Articles tagués : payer

Flaubert et l’homme qui paie

L’argent, c’est du pouvoir. Les Français affectent de mépriser l’argent mais ils aiment le pouvoir. Flaubert, observateur aigu de ses contemporains, ne s’y est pas trompé. « C’est qu’à son insu il avait ce bel aplomb de l’homme qui paie et qui est convaincu qu’on l’estime. Cet aplomb-là n’a pas son pareil dans le monde ; rien ne le vaut et rien n’en approche. »

Mais Flaubert n’est pas Zola, il ne se sent pas investi d’une mission post-chrétienne à éclairer le monde par l’exemple misérabiliste. Il n’est pas dupe des bons sentiments. L’argent, ce vil argent, est un moyen : le moyen du pouvoir. « De deux hommes qui dînent ensemble au restaurant, c’est celui qui paie qui s’assoit le plus lourdement sur sa chaise, qui en fait craquer le dossier, qui appelle le garçon de sa voix la plus haute et s’emporte à cause du canard trop cuit et de la friture manquée. Dans un débit de tabac, c’est celui qui paie qui choisit le plus longuement le cigare convenable et qui repousse la boite avec le plus de violence en se plaignant amèrement du monopole ; l’ami qu’on régale se contente de rire et allume ce qu’on lui a donné. »

Le Français affecte de mépriser l’argent, docile en cela aux leçons de l’Église (qui a ramassé tout pour elle jusqu’à la nationalisation révolutionnaire). Mais il se couche devant le pouvoir et adore manifester le sien auprès du sexe « faible » (c’est ainsi qu’on disait). « Chez une femme de mœurs faciles, c’est encore celui qui paie qui essuie ses bottes sur les coussins du sofa, qui lâche ses bretelles et déboutonne son gilet pour être plus à l’aise, qui prend la taille de la femme de chambre devant la maîtresse de maison, mâchant son cure-dents, riant à ses propres bons mots et débitant des ordures. »

Mais le pouvoir, qu’est-il sinon le consentement des autres ? Ni la grosseur de la bite, ni l’épaisseur de la liasse, ni le prestige de la fonction ne font l’homme. C’est la révérence de cour qui fait que les puissants sont puissants et les riches arrogants. Flaubert se moque des moralistes culs serrés qui affectent de mépriser ce qu’ils ne peuvent atteindre. « Vive l’homme qui paie ! Son insolence est justifiée par la vénalité de ce qu’on achète, et sa confiance en lui-même par l’empressement qu’on met à lui tout vendre. Honneur à lui ! gloire à lui ! Chapeau bas, messieurs, c’est notre maître à tous. »

D’ailleurs, dès que l’on donne un peu de pouvoir, d’argent ou d’accès au sexe au quidam, il s’empresse de retourner sa veste ! Il joue les petits chefs (comme ces flics qui vous contrôlent ou ces employés des guichets publics qui se sentent l’Administration à eux tout seuls), il prend des mœurs de nouveau riche (comme certains politiciens des trois sexes+), il foule au pied toute morale sexuelle en maniant des filles faciles du tiers-monde et jusqu’à des enfants (tel ces artistes qui se sentent au-dessus des lois). Le quidam est un mauvais en puissance : il suffit qu’on lui assure l’impunité.

Flaubert a bien raison : ce n’est pas l’argent qui est méprisable, mais bel et bien celui qui s’en sert pour flatter son ego et exercer son pouvoir. Car « le pouvoir », voilà le grand mot !

Toutes les citations sont tirées de la première Éducation sentimentale, 1845, chap. XV,

Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, 1869, Flammarion 2013, 624 pages, €5.20

Gustave Flaubert, Œuvres de jeunesse, Pléiade Gallimard 2001, 1667 pages (p.919), €59.00

Catégories : Gustave Flaubert, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Supermarché

Les supermarchés d’aujourd’hui sont un peu les jardins d’autrefois. On s’y promène comme un roi en son royaume qui contemple ses richesses. Toutes les productions de notre monde sont offertes : pour boire, pour manger, pour se vêtir ou se parer, pour nettoyer ou se coucher, pour bricoler, pour se cultiver ou se divertir, pour faire la cuisine ou meubler sa maison. Comme au jardin, les produits sont alignés en rangées ordonnées. Des allées mènent aux rayons comme les parterres de légumes ou de fleurs.

J’aime les supermarchés, leur abondance, leur variété, les gens qui s’y promènent. Comment ne pas être tenté ? Carte bancaire, espèces ou chéquier en poche rassurent, la réalisation des désirs peut être immédiate – au cas où. Se promener sans aucun moyen de paiement n’est pas drôle : on regarde les objets avec animosité car ils sont inaccessibles, et les gens avec ressentiment car eux ont et pas soi.

Peut-être n’achèterons-nous rien, ou peu de choses, mais ainsi aura-t-on assouvi notre gloutonnerie de voir, de palper, de soupeser, d’évaluer, de feuilleter, de faire le tour. Que la civilisation de consommation est donc généreuse d’offrir ainsi à l’œil – sinon à la bourse – ce rassasiement d’objets ! Le supermarché serait-il le temple où chacun sacrifie au dieu du commerce ? Tout est là à portée, tout nous sollicite et nous permet de choisir, les prières formulées sont aussitôt exhaussées. Composer un menu, remplir un garde-manger, habiller un enfant ou compléter ses effets pour l’hiver ou l’été, prévoir les jeux, les sports et les loisirs : on peut tout faire, tout rêver. Il suffit d’anticiper, de choisir, de composer soi-même le tableau d’une existence désirée – elle se réalise au supermarché. Il suffit de prendre et de déposer dans le caddie, puis d’aller payer.

Les enfants ont d’instinct cette attitude de prédateur qui va de l’œil à la main, du désir à l’appropriation. Je les vois longer les rayons des jouets ou des films, ceux des biscuits ou des sucreries, le regard vague, la main qui traîne, comme s’ils étaient dans un autre monde enchanté où tout est possible, tous les désirs réalisés. Ils saisissent une chose, puis une autre, les portent au chariot familial où le père ou la mère qui regarde plus haut et pense à autre chose, laisse faire. Pas toujours : c’est alors une âpre négociation qui commence entre le désir et la frustration nécessaire pour apprendre que tout n’est pas possible, qu’il existe des limites et qu’il faut se discipliner ; ou un accord qui est une offrande d’amour à son petit et qui n’a pas toujours besoin de justification.

Le supermarché est fait pour l’esprit d’enfance : on peut toucher et tous les appétits sont avivés. Combien en ai-je observé, des bambins aux adultes, en passant par les adolescents, parcourir les rayons comme les stands d’une fête foraine ou les attractions d’un parc, seuls, ouvert au désir, à la curiosité, comme perdus dans une sorte de mirage, avant-goût de paradis.

Dans la cité, le supermarché est le substitut de la foire. S’il ne s’y raconte plus d’histoires, l’ailleurs est toujours disponible, de quoi sortir du quotidien, participer au monde et à son abondance. Tout comme un jardin où cueillir les fruits ou arracher les légumes.

Catégories : Economie, Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Histoire de fin de mois

C’était dans ces derniers jours de juillet où le soleil, qui dardait depuis quelque temps, laissait apprécier l’atmosphère climatisée des hypermarchés. Ces hangars voués au commerce, qui remplacent les bons vieux marchés ouverts dans les villes moyennes, sont d’habitude l’occasion de côtoyer diverses populations. Ils attirent par leur abondance et clignent de l’œil aux clients tant par leurs bas prix que par la complaisance avec laquelle ils flattent les modes audiovisuelles. Le rayon librairie offre ainsi du « marc lévy » et du « j-m cavada » au mètre linéaire, alors que l’on peut toujours y chercher Marcel Proust ou même Elisabeth George. Il suffit de coller un bandeau « vu à la télé » pour faire d’un auteur une marque à débiter en carrés comme du jambon prétranché sous blister.

Mais l’on y trouve aussi tout l’équipement de la maison, les vêtements et l’alimentation. Tout est dans tout, mais pas réciproquement : encore faut-il en avoir les moyens, même modestes… Et c’est à cet instant que débute l’histoire.

Une fois bien parcourues les allées d’abondance, supputé la qualité de ci ou l’avantage de ça, chacun se retrouve à la caisse derrière son chariot. Une fois opéré le rituel du tapis roulant, vient le moment de payer. Et les fins de mois ne sont pas des plus propices pour les budgets serrés, surtout en été où ces damnés mois de juillet et d’août se succèdent en comptant un nombre de jours au maximum. C’est ainsi que la caisse peut se trouver bloquée un moment, le temps d’extirper la fameuse « seconde pièce d’identité » pour tout paiement par chèque, ou pour frotter sa carte bancaire qui s’obstine à ne pas vouloir passer.

gamin en ete supermarche

J’étais ainsi dans la queue avec deux caddies avant moi : un homme d’âge mûr, discret et observant les alentours durant l’attente, et toute une tribu au passage en caisse. Il y avait là la mère, une matrone fatiguée et ses quatre marmots d’environ 8, 7, 5 et 3 ans pour autant qu’on puisse évaluer. Trois garçons et une fillette, l’avant-dernière. Celle-ci était vêtue d’une robe simple mais coquette ; elle se serrait contre l’aîné qui lui tenait la main, intimidée par toutes ces opérations compliquées. Le petit, assis dans le chariot, ouvrait ses grands yeux et regardait le monde. Le cadet portait un débardeur trop grand pour lui dont le col bayait jusque sur le sternum et dont une bretelle, la gauche, s’obstinait à glisser de son épaule ; il la remontait de temps à autre d’un geste agacé et machinal, l’oubliant dès qu’il était pris par quelque action. L’aîné ne portait rien sur le torse. Tous étaient en short et en tongs, déshabillés pour l’été : prêts à bronzer, moins à laver, autant d’économies. La mieux vêtue était la petite fille car, partout dans le monde on habille mieux les filles : elles salissent et déchirent moins, et la pudeur l’exige, quelle que soit la religion ou la morale locale. Il n’en est pas de même pour les garçons dont les parents sont fiers d’exhiber les muscles, même naissants, et heureux de laisser libres les corps tourmentés d’agitation qui usent plus vite les vêtements que quiconque.

Je ne sais si l’aîné s’appelait Pierre, mais j’eus cette réflexion saugrenue qu’il semblait qu’on l’eût déshabillé aujourd’hui pour habiller Paul, son frère. Le débardeur devait être porté hier par le plus grand, qui l’avait cédé et n’avait plus rien à se mettre. La peau dorée des marmots, sous leur blondeur, montrait qu’ils s’habillaient peu en jouant dehors, mais peut-être le tee-shirt à moins de 5 euros, dans le caddy, était-il son futur vêtement « de sortie » ?

Ce vêtement, jeté comme un chiffon sur le tas des marchandises, accompagnait du pain, de l’huile, de la lessive, une salade et des tomates, des pâtes, quelques légumes, du café, des confitures, deux ou trois babioles dont un magazine télé… Reste que l’attente se prolongeait. A la caisse, la carte bancaire refusait de passer et des remarques commençaient à fuser dans la queue : « la paye n’est pas encore tombée, elle aurait pu attendre » ou « c’est bien malheureux avec tous ses gosses ». Les petits se tenaient sages, eux qui couraient et riaient auparavant en se poursuivant entre les rayons, sentant confusément la gravité sociale de la situation. Le ventre de l’aîné s’était crispé, dessinant des boursouflures.

L’homme qui me précédait, alors, est intervenu. Il n’a jeté que deux phrases mais elles furent décisives : « à combien se monte le ticket ? » et « laissez-moi passer ma carte, c’est bon. » Pantoise, la mère s’en est presque étouffée, avant de se confondre en remerciements.

L’homme l’a regardée et je soupçonne que ses yeux étaient bons parce la femme a bafouillé. Il a dit simplement : « vous avez de beaux enfants ». L’aîné a glissé d’un souffle un « merci, Monsieur », en serrant sa sœur contre son sein. Je ne sais si c’était pour la remarque ou pour le paiement, mais les enfants sont souvent plus sensibles aux paroles qu’aux cadeaux.

L’homme a eu un geste évasif puis s’est détourné pour placer ses achats sur le rail. Une fois passé, il s’est éloigné sans un mot.

Catégories : Economie, Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Notre Administration des antipodes

timbre polynesie francaise fille coquillage

Dès mon arrivée il y a quelques années, je cours à la Mairie faire ma déclaration de domicile. Comme je suis une popaa (métropolitaine), on me dit « vous » et moi je ne dois pas dire « tu » à la préposée, alors que tous les Polynésiens disent « tu » à tout le monde. Dans l’Administration, « on doit faire comme à Paris » ! J’indique ma nouvelle adresse ici, elle me tend un document, me dit : « ici, tous les papiers sont payants. Mais, aujourd’hui, il y a trop de monde à la caisse, je ne te fais pas payer. Nana. » (Nana veut dire « au revoir », rien à voir avec le fait que je sois une femme.) Je réponds alors : “ Maururu.” Ce qui veut dire merci.

En Polynésie, pour se saluer on se fait deux bises entre homme et femme, entre femme et femme et quelquefois entre homme et homme, s’ils sont intimes ou famille. La représentante de l’État n’échappe pas à la règle. L’autre jour, elle accueillait avec Oscar Temaru (le président élu de Polynésie Française), une délégation chinoise comprenant l’Ambassadeur de Chine à Paris. A l’époque Anne Boquet, au pied de la passerelle, a bisé par deux fois l’Ambassadeur aux yeux bridés avant de lui passer autour du cou un collier de fleurs en signe de bienvenue. Ensuite, Oscar s’est avancé, a serré la main de l’Ambassadeur, et lui a passé un autre collier de fleurs autour du cou. Quand Anne rencontre Oscar, c’est toujours « ia orana » (abréviation « nana » ou salut) et la double bise, même s’ils ne sont pas très copains… Si, à l’arrivée sur le sol polynésien c’est obligatoirement collier de fleurs, au départ, c’est plutôt collier de coquillages (le phytosanitaire veille au grain).

timbre polynesie francaise garcon

Ici, pas de distribution postale à domicile, pas de boite aux lettres accrochées à la porte de la maison ou dans le hall d’immeuble. Il n’y a pas non plus de nom de rues. Chacun a une boite postale ou la partage avec quelqu’un, à charge pour lui d’aller dans un local contigu à la Poste chercher son courrier, au jour et à l’heure qu’il désire. Chaque habitant a d’ailleurs deux adresses : l’une postale avec numéro de boite et l’autre géographique, indispensable pour l’électricité, l’eau, le téléphone. Par exemple nom de la maison ou de l’immeuble, le point kilométrique depuis le point zéro de la cathédrale de Papeete (ex. PK 13), le nom de la ville, du bourg, du lieudit, et le côté. Soit côté mer, soit côté montagne : il n’y a qu’une route qui fait le tour de l’île…

timbre polynesie francaise fille guitare

En Polynésie française, on a tardé à passer à l’euro. Cela facilite grandement les opérations financières mais l’euro fait un peu peur aux indépendantistes. Mais c’est inévitable car on lorgne vers l’Europe et vers ses avantages. De jolis timbre-poste sont émis, recherchés par les philatélistes du monde entier, ce qui fait une petite source de devises. L’économie repose un peu sur le tourisme, très peu sur la pêche, mais surtout sur la compensation financière payée annuellement par la France pour l’arrêt des essais nucléaires. Il paraît inconcevable aux Polynésiens que les fabuleuses sommes versées par la France après la cessation des essais ne continuent pas éternellement… Ce qui est certainement plus grave, c’est que les politiciens du fenua (le pays) en restent persuadés.

On fait beaucoup la queue dans les bureaux, comme dans les quartiers populaires parisiens, car les agents s’occupent des opérations postales, des démarches financières, de vendre des kits pour téléphone mobile, des paraboles, des abonnements aux chaînes cryptées, de faire remplir la demande de téléphone fixe, etc. Alors, pour faire patienter le peuple, il y a une télévision branchée en permanence, fonctionnant dans chaque bureau de poste. Ce matin, il y avait sept personnes avant moi et une dame, dans la file d’attente, chantait à haute voix avec la télévision, en karaoké, quoi. On est sous les tropiques, alors du calme !

Hiata de Tahiti

Catégories : Politique, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pièges à poissons dans la passe de Tiareroa aux Tuamotu

Ce sera l’ava (passe), Tiareroa et les pièges à poissons car nous désirons remplir notre glacière pour notre vol retour sur Papeete. Un Japonais souhaite aller plonger à la passe pour voir les requins et autres poissons. Cet homme a prévu de visiter la plupart des atolls de Polynésie française. Il est là pour trois mois ! L’unique passe est large de 180 m, profonde de 12 m à l’entrée avec un seuil de 5 m à la sortie lagon. Elle est proche de la pointe Nord-ouest. Les eaux sont très claires et nous pouvons apercevoir des poissons variés. Repu, notre Japonais remonte à bord et nous nous dirigeons vers le parc à poissons. On nous y attend. C’est la saison des uhu (poissons perroquets). Nous aurions préféré d’autres types de poissons. Faisons contre mauvaise fortune bon cœur. Des perroquets de toutes les couleurs qui ne semblent pas apprécier leur capture et qui le manifestent par des sauts imposants hors du bac !

TUAMOTU AHE PERROQUETS

De retour à la pension, il faudra gratter, vider, couper afin que tout ce petit monde, prêt pour la cuisine, trouve place dans le congélateur puis dans la glacière avant de prendre l’avion de retour. M. effectuera le plus gros du travail et la déception viendra le lendemain quand elle constatera que les tenanciers de la pension, après nous avoir « plumées » pour les sorties, se sont copieusement servis en filets et grosses pièces. C’est cela le tourisme en Polynésie française. Il faut gagner en deux jours ce que l’on devrait gagner en un mois. Surtout le touriste étranger et même le résident du fenua doivent  payer le prix fort pour un service somme toute à peine moyen !

TUAMOTU AHE CITERNE DE L'ANCIEN VILLAGE

La dernière matinée sera consacrée à visiter le motu Tenihinihi. Nous commencerons par voir les citernes, l’ancienne constituée de plusieurs salles en blocs de corail est recouverte de chaux. Lors de l’annonce de cyclones, la population vidait une partie des réserves d’eau et s’abritait des éléments dans ces cases vides. La seconde est plus « moderne »  mais sans la séparation en salles ce qui ne permettait plus de servir d’abri lors des cyclones.

TUAMOTU AHE FORET

Dans le coude de ce motu, nous arrivons, côté lagon, au seuil d’une belle forêt de gatae (Pisonia grandis) ou toatoa ou puetea qui abrite une importante population d’oiseaux nicheurs tels les fous à pieds rouges et les kikiriri (noddis noirs), goélettes blanches et frégates. Le sol est recouvert de déjections, le bon compost est là et Moitessier a pu enrichir le sol de son jardin de Poro-Poro.

Hiata de Tahiti

Catégories : Mer et marins, Polynésie | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les étudiants ne lisent plus

Depuis qu’existent les nouvelles technologies de l’information, les étudiants ne lisent plus. Ou plutôt ils lisent différemment, principalement sur écran : c’est gratuit, disponible à tout moment, ludique. Cela n’encombre pas la poche, les étagères ou les bagages; cela ne tache pas les doigts ni ne prend la poussière.

J’ai eu accès à une enquête réalisée cette année dans une école de commerce sur près de 140 élèves. C’est édifiant !

  • Presque un sur deux n’achète plus aucun ouvrage en libraire (même en ligne), mais préfère les emprunter à la bibliothèque quand c’est indispensable.
  • Presque un sur deux n’achète que très rarement, voire jamais la presse papier.
  • Moins de un sur dix consent à payer l’information en ligne.

L’idée est que tout passe et que rien n’est digne de rester.

Pas plus les oeuvres (toujours disponibles sur le net au cas où) que les gens, voués au nomadisme, ou que les métiers, qui évoluent sans cesse.

D’où ne pas s’encombrer : ni d’archives, ni de documentation, ni de références. Tout sera différent demain.

Depuis moins de vingt ans, nous avons basculé dans un autre monde, une autre façon de le voir et de le penser.

Catégories : Livres, Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Luxembourg, le jardin gelé

Le jardin du Luxembourg, au cœur de Paris, est une métaphore de la France 2012 : le gel.

Ce n’est pas tant le froid polaire qui règne sur la capitale depuis deux semaines, maintenant l’atmosphère sous zéro même en pleine journée, que l’impression que l’on a d’un passé figé, d’une gloire gravée dans la pierre, d’un pays rigidifié dans le souvenir de sa grandeur passée. Sans aucune volonté pour le futur. Ne faut-il pas rire de ces frayeurs autour de zéro degré alors que l’Ukraine connaît des -32°, que le Canada vit chaque hiver sous la glace et que tant d’autres pays ne font pas tout un foin pour quelques plaques de verglas ?

Même la jeunesse reste de marbre, dans la posture du Dépit, musicien adolescent à la lyre inutile. Sans doute qu’il ne trouve pas de boulot, qu’aucune maison de disque ne s’enchante de son français, que le pillage Internet ne lui permet plus de vivre de sa lyre.

Les filles ne sont pas en reste, pâmées dans le bronze au pied de Delacroix, peintre très classique, figé dans la rigueur venue des siècles. La nudité de bronze offerte incite à la domination, pas au projet d’avenir.

La Messagère même reste dans un coin isolé du jardin, frileusement rencognée près d’un bâtiment égaré du Sénat, sans même songer à un quelconque envol…

Car le Sénat donne l’heure officielle – ici l’heure du thé – pas question de se presser, aucune urgence pour ceux qui sont confortablement installés. Yaka prélever plus d’impôts plutôt que de réorganiser les fonctions et de diminuer les dépenses.

C’est là où la France se montre légère et vaniteuse, cigale face aux fourmis du nord. Si le Danemark a le même montant élevé de dépenses publique que la France, ses services d’Etat-providence sont nettement plus consistants et plus efficaces. Si l’Allemagne est tout juste un peu meilleure que la France dans l’éducation, elle est nettement moins chère avec des profs payés un tiers de plus… La campagne présidentielle va-t-elle faire surgir la vérité du débat ? Chaque candidat doit mettre la main où il faut… au risque évident de se faire mordre !

Face aux Allemands, les Français n’ont guère à opposer que l’héroïsme d’une jeunesse bien lointaine. L’indignation ne suffit pas si l’on ne sait agir ! La stèle horizontale aux Résistants ne dépasse pas le niveau du sol, laissant l’impression d’un pays épuisé, neurasthénique  et procrastinateur. Je sais, 95% de mes lecteurs ne vont pas savoir ce que ce mot veut dire (provocation gratuite pour susciter des commentaires indignés me disant que « bien sûr que si, on sait » ! – tant mieux si c’est vrai, mais je doute…) Misère de l’éducation « nationale ». Vite, une aide psychopédagogique ! Je vous donne le lien pour votre culture, comme la mienne sans cesse à parfaire.

Même la glace fait l’objet d’injonctions administratives. Vite, appliquons le Principe de précaution, constitutionnalisé par l’ineffable Chirac qui, en bon radical, croyait qu’aucun problème qu’on laisse sans le résoudre ne finira pas par trouver sa solution. Oui, nous y sommes : endettement colossal, impôts au top, croissance négative, retraités arrivant en gros bataillons. Qui va payer ? Sans doute largement tout le monde. Autant apprendre à se serrer la ceinture, donc régénérer les habitudes de discipline. « Défense de monter sur la glace » !

Pourtant, malgré le gel, le soleil perce entre les cuisses de l’avenir.

Et le grand arbre, curieux platane à feuilles d’érable, dite « plante hybride d’origine inconnue » de la fontaine Médicis planté vers 1810, lance toujours ses branches vers le ciel parisien d’un bleu Tibet.

L’enfant et la plante indiquent le chemin. Même les canards se bougent sur la glace ! Est-ce trop pour les vieux fatigués qui nous gouvernent ?

Catégories : Art, Paris, Politique, Voyages | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Banqueroute, les Hautes Études se penchent sur qui doit payer ?

Article repris par Medium4You.

Dans le cadre du cycle des rendez-vous de crise, le lundi 14 novembre en soirée, j’ai assisté à la table carrée des universitaires, dans l’amphithéâtre du boulevard Raspail. L’attachée de presse des éditions, Guilaine Depis, m’avait gentiment invité. J’ai découvert l’EHESS en campagne, bannières sociologiques au vent. Malgré quelques soi-disant « questions » venues de la salle, qui étaient le plus souvent des monologues radicaux pour voir la « réaction », ce colloque était substantiel et de bon goût intellectuel. Nous en savons plus sur la profondeur historique de la dette française.

Elle est hélas de tradition, environ une fois par siècle. Gérard Béaur est historien et a dirigé le numéro Revisiter les crises de la revue Histoire & mesure aux Éditions de l’EHESS. Il attribue presque toujours la dette d’État aux guerres… sauf la dernière, la nôtre. Elle est due au dérapage politicien, droite et gauche confondues. L’État intervient de plus en plus dans le social, selon un « modèle » providence né avec le XXe siècle. Mais il ne met pas en regard les ressources nécessaires, ni n’entreprend les réformes de gestion indispensables. Les prélèvements obligatoires sont très élevés, mais les baisser sans agir sur la structure fait naître la dette.

Ce n’est pas nouveau, clame Marie-Laure Legay, historienne à l’Université Lille 3 ! Dans sa dernière étude, La banqueroute de l’État royal – La gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution française, Éditions de l’EHESS, 2011, elle montre surtout la défaillance du contrôle de l’État qui ne voit rien, ne maîtrise rien, et se laisse embringuer dans un endettement sans fin. L’État royal préfère choyer le remboursement de la dette de trésorerie (pour pouvoir en bénéficier dès l’année suivante), plutôt que celle des rentiers (porteurs de la dette à long terme). Est-ce si différent aujourd’hui ?

Benoît Coeuré, économiste enseignant à Sciences Po, est directeur-adjoint de la Direction générale du Trésor. Il apporte la caution d’un acteur sur les marchés réels d’aujourd’hui. Irruption du présent : les politiciens s’avèrent incapables de réunir un consensus sur le financement du « modèle social » que pourtant tous encensent. Faut-il adapter les services publics à une capacité de payer qui devient trop faible ? Faut-il adapter les recettes fiscales aux dépenses publiques qu’on veut maintenir ? Il n’y a pas de Grand méchant marché… mais des prêteurs inventifs.

Ils n’évaluent pas toujours le risque au bon taux, ajoute M. Coeuré. Exemple la Grèce : les « traders de Londres » (terme repris d’une interminable intervention d’une fille en salle) ont prêté, certes, mais à un gouvernement démocratiquement élu par un peuple qui l’a voulu. Ils n’ont pas forcé les Grecs à s’endetter. Mais le taux d’intérêt trop bas n’a pas pris en compte le retard de gouvernance d’un pays occupé des siècles durant par les Ottomans. S’il avait été plus élevé, peut-être aurait-il incité le gouvernement grec à réfléchir ? Il n’y a pas de cadastre en Grèce, le clergé est exempté sur ses biens fonciers, les milliards de subventions européennes depuis dix ans ont été redistribués en postes clientélistes plutôt qu’en investissements… Alors disons que les pays de la zone euro n’ont pas voulu voir, ont considéré comme négligeable l’inertie grecque, mais n’accusons ni les marchés, ni les traders, ni les agences de notation de l’impéritie grecque.

Ceci posé, les agences de notation n’ont guère su prévoir, dit encore M. Coeuré. Elles accentuent plutôt les travers des pays en les forçant à une austérité en catastrophe quand la situation commence à se dégrader. Pourquoi avoir donné le pouvoir des notations à quelques agences seulement alors que les banques et les services officiels font de l’évaluation aussi bien ? Par souci d’indépendance ? Certes, mais obliger les banques à suivre ces notations-là pour leurs capitaux propres est une façon de se lier les mains. Et c’est bien là une décision politique…

Il reste donc des marges de manœuvres aux politiciens pour redresser la situation dans laquelle ils se sont mis. Il faudra laisser du temps à la Grèce, au Portugal, à l’Irlande, à l’Italie (et peut-être demain à la France), de se retourner. On ne règle pas la question des déficits publics en quelques années. L’Eurozone permet déjà de bâtir un écran entre les pays et les marchés, en attendant les réformes nécessaires. Mais l’Europe est une construction solidaire qui manque de démocratie. Associer le Parlement serait utile à la résolution de la crise ; éviter qu’une décision à 17, chacun devant son propre Parlement, ne retarde autant les décisions cruciales de solidarité financière. Tout cela avance, mais lentement, poussé par la crise. Il faudrait presque souhaiter qu’elle dure pour qu’enfin une Europe viable se fasse !

Alors, « qui doit payer ? ». Les Hautes Études n’en disent pas grand-chose.

  1. Il peut s’agir des nationaux plus que des étrangers, parce que l’État a surtout prise sur ses citoyens, mais Gérard Béaur suggère que les procédés de Philippe le Bel (jeter en prison les banquiers lombards pour qu’ils acceptent d’abandonner une part de leurs créances, expulser les riches Juifs s’ils ne se rachètent pas en bon or, faire rôtir les Templiers pour mettre la main sur leur trésor) ne sont plus guère d’actualité aujourd’hui (sauf en Corée du nord, à Cuba et peut-être dans la Russie de Poutine…).
  2. Il peut s’agir des consommateurs au détriment des contribuables car, si tous payent l’impôt, il n’est progressif que sur le revenu et le patrimoine, pas sur la TVA ni sur la CSG, ni sur les taxes indirectes.
  3. Il peut s’agir des ménages plus que des entreprises, car qui crée l’emploi pour sortir de la crise à votre avis ?
  4. Il a pu, dans le passé, s’agir de l’inflation mais aujourd’hui elle est très contrôlée, mondialisation des échanges et indépendance des Banques centrales oblige.
  5. Au fond, seule la croissance permet de jouer sur deux tableaux : des rentrées fiscales plus fortes et une diminution du rapport de la dette au PIB…

Il suffisait d’y penser.

Mais comment relancer la croissance avec un État obèse et mal géré, une gouvernance européenne lourde et inadaptée, un déficit démocratique dans une France trop centralisée ? De tout cela, il n’a rien été dit.

Catégories : Economie, Livres | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Démagogie sur l’Europe

Article repris par Medium4You.

Le cas grec est symptomatique de la cacophonie européenne. Il n’y a pas de pilote dans l’avion, pas d’avenir rêvé ni d’édifice solide. Il est loin le temps de Jacques Delors… Certains disent qu’à 27 l’Europe est ingérable, qu’à 16 (bientôt 17) la zone euro est mosaïque. Oui mais elle est une construction qui avance, pas à pas, poussée par les crises. Nous sommes en plein dedans : l’Europe va-t-elle avancer une fois encore ou éclater ? Chacun selon son tempérament verra le verre à moitié plein ou à moitié vide. Je me situe parmi les optimistes… ou plutôt parmi les réalistes : que serait le petit pays France dans le monde globalisé ? Nous ne pouvons exister qu’au travers de l’Europe, peser sur le destin du monde par le droit, la diplomatie, l’économie et la monnaie que par l’Europe. A condition que celle-ci parle d’une voix homogène, pas chacun dans son coin.

Or, sur le cas grec, chacun y va de sa tirade. Les politiciens à courte vue ne parlent qu’à leurs électeurs locaux, sans souci des nouveaux moyens de communication mondialisés. Les politiciens imbus d’eux-mêmes croient disposer de tous pouvoirs pour étrangler qui ils veulent, dont ces « marchés » dont ils font le bouc émissaire commode sans savoir qui ils sont. Les politiciens agissent comme des pantins d’un théâtre qui les dépasse, archaïque et histrion. Pendant ce temps, nul ne veut plus prêter d’argent à la Grèce, ses politiciens ayant menti pour entrer dans l’Europe, menti sur les réformes, menti à leur peuple en garantissant leurs zacquis. Ces zacquis, il faut bien reconnaître qu’ils ont été volés, fondés sur la fraude fiscale, les passe-droits, les prébendes d’État endetté. Tout cela en bénéficiant d’un euro fort à l’extérieur et d’un crédit à faible taux sous le parapluie de la Banque centrale européenne. Le reste du monde dit maintenant : « Rendez l’argent », au moins faites ce qu’il faut pour rembourser.

Le peuple grec dit « cépanou » mais les politiciens qui ont favorisé les riches. Ce à quoi on peut leur rétorquer : conservateurs et socialistes confondus, qui les a élus ? Qui les a contrôlés ? Qui a profité de l’euro fort et de la liberté de circulation des hommes et des capitaux dans l’espace européen pour travailler ailleurs, planquer ses capitaux ailleurs, investir ailleurs qu’en Grèce même ?

Les politiciens grecs disent « cépanou » mais les précédents au pouvoir, le système, les traditions, les électeurs, l’absence de contrôle européen fiable. Dommage pour eux, le système ne veut plus leur prêter à moins de 18% l’an, les traditions explosent parce qu’Internet permet de comparer avec les autres pays, les électeurs ne sont pas d’accord pour voir leur niveau de vie baisser d’un tiers brutalement et l’Europe se préoccupe enfin d’organisation et de surveillance.

Les technocrates européens disent « cépanou » mais les politiciens qui ont voulu que la Grèce entre dans l’Union européenne, Giscard en tête, et même dans l’euro, Kohl-Mitterrand en tête. Cela pour que les Français et les Allemands puissent passer leurs vacances en euro sur les plages du club Med. L’effet monnaie unique a conforté la Grèce dans sa gabegie, la technocratie de Bruxelles étant censée surveiller les finances pour la convergence. Il n’en a rien été évidemment et c’est lorsque le feu prend à la maison qu’on distingue une maison de paille d’une maison de pierre.

Les politiciens européens ne disent rien, eux qui sont élus pour cela. Ils préfèrent leur théâtre pour Gaza ou contre le nucléaire. C’est loin Gaza, c’est lointain le nucléaire. Se poser en moraliste sur le lointain est moins risqué politiquement que sur le proche grec, n’est-ce pas ? Quel courage !

Les politiciens nationaux font alors leur petite danse du ventre électorale puisque des législatives approchent en 2012 pour beaucoup de pays de la zone. Il s’agit toujours de préserver les zacquis locaux et de faire payer les autres, rien de nouveau en politique. Tant pis pour l’Europe et pour l’avenir : seul compte le pouvoir ici et maintenant ! Ce pourquoi je reste persuadé que la politique médiatique (celle d’aujourd’hui, pas celle de toujours) est un travail de mensonge et de manipulation, un théâtre où la réalité a peu de chance de s’imposer… sauf par le global.

Car le global, pour le meilleur comme pour le pire, s’impose à nous au XXIe siècle.

Le climat exige, la limitation des ressources empêche, la communication instantanée oblige, les marchés financiers prêtent ou pas. Les politiciens dans leurs petits coins ne peuvent plus dire impunément n’importe quoi : ils sont surveillés par toute la planète. Qu’ils disent « l’Allemagne paiera » et les marchés dévissent, car personne de sensé ne peut croire que les Allemands travailleurs et précis vont payer pour les je-m’en-foutistes grecs, italiens ou (un jour ?) français. Car les Français sont en déficit public depuis 35 ans, tout le monde le sait. Les Allemands aussi subissent l’euro fort et la concurrence asiatique : leur industrie s’en sort-elle si mal ? Ils travaillent même moins que les Grecs, selon une étude de Patrick Artus. Pourquoi ce qui leur est possible ne se serait-il pas pas aux Grecs ou aux Français ?

Il est facile de dire « les marchés » pour les accuser de tous les maux. Mais qui sont « les marchés » ? Ce sont les fonds de pension des retraités californiens ou hollandais, les veuves écossaises et celle de Carpentras, les réserves des collectivités locales comme la ville de Saint-Denis ou le département des Charentes, l’assurance-vie de Monsieur pour ses vieux jours, ou de Madame en réversion, faute de retraite suffisante.

Ce sont aussi « les spéculateurs », mais il y a là encore du monde très différent : les entreprises pour couvrir leurs risques de change ou de prix des matières premières, les peutizépargnangnans qui « jouent » en bourse via les trackers ou les hedge funds, les gros capitaux qui vont au plus offrant, les escrocs comme… non justement pas comme Madof, qui n’a jamais rien investi, payant les intérêts des anciens avec les capitaux des nouveaux. Quand on critique « les marchés », il faut préciser les spéculateurs à la seconde – pas les autres. Mais la démagogie se mêle à l’ignorance pour accuser en bloc : ça fait toujours bien sur les estrades.

Donc quittons l’euro, instaurons le protectionnisme, fermons les frontières aux produits à bas coûts payés par l’exploitation du peuple et de l’environnement, faisons payer les riches. C’est ce que réclament les Le Pen, Dupont-Aignan et Mélenchon, jamais à court de populisme. Nous l’avons dit plus haut, c’est facile, la politique : promettre la lune, garantir à chacun ses zacquis et faire toujours payer les autres. Tout cela en appelant au peuple, bien sûr, tous les tyrans ont toujours agi au nom du peuple qui les acclamait…

Facile à dire, difficile à faire. Car il s’agit de changer de système complètement :

  • juridiquement, diplomatiquement et militairement se retrouver tout nu sans l’Europe,
  • dévaluer brutalement le pouvoir d’achat et faire exploser la dette extérieure,
  • voir chuter nos exportations par rétorsion des pays lésés par notre protectionnisme,
  • laisser piller notre technologie par espionnage plutôt que par contrats devenus impossibles,
  • encourager la fuite des cerveaux vers des cieux plus favorables à l’innovation récompensée…

Simple : yaka interdire les exportations de capitaux et la circulation des gens, yaka nationaliser les banques, yaka créer des emplois de fonctionnaires, yaka consommer local. Certes, c’était le monde avant 1945… Les Français étaient à plus de 70% ruraux, gagnaient leur survie dans leurs champs et avec leurs bêtes, mangeaient bio et beaucoup, mourraient gros et vingt ans avant l’espérance d’aujourd’hui, ne possédaient pour épargne qu’un livret A dès la naissance (et les terres des parents) et aucun des gadgets électroniques de la modernité. On a vu comment cela s’est terminé : par une bonne guerre où le plus fort industriellement et moralement l’a emporté. Des communistes sont devenus fascistes, des socialistes ont voté les pleins pouvoirs au vieux conservateur-maréchal, des bourgeois bien français ont collaboré, le peuple a fait le gros dos, toujours en faveur de qui gagne.

Mais oui, c’étaient les années trente. Cela vous dit-il quelque chose ?

L’Europe accouche toujours dans la douleur. Malgré les démagogues histrions, focalisés sur leur seul petit pouvoir local égoïste.

Catégories : Economie, Géopolitique, Politique | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,