Articles tagués : super héros

Jamais assez mais raisonnable

Les annonces du président Macron après la révolte des gilets jaunes et la tenue du Grand débat ne font pas la révolution : déception chez les partisans du grand soir, qui n’ont jamais abandonné leurs utopies de jeunesse soixantuitarde !

C’est oublier un peu vite, dans le zapping d’époque mené par sa queue ou son cœur d’artichaut, qu’Emmanuel Macron a été élu par les deux Français sur trois qui se sont exprimés et qui tendent vers le centre. Le tag du Nouvel Obs, du temps qu’il existait encore, le décrivait ainsi : « Énarque et philosophe, haut fonctionnaire et banquier, Emmanuel Macron est un homme politique français. Un temps membre du Parti socialiste, il est considéré comme social-libéral ». Réformes oui, révolution non.

Pour tenir compte des récriminations (justifiées) sur le coût de la vie, il propose de réindexer sur l’inflation les petites retraites (inférieures à 2000 € par mois, la moyenne du revenu des gilets jaunes étant à 1700 €) et de porter la retraite minimale pour une carrière complète à 1000 € au lieu de 637 € (soit une hausse de 57%). Il va mettre en œuvre une baisse de 5 milliards d’impôts sur le revenu à destination des classes moyennes, en supprimant notamment des niches fiscales qui ne profitent qu’aux entreprises.

« En même temps » pour la financer, cette baisse, il faut produire plus donc travailler plus – comme nos voisins : réduire le chômage, être mieux formé pour être mieux employable et plus productif, cotiser plus de trimestres dans sa vie active pour obtenir plus de points de retraite. La lutte contre la fraude fiscale sera encouragée (à condition de ne plus supprimer de postes de contrôleurs du fisc !). Il ne touche pas aux tabous «  de gauche » des 35 h et de la retraite à 62 ans mais veut montrer que ce ne sont pas avec des tabous qu’on s’adapte aux changements.

En termes de symboles, il assène la suppression de l’ENA au profit d’une forme plus ouverte et plus diversifiée de recrutement dans la fonction publique – pourquoi pas si cela rend les gens moins imbus d’eux-mêmes, mais le copinage n’en ressortira-t-il pas renforcé, comme avant la création de l’école ? Et sera mis en place un « nouvel acte de décentralisation adapté à chaque territoire » appuyé sur « quelques principes simples : responsabilité, lisibilité, financement ». A voir à l’usage. Les maisons de service public créées par Manuel Valls seront développées ; elles regroupent dans chaque canton la Poste, la CAF, l’Assurance-maladie, Pôle emploi, etc. Quant aux fonctionnaires, moratoire sur leur réduction « si cela n’est pas tenable », mais il faudra réduire la voilure pour réduire la dépense publique, donc les impôts… Car on ne peut vouloir payer moins et avoir plus : on ne sort des contradictions des gilets jaunes qu’à leur détriment.

A l’Assemblée, une dose de 20% de proportionnelle est proposée avec une réduction de tous les parlementaires de 25%. Le déclenchement du référendum d’initiative partagée sera réduit à 1 million de signatures au lieu de 4,5 mais un cinquième des parlementaires sera toujours requis – pour éviter de les court-circuiter dans une République déjà très présidentielle. Cela pour éviter le référendum plébiscite à la Louis-Napoléon ou à la Boulanger qui profiteraient aux populistes (suivez mon regard…). Au niveau local, ce sera possible pour permettre aux citoyens de proposer un thème aux élus, mais pas au niveau national : la France n’est pas la Suisse, ni Etat fédéral, ni mœurs politiques adultes. Pas de comptabilisation du vote blanc non plus, car ce serait non seulement raciste mais récompenserait ceux qui ne veulent pas se décider à choisir. Je remarque que le CRAN n’a pas eu le cran de hurler à la discrimination (et le vote noir, alors ?). Ni que les chiennes de garde n’ont glapi au machisme : les Suisses font UNE votation mais les Français UN vote ! (Je rigole, NDR)

Le Conseil économique, social et environnemental (qui ne sert jusqu’ici pas à grand-chose sinon à placer les copains – c’est moi qui le dis), accueillera 150 citoyens tirés au sort, permettant peut-être un meilleur débat, et plus légitime, sur les sujets de société. Quoique… Plus précisément sur la transition énergétique, une convention sans pouvoir légal de 250 citoyens tirés au sort sera force de proposition sur les solutions concrètes à adopter. Ce qui est un moyen clair de mettre les rêveurs et utopistes face à leur responsabilité et pourra apporter du nettement mieux que les « zassociations » (militantes et partiales) à mon avis.

Comme la France n’est pas aussi isolée qu’un gilet jaune en son village, et que la hantise immigrée taraude le corps social (à juste titre), la dimension européenne est requise. Le président proposera un espace Schengen réduit aux pays qui acceptent une politique d’asile et d’immigration en commun. Une fois ce préalable rempli (qu’il faudra faire accepter par nos partenaires, l’Europe n’étant pas une colonie française mais un lieu de débat démocratique), les quotas seront respectés et une reconduite à la frontière du premier Etat accueillant des déboutés du droit d’asile ou du travail pourra être effective, au lieu de les laisser dans la nature.

Evidemment, toutes les oppositions ont bramé que ce n’était pas assez et qu’eux-mêmes auraient fait mieux. Pourquoi la droite au pouvoir sous Chirac et Sarkozy ne l’a-t-elle pas fait ? Ou le fameux « parti socialiste » sous Hollande, aujourd’hui réduit par sa faute à la portion ridicule qui est la sienne ? Quant aux extrêmes à droite et à gauche, « le peuple » n’est jamais à consulter s’il s’avère qu’il n’est pas d’accord avec vous : la démocratie, c’est bien quand elle va dans le sens que vous voulez, mais halte là si elle s’oppose ! Les « attentes des Français » ont bon dos quand on occupe la position confortable de critiques dans un fauteuil. Dire, c’est bien, faire, c’est mieux !

Emmanuel Macron s’inscrit dans la continuité de son projet présidentiel, nul ne peut lui reprocher de faire ce qu’il avait annoncé, tout en s’adaptant aux colères sociales. Les gilets jaunes n’étant qu’un sac à patates politique (voir Karl Marx), l’opposition tiraillée par les yakas populistes et la vive tentation du repli identitaire, le capitaine France se doit de tenir bon la barre tout en louvoyant dans le gros temps. Il n’est pas Captain America ! Les super-héros n’existent que dans les séries débiles que les Yankees diffusent pour assurer leur pouvoir sur les esprits portés à acheter n’importe quoi, assurant à leur capitalisme le soutien de leur morale bigote prônée par la (seule) religion selon leur point de vue impérial. Il n’y a que les incultes pour y croire, ou les décérébrés intoxiqués aux séries.

Donc du mieux dans la continuité. Ce ne sont pas les trente mille braillards à minorité violente (ou plus pour ceux qui voient double) qui font la loi. Leurs casses les ont déconsidérés, qu’ils aient manié le marteau ou seulement ri de se voir magnifiés par ceux qui osent. Les gilets jaunes étaient sympathiques au début, pas du tout à la fin, même si leur message originel est profond.

Ces propositions ne sortent pas du cadre des institutions mais apportent un début de réponse dont la leçon est : on ne peut pas réclamer « plus » sans consentir soi-même à faire « plus » : travailler, voter, participer. Ni se croire isolé comme pays phare du monde alors que nous sommes imbriqués dans l’euro, Schengen, l’Union européenne, l’OTAN et la concurrence mondiale. L’essence est plus chère mais le pétrole aussi : il n’est pas extrait en France.

Catégories : Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Michael Connelly, Les neuf dragons

Les neufs dragons signifient Kowloon en chinois, le quartier populaire de Hongkong. Harry Bosch, éternel inspecteur à la brigade des homicides de Los Angeles, se voit confier une affaire de meurtre parce que les mecs du South Bureau n’ont pas les effectifs pour la résoudre. A priori une enquête simple : un vendeur chinois de boissons alcoolisées a été tué de trois balles dans sa boutique. Un jeune Noir qu’il avait vu voler l’avait menacé. Sauf que rien ne colle, un enregistrement de surveillance montre un asiatique membre d’une Triade venu racketter le commerçant le même jour à la même heure une semaine avant. Celui-ci aurait-il cette fois refusé de payer ?

L’épouse est désespérée, le fils assommé, la fille soumise. Tout se passe en famille et le second magasin, dans un quartier plus chic, serait-il menacé ? Bosch arrête le racketteur au moment où il s’apprête à fuir par un vol vers Hongkong. Mais dispose-t-il des preuves pour le faire inculper ?

Jusque là, nous sommes dans une enquête classique, menée avec lenteur et psychologie. Harry Bosch fatigué mais qui en veut, son adjoint Ferras nanti de jumeaux à la tétée en plus d’un premier bébé, son lieutenant à 18 mois de la retraite, sont bien campés. Les victimes, Chinois nés aux États-Unis, permettent un choc culturel salutaire. Il exige tout simplement de savoir avant d’agir, de comprendre avant de décider. Dur pour un Ricain obsédé de faire avant de connaître.

C’est à ce moment que l’auteur impatient donne un coup de pouce au destin dans son livre. Choc ! une vidéo envoyée sur son portable par sa fille de 13 ans, la montre enlevée à Hongkong où elle vit avec sa mère. Harry Bosch va comme d’habitude au plus vite : ce sont les Triades qui le menacent puisqu’il a arrêté l’un des leurs à Los Angeles. Ils sont au courant probablement parce qu’il y a une fuite dans la police. Rien que ça…

Déjà que l’on n’y croit guère, suit un voyage éclair à Hongkong, puis une poursuite échevelée pour retrouver la gamine d’après l’analyse des images d’une vidéo de 30 secondes. En quelques pages, tout est bouclé, l’immeuble repéré, l’appartement investi, des indices trouvés. Quelques meurtres plus tard pour faire vite, d’autres indices permettent de trouver qui et quoi. Et hop ! emballé. Le roman va très vite et la fille est sauvée. Retour à L.A. pour un happy end. C’est trop. Seul l’ultime chapitre reprend du bon sens et un peu de subtilité, montrant l’éternelle naïveté de « conne américaine » de la gamine ado. Le reste n’est que gros sabots pour illettrés yankees qui en veulent pour leurs dollars.

Vous l’avez compris, ce n’est pas l’un des meilleurs Connelly. Nous l’avions lu nettement mieux inspiré, journaliste devenu auteur littéraire. Il retombe dans le scénario taillé pour les séries TV. Car il lui est apparemment difficile de se renouveler et surtout pas dans la voie psychologique. Ce côté humain que nous aimons, ici en Europe, semble lasser les Américains qui veulent toujours « agir ». Il n’y a donc que l’action, tout doit aller vite, surtout ne pas s’attarder. Les gens sont des choses qu’on manipule à l’envi. L’agitation fébrile est perçue comme une qualité alors qu’elle n’est que stupide obstination et croyance rituelle à « l’instinct ». Agir serait entraîner Dieu avec nous ? Ben voyons… Connelly est aussi néo-con que Bush et consorts qui croyaient créer la démocratie en Irak et délivrer les femmes d’Afghanistan par une bonne action de guerre. Les super héros n’existent que dans les films, pas dans les enquêtes qui se veulent réalistes.

Dès qu’ils quittent leur petit home, les habitants des États-Unis semblent perdre toute raison au profit de préjugés et cette « enquête de Harry Bosch » s’inscrit dans cette mauvaise lignée. Peut-on conseiller à l’auteur de s’en tenir à la ville qu’il connaît bien et aux personnages ricains pur sang ? Nous aurions moins de caricatures, moins de spectaculaire et un bien meilleur roman. A moins qu’il laisse tomber les livres, trop lents, et qu’il se fasse scénariste à Hollywood. Il décrit justement un tel personnage sur la fin…

Michael Connelly, Les neuf dragons (Nine Dragons), 2009, Points policier mai 2012, 473 pages, €7.60 

Tous les romans policiers de Michael Connelly chroniqués sur ce blog 

Catégories : Etats-Unis, Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Gilbert Sinoué, L’enfant de Bruges

Un thriller Renaissance dédié à son fils qui a changé sa vie, « pour tout ce que je n’aurais pas su te dire ». Né en Égypte sur un bateau de touristes, élève des Jésuites puis de l’École de musique, parolier de chanteurs des années 80 (Claude François, Dalida, Jean Marais, Marie Laforêt), Gilbert Sinoué s’est mis à écrire. A composer des romans captivants comme des feuilletons.

En fin de siècle, Gilbert Sinoué invente un fils adoptif à Van Eyck, prénommé Jan comme lui, un gamin trouvé tout bébé dans un couffin à sa porte, 13 ans auparavant. L’auteur, très heureux d’avoir été un père tardif, est très attaché à son enfant. Ce pourquoi il parle avec tendresse et pudeur des sentiments de paternité et du besoin de père d’un adolescent.

Le garçon orphelin s’est attaché à ce peintre bourru, taiseux, qui a de nombreux secrets. Le premier étant l’art de la peinture à l’huile, le second ses missions pour le duc de Bourgogne Philippe le Bon. On note en 1456 une carte du monde connu exécutée par Jan van Eyck pour lui, mentionnant une échelle pour calculer les distances. De cette existence mouvementée, et se sa mort mystérieuse en 1441 dans sa maison, l’auteur crée une intrigue.

Tout commence par un meurtre, celui d’un adolescent de 15 ans qui parlait au sculpteur Ghiberti dans Florence. Une dague vient se ficher entre ses omoplates. Autour de Van Eyck, ce sont ses disciples qui sont tour à tour assassinés. Lui sera-t-il le prochain ? Que va devenir sa famille, son épouse et ses deux petits enfants ? Et Jan, le garçon sans père, adopté et éperdu d’amour pour ce père par choix ? Lorsque le peintre disparaît, retrouvé mort un soir dans son atelier, Jan n’a qu’une pensée : fuir. Quitter sa marâtre qui ne l’aime pas, gagner Venise, cette ville d’art baignée de soleil dont il rêve sans cesse en regardant le mouvement des bateaux. Derrière sa miniature préférée d’un certain A.M, il découvre une bourse remplie d’or… Son « père » lui a léguée au cas où.

Mais de sombres mercenaires cherchent à le capturer : l’enfant est assommé, noyé, battu, ligoté. Pourquoi ? Quel secret détient-il sans en avoir conscience ? Avec l’aide d’un nouveau « père » qui s’attache à sa jeunesse hardie, il va surmonter les obstacles, découvrir sa mère pour la perdre, quitter la peinture non sans transmettre le secret de l’huile, devenir marin comme il rêve.

C’est une belle histoire écrite échevelée, à la Alexandre Dumas. Je regrette cependant que tout commence à cavaler après la mort de Van Eyck, alors que la première partie s’attardait sur la psychologie et les détails techniques de la peinture. Comme si l’auteur avait changé de style en cours de route. Tout va trop vite, de rebondissement en coups de théâtre, sans que jamais le garçon de 13 ans n’aie froid, ni ne s’habille, ni ne prenne encore le temps d’observer, comme avant. Il rentre à Bruges à cheval, trempé comme une soupe d’un bain forcé, sans que jamais il ne s’enrhume ou ne se sèche… Nous passons du réalisme au mythique, d’un garçon de chair échevelé et débraillé à un super-héros inoxydable. Cette rupture est dommage. L’auteur avait-il hâte de finir l’histoire ? De quitter ses personnages qu’il avait su rendre attachants ?

Cela se dévore facilement, mais il manque à mon avis une bonne centaine de pages à ce livre qui aurait pu garder son riche tempo des origines.

Gilbert Sinoué, L’enfant de Bruges, 1999, Gallimard Folio 2011, 438 pages, €8.17 

Tous ses livres sur son site

Catégories : Art, Livres, Romans policiers | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Thorgal 9, Les archers

Thorgal Aegirsson, fils d’Aegir trouvé au bord de l’eau dans une capsule spatiale jadis par les guerriers vikings, vit désormais sur une île proche de la côte de Norvège avec sa femme Aaricia, princesse, et leur fils Jolan, petit blond de 6 ans aux étranges pouvoirs. Par un crépuscule de tempête, Thorgal tente de regagner son île mais une barque folle défonce la sienne et le flanque à l’eau.

Il vient de rencontrer Tjall dit Le fougueux, adolescent blond au corps souple qui n’a pas plus de cervelle qu’un étourneau. Ce sera un compagnon pour des aventures comme il n’en arrive qu’à lui, entraîné par l’engrenage des circonstances. Tjall vit chez son oncle, appelé Pied d’arbre parce qu’il a une patte de bois. Lequel oncle est un fabricant d’armes réputé, notamment de flèches équilibrées pour tous usages. Alors que les rescapés se remettent de leur soirée maritime, arrivent deux clients venus acheter des flèches.

C’est à ce moment que Thorgal rencontre pour la première fois Kriss de Valnor, superbe fille de 20 ans qu’il retrouvera souvent sur sa route. L’amazone méprisante et sûre de son habileté leur parle d’un concours d’archers doté d’un prix de cent marks d’argent, une belle somme pour l’époque. L’oncle et le neveu sont tentés, comme Thorgal qui doit remplacer sa barque.

Une fois les clients partis, ils se mettent en route pour le défi. C’est alors que tout s’enchaîne. Tjall s’aperçoit en croisant des soudards qu’ils ont enlevé la belle Kriss. Il n’a qu’une idée à la fois dans sa tête d’ado : la délivrer. Thorgal se méfie de l’arrogante donzelle mais ne peut que suivre le gamin tant il se lance sans réfléchir. Les voilà à surveiller le camp des rustres, puis à délivrer la fille, attachée dépoitraillée après avoir été collectivement violée. On ne rigole pas plus dans les banlieues vikings que dans celle des années Mitterrand.

Mais, au lieu de faire profil bas et de remercier ses sauveurs, Kriss de Valnor hurle qu’on l’enlève afin d’engager le combat collectif et de forcer ses compagnons à la venger. Elle aime tuer. Le poignard lui est un pénis de substitution, elle adore défoncer le bas-ventre trop arrogant des mâles. En général ils n’en reviennent pas. Le concours sera de même. Par équipe, Pied d’arbre et Tjall, puis Thorgal et Kriss le remporteront, mais la pétasse envoie le coffret récompense au loin avant de plonger par la fenêtre pour le suivre en criant : « je ne partage jamais ». Avide, avare, égoïste, voilà une fille bien campée.Les personnages de cet album sont de caricature, ce pourquoi il a eu force prix : le Grand public 1985 de la XVIIe convention de Paris et la Presse au festival international de BD à Durby. Le public adore les caractères tranchés qui donnent de la morale en noir et blanc. Nous sommes 17 ans après la naïveté 1968 du peace and love mais Thorgal ne s’en laisse pas conter. Il corrige l’arrogance et les rodomontades : Tjall le chauffard, Kriss la pétasse, le chef calédonien trop sûr de lui. Il préfère les actes aux vantardises et ne supporte pas l’égoïsme. C’est que la gauche utopique au pouvoir a été forcée d’enclencher « la rigueur » dès 1983, après trois dévaluations successives du franc ; que les années de baise sont remises en cause par le SIDA dès 1984 ; qu’un certain ordre moral revient dans la société…

Ce récit enlevé pour jeunes lecteurs de ‘Tintin’ montre la voie normale, tout comme sur le Mont Blanc : ni celle des touristes, ni celle des allumés. Comment être humaniste sans être idiot, courageux sans être impulsif, amoureux sans sauter sur tout ce qui porte seins. Thorgal est un modèle adulte pour les ados déboussolés comme pour les féministes de ressentiment.

Kriss est la femme qui se croit plus que les hommes et veut sans cesse le prouver, bite poignard à la main et flèches au but. Elle manipule le désir à son seul profit. Mais elle est séduite sans se l’avouer par le viking viril qui la remet à sa place tout en assurant son rôle d’homme. Lui ne pense qu’à retrouver sa femme et son gosse, ce qu’elle ne peut comprendre, avide de tout ce qui frime, brille et flambe.

Thorgal est l’adulte dans lequel ma génération se reconnaît, maturité des années 1980. Ce pourquoi son odyssée me touche, bien plus que celle des supers héros qui viennent par la suite, ou celle des financiers malgré eux. J’aime quand il aime ou quand il se bat. Ce n’est jamais pour la gloire, mais pour survivre en paix avec ses chers.

Rosinski-Van Hamme, Thorgal 9 Les archers, 1985, éditions du Lombard, 48 pages, €11.35

Les albums Thorgal chroniqués sur ce blog

Catégories : Bande dessinée, Thorgal | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,