Dante, à côté de celle des spaghettis ? » se demande Prezzolini en 1954. N’importe quel inculte américain ou autre connaît les spaghettis – mais qui connaît encore Dante Alighieri ?

Alberto Capatti & Massimo Montanari, La cuisine italienne – histoire d’une culture, 1999, préface de Jacques Le Goff, Seuil 2002, 423 pages, €22.14

Catégories : Gastronomie, Italie, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,